Audi France Media
GammeConcept cars
Communiqué de presse (15/04/19)

La mobilité dans les mégapoles : l’Audi AI:ME

• Vision de la citadine autonome du futur • Peu d’espace sur la route, beaucoup de confort • Un refuge high-tech aux heures de pointe Ingolstadt/Shanghai, le 16 avril 2019 - Au Salon de l’automobile de Shanghai 2019, Audi présente un concept de mobilité visionnaire imaginé pour les mégapoles du futur : le show car, baptisé Audi AI:ME, présente des dimensions compactes et un intérieur spacieux et futuriste. Il est doté d’un système de conduite autonome de niveau 4, si bien que ses occupants peuvent faire ce qu’ils veulent pendant leur temps à bord. L’Audi AI:ME offre un large éventail de fonctionnalités high-tech pour la communication, le divertissement ou tout simplement la relaxation.

Les lignes de l’Audi AI:ME sont la preuve qu’émotion et habitabilité peuvent créer une synthèse parfaite dans une voiture électrique compacte. Le nom AI:ME évoque la relation que le véhicule entretient avec l’Audi AIcon, le concept de voiture autonome pour les longues distances présenté en 2017. Le lien entre les lignes et le concept de ces deux véhicules deviendra évident à Shanghai, où l’AIcon sera installée aux côtés de la toute nouvelle voiture, présentée pour la première fois au stand Audi d’Auto Shanghai 2019.

Le concept : architecture compacte, transmission électrique

Avec une longueur de 4,30 mètres et une largeur de 1,90 mètre, l’Audi AI:ME prend à peu près le même espace sur la route qu’une voiture compacte actuelle. Néanmoins, son empattement de 2,77 mètres et sa hauteur de 1,52 mètre témoignent de dimensions intérieures dignes d’un véhicule de catégorie supérieure. Cela est rendu possible par l’architecture de la transmission électrique, dépourvue d’arbre de transmission, ce qui permet que les porte-à-faux soient courts et que l’intérieur soit spacieux. L’unité motrice, positionnée sur l’essieu arrière, offre 125 kW (170 ch).

Pour les occupants, le pack de transmission compact offre beaucoup d’espace disponible, de confort spatial et une grande polyvalence. L’Audi AI:ME est conçue comme une voiture à 2 places plus x, qui peut être aménagée selon diverses configurations pour laisser la place aux sièges ou au chargement. Les sièges individuels de l’avant seront utilisés pour la plupart des trajets, mais la voiture offre de l’espace pour jusqu’à quatre personnes à l’avant et sur la banquette arrière si nécessaire.

Audi AI : en route vers la mobilité automatisée

Audi AI:ME et Audi AIcon : deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. Audi AI est le code désignant un éventail de systèmes électroniques qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment leur temps en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique. Audi AI combine aussi l’intelligence artificielle pour l’automobile, qui permet la conduite autonome, et l’intelligence des interactions, qui transforme le véhicule en partenaire pour les occupants. Le nom Audi AI:ME fait donc déjà le lien entre l’intelligence artificielle (« AI » selon le sigle en anglais) et les utilisateurs.Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, à l’avenir, les modèles du constructeur d’Ingolstadt sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

Conduite automatisée de niveau 4 : parcourez la ville en toute tranquillité

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle en est encore au seuil de la faisabilité dans le transport automobile avec la conduite autonome. L’Audi AI:ME est conçue pour être utilisée en ville et pour la conduite à ce que l’on appelle le niveau 4. C’est le deuxième niveau le plus haut sur une échelle internationale normalisée d’automatisation. Même si les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple les autoroutes ou les zones spécialement équipées dans les villes. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite autonome. À la différence de l’Audi AIcon,
un véhicule de niveau 5 entièrement autonome, l’Audi AI:ME est donc équipée du traditionnel volant et de pédales.

Cela signifie qu’à l’avenir, la voiture sera autonome dans une zone de trafic définie équipée de l’infrastructure correspondante. L’autorégulation et l’autocontrôle des flux de circulation permettent au véhicule de s’insérer dans le trafic de façon fluide et d’éviter les accélérations longitudinales ou latérales. Ainsi, les occupants de la voiture peuvent se détacher mentalement de la circulation autour d’eux.

L’intérieur : un refuge de luxe et un centre de commande high-tech

Audi AI modifie fondamentalement la façon dont les automobiles sont utilisées et améliore considérablement le temps passé à bord. La voiture devient de plus en plus un « troisième espace de vie », en plus de nos foyers et de nos lieux de travail. Cela explique pourquoi les designers d’Audi n’ont pas subordonné l’intérieur de l’Audi AI:ME à la forme de la carrosserie. Ils ont même fait le contraire : ils ont accordé la priorité à l’intérieur et ont conçu le véhicule autour. Ici, l’accent est moins mis sur la connexion traditionnelle entre le conducteur et le véhicule (volant, instruments, pédales) et plus sur le temps passé dans le véhicule autonome. C’est pourquoi les éléments de commandes se rétractent dans une chorégraphie élégante et sophistiquée et sont ensuite presque complètement dissimulés par un compartiment de stockage avec une surface en noyer à pores ouverts.

De façon générale, l’espace de rangement deviendra plus important qu’avant dans les véhicules autonomes.
Dans l’Audi AI:ME, de grandes zones à la fois sur la surface du cockpit et entre les sièges avant dissimulent un autre détail innovant : des aimants font office de porte-gobelet et permettent de maintenir des gobelets ou des assiettes en place. Les occupants pourront ainsi profiter d’un repas tout en circulant à bord de l’Audi AI:ME automatisée.

Quoi qu’ils fassent, les passagers trouveront toujours une position confortable. Les sièges avant sont inspirés d’un fauteuil de salon classique et sont dotés d’un siège coussiné large et confortable, tapissé d’un textile dans des teintes de gris chaudes. Les dossiers sont conçus comme des coquilles courbées qui ne sont reliées au coussin du siège que par un support vertical. Quand le conducteur n’a pas besoin des pédales, il peut reposer ses pieds sur les supports situés sous le tableau de bord, comme sur une méridienne. Sur la banquette arrière, qui s’étend jusqu’aux sections latérales de la voiture, les occupants peuvent adapter la position de leur siège presque comme ils le veulent.

L’angle horizontal des grandes fenêtres est un élément important de la section latérale, récupéré de l’Audi AIcon. Il offre un avantage ergonomique évident pour les occupants : il favorise la liberté de mouvement du bras posé sur la porte et agrandit visuellement la taille de l’intérieur.

Le véhicule et les systèmes de communication et d’interaction sont opérés au moyen du suivi du regard, de la commande vocale et des champs tactiles dans le rail de porte. Ils sont parfaitement positionnés en termes d’ergonomie et sont normalement intégrés dans la surface, ce qui les rend invisibles. L’éclairage n’est activé qu’à l’approche et guide le regard de l’utilisateur vers les surfaces fonctionnelles.

