Audi France Media
Audi connectAssistance à la conduitePiloted drivingÉclairagee-tronÉnergies alternativesNouvelles technologies
Communiqué de presse (03/11/17)

Audi Autonomous Driving Cup 2017 : indépendance et intelligence

• Huit universités participent à la course avec leur modèle réduit de voiture autonome • L’Audi Q2 à l’échelle 1:8 avec un nouveau système de capteur • L’intelligence artificielle est maintenant au cœur de l’épreuve ouverte Lors de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017, huit équipes représentant des universités allemandes s’affronteront pour une place sur le podium. La compétition, dont la troisième édition aura lieu les 15 et 16 novembre, se tiendra à l’Audi Museum mobile d’Ingolstadt. L’équipe qui l’emportera recevra un chèque d’un montant de 10 000 euros.

Ingolstadt, le 3 novembre 2017 - Lors de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017, huit équipes représentant des universités allemandes s’affronteront pour une place sur le podium. La compétition, dont la troisième édition aura lieu les 15 et 16 novembre, se tiendra à l’Audi Museum mobile d’Ingolstadt. L’équipe qui l’emportera recevra un chèque d’un montant de 10 000 euros.

 Alors qu’Audi est en passe de créer sa toute première voiture 100 % autonome, la marque aux anneaux met ce type de véhicules en lumière depuis 2015 par le biais de l’Audi Autonomous Driving Cup. Dans le cadre de cette compétition, des équipes universitaires composées de jeunes talents créent des modèles à l’échelle 1:8 en faisant appel à diverses disciplines : robotique, science des données, architecture logicielle, intelligence artificielle et cloud computing.

 En 2017, les voitures participant à la compétition seront des modèles électriques de haute technologie, équipés de capteurs d’ultrasons, de caméras 3D, d’une caméra de recul et d’une carte graphique NVIDIA haute performance. Interrogé sur les technologies employées, Florian Knabl, responsable des outils et méthodes de développement logiciels chez Audi Electronics Venture GmbH et sponsor de l’événement, explique : « La configuration du système de capteurs et de l’ordinateur central nichés sous la carrosserie est sensiblement la même que celle que l’on trouve sur les modèles de production. » En effet, les équipes d’étudiants, qui ont développé leurs propres capteurs et logiciels, se sont appuyées sur des fonctionnalités de base fournies par Audi, qu’ils ont appliquées à leurs modèles réduits. Il en résulte des véhicules qui se déplacent rapidement et en toute sécurité, en respectant toutes les règles.

 Le principal capteur des modèles haute technologie est une caméra grand-angle dotée d’un champ de détection plus important que par le passé. Les informations rassemblées par la caméra 3D frontale supplémentaire sont similaires à celles recueillies par un scanner laser semblable à celui de la nouvelle Audi A8. Par ailleurs, les véhicules sont dotés d’une caméra de recul, qui permet de réaliser des manœuvres de façon encore plus précise qu’avant, ainsi que de dix capteurs d’ultrasons (cinq à l’avant, trois à l’arrière et un de chaque côté). Le champ de détection de ces capteurs, compris entre deux centimètres et quatre mètres, facilite la perception précise de l’environnement, même lorsque le véhicule est lancé à grande vitesse. En outre, un capteur d’accélération à neuf axes enregistre les changements de direction et envoie ces informations en temps réel à l’ordinateur central embarqué, qui est équipé d’un processeur Quad-core très rapide. Enfin, un autre outil équipant les voitures de production est également utilisé comme plateforme de développement : l’« Automotive Data and Time Triggered Framework », ou ADTF.

