Audi France Media
Audi connectAssistance à la conduitePiloted drivingÉclairagee-tronÉnergies alternativesNouvelles technologies
Communiqué de presse (07/06/17)

Discours de Rupert Stadler, PDG de Audi, sur l’intelligence artificielle au congrès de l’ONU à Genève

• Rupert Stadler au congrès de l’ONU « AI for Good » : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision » • L’initiative beyond examine les questions éthiques et juridiques liées à la voiture autonome et à l’avenir du monde du travail • Le keynote est disponible sur l’Audi Media Center Le Directeur Général de Audi AG, Rupert Stadler, a participé à un congrès des Nations Unies sur l’utilisation de l’intelligence artificielle au profit de l’humanité. Dans le discours d’ouverture du « AI for Good Global Summit », il a déclaré que l’automatisation de la conduite est une occasion d’améliorer significativement les conditions de vie. Il a toutefois mis en garde contre des attentes excessives : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision. Toutefois, un tel dilemme ne peut être résolu ni par un humain, ni par une machine ». Par conséquent, et allant de pair avec les questions juridiques, des questions éthiques concernant cette nouvelle technologie doivent être abordées. Avec l’initiative beyond, Rupert Stadler appel à de nouveaux échanges.

Genève / Ingolstadt, le 7 juin 2017 – Le Directeur Général de Audi AG, Rupert Stadler, a participé à un congrès des Nations Unies sur l’utilisation de l’intelligence artificielle au profit de l’humanité. Dans le discours d’ouverture du « AI for Good Global Summit », il a déclaré que l’automatisation de la conduite est une occasion d’améliorer significativement les conditions de vie. Il a toutefois mis en garde contre des attentes excessives : « Dans les situations où un accident est inévitable, la voiture autonome doit pouvoir prendre une décision. Toutefois, un tel dilemme ne peut être résolu ni par un humain, ni par une machine ». Par conséquent, et allant de pair avec les questions juridiques, des questions éthiques concernant cette nouvelle technologie doivent être abordées. Avec l’initiative beyond, Rupert Stadler appel à de nouveaux échanges.

Lors du premier sommet de Genève « AI for Good Global », le président du directoire AUDI AG a déclaré devant les experts de l’ONU : « Nous avons besoin d’échanges permettant de démontrer l’immense potentiel de la conduite pilotée et autonome et ses liens avec l’éthique et la loi ». L’intelligence artificielle (IA) est considérée par les experts scientifiques et de l’industrie comme la clé de la conduite pilotée et autonome. Elle aide le véhicule à percevoir et interpréter son environnement afin de prendre des décisions. Mais, qui est responsable en cas d’accident, et comment le véhicule réagit-il en cas de danger inévitable ? Rupert Stadler : « Nous prenons les préoccupations du grand public au sérieux et sommes confrontés à des défis liés à ces problématiques. »

Ces deux dernières années, Audi a construit le réseau interdisciplinaire beyond avec des experts reconnus de l’intelligence artificielle dans les domaines des sciences et des affaires. L’initiative met l’accent sur les effets sociaux de l’intelligence artificielle dans l’automobile et le monde du travail. Philosophes, psychologues, juristes, informaticiens, scientifiques et entrepreneurs ont participé aux premiers rassemblements. Lors d’un atelier portant sur les questions éthiques et juridiques de la conduite autonome, des experts Audi ont notamment rencontré Iyad Rahwan et Kate Darling du MIT Media Lab, Luciano Floridi de l’université d’Oxford et Bryant Walker Smith de l’université de South Carolina. Avec sa présentation au public lors du sommet « AI for Good Global », l’initivative beyond inclut maintenant le grand public aux discussions. « L’industrie automobile ne peut pas répondre seule aux questions éthiques et juridiques que soulève la conduite autonome » explique Rupert Stadler. « Sciences, business, politique et société doivent travailler ensemble. » Comme prochaine étape, l’initiative souhaitera donc impliquer des publics supplémentaires et la presse pour avancer les recherches.

Le second sujet d’étude de beyond est l’avenir du monde du travail à l’âge de l’intelligence artificielle. « Nous avons besoin d’une plus grande compréhension de la façon dont l’intelligence artificielle change notre monde » explique Rupert Stadler. Cela ramène aux mécanismes de base qui régissent le marché du travail mais également à des projets concrets en entreprise. « Notre objectif est d’arriver à une parfaite collaboration homme / machine » souligne Rupert Stadler L’idée d’un assemblage modulaire sans ligne de montage est un exemple de l’interaction qui pourrait exister dans une usine intelligente.