Un écran OLED 3D multifonctions, qui s’étend sur toute la longueur sous le pare-brise, est utilisé principalement en dialogue avec la commande avec suivi du regard. Les menus avec fonctions codées terminologiquement, par exemple pour la navigation ou l’infotainment, peuvent être activés avec l’œil, puis s’ouvrir sur plusieurs niveaux.

Un masque de VR présent à bord permet de visualiser le système d’infotainment. Il transforme l’utilisation d’Internet, les films ou même le gaming interactif en une expérience fascinante pour les passagers. Audi a démontré les possibilités que réserve l’avenir avec son système Holoride au CES 2019, à Las Vegas. Ici, le mouvement du véhicule est détecté par un système de capteur, puis intégré de façon interactive dans l’action visuelle d’un jeu. Les passagers ont littéralement l’impression d’être au cœur de l’action.

Pour ses occupants, l’Audi AI:ME n’est pas qu’un simple moyen de transport, mais un lieu à l’ambiance luxueuse offrant de nombreuses fonctions high-tech. La voiture constitue aussi un filtre, qui tient le trafic tout autour à distance. En effet, le système audio de haute qualité est associé à une compensation des bruits, qui peut complètement supprimer le bruit extérieur grâce à un contrôle actif. Cela permet aux occupants de profiter d’un silence méditatif ou d’écouter de la musique avec un son d’une qualité digne d’un concert.

En termes de matières, les surfaces et structures sont inspirées de l’univers du foyer. Des textiles haute qualité, dont certains sont fabriqués en produits recyclés, du bois et du Corian, un matériau minéral composite sur les pavés tactiles des rails de portes, confèrent au véhicule éminemment technique une touche confortable et luxueuse. L’intérieur doit son ambiance spéciale à la tension entre les éléments naturels et technologiques. Les grandes vitres latérales et le toit rendent l’intérieur lumineux et transparent. La commande électrochromatique peut empêcher la lumière et la chaleur d’entrer, si nécessaire, et protéger l’intérieur avec les vitres teintées. Des baguettes en bois filigrané dans la zone du toit créent une pergola au-dessus de l’habitacle. 

La présence de véritables plantes à l’intérieur de l’automobile est une première. La végétation, que l’on trouve rarement dans les environnements urbains hostiles, donne aux occupants une impression de proximité avec la nature et contribue à améliorer la qualité de l’air dans la voiture. Une technologie de filtre sophistiquée empêche les odeurs de la circulation et de la ville d’entrer dans l’habitacle de
l’Audi AI:ME.

Des systèmes qui déterminent les niveaux de stress des paramètres vitaux contribuent également au bien-être des occupants. Des algorithmes intelligents permettent à l’Audi AI:ME de mieux connaître le conducteur et d’améliorer ses options de façon spécifique.

L’extérieur : un nouveau visage dans la foule

L’Audi AI:ME est immédiatement reconnaissable, même dans le rétroviseur : l’avant se caractérise par une calandre Singleframe hexagonale, à la forme et à la surface typiques d’une Audi électrique. L’architecture de la carrosserie est totalement nouvelle chez Audi. Néanmoins, lorsque l’on s’approche, on remarque des liens avec le concept car Audi AIcon présenté en 2017. Malgré les proportions complètement différentes, on repère clairement des similitudes dans la précision des graphismes et la longue arche de la ligne de toit. Mais le lien principal entre les deux véhicules autonomes est l’angle très marqué au niveau des vitres latérales.

L’extérieur diffère grandement de celui de ses principales concurrentes. L’Audi AI:ME affiche un design alternatif ciblé. Très affirmés, les passages de roues proéminents typiques et les formes surprenantes des vitres créent une forme générale très puissante émotionnellement. Prenant peu de place sur la route, avec sa longueur de 4,30 mètres et sa largeur de 1,90 mètre, l’Audi AI:ME correspond au segment des voitures compactes. Grâce à sa hauteur de 1,52 mètre les occupants peuvent facilement s’installer dans le véhicule et ont beaucoup d’espace au-dessus de la tête. Les grandes portes latérales, qui s’ouvrent dans des directions opposées et sont fixées à l’avant et à l’arrière, facilitent aussi l’entrée dans la voiture. Néanmoins, l’Audi AI:ME ne présente pas l’apparence d’un van cubique. Au contraire, elle dégage beaucoup de dynamisme, même à l’arrêt. De grandes roues de 23 pouces amplifient son style.

L’éclairage : voir et être vu

Avec les voitures autonomes du futur, les phares auront, au mieux, un travail à temps partiel, puisque le conducteur sera occupé à faire autre chose que conduire et aura rarement besoin que la route soit bien éclairée. C’est donc une autre fonction de l’éclairage qui prend un rôle important ici : communiquer avec les autres utilisateurs de la route. L’Audi AIcon a déjà montré comment les surfaces lumineuses à matrice digitale pouvaient utiliser les graphismes en mouvement pour envoyer des signaux faciles à comprendre selon les conditions de conduite et, bien sûr, pour marquer le véhicule en lui-même.

L’AI:ME entraîne cette approche un cran plus loin : quand les usagers de la route sont très proches les uns des autres, ce qui est souvent le cas en ville, les phares sont peu visibles dans leur position traditionnelle. C’est pour cela que les concepteurs de l’éclairage Audi ont intégré des éléments LED à un endroit inhabituellement haut dans la carrosserie, au-dessus des passages de roues, où ils sont visibles depuis tous les angles. Cette communication à 360 degrés est une fonctionnalité de sécurité supplémentaire importante pour les piétons ou les cyclistes.

Comme dans l’AIcon, les unités LED à l’avant et les micro projecteurs de matrice peuvent utiliser des symboles facilement identifiables pour indiquer aux piétons quand l’AI:ME les laisse traverser la route. Les graphismes sont alors projetés sur la route ou un mur. Cette fonction est également utilisable pour illuminer l’espace de la porte, afin que les occupants puissent entrer dans le véhicule ou en sortir en toute sécurité, mais aussi pour marquer le véhicule pour les autres usagers de la route. Les projecteurs de matrice constituent également une sécurité supplémentaire pour les autres usagers de la route, dont les phares sont moins puissants puisqu’ils illuminent automatiquement leur entourage.

L’Audi AI:ME comprend une autre innovation : elle peut interpréter des signaux d’autres véhicules et utiliser sa propre technologie d’éclairage pour les amplifier si cela est bénéfique pour les alentours. Exemple :
un véhicule situé devant signale un danger avec des feux de détresse faibles. L’AI:ME est alors capable de détecter ce signal et de l’amplifier avec des projections et les unités LED de la carrosserie pour qu’il soit clairement visible pour tous les usagers de la route

En tant que véhicule de niveau 4, l’Audi AI:ME est équipée de puissants phares LED et de feux de freinage parfaitement visibles dans toutes les situations dans lesquelles un occupant du véhicule prend le volant. En cas de conduite active, même dans le futur, il sera important de voir aussi bien de nuit que de jour.