 Lorsqu’ils évoluent sur le parcours, les modèles réduits doivent éviter les obstacles de façon indépendante, franchir des intersections sans entrer en collision avec d’autres véhicules et respecter une distance de sécurité avec la voiture devant eux. Un nouveau défi implique d’utiliser des algorithmes intelligents pour réagir aux situations de circulation compliquées, par exemple pour repérer des piétons et déterminer s’ils souhaitent traverser, afin d’y réagir de manière adaptée. Cette année, la réaction requise pour la détection des panneaux de signalisation sera différente des années précédentes : les panneaux temporaires devront être reconnus et respectés en temps réel conformément à la carte digitale fournie par HERE, l’une des entreprises de logiciels leaders du secteur des cartes de navigation digitale et des services géolocalisés.

 Le prix de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017 se déroulera en trois étapes. Lors de l’étape obligatoire, les modèles réduits devront réaliser des actions de conduite de façon autonome sur un parcours. Les participants présenteront ensuite leurs développements techniques. Et enfin, la dernière étape est une épreuve ouverte, au cours de laquelle les équipes se rendront près de leur véhicule pour réaliser une tâche qu’elles se seront elles-mêmes fixée, de la façon la plus créative possible. Pour la première fois cette année, cette épreuve devra mettre en œuvre l’intelligence artificielle. Lors de la finale, les trois meilleures équipes des trois étapes s’affronteront dans une épreuve consistant à conduire dans un environnement méconnu en faisant le moins de fautes possible. L’équipe universitaire ayant remporté le plus de points recevra 10 000 euros, la deuxième 5 000 euros et la troisième 1 000 euros.

 Lors d’un événement test organisé en octobre 2017, les huit équipes suivantes se sont qualifiées pour les épreuves :

  • Université d’Augsbourg : UniAutonom
  • Université de Brême : Carleone
  • Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg/Institut de technologie de Nuremberg : FAUtonOHM
  • Université Albert-Ludwigs de Fribourg-en-Brisgau : FrAIburg
  • Université technique d’Ingolstadt : leTHit drive
  • Université de technologie d’Ilmenau : AFILSOP
  • Université de sciences appliquées de Leipzig : HTWK Smart Driving
  • Université de sciences appliquées d’Offenbourg : TACO

 

L’Audi Autonomous Driving Cup donne aux étudiants la possibilité d’établir un premier contact avec Audi, qui pourrait par la suite devenir leur employeur dans le cadre de stages, de programmes de doctorat ou d’apprentissages. Au cours de l’Audi Trainee Program International de douze mois, les participants mènent des projets dans divers domaines afin de se créer un réseau solide. Les jeunes diplômés peuvent également postuler au Specialist Trainee Program, un programme intensif d’une durée de deux ans cette fois.

C’est la troisième fois qu’Audi Electronics Venture GmbH (AEV), une filiale d’Audi à 100 %, organise la compétition. Dans le monde entier, cette entité d’Audi repère des technologies innovantes, participe au développement de start-ups et collabore avec des entreprises d’autres secteurs. Elle constitue un moteur d’innovation et un think tank pour la mise au point de nouveaux logiciels et fonctionnalités dans le secteur du développement électronique.

Les visiteurs de l’Audi Forum sont cordialement invités à assister à la finale ouverte au public, qui se tiendra le 16 novembre 2017 à partir de 9h. À cette occasion, des experts seront disponibles pour répondre aux médias.

 

– Fin –

Dossier de presse (12/09/17)

Cap sur l’avenir en pilote automatique : la conduite autonome par Audi

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

L’Audi Elaine est un coupé SUV électrique qui, dans quelques années, rendra possible une conduite hautement automatisée, parfois même sans la présence d’un conducteur à bord. Le conducteur gare l’Audi dans un espace désigné, la « zone de passation », et sort du véhicule. La voiture se conduit alors de façon automatique et sans occupant dans un parking à plusieurs étages proposant un éventail de services tels qu’une station de lavage, une station-service ou une borne de recharge. Grâce à Audi AI, la voiture fait tout toute seule.  