« Fondamentalement, nous devons veiller à ce que l’intelligence artificielle soit développée au bénéfice de la société » a déclaré Rupert Stadler. « La manière dont l’IA changera nos vies dépendra de nous et de la façon dont nous utiliserons le potentiel des nouvelles technologies. »

Le congrès de l’ONU à Genève est organisé par l’International Telecommunication Union (ITU), l’agence des Nations Unies en charge de l’information et communication sur les technologies et la fondation XPRIZE créée par Peter Diamandis. Pour la première fois lors du sommet de 3 jours, des experts internationaux de premier ordre se rencontrent pour discuter de l’intelligence artificielle afin de résoudre des défis mondiaux.

Le discours d’ouverture de Rupert Stadler est disponible sur l’Audi Media Center.

– Fin –

Communiqué de presse (17/05/17)

Audi intègre le système d’exploitation Android à l’Audi Q8 sport concept

• Une nouvelle architecture des systèmes ouverte pour de l’infotainment embarqué • Lors de la conférence des développeurs Google I/O, Audi présente la plateforme technologique de son Audi Q8 sport concept, qui comprend une solution IHM entièrement intégrée dotée d’Android • Les connaissances agrégées des membres de la communauté peuvent accélérer le développement de futures applications embarquées

Ingolstadt/Mountain View, le 16 mai 2017 – Audi participe à la célèbre conférence des développeurs Google I/O, qui réunit 7 000 participants sur place et des millions d’autres à distance, afin de présenter en avant-première mondiale son système d’infotainment de dernière génération, qui intègre pleinement Android. Cette innovation ouvre de nouvelles perspectives, en particulier l’accélération considérable du développement de services de connectivité.

Google I/O, qui se tiendra du 17 au 19 mai au siège de Google, à Mountain View, en Californie, est considérée comme la plus grande et plus importante conférence de développeurs du secteur du logiciel au monde. À l’occasion de la conférence, Android sera présenté comme une solution intégrée pour les applications d’infotainment embarqué, en cours de développement par la communauté open source d’Android, qui compte des millions de membres.

La plateforme technologique de l’Audi Q8 sport concept, que le constructeur dévoilera à Google I/O, intègre déjà Android. Les nouvelles fonctions, notamment le service de streaming Spotify, Google Play Music et Google Assistant, sont toutes accessibles sur le grand écran tactile MMI, situé au milieu du tableau de bord. Les informations sont également visibles dans le Virtual Cockpit Audi, qui se trouve dans le champ de vision direct du conducteur. C’est la première fois que les nouveaux services sont pleinement intégrés dans le système d’infotainment spécifique d’Audi. Par ailleurs, si la carte de navigation continue à utiliser la base de données HERE, privilégiée dans les véhicules Audi, le conducteur peut également choisir Google Maps. Enfin, le concept est équipé d’une messagerie permettant de recevoir des messages et des appels.

L’intégration native d’Android est extrêmement prometteuse. En effet, avec 1,4 milliard d’utilisateurs actifs, Android est la plateforme mobile la plus populaire du monde. Sans compter que la communauté Android jouit d’une expertise et fait preuve d’une créativité susceptibles d’accélérer le développement de nouvelles applications. Ainsi, à travers la plateforme Android, de nouvelles applications pourraient rapidement faire leur entrée dans les voitures, sous réserve, bien entendu, qu’elles respectent les conditions de Google et d’Audi. Pour les clients, outre une réduction de la durée des cycles de mise à jour, cela présente le double avantage d’une plus grande variété de services et d’une grande disponibilité internationale.

Lorsque les utilisateurs pourront effectuer toutes les activités qu’ils voudront dans la voiture du futur, le système Android intégré leur permettra également d’utiliser toutes les applications pour smartphone existantes.

