Audi France Media
Audi connectAssistance à la conduitePiloted drivingÉclairagee-tronÉnergies alternativesNouvelles technologies
Communiqué de presse (09/11/17)

Audi intensifie la recherche dans le domaine des carburants de synthèse

• E-diesel Audi : de l’eau, du CO2 et de l’électricité renouvelable • Participation prévue dans une installation pilote en Suisse Audi étoffe sa stratégie en matière d’e- carburants. En partenariat avec Ineratec GmbH et Energiedienst Holding AG, la marque prévoit d’investir dans une nouvelle installation pilote pour la production d’e-diesel à Laufenburg, dans le canton d’Argovie (Suisse). Pour la première fois, l’électricité nécessaire sera fournie par une source d’énergie hydraulique renouvelable. L’installation sera capable de produire près de 400 000 litres par an.

  • E-diesel Audi : de l’eau, du CO2 et de l’électricité renouvelable
  • Participation prévue dans une installation pilote en Suisse

 

Ingolstadt/Laufenburg, le 8 novembre 2017 – Audi étoffe sa stratégie en matière d’e- carburants. En partenariat avec Ineratec GmbH et Energiedienst Holding AG, la marque prévoit d’investir dans une nouvelle installation pilote pour la production d’e-diesel à Laufenburg, dans le canton d’Argovie (Suisse). Pour la première fois, l’électricité nécessaire sera fournie par une source d’énergie hydraulique renouvelable. L’installation sera capable de produire près de 400 000 litres par an.

Depuis quelques années déjà, Audi s’intéresse aux carburants à base de CO2 respectueux de l’environnement. Après la mise au point de l’e-gaz, de l’e-gasoline (essence) ou de l’e-diesel de fabrication synthétique, le constructeur est prêt à passer à l’étape suivante dans la production d’e-diesel. « À Laufenburg, cette nouvelle technologie nous permet de gérer efficacement la production d’e-diesel dans des unités compactes, afin de le rendre plus économique. Cette installation pilote offre la possibilité d’un usage multisectoriel : le chauffage, la mobilité et rend possible le stockage de l’énergie renouvelable », explique Reiner Mangold, responsable du développement durable produit d’AUDI AG.

L’e-diesel Audi pourrait permettre aux moteurs à combustion conventionnels de fonctionner quasiment sans rejeter de CO2. Pour sa production, la centrale « power-to-liquid » transforme l’excédent d’électricité hydraulique en carburant synthétique selon le principe chimique suivant : l’énergie verte générée sur place au sein de la centrale hydroélectrique produit de l’hydrogène et de l’oxygène à partir de l’eau via un procédé d’électrolyse. L’hydrogène entre alors en réaction avec le CO2 à l’aide d’une technologie de micro-traitement innovante et très compacte. Le CO2 peut être recueilli dans l’air ambiant ou obtenu à partir de biogaz résiduaires et comme pour tous les e-carburants Audi, il constitue la seule source de carbone. De longues chaînes d'hydrocarbures se forment alors et au cours de la dernière étape, celles-ci sont séparées afin d’obtenir le produit final, l’e-diesel Audi, ainsi que des cires qui seront réutilisées pour d’autres activités du secteur.

Les premiers litres d’e-diesel devraient être produits à Laufenburg dès l’année prochaine. Audi et ses partenaires sur le projet, Ineratec et Energiedienst AG, présenteront leur planning pour l’installation d’ici quelques semaines. Le lancement des travaux est prévu pour début 2018.

C’est la deuxième fois qu’Audi s’implique dans le développement d’une installation pilote fonctionnant sur le principe « power-to-liquid ». En effet, Audi travaille déjà avec la société de technologie énergétique Sunfire à Dresde depuis 2014. Là-bas, Sunfire travaille sur la production d’e-diesel selon le processus évoqué plus haut, mais à l’aide de technologies différentes. Dans le domaine des e-carburants, Audi dispose notamment de sa propre centrale « power-to-gas » à Werlte, dans le nord de l’Allemagne, qui fabrique l’e-gas Audi (méthane synthétique) pour les modèles g-tron, A3, A4 et A5. Le constructeur allemand poursuit également ses recherches sur l’e-gasoline (essence) avec des partenaires spécialisés.