Avec le concept à quatre portes de l’Audi Aicon, la marque aux anneaux présente une Audi du futur autonome, sans volant ni pédales. En tant que concept car, la 2+2 quatre portes nous propulse en avant et présente le design intérieur et extérieur des véhicules des prochaines décennies. Côté technologie, elle intègre une série d’innovations visionnaires liées à la transmission, la suspension, la digitalisation et au développement durable.  L’Aicon a, elle aussi, été  conçue pour une conduite entièrement électrique et devrait permettre de couvrir des distances de plus de  800 kilomètres avec une seule charge.

Audi AI : intelligence et interaction

 

L’Audi ElAIne et l’Audi AIcon sont deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. Audi AI est le nouveau code désignant un éventail de systèmes innovants qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment le temps qu’ils passent en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique.

Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, les modèles de la marque aux anneaux sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

Une nouvelle liberté sur la route

Audi AI s’appuie sur les nombreuses années d’expérience accumulées par la marque en matière de concept cars avec conduite pilotée et associe les technologies et systèmes électroniques intelligents et innovants d’Audi. Audi AI offre aux conducteurs et aux passagers une nouvelle forme de liberté en réduisant la complexité de leurs interactions avec le véhicule et les autres usagers de la route. Divers éléments d’intelligence artificielle jouent également un rôle, à la fois dans le développement de nouveaux systèmes intelligents et empathiques, et dans leur utilisation ultérieure. À cet égard, Audi envisage diverses méthodes et approches de l’apprentissage automatique.

Conduite automatisée : des fonctions d’assistance à l’autonomie

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle n’en est encore qu’au seuil de la faisabilité dans le transport automobile. Audi est à l’avant-garde en la matière, et la nouvelle génération de son A8 est le premier modèle au monde produit en série développé pour la conduite automatisée conditionnelle de niveau 3.

À quoi correspond ce classement ? Une échelle à cinq niveaux a été mise au point dans le domaine de l’ingénierie automobile mondiale pour définir la conduite automatisée. Cette échelle a été élaborée par l’agence de normalisation américaine SAE International.

  • Niveau 1 : Assistance à la conduite Le système est capable de prendre en charge soit la surveillance longitudinale, soit la surveillance latérale du véhicule. Il aide le conducteur, qui reste néanmoins responsable et doit être prêt à reprendre le contrôle immédiatement, le cas échéant. Le régulateur de vitesse Adaptive Cruise Control (ACC) d’Audi est un exemple de système de niveau 1.
  • Niveau 2 : Automatisation partielle Dans certaines situations, le conducteur peut déléguer au système la surveillance longitudinale et latérale du véhicule de façon permanente, mais il doit garder un œil sur le système à tout moment et reprendre le contrôle lorsque cela est nécessaire. Le conducteur conserve donc la responsabilité. L’assistant embouteillages d’Audi en est un exemple : il prend en charge le freinage et l’accélération de la voiture en conditions de circulation lente jusqu’à 65 km/h, ainsi que la direction sur les meilleures routes.
  • Niveau 3 : Automatisation conditionnelle Le conducteur n’a plus besoin de surveiller en permanence les abords du véhicule et peut se lancer dans d’autres activités proposées par l’équipement embarqué. Le système reconnaît de façon autonome les limites, c’est-à-dire le moment où les conditions de circulation ne sont plus compatibles avec l’éventail de ses fonctions. Dans ces cas-là, le véhicule invite le conducteur à reprendre la conduite au moyen d’une alerte envoyée plusieurs secondes à l’avance. Le traffic jam pilot dans la nouvelle Audi A8 répondra à ces critères.
  • Niveau 4 : Forte automatisation Les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, mais leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple une autoroute ou un parc de stationnement. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite hautement automatisée. Si le conducteur ne réagit pas, le système adopte une position de sécurité, par exemple en s’arrêtant sur la bande d’arrêt d’urgence. Les taxis robot dans les centres-ville sont un autre exemple de ce système. Ils prennent en charge l’intégralité de la conduite sur une plage de vitesse restreinte et un trajet limité.
  • Niveau 5 : automatisation complète Le véhicule assume entièrement les contrôles latéraux et longitudinaux. Les systèmes de niveau 5 n’ont jamais besoin de l’aide du conducteur. Les éléments de contrôle comme le volant ou les pédales ne sont plus nécessaires.
  • Dans le domaine de la conduite pilotée et de la conduite automatisée conditionnelle, les développeurs Audi s’efforcent de systématiquement et rapidement étendre le champ d’application des niveaux 3 et 4. Leur objectif est d’offrir aux conducteurs autant de temps et de liberté que possible.