Communiqué de presse (06/01/17)

Conduite autonome et intelligence artificielle : Audi s’associe à de grandes entreprises de l’industrie électronique

• Démonstration au CES de Las Vegas : l’Audi Q7 deep learning concept démontre ses qualités d’apprentissage • Coopération avec des leaders du secteur de l’électronique : Audi travaille sur la conduite pilotée en coopération avec NVIDIA et Mobileye L’intelligence artificielle (IA) est une technologie clé pour la conduite pilotée. Audi et ses partenaires de l’industrie électronique développent conjointement un savoir-faire important dans le domaine du machine learning - l’apprentissage automatique. Au CES de Las Vegas, Audi présente l’Audi Q7 deep learning concept, un véhicule automatiquement piloté développé en collaboration avec NVIDIA.

Ingolstadt, le 6 janvier 2016 – L’intelligence artificielle (IA) est une technologie clé pour la conduite pilotée. Audi et ses partenaires de l’industrie électronique développent conjointement un savoir-faire important dans le domaine du machine learning - l’apprentissage automatique. Au CES de Las Vegas, Audi présente l’Audi Q7 deep learning concept, un véhicule automatiquement piloté développé en collaboration avec NVIDIA.

En plus du keynote de NVIDIA au CES, Audi démontre l’intelligence du Q7 deep learning concept sur un espace ouvert et spécialement conçu pour la conduite pilotée. Le véhicule s’oriente seul à l’aide d’une caméra frontale d’une résolution de 2 mégapixels communiquant avec une unité de contrôle NVIDIA Drive PX 2. L’unité de contrôle gère ensuite la direction du véhicule avec une grande précision. Le contrôleur haute-performance est spécialement conçu pour la conduite pilotée.

Le logiciel a été développé par les experts Audi et NVIDIA spécialement pour la conduite autonome et la reconnaissance des panneaux de signalisation. Dans un premier temps avec un conducteur au volant, l’Audi Q7 deep learning concept acquiert une connaissance de l’itinéraire et de l’environnement à l’aide de nombreuses caméras. Cette reconnaissance établie une corrélation entre les réactions du conducteur et les occurrences détectées par les caméras. Ainsi, lors des démonstrations suivantes, le véhicule est capable de comprendre les instructions - le changement d’un signal de circulation par exemple – de les interpréter immédiatement et d’agir en fonction. Lorsqu’un « signal » apparait, le concept car modifie en temps réel la conduite et adapte son trajet. La conception du système est si fiable qu’elle peut également faire face à des perturbations, telles que des conditions météorologiques difficiles ou la tombée de la nuit. Le système maitrise le véhicule de jour comme de nuit, sous le soleil ou à la lumière artificielle.

Les méthodes d’apprentissage utilisées par l’Audi Q7 deep learning concept sont similaires à celle de l’apprentissage par renforcement profond. Cette méthode fut le principe fondamental présenté par Audi à la Conférence et aux Ateliers sur le Neural Information Processing System (NIPS), un évènement sur l’IA ayant eu lieu à Barcelone en décembre. Le réseau neuronal – similaire à celui d’un cerveau humain – a également été formé pour une tâche particulière. Un véhicule à l’échelle 1:8 a réussi à se garer seul après plusieurs essais en apprenant de ses erreurs. Pendant les phases de test, le réseau de l’Audi Q7 deep learning concept analyse des données concrètes et pertinentes : il apprend du conducteur.

L’intelligence artificielle est une technologie clé pour la conduite pilotée et Audi travaille en étroite collaboration avec des leaders de l’industrie électronique. Avec ces derniers, Audi évalue diverses approches et méthodes concernant le machine learning. L’objectif est de définir la méthode optimale pour une application donnée. La collaboration des entreprises du secteur de l’information et de l’automobile est d’une grande valeur pour la future mise en œuvre des technologies sur des modèles de production.

Avec son impressionnante expertise, NVIDIA est considéré comme l’un des acteurs le plus important et prometteur de l’industrie mondiale des semi-conducteurs. Audi travaille avec le fabriquant depuis 2005. L’Audi A4 était équipée d’une puce NVIDIA dès 2007 et, deux ans plus tard, la technologie NVIDIA permit à l’Audi A8 d’atteindre un nouveau niveau d’affichage visuel. La plateforme modulaire d’info divertissement (MIB) a été lancée en 2013 avec un processeur Tegra 2 de NVIDIA. Le MIB2, fonctionnant avec une processeur NVIDIA T 30, fut introduit sur l’Audi Q7 en 2015.