Consommation de carburant des modèles nommés plus haut :

A3 Sportback g-tron : consommation de GNV en kg/100 km : 3,5 - 3,3* ; consommation de carburant combinée en L/100 km : 5,4 - 5,1* ; émissions de CO2 combinées en g/km (GNV) : 96 - 89* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 126 – 117*)

A4 Avant g-tron : consommation de GNV en kg/100 km : 4,3 - 3,8* ; consommation de carburant combinée  en L/100 km : 6,5 - 5,5 ; émissions de CO2 combinées en g/km (GNV) :
117 - 102* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 147 - 126*

A5 Sportback g-tron : consommation de GNV en kg/100 km : 4,2 - 3,8* ; consommation de carburant combinée en L/100 km : 6,3 - 5,6 ; émissions de CO2 combinées en g/km (GNV) : 114 - 102* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 143 - 126*

* Les chiffres de la consommation de carburant et des émissions de CO2 sont donnés par plages et dépendent des pneus/roues utilisés.

– Fin –

Communiqué de presse (07/11/17)

IONITY – Un réseau paneuropéen de bornes de charge rapide favorise la mobilité électrique pour les voyages de longue distance

• La joint-venture destinée à établir un réseau de stations de charge rapide pour les véhicules électriques lance son activité • IONITY prévoit d’installer 400 bornes de charge rapide le long des grandes routes européennes d’ici 2020 • Les 20 premières stations ouvriront dès 2017 dans plusieurs pays européens • La capacité de charge de jusqu’à 350 kW permet de réduire considérablement le temps de charge par rapport aux systèmes existants • Les stations seront compatibles avec plusieurs marques et avec les véhicules électriques d’aujourd’hui et du futur grâce à la technologie standard du système de charge combinée (CCS – Combined Charging System)

  • La joint-venture destinée à établir un réseau de stations de charge rapide pour les véhicules électriques lance son activité
  • IONITY prévoit d’installer 400 bornes de charge rapide le long des grandes routes européennes d’ici 2020
  • Les 20 premières stations ouvriront dès 2017 dans plusieurs pays européens
  • La capacité de charge de jusqu’à 350 kW permet de réduire considérablement le temps de charge par rapport aux systèmes existants
  • Les stations seront compatibles avec plusieurs marques et avec les véhicules électriques d’aujourd’hui et du futur grâce à la technologie standard du système de charge combinée (CCS – Combined Charging System)

Paris, vendredi 3 novembre, le groupe BMW, Daimler AG, Ford Motor Company et le groupe Volkswagen, avec Audi et Porsche, ont annoncé le lancement de leur joint-venture IONITY, qui développera et installera un réseau de bornes de charge rapide (HPC) pour les véhicules électriques dans toute l’Europe. Grâce à la mise en service d’environ 400 stations de charge d’ici 2020, IONITY facilitera les voyages de longue distance pour les véhicules électriques. Basée à Munich, en Allemagne, la joint-venture est dirigée par Michael Hajesch, Président du Directoire, et Marcus Groll, directeur de l’exploitation, à la tête d’une équipe de plus en plus grande, qui devrait compter 50 personnes d’ici début 2018.

« Le premier réseau européen HPC jouera un rôle essentiel dans la création d’un marché des véhicules électriques », a déclaré Michael Hajesch. « IONITY nous permettra de proposer à nos clients un système de charge rapide, accompagné d’un service de paiement numérique, afin de faciliter les voyages de longue distance. »

Mise en service de 20 bornes de charge dès 2017
Dès cette année, 20 stations seront ouvertes au public tous les 120 km sur de grands axes routiers d’Allemagne, de Norvège et d’Autriche, grâce à un partenariat avec « Tank & Rast », « Circle K » et « OMV ». Dans le courant de l’année 2018, le réseau comptera plus de 100 stations, dont chacune permettra à plusieurs clients, possédant des véhicules de divers constructeurs, de charger leur véhicule simultanément.

Le réseau s’appuiera sur la technologie standard du système de charge combinée (CCS – Combined Charging System), qui offre une capacité de jusqu’à 350 kW par point de charge, afin de réduire considérablement le temps de charge par rapport aux systèmes existants. L’approche multi-marques et la dissémination des bornes dans toute l’Europe devraient rendre les véhicules électriques plus attrayants.

Pour le choix des emplacements de ses bornes, IONITY tient compte d’une éventuelle intégration avec des technologies de charge existantes et négocie avec les responsables d’infrastructures existantes, notamment celles soutenues par les entreprises participantes et des institutions politiques. L’investissement réalisé par les marques de la joint-venture témoigne de leur fort engagement vis-à-vis des véhicules électriques et de leur volonté de coopérer au niveau international dans ce domaine.