L’architecture de traction : mobilité pendant des heures

Audi a adopté une approche spécifique pour adapter le cahier des charges de l’AI:ME aux utilisations d’une citadine. Cela signifie que les valeurs d’accélération extrêmes et les vitesses maximales sur autoroute sont aussi obsolètes que les virages rapides et qu’une autonomie adaptée aux longues distances. Une voiture comme l’AI:ME sera le plus souvent conduite entre 20 et 70 km/h et aura besoin de rester mobile pendant plusieurs heures sans être rechargée. Néanmoins, il est moins important qu’elle puisse parcourir de longues distances qu’elle soit capable d’optimiser son temps d’utilisation.

C’est pourquoi les ingénieurs l’ont dotée d’une configuration de base relativement simple et légère. Avec sa capacité de stockage de 65 kW, la batterie est suffisante pour répondre à ce besoin.
L’AI:ME est également dotée d’un moteur synchrone à excitation permanente situé dans la zone de l’essieu arrière, qui peut mobiliser jusqu’à 125 kW (170 ch) si besoin. Toutefois, seule une fraction de cette valeur suffit généralement pour s’intégrer dans la circulation urbaine. Grâce à la récupération de l’énergie de freinage et à son poids relativement faible, l’Audi AI:ME consomme extrêmement peu d’énergie, même dans le trafic en ville.

Les essieux et d’autres composants de la suspension se retrouvent dans certains des modèles compacts du portefeuille Audi. La combinaison testée et approuvée des amortisseurs adaptatifs et des faibles masses non suspendues assurent un bon confort en ville. La carrosserie est fabriquée dans un composé léger de plusieurs matériaux (acier, aluminium, composants plastiques high-tech), en particulier au niveau des détails.

Audi sur demande : des concepts d’offres innovants

Après l’Audi AIcon, qui a été présentée lors du Salon international de l’automobile de 2017, et le radical concept car Audi PB18, dévoilé à l’été 2018, l’Audi AI:ME est le troisième véhicule de la marque à présenter une offre pour une utilisation dans des zones clairement définies (« cas d’utilisation ») : l’Audi AIcon offre les qualités d’une voiture business pour les longs trajets, l’Audi PB18 est le véhicule parfait pour les virées occasionnelles sur la piste de course et l’Audi AI:ME est le compagnon idéal dans les zones urbaines. Un quatrième véhicule viendra compléter le quatuor des concepts lors de l’IAA de Francfort 2019.

Dans les spécifications pour ces véhicules tests, il est apparu qu’ils ne devraient pas être conçus comme des modèles polyvalents adaptés à une clientèle variée et pour une utilisation à long terme. Au contraire, ces véhicules ont vocation à être des voitures haut de gamme très spécialisées à commander pouvant être largement personnalisées dans le cadre d’une offre à la demande. Cette approche est basée sur les attentes de nombreux clients, en particulier dans les zones urbaines, qui traversent une transition. Les voitures doivent être disponibles et prêtes à être utilisées sur demande et devraient, dans l’idéal, être conçues sur mesure sans pour autant correspondre aux besoins d’une seule et unique personne de façon définitive. Néanmoins, les clients premium souhaitent toujours pouvoir commander leur voiture avec le plus de fonctionnalités uniques possible, et bien sûr avec le même niveau de qualité que celui auquel ils ont été habitués de la part d’Audi.

Ainsi, les clients qui réservent un véhicule auront non seulement le véhicule de leur choix, mais ils pourront également le faire configurer pour qu’il réponde au mieux à leurs attentes. La couleur, l’intérieur et les options techniques seront préconfigurés en ligne avec l’application ou via les détails du conducteur stockés dans le système myAudi. Quand le conducteur monte dans la voiture, le véhicule sélectionne même sa température intérieure préférée, l’ajustement des sièges qui lui convient parfaitement et sa bibliothèque musicale personnelle.

Cette offre est accessible et facile à utiliser via une application qui connecte le véhicule, les préférences de l’utilisateur et les nombreuses options qui peuvent être utilisées pendant la conduite. Les utilisateurs se servent de cette application pour commander leur Audi AI:ME et ont la possibilité de précommander la voiture avec deux sièges ou plus, et même un siège pour les enfants, sur demande. Ils trouveront l’AI:ME à l’heure et au lieu prévus, et pourront la garer n’importe où après l’avoir utilisée. Dans les zones équipées à cet effet, le véhicule peut même aller du dépôt à l’adresse du client sans conducteur.

L’application, accessible sur un smartphone ou dans la voiture elle-même, fait office d’assistant et d’intermédiaire pour de nombreux autres services, par exemple, pour communiquer de façon spontanée avec des amis sur Internet ou les réseaux sociaux. Les utilisateurs peuvent faire des selfies à bord et les partager sur les réseaux sociaux. Ils ont accès à tout Internet pour se divertir, faire des recherches et utiliser des services. De plus, ils ont la possibilité de commander de la nourriture et de faire une pause rapide et automatisée à un restaurant pour récupérer les plats, qu’ils dégusteront par exemple dans la voiture en route vers chez eux.

La connexion entre le réseau du domicile de l’utilisateur et l’Audi AI:ME permet même à l’utilisateur de continuer à regarder un film avec le masque de réalité virtuelle (VR) dans la voiture, en reprenant là où il s’était arrêté chez lui. Sur la route pour le travail, l’utilisateur est invité à femer les yeux, à profiter du silence à bord et à se détendre.

L’Audi AI:ME devient un point fixe dans l’environnement digital personnel de son utilisateur. L’ennuyeux trajet quotidien de A à B devient un trajet agréable avec du temps libre.  Une fois arrivés à destination, les utilisateurs sortent de la voiture détendus et de bonne humeur, et n’ont même pas besoin de chercher une place de stationnement ou une station de charge. L’Audi AI:ME trouvera son chemin pour retourner au dépôt.

« Audi on demand » est disponible dans des métropoles de plusieurs continents et est déjà l’exemple parfait de la transformation future d’Audi en un prestataire de services de mobilité mondial. Avec l’expansion et la spécialisation simultanées de la flotte de véhicules, ce programme va devenir de plus en plus intéressant pour les clients ayant des attentes élevées à l’avenir. L’offre de véhicules haut de gamme et l’intégration digitale de l’automobile et de l’environnement de vie donneront à Audi un avantage sur les autres sur ce segment aussi : « Vorsprung durch Technik ».

  – Fin –

 

Communiqué de presse (03/04/19)

Audi AI:ME (2019)

Audi AI:ME est le nom d’une nouvelle étude de design que le constructeur allemand présentera au Shanghai Motor Show le 15 Avril 2019. Le concept car illustre la vision d’une voiture compacte autonome pour les mégalopoles de demain.