Le prochain niveau de développement de la plateforme est le MIB2+. La nouvelle génération de l’Audi A8 sera la première équipée de cette technologie. Son processeur Tegra K1 multiplie le nombre de fonctions possible grâce à une capacité de calcul impressionnante permettant de soutenir plusieurs écrans haute-définitions - dont la seconde version de l’Audi virtual cockpit. L’information embarquée et connectée fusionneront, faisant rentrer le véhicule dans le cloud. Avec le MIB2+, le contrôleur central d’assistance au conducteur (zFAS) fera également son entrée avec la nouvelle Audi A8. Le processeur K1 sera également à bord, remplacé dans le futur par le nouveau processeur X1 de NVIDIA. Audi et NVIDIA envisagent d’intensifier leur partenariat en combinant l’expertise de NVIDIA en matière de développement de l’intelligence artificielle et l’expérience d’Audi dans l’automatisation des véhicules.

Mobileye est un autre partenaire Audi. Sa puce de traitement d’images est intégrée dans le zFAS. La société high-tech israélienne est leader mondial dans le domaine de la reconnaissance d’images pour le marché automobile. Mobilieye fournit déjà les caméras de certains modèles de la gamme Audi – les Audi Q7, A4, A5 et la nouvelle Audi Q5. Le logiciel de traitement d’image permet de reconnaitre de nombreux objets comme le marquage des voies, les véhicules, les panneaux de signalisation et les piétons. Aujourd’hui, la définition des caractéristiques nécessaires pour la classification des objets se fait encore manuellement.

Dans la nouvelle Audi A8, Audi et Mobileye construisent le prochain niveau de développement comprenant un système de reconnaissance d’images utilisant pour la première fois la technique du deep learning. Cela réduit considérablement le besoin de formation manuelle pendant les phases de développement. Les réseaux neuronaux profonds permettent au système d’être en auto-apprentissage afin de déterminer les caractéristiques pertinentes pour l’identification des différents objets. Avec cette méthodologie, le véhicule peut même reconnaitre des espaces de conduite vide, une fonction importante pour une conduite autonome sûre.

La fonction traffic jam pilot sera pour la première fois disponible sur un modèle de production dans la nouvelle Audi A8. C’est la première fonction de conduite autonome qui permettra au véhicule de prendre le contrôle complet du véhicule. Avec cette nouvelle avancée, la prochaine décennie verra des niveaux toujours plus élevés d’automatisation de la conduite et la prise en charge d’un nombre croissant de situations de conduite.

– Fin –

Éléments associés

Choisir l'élément à télécharger

CP - Conduite autonome et intelligence artificielle.pdf
(06/01/17)
Communiqué de presse (07/12/16)

Audi se connecte au réseau de feux de signalisation aux Etats-Unis

• Traffic Light Information est le premier service Vehicle-to-Infrastructure (V2I) développé par un constructeur automobile • Le service sera dans un premier temps disponible sur les Audi A4 et Q7 à Las Vegas • Le réseau est essentiel pour l’intégration de la conduite autonome en ville Lorsque l’on peut prévoir l’alternance des feux, la conduite est plus détendue et efficiente. Audi est le premier constructeur automobile à connecter ses véhicules à l’infrastructure des villes – une étape importante vers la conduite autonome. Dès aujourd’hui à Las Vegas, les Audi A4 et Q7 peuvent afficher directement dans la voiture l’alternance des feux de circulation. Le système sera progressivement intégré dans d’autres villes américaines ainsi qu’en Europe. Le système Traffic Light Information permet d’optimiser le trafic urbain, d’économiser un temps précieux et de réduire l’impact sur l’environnement.

Ingolstadt/Las Vegas, le 7 décembre 2016 – Lorsque l’on peut prévoir l’alternance des feux, la conduite est plus détendue et efficiente. Audi est le premier constructeur automobile à connecter ses véhicules à l’infrastructure des villes – une étape importante vers la conduite autonome. Dès aujourd’hui à Las Vegas, les Audi A4 et Q7 peuvent afficher directement dans la voiture l’alternance des feux de circulation. Le système sera progressivement intégré dans d’autres villes américaines ainsi qu’en Europe. Le système Traffic Light Information permet d’optimiser le trafic urbain, d’économiser un temps précieux et de réduire l’impact sur l’environnement.