 


Téléchargez l'ensemble du dossier de presse en version PDF pour en savoir davantage sur les nouveautés Audi AI 2017.

Communiqué de presse (07/06/17)

Discours de Rupert Stadler, PDG de Audi, sur l’intelligence artificielle au congrès de l’ONU à Genève

• Rupert Stadler au congrès de l’ONU « AI for Good » : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision » • L’initiative beyond examine les questions éthiques et juridiques liées à la voiture autonome et à l’avenir du monde du travail • Le keynote est disponible sur l’Audi Media Center Le Directeur Général de Audi AG, Rupert Stadler, a participé à un congrès des Nations Unies sur l’utilisation de l’intelligence artificielle au profit de l’humanité. Dans le discours d’ouverture du « AI for Good Global Summit », il a déclaré que l’automatisation de la conduite est une occasion d’améliorer significativement les conditions de vie. Il a toutefois mis en garde contre des attentes excessives : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision. Toutefois, un tel dilemme ne peut être résolu ni par un humain, ni par une machine ». Par conséquent, et allant de pair avec les questions juridiques, des questions éthiques concernant cette nouvelle technologie doivent être abordées. Avec l’initiative beyond, Rupert Stadler appel à de nouveaux échanges.

Genève / Ingolstadt, le 7 juin 2017 – Le Directeur Général de Audi AG, Rupert Stadler, a participé à un congrès des Nations Unies sur l’utilisation de l’intelligence artificielle au profit de l’humanité. Dans le discours d’ouverture du « AI for Good Global Summit », il a déclaré que l’automatisation de la conduite est une occasion d’améliorer significativement les conditions de vie. Il a toutefois mis en garde contre des attentes excessives : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision. Toutefois, un tel dilemme ne peut être résolu ni par un humain, ni par une machine ». Par conséquent, et allant de pair avec les questions juridiques, des questions éthiques concernant cette nouvelle technologie doivent être abordées. Avec l’initiative beyond, Rupert Stadler appel à de nouveaux échanges.

Lors du premier sommet de Genève « AI for Good Global », le président du directoire AUDI AG a déclaré devant les experts de l’ONU : « Nous avons besoin d’échanges permettant de démontrer l’immense potentiel de la conduite pilotée et autonome et ses liens avec l’éthique et la loi ». L’intelligence artificielle (IA) est considérée par les experts scientifiques et de l’industrie comme la clé de la conduite pilotée et autonome. Elle aide le véhicule à percevoir et interpréter son environnement afin de prendre des décisions. Mais, qui est responsable en cas d’accident, et comment le véhicule réagit-il en cas de danger inévitable ? Rupert Stadler : « Nous prenons les préoccupations du grand public au sérieux et sommes confrontés à des défis liés à ces problématiques. »

Ces deux dernières années, Audi a construit le réseau interdisciplinaire beyond avec des experts reconnus de l’intelligence artificielle dans les domaines des sciences et des affaires. L’initiative met l’accent sur les effets sociaux de l’intelligence artificielle dans l’automobile et le monde du travail. Philosophes, psychologues, juristes, informaticiens, scientifiques et entrepreneurs ont participé aux premiers rassemblements. Lors d’un atelier portant sur les questions éthiques et juridiques de la conduite autonome, des experts Audi ont notamment rencontré Iyad Rahwan et Kate Darling du MIT Media Lab, Luciano Floridi de l’université d’Oxford et Bryant Walker Smith de l’université de South Carolina. Avec sa présentation au public lors du sommet « AI for Good Global », l’initivative beyond inclut maintenant le grand public aux discussions. « L’industrie automobile ne peut pas répondre seule aux questions éthiques et juridiques que soulève la conduite autonome » explique Rupert Stadler. « Sciences, business, politique et société doivent travailler ensemble. » Comme prochaine étape, l’initiative souhaitera donc impliquer des publics supplémentaires et la presse pour avancer les recherches.