Les partenaires fondateurs, BMW Group, Daimler AG, Ford Motor Company et Volkswagen Group, ont tous le même nombre de parts dans la joint-venture et les autres constructeurs automobiles sont invités à contribuer à l’expansion du réseau.

Pour plus d’informations, veuillez-vous rendre sur : www.ionity.eu

– Fin –

Communiqué de presse (03/11/17)

Audi Autonomous Driving Cup 2017 : indépendance et intelligence

• Huit universités participent à la course avec leur modèle réduit de voiture autonome • L’Audi Q2 à l’échelle 1:8 avec un nouveau système de capteur • L’intelligence artificielle est maintenant au cœur de l’épreuve ouverte Lors de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017, huit équipes représentant des universités allemandes s’affronteront pour une place sur le podium. La compétition, dont la troisième édition aura lieu les 15 et 16 novembre, se tiendra à l’Audi Museum mobile d’Ingolstadt. L’équipe qui l’emportera recevra un chèque d’un montant de 10 000 euros.

Ingolstadt, le 3 novembre 2017 - Lors de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017, huit équipes représentant des universités allemandes s’affronteront pour une place sur le podium. La compétition, dont la troisième édition aura lieu les 15 et 16 novembre, se tiendra à l’Audi Museum mobile d’Ingolstadt. L’équipe qui l’emportera recevra un chèque d’un montant de 10 000 euros.

 Alors qu’Audi est en passe de créer sa toute première voiture 100 % autonome, la marque aux anneaux met ce type de véhicules en lumière depuis 2015 par le biais de l’Audi Autonomous Driving Cup. Dans le cadre de cette compétition, des équipes universitaires composées de jeunes talents créent des modèles à l’échelle 1:8 en faisant appel à diverses disciplines : robotique, science des données, architecture logicielle, intelligence artificielle et cloud computing.

 En 2017, les voitures participant à la compétition seront des modèles électriques de haute technologie, équipés de capteurs d’ultrasons, de caméras 3D, d’une caméra de recul et d’une carte graphique NVIDIA haute performance. Interrogé sur les technologies employées, Florian Knabl, responsable des outils et méthodes de développement logiciels chez Audi Electronics Venture GmbH et sponsor de l’événement, explique : « La configuration du système de capteurs et de l’ordinateur central nichés sous la carrosserie est sensiblement la même que celle que l’on trouve sur les modèles de production. » En effet, les équipes d’étudiants, qui ont développé leurs propres capteurs et logiciels, se sont appuyées sur des fonctionnalités de base fournies par Audi, qu’ils ont appliquées à leurs modèles réduits. Il en résulte des véhicules qui se déplacent rapidement et en toute sécurité, en respectant toutes les règles.

 Le principal capteur des modèles haute technologie est une caméra grand-angle dotée d’un champ de détection plus important que par le passé. Les informations rassemblées par la caméra 3D frontale supplémentaire sont similaires à celles recueillies par un scanner laser semblable à celui de la nouvelle Audi A8. Par ailleurs, les véhicules sont dotés d’une caméra de recul, qui permet de réaliser des manœuvres de façon encore plus précise qu’avant, ainsi que de dix capteurs d’ultrasons (cinq à l’avant, trois à l’arrière et un de chaque côté). Le champ de détection de ces capteurs, compris entre deux centimètres et quatre mètres, facilite la perception précise de l’environnement, même lorsque le véhicule est lancé à grande vitesse. En outre, un capteur d’accélération à neuf axes enregistre les changements de direction et envoie ces informations en temps réel à l’ordinateur central embarqué, qui est équipé d’un processeur Quad-core très rapide. Enfin, un autre outil équipant les voitures de production est également utilisé comme plateforme de développement : l’« Automotive Data and Time Triggered Framework », ou ADTF.

 Lorsqu’ils évoluent sur le parcours, les modèles réduits doivent éviter les obstacles de façon indépendante, franchir des intersections sans entrer en collision avec d’autres véhicules et respecter une distance de sécurité avec la voiture devant eux. Un nouveau défi implique d’utiliser des algorithmes intelligents pour réagir aux situations de circulation compliquées, par exemple pour repérer des piétons et déterminer s’ils souhaitent traverser, afin d’y réagir de manière adaptée. Cette année, la réaction requise pour la détection des panneaux de signalisation sera différente des années précédentes : les panneaux temporaires devront être reconnus et respectés en temps réel conformément à la carte digitale fournie par HERE, l’une des entreprises de logiciels leaders du secteur des cartes de navigation digitale et des services géolocalisés.