Audi of America coopère avec plusieurs villes d’Amérique pour moderniser l’infrastructure afin de la rendre compatible à la technologie V2I. « Pour la première fois, nos véhicules échangent des informations avec l’infrastructure routière en temps réel. Les conducteurs peuvent adapter leur comportement de conduite à la situation et se déplacer dans le trafic urbain d’une manière beaucoup plus détendue et contrôlée » explique Andreas Reich, chef du pré-développement électronique chez AUDI AG. « En connectant nos modèles Audi à des villes intelligentes, nous améliorons l’efficacité énergétique. D’autres services V2I suivront, faisant de la voiture un appareil mobile interactif à part entière. Nous considérons la conduite autonome comme la phase finale de ce développement. »

Tous les modèles Audi A4 et Q7 produits pour le marché américain depuis juin 2016 comprenant les services Audi connect sont équipés de cette fonction. Aux Etats-Unis, les centres municipaux de gestion de trafic communiquent les données relatives aux feux de circulation au partenaire technique d’Audi sur ce projet, Traffic Technology Services TTS. Les données sont préparées et envoyées à l’ordinateur de bord du véhicule via une connexion internet rapide en temps réel.

La première fonction du système Traffic Light Information V2I est appelée Time-to-Green. Les informations affichées en temps réel sur l’Audi virtual cockpit ou l’affichage tête-haute, permettent aux conducteurs de savoir s’ils seront capables d’atteindre le feu suivant (au vert) dans les limitations de vitesse autorisées. Sinon, un compte à rebours affiche le temps restant jusqu’à la prochaine phase verte – les conducteurs peuvent ainsi lever le pied de l’accélérateur. Des projets pilotes en Europe ont montré que les conducteurs étaient plus prévoyants grâce à ce service. Cela a également un effet bénéfique global sur les flux de trafic. « Dans nos tests, le nombre de véhicules ayant dû freiner à l’arrêt a chuté de 20%. Cela a permis un gain de temps pour le conducteur ainsi qu’une économie d’environ 15% de carburant » déclare Michael Zweck, responsable du projet Audi Traffic Light Information.

Les clients Audi sont les premiers utilisateurs de ce service. Pour l’avenir, Audi investit dans un système de feu de signalisations qui bénéficiera également aux clients des autres constructeurs. La diffusion croissante des technologies aidera les planificateurs de la circulation urbaine à comprendre les causes des embouteillages et à optimiser les phases des feux de signalisation.

À l’avenir, les informations des feux de signalisation pourraient être reliées au système de navigation et utilisées pour les nouveaux systèmes de motorisations. Par exemple, des « ondes vertes » dans les séquences des feux de circulation pourraient être incorporées dans la planification des itinéraires. Il est également concevable que les modèles Audi e-tron aient une plus grand autonomie en profitant de la recharge gagnée lors des décélérations aux feux rouge.

Audi à l’intention d’introduire la technologie en Europe. Des projets pilotes ont été lancé à Berlin, Ingolstadt, Garmisch-Partenkirchen et Verone. À Berline, 700 feux de circulation du centre-ville ont été reliés au service. Cependant, il n’existe pas de normes de données ou d’infrastructure numériques unifiées à l’échelle européennes. « En Europe, une technologie de trafic très diversifiée est utilisée car l’infrastructure s’est développée localement. Nous travaillons sur l’harmonisation des données. Après cette étape, nous serons en mesure de connecter les feux de signalisation européen » a annoncé Michael Zweck.

– Fin –

Communiqué de presse (05/12/16)

Le stationnement intelligent automatisé : Audi au congrès sur l’intelligence artificielle (NIPS) à Barcelone

• Un modèle réduit de l’Audi Q2 maîtrise de façon autonome les situations complexes de stationnement • L’apprentissage automatique (machine learning) : une technologie cruciale pour la conduite autonome • Rencontre avec des spécialistes de l’intelligence artificielle et des responsables RH d’Audi

Ingolstadt, le 5 décembre 2016 – C’est l’un des congrès sur l’intelligence artificielle les plus importants au monde : tous les ans, les conférences et ateliers du NIPS (Neural Information Processing Systems) présentent les dernières avancées en matière de machine learning et neurosciences computationnelles. Pour la première fois, Audi présentera son expertise lors de ce congrès. Du 5 au 10 décembre 2016 à Barcelone, le constructeur premium démontre à l’aide d’un modèle réduit la façon dont un véhicule élabore des stratégies intelligentes de stationnement. Le constructeur automobile donnera également aux spécialistes et candidats potentiels des informations sur les emplois liés aux domaines innovants.