Communiqué de presse (05/03/19)

Un aperçu du futur : Le concept Audi Q4 e-tron

• Le SUV électrique compact à transmission intégrale est présenté au Salon de Genève • Une autonomie de plus de 450 kilomètres grâce à des technologies efficientes et polyvalentes • La version de série qui sera lancée fin 2020 représente le cinquième modèle électrique du constructeur Audi Ingolstadt/Genève – Il y a à peu près un an, la première Audi de série 100% électrique faisait ses débuts exactement au même endroit. Et à ce moment précis, l’Audi e-tron* était encore recouverte d’un camouflage. A l'occasion de l'édition 2019 du Salon de Genève, le constructeur aux anneaux donne un aperçu d'une autre voiture à motorisation entièrement électrique : Le concept Audi Q4 e-tron. Il s'agit d'un SUV compact à quatre portes d'une longueur de 4,59 mètres dont la filiation avec l'Audi e-tron est évidente dès le premier regard.

Deux moteurs électriques fournissent une puissance de 225 kW au concept Q4 e-tron. Et comme souvent chez Audi, cette puissance est transmise à la route via la transmission intégrale quattro. De par son excellente motricité, il accélère de 0 à 100 km/h en seulement 6,3 secondes. Il atteint une vitesse maximale de 180 km/h qui est limitée électroniquement. La généreuse batterie d'une capacité de 82 kWh occupe la quasi-totalité de l'espace situé entre les essieux, dans la partie inférieure du châssis. L'autonomie de plus de 450 kilomètres, en cycle WLTP, le positionne comme la référence dans sa catégorie. La technologie du concept Q4 e-tron pilote la plate-forme d'électrification modulaire (MEB) qui sera intégrée dans de nombreux véhicules électriques produits par le Groupe Volkswagen à l'avenir, du modèle compact à la berline de catégorie supérieure.

Le concept Audi Q4 e-tron donne un aperçu de ce à quoi ressemblera celui qui sera déjà le cinquième véhicule électrique de série lancé par le constructeur d'ici la fin 2020. Les ventes de l'Audi e-tron ont déjà commencé et les premiers véhicules seront livrés aux clients avant la fin du mois de mars 2019. Plus tard cette année, Audi présentera l'Audi e-tron Sportback tandis que l'Audi Q2L e-tron, qui a été spécialement conçue pour le marché chinois, sortira des chaînes d’assemblage. La présentation de la version de série du coupé sportif quatre portes Audi e-tron GT, en cours de développement chez Audi Sport GmbH, est prévue pour le second semestre 2020. L'Audi Q4 e-tron compact sera lancée en version de série au même moment. Grâce à cette gamme, Audi couvre désormais tous les segments de marché importants avec des véhicules à propulsion tout électrique, du segment A à la berline, et ce un peu moins de deux ans après le lancement de sa première voiture électrique.

Compact à l'extérieur, spacieux à l'intérieur

4,59 mètres de long, 1,90 mètres de large, 1,61 mètres de haut : Avec ses dimensions, le concept Audi Q4 e-tron se situe dans le tiers supérieur de la catégorie compacte. Son encombrement fait donc du SUV électrique un véhicule polyvalent et agile qui est également adapté à la conduite en ville. En revanche, en termes d’espace intérieur, son empattement de 2,77 mètres lui confère une habitabilité digne de la catégorie supérieure. En l’absence de tunnel de transmission limitant l'espace, le concept Q4 e-tron offre un espace et un confort insoupçonnés, notamment au niveau des jambes, à l'avant comme à l'arrière.

La sensation d'espace est soulignée par l'agencement des couleurs. Des couleurs claires et chaudes dominent la partie supérieure de l'habitacle, qui contrastent avec la moquette foncée au niveau du plancher. Le ciel de toit, les montants de fenêtre, la partie supérieure des portières et du tableau de bord sont en textiles de microfibre blanche et beige. Avec le concept Audi e-tron, le développement durable n'est pas seulement la priorité absolue en termes de propulsion électrique : Le revêtement de sol est composé de matériaux recyclés. Les surfaces sont recouvertes d'une peinture multicouche de haute qualité en lieu et place des inserts décoratifs en métal chromé. Des éléments en plexiglas dépoli peint créent un effet de profondeur intense. Les quatre sièges avec appuie-tête intégrés sont habillés d'un Alcantara confortable et fabriqué avec une finition exquise. Les doubles surpiqures en fil épais ornent la garniture. 

L'écran du Virtual Cockpit est situé derrière le volant. Il met en avant les éléments les plus importants avec l’indication de la vitesse, du niveau de charge et la navigation. L'affichage tête haute grand format qui intègre une fonction de réalité augmentée, est une nouveauté. Il peut afficher des informations graphiques importantes, telles que des flèches directionnelles qui indiquent où tourner, directement sur le tracé de la route.

Les instruments de commande sont conçus comme des éléments tactiles. Ils prennent place sur les branches du volant et permettent de sélectionner les fonctions les plus fréquemment utilisées. Un écran tactile de 12,3 pouces qui affiche et commande les fonctions d'infodivertissement et du véhicule, est intégré au centre de la planche de bord et au-dessus de la console centrale. Il est incliné vers le conducteur pour une plus grande facilité d'utilisation. Une rangée de boutons se trouve en dessous qui regroupe les commandes de la climatisation. La console centrale étant dépourvue des éléments fonctionnels traditionnels tels qu'un levier de vitesses ou le frein à main, elle fait office de compartiment de rangement spacieux qui comprend un socle de chargement pour smartphone. Une zone horizontale de haute qualité intègre le bouton de sélection du mode de transmission, et permet également de recouvrir la partie avant de la console. En plus du compartiment de rangement inférieur conventionnel, les portières offrent désormais la possibilité de ranger des bouteilles dans la partie supérieure qui a été spécialement moulée à cet effet. De sorte qu'elles soient facilement accessibles.

Visiblement Audi, visiblement e-tron : l'extérieur

Le concept Q4 e-tron est identifiable comme une Audi au premier regard avec la calandre Singleframe qui arbore les quatre anneaux. Et il n’y aura pas besoin d’y regarder à deux fois pour se rendre compte qu’il s’agit d'une Audi e-tron électrique : Tout comme le premier modèle Audi de série à propulsion électrique, le nouveau concept présente également une surface fermée structurée à l'intérieur d'un large cadre octogonal presque vertical. Ce dernier remplace la traditionnelle calandre de radiateur. L'alimentation en air s'effectue par de grandes entrées d'air qui s'étendent du dessous des deux phares matrix LED jusqu'au tablier avant.

Les passages de roues sont une autre attribut classique du design Audi qui distingue ses productions. Les dimensions élargies du concept Q4 e-tron sont étudiées pour être très organiques et fluides. Elles ajoutent ainsi une note originale à la vue latérale. L'accentuation de la zone du bas de caisse entre les essieux, là où se trouve la batterie et donc le coeur énergétique de ce SUV, est une caractéristique typique de l'e-tron. Les grandes jantes de 22 pouces ne laissent aucun doute sur le potentiel du concept Audi e-tron. Sa ligne de toit s'incline légèrement vers l'arrière, donnant à la silhouette un aspect particulièrement dynamique.