 Le prix de l’Audi Autonomous Driving Cup 2017 se déroulera en trois étapes. Lors de l’étape obligatoire, les modèles réduits devront réaliser des actions de conduite de façon autonome sur un parcours. Les participants présenteront ensuite leurs développements techniques. Et enfin, la dernière étape est une épreuve ouverte, au cours de laquelle les équipes se rendront près de leur véhicule pour réaliser une tâche qu’elles se seront elles-mêmes fixée, de la façon la plus créative possible. Pour la première fois cette année, cette épreuve devra mettre en œuvre l’intelligence artificielle. Lors de la finale, les trois meilleures équipes des trois étapes s’affronteront dans une épreuve consistant à conduire dans un environnement méconnu en faisant le moins de fautes possible. L’équipe universitaire ayant remporté le plus de points recevra 10 000 euros, la deuxième 5 000 euros et la troisième 1 000 euros.

 Lors d’un événement test organisé en octobre 2017, les huit équipes suivantes se sont qualifiées pour les épreuves :

  • Université d’Augsbourg : UniAutonom
  • Université de Brême : Carleone
  • Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg/Institut de technologie de Nuremberg : FAUtonOHM
  • Université Albert-Ludwigs de Fribourg-en-Brisgau : FrAIburg
  • Université technique d’Ingolstadt : leTHit drive
  • Université de technologie d’Ilmenau : AFILSOP
  • Université de sciences appliquées de Leipzig : HTWK Smart Driving
  • Université de sciences appliquées d’Offenbourg : TACO

 

L’Audi Autonomous Driving Cup donne aux étudiants la possibilité d’établir un premier contact avec Audi, qui pourrait par la suite devenir leur employeur dans le cadre de stages, de programmes de doctorat ou d’apprentissages. Au cours de l’Audi Trainee Program International de douze mois, les participants mènent des projets dans divers domaines afin de se créer un réseau solide. Les jeunes diplômés peuvent également postuler au Specialist Trainee Program, un programme intensif d’une durée de deux ans cette fois.

C’est la troisième fois qu’Audi Electronics Venture GmbH (AEV), une filiale d’Audi à 100 %, organise la compétition. Dans le monde entier, cette entité d’Audi repère des technologies innovantes, participe au développement de start-ups et collabore avec des entreprises d’autres secteurs. Elle constitue un moteur d’innovation et un think tank pour la mise au point de nouveaux logiciels et fonctionnalités dans le secteur du développement électronique.

Les visiteurs de l’Audi Forum sont cordialement invités à assister à la finale ouverte au public, qui se tiendra le 16 novembre 2017 à partir de 9h. À cette occasion, des experts seront disponibles pour répondre aux médias.

 

– Fin –

Dossier de presse (12/09/17)

Cap sur l’avenir en pilote automatique : la conduite autonome par Audi

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

L’Audi Elaine est un coupé SUV électrique qui, dans quelques années, rendra possible une conduite hautement automatisée, parfois même sans la présence d’un conducteur à bord. Le conducteur gare l’Audi dans un espace désigné, la « zone de passation », et sort du véhicule. La voiture se conduit alors de façon automatique et sans occupant dans un parking à plusieurs étages proposant un éventail de services tels qu’une station de lavage, une station-service ou une borne de recharge. Grâce à Audi AI, la voiture fait tout toute seule.  

Avec le concept à quatre portes de l’Audi Aicon, la marque aux anneaux présente une Audi du futur autonome, sans volant ni pédales. En tant que concept car, la 2+2 quatre portes nous propulse en avant et présente le design intérieur et extérieur des véhicules des prochaines décennies. Côté technologie, elle intègre une série d’innovations visionnaires liées à la transmission, la suspension, la digitalisation et au développement durable.  L’Aicon a, elle aussi, été  conçue pour une conduite entièrement électrique et devrait permettre de couvrir des distances de plus de  800 kilomètres avec une seule charge.

Audi AI : intelligence et interaction

 

L’Audi ElAIne et l’Audi AIcon sont deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. Audi AI est le nouveau code désignant un éventail de systèmes innovants qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment le temps qu’ils passent en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique.

Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, les modèles de la marque aux anneaux sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

Une nouvelle liberté sur la route

Audi AI s’appuie sur les nombreuses années d’expérience accumulées par la marque en matière de concept cars avec conduite pilotée et associe les technologies et systèmes électroniques intelligents et innovants d’Audi. Audi AI offre aux conducteurs et aux passagers une nouvelle forme de liberté en réduisant la complexité de leurs interactions avec le véhicule et les autres usagers de la route. Divers éléments d’intelligence artificielle jouent également un rôle, à la fois dans le développement de nouveaux systèmes intelligents et empathiques, et dans leur utilisation ultérieure. À cet égard, Audi envisage diverses méthodes et approches de l’apprentissage automatique.

Conduite automatisée : des fonctions d’assistance à l’autonomie

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle n’en est encore qu’au seuil de la faisabilité dans le transport automobile. Audi est à l’avant-garde en la matière, et la nouvelle génération de son A8 est le premier modèle au monde produit en série développé pour la conduite automatisée conditionnelle de niveau 3.

À quoi correspond ce classement ? Une échelle à cinq niveaux a été mise au point dans le domaine de l’ingénierie automobile mondiale pour définir la conduite automatisée. Cette échelle a été élaborée par l’agence de normalisation américaine SAE International.

  • Niveau 1 : Assistance à la conduite Le système est capable de prendre en charge soit la surveillance longitudinale, soit la surveillance latérale du véhicule. Il aide le conducteur, qui reste néanmoins responsable et doit être prêt à reprendre le contrôle immédiatement, le cas échéant. Le régulateur de vitesse Adaptive Cruise Control (ACC) d’Audi est un exemple de système de niveau 1.
  • Niveau 2 : Automatisation partielle Dans certaines situations, le conducteur peut déléguer au système la surveillance longitudinale et latérale du véhicule de façon permanente, mais il doit garder un œil sur le système à tout moment et reprendre le contrôle lorsque cela est nécessaire. Le conducteur conserve donc la responsabilité. L’assistant embouteillages d’Audi en est un exemple : il prend en charge le freinage et l’accélération de la voiture en conditions de circulation lente jusqu’à 65 km/h, ainsi que la direction sur les meilleures routes.
  • Niveau 3 : Automatisation conditionnelle Le conducteur n’a plus besoin de surveiller en permanence les abords du véhicule et peut se lancer dans d’autres activités proposées par l’équipement embarqué. Le système reconnaît de façon autonome les limites, c’est-à-dire le moment où les conditions de circulation ne sont plus compatibles avec l’éventail de ses fonctions. Dans ces cas-là, le véhicule invite le conducteur à reprendre la conduite au moyen d’une alerte envoyée plusieurs secondes à l’avance. Le traffic jam pilot dans la nouvelle Audi A8 répondra à ces critères.
  • Niveau 4 : Forte automatisation Les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, mais leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple une autoroute ou un parc de stationnement. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite hautement automatisée. Si le conducteur ne réagit pas, le système adopte une position de sécurité, par exemple en s’arrêtant sur la bande d’arrêt d’urgence. Les taxis robot dans les centres-ville sont un autre exemple de ce système. Ils prennent en charge l’intégralité de la conduite sur une plage de vitesse restreinte et un trajet limité.
  • Niveau 5 : automatisation complète Le véhicule assume entièrement les contrôles latéraux et longitudinaux. Les systèmes de niveau 5 n’ont jamais besoin de l’aide du conducteur. Les éléments de contrôle comme le volant ou les pédales ne sont plus nécessaires.
  • Dans le domaine de la conduite pilotée et de la conduite automatisée conditionnelle, les développeurs Audi s’efforcent de systématiquement et rapidement étendre le champ d’application des niveaux 3 et 4. Leur objectif est d’offrir aux conducteurs autant de temps et de liberté que possible.

 


Téléchargez l'ensemble du dossier de presse en version PDF pour en savoir davantage sur les nouveautés Audi AI 2017.

Communiqué de presse (08/09/17)

Une navigation riche et détaillée développée par Audi et Here Technologies

• Nouvelle Audi A8 équipée d’une version améliorée des logiciels et services HERE • Des calculs d’itinéraires rapides et plus d’informations sur les routes • Nouvelle représentation des cartes de navigation et modélisation des villes en 3D Audi et HERE Technologies continuent d’intégrer leurs services pour un avantage client toujours plus grand. Dans la nouvelle berline de luxe, l’Audi A8, le constructeur offre une gamme de technologies et de services créés par le développeur de cartes HERE. Comme d’autres constructeurs automobiles, Audi possède des parts de HERE. Les deux entreprises envisagent d’intensifier leur collaboration à l’avenir afin de proposer encore plus de services.