Les systèmes d’auto-apprentissage sont essentiels à la conduite autonome. C’est pourquoi Audi a déjà accumulé un savoir-faire considérable en ce domaine. L’entreprise est d’ailleurs le seul constructeur automobile présent au NIPS avec son propre stand et son animation. Un modèle réduit à échelle 1:8 baptisé « Audi Q2 deep learning concept » (concept-car de travail et d’apprentissage) assure la démonstration d’une manœuvre intelligente de stationnement. Sur une superficie de 3 x 3 mètres, il recherche seul une place de parking adéquate (matérialisée par un cadre métallique) et, une fois qu’il l’a trouvée, s’y gare de lui-même.

Son dispositif de détection se compose de deux mono-caméras dirigées vers l’avant et l’arrière, ainsi que de dix capteurs à ultrasons disposés tout autour du véhicule. Un ordinateur central embarqué convertit leurs données en signaux de commande envoyés à la direction et au moteur électrique. Sur l’espace de démonstration, le modèle réduit détermine d’abord sa position par rapport à la place de stationnement puis, dès qu’il l’a évaluée, calcule comment procéder pour atteindre en toute sécurité l’emplacement visé. Il effectue les manœuvres de braquage, de marche avant et marche arrière en fonction de la situation.

Si le modèle réduit parvient à se garer seul, c’est grâce à l’apprentissage par expérimentation (deep reinforcement learning en anglais). Autrement dit, le système apprend essentiellement au travers de ses essais et ses erreurs. Au début, le véhicule choisit sa trajectoire au hasard. Un algorithme identifie automatiquement les actions qui ont réussi, ce qui lui permet d’affiner constamment la stratégie de stationnement. Au final, le système est ainsi capable de résoudre seul les problèmes, même difficiles.

Le concept-car Audi Q2 « Deep reinforcement learning » est un projet de pré-développement d’Audi Electronics Venture (AEV), une filiale d’AUDI AG basée à Gaimersheim, en Allemagne. L’étape suivante consistera pour les développeurs à transposer le processus de recherche d’une place de stationnement à une vraie voiture.

Outre des instituts de recherche, le réseau mondial des Partenaires d’Audi comprend des sociétés implantées dans des pôles technologiques en Europe, en Israël et dans la Silicon Valley en Californie. Il compte notamment Mobileye, leader mondial de la reconnaissance d’image. Dans le cadre de ce partenariat, les deux entreprises ont allié leur expertise pour développer un logiciel d’apprentissage par renforcement profond destiné aux systèmes de perception de l’environnement. Audi l’utilisera pour la première fois en 2017 dans l’unité centrale de contrôle des systèmes d’aide à la conduite (zFAS), sur l’Audi A8 de nouvelle génération. Pour sa part, NVIDIA – l’un des leaders de l’informatique visuelle – a joué un rôle important dans la mise au point du zFAS en accompagnant son développement. Ces solutions techniques permettront aux clients de bénéficier de la conduite autonome dans les embouteillages, ainsi que du stationnement automatisé.

Audi intensifie actuellement ses collaborations avec des industries high-tech, en augmentant le degré d’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans ses composants. Ces formes d’intelligence artificielles sont importantes pour faire face aux situations difficiles telles que le trafic urbain par exemple. Elles permettent aux voitures autonomes d'évaluer leur environnement complexe et d'effectuer les manœuvres de conduite nécessaires.

Parmi les visiteurs du NIPS se trouveront des spécialistes de l’IA, venus s’informer sur toutes ces évolutions passionnantes. S’ils sont intéressés par un poste chez Audi dans les différents secteurs de l’innovation, des experts de ces domaines et des responsables des Ressources Humaines seront présents sur place afin de les renseigner sur les différentes opportunités de carrière au sein de l’entreprise. Chez Audi, les spécialistes auront la possibilité de contribuer au rôle de l'IA dans l'industrie automobile en appliquant leurs connaissances dans les domaines de machine learning, du cloud computing, de l'analyse de données et de l'architecture des véhicules.

– Fin –

MÉDIATHÈQUE