Le large bandeau lumineux qui relie les deux blocs optiques à l'arrière de l'Audi Q4 e-tron, a été incorporé pour refléter un élément de l'Audi e-tron. Le lien de parenté au sein de la famille e-tron devient clairement visible, y compris ici. Et cela s'applique également à l'intérieur des phares, où le balayage important des segments à LED rappelle aussi un élément de son grand frère.

Enfin, la peinture "Solar Sky » de la carrosserie, une nuance de bleu qui varie en fonction de l'angle de la lumière, est une innovation durable à plus d’un titre : La peinture, développée spécialement pour le concept Audi Q4 e-tron et produite dans des conditions respectueuses de l'environnement, reflète efficacement une fraction d'onde courte de la lumière du soleil, près du spectre infrarouge. En résulte une réduction considérable de l'accumulation de chaleur à la surface de la carrosserie et à l'intérieur de la voiture. Cela favorise le bien-être subjectif des occupants tout en réduisant l'apport d'énergie nécessaire à la climatisation. Celle-ci n’est plus indispensable pour refroidir l'habitacle du véhicule par temps chaud. Une manière supplémentaire d'améliorer l’autonomie et l'empreinte carbone globale du concept Q4 e-tron.

Performant et efficace : système de propulsion et suspension

La plate-forme d'électrification modulaire (MEB) offre un large éventail de variantes de groupes motopropulseurs et de niveaux de puissance. La version haute performance du moteur électrique est installée dans le concept Audi Q4 e-tron. Les essieux avant et arrière sont chacun animés par un moteur électrique - le Q4 est une quattro. Il n'y a pas de liaison mécanique entre les essieux. Au lieu de cela, une commande électronique assure une coordination optimale de la répartition du couple, et ce, en quelques fractions de seconde. Cela permet au SUV électrique d'obtenir une motricité optimale dans toutes les conditions météorologiques et sur tout type de surface.

La plupart du temps, le concept Audi Q4 e-tron utilise principalement son moteur électrique arrière, un moteur synchrone à excitation permanente, afin d'obtenir le meilleur rendement. Pour des raisons d'efficacité, le couple est généralement réparti en mettant l’accent sur l'essieu arrière. Si le conducteur a besoin de plus de puissance que ce que le moteur électrique arrière peut fournir, la transmission intégrale électrique utilise le moteur asynchrone avant pour redistribuer le couple nécessaire à l'essieu avant. Elle intervient également de manière prévisible avant même que le dérapage ne se produise sur route verglacée, en virage rapide, ou si la voiture sous-vire ou sur-vire.

Le moteur électrique à l'arrière a une puissance de 150 kW et développe un couple de 310 Newton mètres ; le moteur avant alimente les roues avant jusqu'à 75 kW et 150 Newton mètres. La puissance du système est de 225 kW. La batterie située dans le plancher du véhicule offre une capacité 82 kilowattheures, ce qui se traduit par une autonomie de plus de 450 kilomètres sur le cycle WLTP. La batterie est chargée avec un maximum de 125 kilowatts. En conséquence, il ne faut guère plus de 30 minutes pour retrouver 80% de la capacité totale.

Cependant, le secret de cette excellente autonomie ne se résume pas à une simple batterie de grande capacité. Tout comme le premier membre de la famille, l'Audi e-tron, le concept Audi Q4 e-tron est aussi un artiste polyvalent en matière d'efficacité. De la faible traînée aérodynamique de la carrosserie, qui affiche un Cx est de 0,28, à la stratégie de récupération d’énergie sophistiquée, le SUV compact profite de chaque occasion pour optimiser son autonomie. La gestion thermique complexe du moteur et de la batterie, qui implique une pompe à chaleur CO2, y contribue également.

Une conduite sportive et précise

Les composants du groupe motopropulseur sont installés en position basse et centrale, un facteur clé pour le caractère sportif et le comportement dynamique exceptionnel. Le système de batterie à haute tension qui se trouve entre les essieux sous la forme d'un large bloc plat sous l’habitacle, est parfaitement adapté aux dimensions de l'Audi Q4 e-tron. Celui-ci pèse 510 kilos. Le centre de gravité du concept Audi Q4 e-tron se situe donc à un niveau similaire à celui d'une berline avec une motorisation conventionnelle. La répartition de la charge entre les essieux est parfaitement équilibrée à presque 50:50. Les roues avant du concept Q4 e-tron sont montées sur un axe MacPherson avec des amortisseurs adaptatifs. A l’arrière prend place un essieu multi-bras avec des ressorts séparés et des amortisseurs adaptatifs.

La plate-forme d'électrification modulaire MEB : la base

MLB, MQB - plate-forme longitudinale modulaire et plate-forme transversale modulaire : Ces systèmes de composants destinés au développement de véhicules représentent un grand succès sur tous les segments d'Audi et du Groupe Volkswagen. Les plates-formes précédentes étaient principalement conçues pour l'utilisation de moteurs à combustion. La plate-forme d'électrification modulaire est différente et innovante : elle a été conçue spécifiquement et exclusivement pour les véhicules à propulsion électrique. Les essieux, les groupes motopropulseurs, les empattements et l'interaction entre tous les composants sont sélectionnés et adaptés spécifiquement pour la mobilité électrique. L'emplacement et la géométrie des batteries de grande taille peuvent être optimisés sans avoir à faire de concessions par rapport à d'autres concepts de motorisations, contrairement aux plates-formes MLB et MQB.

Dans le même temps, la plate-forme MEB permet de réaliser d'énormes perspectives de synergie. Celle-ci sert principalement de base aux voitures électriques dans le segment A qui représente les plus gros volumes. Elle permet de développer conjointement la meilleure technologie disponible, quelle que soit la marque, et d’être utilisée dans de nombreuses voitures électriques différentes. En particulier, la plate-forme MEB contribue également à rentabiliser la mobilité électrique dans le segment des compactes qui est particulièrement sensible au prix.

Offensive électrique : douze modèles à motorisation entièrement électrique d'ici 2025

Le constructeur d'Ingolstadt a lancé son offensive électrique avec la première mondiale du SUV Audi e-tron entièrement électrique en septembre 2018. D'ici 2025, Audi proposera douze voitures à motorisation 100% électrique sur les marchés les plus importants du monde, et réalisera environ un tiers de ses ventes avec des modèles électrifiés. Parmi les SUV de cette gamme, on trouve les modèles e-tron et e-tron Sportback, dont le lancement est prévu en 2019. De plus, des modèles classiques tels que les Avant et Sportback seront proposés. La gamme couvrira tous les segments de marché pertinents, de la compacte à la berline de luxe.