Ingolstadt, le 7 septembre 2017 – Audi et HERE Technologies continuent d’intégrer leurs services pour un avantage client toujours plus grand. Dans la nouvelle berline de luxe, l’Audi A8, le constructeur offre une gamme de technologies et de services créés par le développeur de cartes HERE. Comme d’autres constructeurs automobiles, Audi possède des parts de HERE. Les deux entreprises envisagent d’intensifier leur collaboration à l’avenir afin de proposer encore plus de services.

En regardant la carte d’une ville, les progrès du système de navigation sont évidents : la dernière version de la plateforme modulaire d’info-divertissement d’Audi (MIB2+) offre une carte de navigation avec des graphiques beaucoup plus clairs et précis. Elle combine des modèles 3D détaillés des villes à travers le monde à des représentations réalistes de nombreux bâtiments.

La nouvelle navigation hybride est l’une des grandes nouveautés. Le calcul de l’itinéraire est dans un premier temps effectué par les serveurs HERE, et en parallèle à bord du véhicule. Il prend en compte le trafic global dans une région. Le système inclut même des évènements de circulation loin de l’itinéraire prévu qui pourraient potentiellement l’impacter. L’information est mise à jour en permanence et à intervalles réguliers. Le transfert de données entre le véhicule et le système HERE utilise la norme de communication mobile la plus rapide existant aujourd’hui : le LTE Advanced. Cet échange constant et la puissance de calcul des serveurs HERE rendent possible la création de nouvelles fonctions : si le conducteur découvre qu’une partie de sa route a été récemment bloquée, une déviation locale est directement et facilement proposée. S’il souhaite modifier l’itinéraire suggéré, il peut agrandir la section en question puis tracer un nouvel itinéraire avec son doigt et l’activer.

La nouvelle application myAudi pour smartphone utilise également le logiciel de navigation HERE et synchronise les destinations de navigations et les favoris du véhicule via le cloud. Cela permet au client d’entrer une destination sur son smartphone avant même de s’introduire dans le véhicule. L’application myAudi transmet l’information au véhicule, le système de navigation prend le relai et continue le guidage sans action supplémentaire. L’application sur smartphone guide ensuite le conducteur à sa destination une fois le véhicule stationné.

Le logiciel de navigation embarqué utilise la base de données HERE et évalue les informations liées au parcours sur la route. Cela comprend le nombre et la direction des voies, les bords de la chaussée, les virages, les descentes et les inclinaisons, les jonctions, les carrefours giratoires et les limites géographiques de la ville. Ces données sont utilisées par diverses fonctions de sécurité, de confort et d’efficience comme l’adaptative cruise control (pACC) et l’assistant d’efficacité prédictive (PEA). Le calculateur central (zFAS) traite également les différentes données. Le calculateur reçoit les données routières tout au long de l’itinéraire à partir du système de navigation, les fusionne avec celles recueillies par les capteurs embarqués et utilise les résultats pour déterminer, par exemple, la position exacte du véhicule dans sa voie. Les données cartographiques de l’Audi A8 sont mises à jour automatiquement tous les trois mois via la connexion en ligne permanente.

A moyen terme, Audi s’associera à HERE pour les informations des panneaux de signalisations et les divers dangers, qui seront des services car-to-X de connectivité. Les Audi A4, A5, Q5 et Q7 utilisent leurs capteurs embarqués pour recueillir des informations sur les limitations de vitesse et les zones dangereuses. Aujourd’hui, les informations sont collectées sur les serveurs Audi, traitées et mises à la disposition des conducteurs Audi.

AUDI AG, dans un consortium avec BMW Group et Daimler AG, a acheté HERE Technologies, l’une des principales sociétés de logiciels pour les cartes de navigation numériques et les services de localisation, à Nokia Corporation à la fin de l’année 2015. HERE est conçue comme une plate-forme ouverte et emploie actuellement 8 000 personnes à travers le monde. Depuis sa reprise par le consortium, la société a régulièrement étendu son réseau d’expertise en IT grâce à de nouvelles participations et à des partenariats stratégiques.

L’un des principaux projets de HERE est la carte HD Live Map. Très précise, elle fournit la base numérique nécessaire à la conduite autonome du futur. La nouvelle plate-forme de données représente l’espace de circulation comme un modèle tridimensionnel avec une précision sans précédent. La précision est de l’ordre du centimètre, et dynamique plutôt que statique. Le système HERE HD Live Map est en phase d’installation et la nouvelle Audi A8 est déjà prête à accueillir cette nouvelle technologie.

– Fin –

MÉDIATHÈQUE