Le second sujet d’étude de beyond est l’avenir du monde du travail à l’âge de l’intelligence artificielle. « Nous avons besoin d’une plus grande compréhension de la façon dont l’intelligence artificielle change notre monde » explique Rupert Stadler. Cela ramène aux mécanismes de base qui régissent le marché du travail mais également à des projets concrets en entreprise. « Notre objectif est d’arriver à une parfaite collaboration homme / machine » souligne Rupert Stadler L’idée d’un assemblage modulaire sans ligne de montage est un exemple de l’interaction qui pourrait exister dans une usine intelligente.

« Fondamentalement, nous devons veiller à ce que l’intelligence artificielle soit développée au bénéfice de la société » a déclaré Rupert Stadler. « La manière dont l’IA changera nos vies dépendra de nous et de la façon dont nous utiliserons le potentiel des nouvelles technologies. »

Le congrès de l’ONU à Genève est organisé par l’International Telecommunication Union (ITU), l’agence des Nations Unies en charge de l’information et communication sur les technologies et la fondation XPRIZE créée par Peter Diamandis. Pour la première fois lors du sommet de 3 jours, des experts internationaux de premier ordre se rencontrent pour discuter de l’intelligence artificielle afin de résoudre des défis mondiaux.

Le discours d’ouverture de Rupert Stadler est disponible sur l’Audi Media Center.

– Fin –

Communiqué de presse (06/01/17)

Conduite autonome et intelligence artificielle : Audi s’associe à de grandes entreprises de l’industrie électronique

• Démonstration au CES de Las Vegas : l’Audi Q7 deep learning concept démontre ses qualités d’apprentissage • Coopération avec des leaders du secteur de l’électronique : Audi travaille sur la conduite pilotée en coopération avec NVIDIA et Mobileye L’intelligence artificielle (IA) est une technologie clé pour la conduite pilotée. Audi et ses partenaires de l’industrie électronique développent conjointement un savoir-faire important dans le domaine du machine learning - l’apprentissage automatique. Au CES de Las Vegas, Audi présente l’Audi Q7 deep learning concept, un véhicule automatiquement piloté développé en collaboration avec NVIDIA.

Ingolstadt, le 6 janvier 2016 – L’intelligence artificielle (IA) est une technologie clé pour la conduite pilotée. Audi et ses partenaires de l’industrie électronique développent conjointement un savoir-faire important dans le domaine du machine learning - l’apprentissage automatique. Au CES de Las Vegas, Audi présente l’Audi Q7 deep learning concept, un véhicule automatiquement piloté développé en collaboration avec NVIDIA.

En plus du keynote de NVIDIA au CES, Audi démontre l’intelligence du Q7 deep learning concept sur un espace ouvert et spécialement conçu pour la conduite pilotée. Le véhicule s’oriente seul à l’aide d’une caméra frontale d’une résolution de 2 mégapixels communiquant avec une unité de contrôle NVIDIA Drive PX 2. L’unité de contrôle gère ensuite la direction du véhicule avec une grande précision. Le contrôleur haute-performance est spécialement conçu pour la conduite pilotée.

Le logiciel a été développé par les experts Audi et NVIDIA spécialement pour la conduite autonome et la reconnaissance des panneaux de signalisation. Dans un premier temps avec un conducteur au volant, l’Audi Q7 deep learning concept acquiert une connaissance de l’itinéraire et de l’environnement à l’aide de nombreuses caméras. Cette reconnaissance établie une corrélation entre les réactions du conducteur et les occurrences détectées par les caméras. Ainsi, lors des démonstrations suivantes, le véhicule est capable de comprendre les instructions - le changement d’un signal de circulation par exemple – de les interpréter immédiatement et d’agir en fonction. Lorsqu’un « signal » apparait, le concept car modifie en temps réel la conduite et adapte son trajet. La conception du système est si fiable qu’elle peut également faire face à des perturbations, telles que des conditions météorologiques difficiles ou la tombée de la nuit. Le système maitrise le véhicule de jour comme de nuit, sous le soleil ou à la lumière artificielle.