Le showcar Audi e-tron GT, un coupé très dynamique à plancher bas, a été dévoilé au Los Angeles Auto Show fin 2018. La technologie de cette voiture a été développée en collaboration avec Porsche, tandis que le design et le style du concept e-tron GT fait la part belle à l'ADN unique d’Audi. Le concept sera développé pour devenir un modèle de série d'ici la fin 2020.

La Premium Platform Electric (PPE) est un projet commun spécial entre les départements de développement d'Audi et de Porsche. Il constituera la base de plusieurs gammes de modèles Audi à motorisation entièrement électrique couvrant les segments B à D à gros volumes.

  – Fin –

Consommation de carburant des modèles cités ci-dessus

(Les plages de valeurs de consommation de carburant et d'émissions de CO2 indiquées dépendent de l'équipement choisi)

Audi e-tron:

Consommation électrique mixte en kWh/100 km : 26,2-22,6 (WLTP) ; 24,6-23,7 (NEDC)

Émissions de CO2 combinées en g/km : 0

Communiqué de presse (24/08/18)

Première mondiale à Pebble Beach : le concept car Audi PB18 e-tron

• Une voiture de sport ultraperformante à motorisation électrique • Concept technique et stylistique • Comme une monoplace sur circuit Ingolstadt/Monterey, 23 Août, 2018 - Pour la première fois, Audi présente un concept car à l’occasion de la Pebble Beach Automotive Week à Monterey (Californie). L’Audi PB18 e-tron 100 % électrique se dessine comme une vision radicale de la supercar sportive de demain. Large et basse, visiblement inspirée par la soufflerie et le circuit, sa simple présence exprime déjà une propension à repousser les limites. Son concept et ses lignes exaltantes ont vu le jour dans le nouveau studio de design Audi dans la ville californienne de Malibu, où la marque modernise constamment son design, le regard tourné vers l’avenir. Le concept technique du PB18 e-tron bénéficie des années d’expérience en course d’Audi, victorieuse à de multiples reprises au Mans. Quant à la mise en œuvre, elle a été confiée aux experts d’Audi Sport GmbH, la filiale haute performance de la marque. L’abréviation « PB18 e-tron » fait référence à Pebble Beach, lieu du rendez-vous pour la première, mais aussi aux gènes technologiques et techniques que ce concept partage avec l’Audi R18 e-tron, voiture de course LMP1 couronnée de succès.

• Une voiture de sport ultraperformante à motorisation électrique
• Concept technique et stylistique
• Comme une monoplace sur circuit

Pour la première fois, Audi présente un concept car à l’occasion de la Pebble Beach Automotive Week à Monterey (Californie). L’Audi PB18 e-tron 100 % électrique se dessine comme une vision radicale de la supercar sportive de demain. Large et basse, visiblement inspirée par la soufflerie et le circuit, sa simple présence exprime déjà une propension à repousser les limites. Son concept et ses lignes exaltantes ont vu le jour dans le nouveau studio de design Audi dans la ville californienne de Malibu, où la marque modernise constamment son design, le regard tourné vers l’avenir. Le concept technique du PB18 e-tron bénéficie des années d’expérience en course d’Audi, victorieuse à de multiples reprises au Mans. Quant à la mise en œuvre, elle a été confiée aux experts d’Audi Sport GmbH, la filiale haute performance de la marque. L’abréviation « PB18 e-tron » fait référence à Pebble Beach, lieu du rendez-vous pour la première, mais aussi aux gènes technologiques et techniques que ce concept partage avec l’Audi R18 e-tron, voiture de course LMP1 couronnée de succès.

 

Un concept fait pour l’utilisation

De prime abord, l’Audi PB18 e-tron présente également un lien de parenté avec un autre concept car spectaculaire, l’Audi Aicon. Ce constat ne se limite pas aux éléments esthétiques caractéristiques, comme les vitres latérales convexes dans la partie supérieure et les arches de roue évasées à l’extrême. Les concept cars de 2017 et de 2018 sont également tous deux équipés d’une propulsion électrique avec batterie à électrolyte solide comme accumulateur d’énergie.

En revanche, l’Audi Aicon a été conçu comme un véhicule de luxe complètement autonome destiné à parcourir de longues distances (un jet d’affaires pour la route), tandis que les créateurs du PB18 e-tron l’ont conçu comme un pur bolide pour le circuit et la route. Dynamique et émotion étaient les maîtres-mots dans leur cahier des charges. La puissance de propulsion, l’accélération transversale et une ergonomie parfaite définissent le moindre détail. L’expérience conducteur entre  dans une toute nouvelle dimension.

En interne, la dénomination du projet du concept car était « Level Zero » afin de le distinguer clairement des niveaux de conduite autonome Level 3, 4 et 5 actuellement au centre des attentions chez Audi. Dans l’Audi PB18 e-tron, le conducteur dirige lui-même le véhicule et est le seul à appuyer sur l’accélérateur ou le frein. Par conséquent, ni systèmes complexes pour la conduite autonome ni accessoires de confort synonymes de poids supplémentaire ne sont présents à bord. Le siège du conducteur et le poste de conduite sont intégrés dans une capsule monocoque qui peut coulisser latéralement. Pour la conduite en solo, cette monocoque peut être positionnée au centre de l’habitacle, comme dans une monoplace, c’est-à-dire la position parfaite pour le circuit. Ceci est notamment rendu possible par la conception « by-wire » de la direction et des pédales, un raccordement mécanique des éléments de commande étant superflu.

Gael Buzyn est le directeur de l’Audi Design Loft à Malibu, lieu de naissance de l’Audi PB18 e-tron. Il décrit le sujet le plus important du cahier des charges : « Nous voulons offrir au conducteur des sensations que seule une voiture de course comme l’Audi R18 est capable de transmettre. Nous avons donc développé l’habitacle autour de la place idéale du conducteur, au centre. Toutefois, nous souhaitons aussi que le PB18 e-tron soit utilisable au quotidien, et pas uniquement pour le conducteur mais aussi le passager éventuel. »

En effet, lorsque la monocoque du conducteur est en position latérale, un espace supplémentaire est ménagé pour un passager, ce qui permet de conduire le PB18 e-tron au quotidien, comme un véhicule de route classique. De l’autre côté, un siège supplémentaire peut donc être rendu possible, intégré au plancher de manière affleurante et équipé d’une ceinture de sécurité à trois points. Pour monter et descendre du véhicule, le conducteur profite aussi d’un accès facile à la capsule de sa monocoque, cette dernière pouvant être déplacée jusqu’au bas de caisse lorsque la porte est ouverte.

Une inspiration puisée dans le sport automobile

La structure de l’Audi PB18 e-tron s’inscrit dans la veine de l’architecture classique d’une voiture de sport à moteur central avec une cabine placée très à l’avant. Pour améliorer la dynamique de conduite, le centre de gravité du véhicule se trouve derrière les sièges et devant l’essieu arrière. Néanmoins, il ne s’agit pas ici de l’ensemble moteur-transmission, comme sur une automobile traditionnelle, mais du bloc-batterie.