Les méthodes d’apprentissage utilisées par l’Audi Q7 deep learning concept sont similaires à celle de l’apprentissage par renforcement profond. Cette méthode fut le principe fondamental présenté par Audi à la Conférence et aux Ateliers sur le Neural Information Processing System (NIPS), un évènement sur l’IA ayant eu lieu à Barcelone en décembre. Le réseau neuronal – similaire à celui d’un cerveau humain – a également été formé pour une tâche particulière. Un véhicule à l’échelle 1:8 a réussi à se garer seul après plusieurs essais en apprenant de ses erreurs. Pendant les phases de test, le réseau de l’Audi Q7 deep learning concept analyse des données concrètes et pertinentes : il apprend du conducteur.

L’intelligence artificielle est une technologie clé pour la conduite pilotée et Audi travaille en étroite collaboration avec des leaders de l’industrie électronique. Avec ces derniers, Audi évalue diverses approches et méthodes concernant le machine learning. L’objectif est de définir la méthode optimale pour une application donnée. La collaboration des entreprises du secteur de l’information et de l’automobile est d’une grande valeur pour la future mise en œuvre des technologies sur des modèles de production.

Avec son impressionnante expertise, NVIDIA est considéré comme l’un des acteurs le plus important et prometteur de l’industrie mondiale des semi-conducteurs. Audi travaille avec le fabriquant depuis 2005. L’Audi A4 était équipée d’une puce NVIDIA dès 2007 et, deux ans plus tard, la technologie NVIDIA permit à l’Audi A8 d’atteindre un nouveau niveau d’affichage visuel. La plateforme modulaire d’info divertissement (MIB) a été lancée en 2013 avec un processeur Tegra 2 de NVIDIA. Le MIB2, fonctionnant avec une processeur NVIDIA T 30, fut introduit sur l’Audi Q7 en 2015.

Le prochain niveau de développement de la plateforme est le MIB2+. La nouvelle génération de l’Audi A8 sera la première équipée de cette technologie. Son processeur Tegra K1 multiplie le nombre de fonctions possible grâce à une capacité de calcul impressionnante permettant de soutenir plusieurs écrans haute-définitions - dont la seconde version de l’Audi virtual cockpit. L’information embarquée et connectée fusionneront, faisant rentrer le véhicule dans le cloud. Avec le MIB2+, le contrôleur central d’assistance au conducteur (zFAS) fera également son entrée avec la nouvelle Audi A8. Le processeur K1 sera également à bord, remplacé dans le futur par le nouveau processeur X1 de NVIDIA. Audi et NVIDIA envisagent d’intensifier leur partenariat en combinant l’expertise de NVIDIA en matière de développement de l’intelligence artificielle et l’expérience d’Audi dans l’automatisation des véhicules.

Mobileye est un autre partenaire Audi. Sa puce de traitement d’images est intégrée dans le zFAS. La société high-tech israélienne est leader mondial dans le domaine de la reconnaissance d’images pour le marché automobile. Mobilieye fournit déjà les caméras de certains modèles de la gamme Audi – les Audi Q7, A4, A5 et la nouvelle Audi Q5. Le logiciel de traitement d’image permet de reconnaitre de nombreux objets comme le marquage des voies, les véhicules, les panneaux de signalisation et les piétons. Aujourd’hui, la définition des caractéristiques nécessaires pour la classification des objets se fait encore manuellement.