Un mélange d’aluminium, de carbone et de composites contribue au faible poids de base de la carrosserie de l’Audi PB18 e-tron. La batterie à électrolyte solide innovante et relativement légère permet notamment d’escompter un poids total inférieur à 1 550 kg.

Le PB18 e-tron affiche 4,53 mètres de long, 2 mètres de large et seulement 1,5 mètre de haut. Rien que par ces dimensions, il a l’ADN d’une voiture de sport classique. L’empattement est de 2,70 m et les porte-à-faux se révèlent compacts. De profil, le regard s’arrête sur la ligne du toit légèrement plongeante, s’étirant loin vers l’arrière et les imposants montants C. Associé à la grande lunette arrière presque verticale, ce design rappelle un concept de break de chasse, à savoir la fusion d’un coupé et de l’arrière d’un break. Il n’en ressort pas simplement une silhouette sans pareil, mais aussi, avec 470 litres, un net supplément de place pour les bagages, un espace bien trop souvent absent des voitures de sport. Un ensemble exclusif de valises, conçues sur mesure pour le compartiment à bagages, contribue à exploiter au mieux le volume du coffre. Même si, dans cette voiture, les bagages se résument généralement à un casque et une combinaison de pilote.

Un bandeau lumineux rouge s’étend sur toute la largeur de l’arrière et souligne la ligne horizontale de la carrosserie. La cabine est posée sur les larges épaules des arches de roue et donne presque l’impression d’être petite vue de l’arrière. Autre emprunt fonctionnel au sport automobile, la sortie d’air du diffuseur arrière s’étire en remontant. Le diffuseur peut être abaissé mécaniquement afin d’améliorer l’appui aérodynamique. Le spoiler arrière, normalement intégré, peut être déployé vers l’arrière dans le même but.

Quel que soit l’angle de vue, les arches de roue très évasées disposées en face de la cabine centrale accrochent le regard. Elles mettent en exergue la voie extrêmement large du PB18 e-tron et illustrent de cette manière le potentiel  dynamique transversale du véhicule et la transmission quattro indispensable. Les imposantes jantes de 22 pouces à huit branches asymétriques évoquent des entrées de turbine et, de concert avec les entrées et les sorties d’air des arches de roue, leur rotation garantit un excellent apport d’air vers les grands disques de frein en carbone.

La forme hexagonale bien connue de la calandre Singleframe, résolument large et coupée à l’horizontale, domine l’avant. Dans le plus pur style des sportives Audi, le logo de la marque est placé au-dessus, à l’extrémité avant du capot. De larges entrées d’air à gauche et à droite de la calandre Singleframe amènent l’air de refroidissement nécessaire pour le freinage et le moteur électrique avant. Des blocs optiques larges et plats avec technologie Digital Matrix intégrée ainsi que des feux de route laser complètent la face avant PB18 e-tron.

Les feux de route laser et leur immense portée démontrent tout particulièrement le transfert de savoir-faire depuis le sport automobile : cette technologie a fait son apparition sur la R18 Le Mans Prototype pour laquelle une intensité lumineuse maximale à des vitesses supérieures à 300 km/h, y compris la nuit, offrait un avantage sécurité indispensable.

En ce qui concerne l’écoulement d’air au niveau du capot, les concepteurs Audi s’engagent sur une nouvelle voie. Le capot plonge profondément et réunit les deux ailes très prononcées, comme un pont perpendiculaire à l’avant, tout en jouant le rôle de déflecteur. Ce style est plus que familier dans le milieu des prototypes de course.

En outre, cette configuration offre au conducteur une qualité visuelle unique, et pas uniquement sur circuit. En effet, assis particulièrement bas face au large pare-brise, le conducteur voit la route dans l’axe de l’ouverture du capot, ce qui lui permet de déterminer le tracé et le sommet des virages à la perfection. Une surface OLED transparente est montée dans le champ de vision. Elle affiche par exemple la trajectoire idéale du prochain virage, avec précision grâce aux données de navigation et l’électronique du véhicule. Dans des conditions de circulation routière normales, les flèches directionnelles et autres symboles du système de navigation s’insèrent quant à eux à la perfection dans le champ de vision du conducteur, à l’instar d’un affichage tête haute.

Le poste de conduite grand format est lui-même conçu comme une unité programmable à souhait et peut adopter diverses configurations pour le circuit ou pour la route en fonction du scénario d’utilisation.

L’émotion sans émissions : trois moteurs électriques et la transmission quattro

Le concept car met en œuvre trois puissants moteurs électriques, un situé à l’avant et deux à l’arrière. Ces derniers sont positionnés selon une configuration centrale entre les fusées d’essieu et agissent chacun directement sur une roue par l’intermédiaire de demi-arbres. Ils délivrent une puissance allant jusque 150 kW à l’essieu avant et de 350 kW à l’essieu arrière. Il va de soi que l’Audi PB18 e-tron est une véritable quattro. La puissance totale maximale est de 500 kW et lors des phases de boost, le conducteur peut même temporairement mobiliser jusqu’à 570 kW. Le couple combiné peut atteindre 830 Nm et permettre une accélération de 0 à 100 km/h en à peine plus de 2 secondes, une valeur qui ne s’écarte que légèrement de celle des prototypes LMP1 actuels.

Dans des conditions de circulation routière normales, le conducteur peut limiter la vitesse maximale au profit de l’autonomie. Sur circuit, cette limitation peut être facilement désactivée et adaptée aux conditions locales.

L’accent est mis sur une performance exceptionnelle, mais aussi sur une efficacité maximale. Lorsqu’elle roule, l’Audi PB18 e-tron récupère une grande quantité d’énergie : en effet, jusqu’à des plages de décélération moyennes, elle décélère uniquement par l’action de ses moteurs électriques et ce n’est qu’en cas de freinage brusque que le système hydraulique est sollicité.

En cas d’usage sportif, le concept des moteurs électriques séparés sur l’essieu arrière offre des avantages notables. Le Torque Control Manager, conjointement avec le contrôle électronique de la stabilité ESC, distribue activement le couple aux roues des essieux avant et arrière en fonction des besoins. Cette répartition du couple garantit une dynamique et une stabilité maximales. Grâce à la réponse presque instantanée des moteurs électriques, les commandes sont appliquées à la vitesse de l’éclair. Le concept de propulsion de l’Audi PB18 e-tron s’adapte parfaitement à chaque situation, qu’il soit question de dynamique transversale ou longitudinale.

La batterie à électrolyte solide refroidie par liquide a une capacité de 95 kWh. Une charge complète offre plus de 500 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. L’Audi PB18 e-tron est d’ailleurs déjà conçue pour une charge avec une tension de 800 volts. De cette manière, la batterie peut être complètement rechargée en une quinzaine de minutes.