Dans la nouvelle Audi A8, Audi et Mobileye construisent le prochain niveau de développement comprenant un système de reconnaissance d’images utilisant pour la première fois la technique du deep learning. Cela réduit considérablement le besoin de formation manuelle pendant les phases de développement. Les réseaux neuronaux profonds permettent au système d’être en auto-apprentissage afin de déterminer les caractéristiques pertinentes pour l’identification des différents objets. Avec cette méthodologie, le véhicule peut même reconnaitre des espaces de conduite vide, une fonction importante pour une conduite autonome sûre.

La fonction traffic jam pilot sera pour la première fois disponible sur un modèle de production dans la nouvelle Audi A8. C’est la première fonction de conduite autonome qui permettra au véhicule de prendre le contrôle complet du véhicule. Avec cette nouvelle avancée, la prochaine décennie verra des niveaux toujours plus élevés d’automatisation de la conduite et la prise en charge d’un nombre croissant de situations de conduite.

– Fin –

Éléments associés

Choisir l'élément à télécharger

CP - Conduite autonome et intelligence artificielle.pdf
(06/01/17)
Communiqué de presse (30/11/16)

« The extra hour » une installation conjointe Audi et Lego® au Design Miami/

• « The extra hour » symbolise le temps gagné grâce à la conduite autonome • Une Audi RS 7 piloted driving concept présentée au centre d’une horloge géante • Audi est partenaire du Design Miami/ depuis 2006 Gagner du temps au quotidien permet de s’offrir plus de liberté : les avantages de la conduite autonome sont mis à l’honneur lors d’une exposition se tenant du 30 novembre au 4 décembre 2016 au Design Miami/. Audi a travaillé en collaboration avec le Groupe LEGO afin de développer une installation inédite nommée « The extra hour ».

Miami/Ingolstadt, le 30 novembre 2016 – Gagner du temps au quotidien permet de s’offrir plus de liberté : les avantages de la conduite autonome sont mis à l’honneur lors d’une exposition se tenant du 30 novembre au 4 décembre 2016 au Design Miami/. Audi a travaillé en collaboration avec le Groupe LEGO afin de développer une installation inédite nommée « The extra hour ».

La conduite autonome permet de soulager le conducteur de la pression de la conduite tout en lui faisant gagner un temps précieux. Ses mains et son esprit sont libérés, ce qui lui permet de faire d’autres choses pendant son trajet. En conséquence, l’Audi de demain deviendra une véritable extension du lieu de travail, de détente et un terrain d’expérience. Pour Audi, ce gain de temps est symbolisé par le gain d’une 25ème heure de temps au cours d’une journée – « The extra hour ». Au Design Miami/, Audi s’est associé au Groupe LEGO afin de représenter visuellement le concept. Une Audi RS 7 piloted driving concept, placée au centre d’une horloge géante, est le point focal de la présentation. Un chiffre 25 géant, entièrement conçu en LEGO, complète l’installation.  

« Audi et le Groupe LEGO partagent la même passion pour l’innovation et l’inventivité » déclare Nils Wollny, responsable de la stratégie commerciale digitale et de l’expérience client pour AUDI AG. « Cette passion est particulièrement utile pour le développement de nouveaux produits et de nouvelles technologies liées à la conduite autonome ». William Thorogood, directeur de l’innovation chez LEGO Creative Play Lab, ajoute : « Nous espérons insuffler de l’imagination et de la créativité aux visiteurs de l’exposition et les encourager à se permettre la rupture offerte par l’acquisition d’une 25ème heure dans leur quotidien. »

L’exposition se tiendra au Design Miami/ du 30 novembre au 4 décembre à Miami en Floride. Considéré comme un forum mondial du design, il attire chaque année les collectionneurs d’art, galeristes, concepteurs, commissaires et critiques les plus influents du monde. Audi est le partenaire automobile exclusif de l’exposition depuis 2006.

 Plus d’informations concernant le Design Miami/ sur www.audi-mediacenter.com/en/design-exhibitions-4524  

– Fin –

MÉDIATHÈQUE