L’Audi PB18 e-tron peut également être chargée par induction au moyen de l’Audi Wireless Charging (AWC). Pour ce faire, une plaque de recharge avec bobine intégrée est disposée à l’emplacement de stationnement de la voiture et raccordée au réseau électrique. Le champ alternatif magnétique induit une tension alternative dans la bobine secondaire (montée dans le plancher de l’automobile) à travers l’entrefer.

Haute technologie héritée de la catégorie LMP1 : le châssis

Le véhicule est doté à l’avant et à l’arrière d’une suspension à roues indépendantes sur des bras transversaux supérieurs et inférieurs, d’un système à poussoir sur l’essieu avant, communément utilisé dans le sport automobile, et d’un système à tirant sur l’essieu arrière ; dans les deux cas, les suspensions sont complétées par des amortisseurs adaptatifs magnetic ride. Le châssis de l’Audi R18 e-tron quattro a servi de modèle à l’architecture de base.

Les jantes de 22 pouces de diamètre sont équipées à l’avant de pneus 275/35 et à l’arrière de pneus 315/30. De larges disques de frein en carbone de 19 pouces de diamètre travaillent en coordination avec le frein électrique pour permettre la décélération stable et sûre de l’Audi PB18 e-tron, y compris en conditions de course difficiles.

Sur la voie de la production en série : l’électromobilité chez Audi

Audi développe des véhicules 100 % électriques ou hybrides depuis la fin des années 1980. La première production en série d’une voiture combinant un moteur à combustion et un moteur électrique fût l’Audi Duo de 1997 qui empruntait la carrosserie d’une A4 Avant. Une étape technologique majeure dans le développement des véhicules électriques a été la R8 e-tron, dévoilée en 2009 lors de l’IAA et auteur du record du tour pour un véhicule électrique sur la Nordschleife du Nürburgring en 2012.

Depuis 2014, Audi propose avec la puissante A3 e-tron de 150 kW (204 ch) son premier véhicule hybride rechargeable, dont les batteries peuvent être rechargées par récupération et par câble et permettre une autonomie électrique pure de 50 kilomètres selon le NEDC. 2016 a vu l’arrivée du Q7 e-tron. Il est propulsé par un moteur 3.0 TDI combiné à un moteur électrique, offrant une puissance et un couple combinés de respectivement 275 kW (373 ch) et 700 Nm. Il atteint 100 km/h en 6,2 secondes départ arrêté et est particulièrement performant. En mode tout électrique, il affiche une autonomie de 56 kilomètres parcourus sans émettre aucune émission locale. De plus, il s’agit du premier véhicule hybride rechargeable au monde doté d’un moteur diesel V6 et d’une transmission quattro.

Lors de l’édition 2015 de l’IAA, Audi a présenté le concept car e-tron quattro comme précurseur de la première voiture de série 100 % électrique de la marque. SUV au look radicalement nouveau, il offre une autonomie de plus de 400 kilomètres (selon la norme WLTP), associée à l’espace et au niveau de confort d’un haut de gamme Audi. La version de série de cet e-SUV pionnier, baptisé Audi e-tron, sera lancée en septembre 2018.

Voyage, circuit ou véhicule urbain autonome : une nouvelle offre de mobilité

Depuis 2017, Audi développe en parallèle une nouvelle famille de véhicules visionnaires en perspective de la prochaine décennie, à motorisation électrique et où l’usage du véhicule est précisément au centre de l’attention. Les véhicules actuellement sur le marché sont toujours conçus comme une parfaite synthèse entre des profils requis différents, ce qui se traduit souvent dans la pratique par la nécessité de faire des compromis. Les concept cars actuels, en revanche, occuperont une position nouvelle et cohérente sur un marché en constante diversification. L’Audi Aicon, véhicule de luxe destiné à parcourir de longues distances, a ouvert la voie lors de l’IAA en 2017 ; c’est à présent au PB18 de poser un nouveau jalon. D’autres modèles conceptuels, par exemple pour le trafic urbain, sont déjà en développement et seront présentés dans les mois à venir.

Faisant partie d’un pool de partage haut de gamme avec des modèles ultrapersonnalisés, ils peuvent tous dessiner encore plus le futur Audi. Et ainsi offrir du sur mesure pour des clients très exigeants qui souhaitent combiner mobilité, émotion et expérience dans chaque situation de vie. Ces clients peuvent alors choisir s’ils souhaitent utiliser le véhicule de leur choix temporairement seulement et l’échanger contre un autre si la nécessité l’impose ou s’ils préfèrent l’acquérir durablement, comme aujourd’hui déjà.

– Fin –

Dossier de presse (12/09/17)

Cap sur l’avenir en pilote automatique : la conduite autonome par Audi

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

Audi présentera trois nouveautés au salon de l’automobile de Francfort de 2017 : la nouvelle Audi A8 y fera notamment ses débuts. C’est la première automobile produite en série à permettre une conduite automatisée conditionnelle sur la voie publique. Pour la première fois, les conducteurs pourront complètement déléguer la conduite dans certaines situations. C’est une véritable révolution technologique. Et avec le double lancement mondial de deux concept cars, Audi dévoile également ses intentions quant au développement de la conduite autonome à l’avenir.

L’Audi Elaine est un coupé SUV électrique qui, dans quelques années, rendra possible une conduite hautement automatisée, parfois même sans la présence d’un conducteur à bord. Le conducteur gare l’Audi dans un espace désigné, la « zone de passation », et sort du véhicule. La voiture se conduit alors de façon automatique et sans occupant dans un parking à plusieurs étages proposant un éventail de services tels qu’une station de lavage, une station-service ou une borne de recharge. Grâce à Audi AI, la voiture fait tout toute seule.  

Avec le concept à quatre portes de l’Audi Aicon, la marque aux anneaux présente une Audi du futur autonome, sans volant ni pédales. En tant que concept car, la 2+2 quatre portes nous propulse en avant et présente le design intérieur et extérieur des véhicules des prochaines décennies. Côté technologie, elle intègre une série d’innovations visionnaires liées à la transmission, la suspension, la digitalisation et au développement durable.  L’Aicon a, elle aussi, été  conçue pour une conduite entièrement électrique et devrait permettre de couvrir des distances de plus de  800 kilomètres avec une seule charge.

Audi AI : intelligence et interaction

 

L’Audi ElAIne et l’Audi AIcon sont deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. Audi AI est le nouveau code désignant un éventail de systèmes innovants qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment le temps qu’ils passent en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique.

Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, les modèles de la marque aux anneaux sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

Une nouvelle liberté sur la route

Audi AI s’appuie sur les nombreuses années d’expérience accumulées par la marque en matière de concept cars avec conduite pilotée et associe les technologies et systèmes électroniques intelligents et innovants d’Audi. Audi AI offre aux conducteurs et aux passagers une nouvelle forme de liberté en réduisant la complexité de leurs interactions avec le véhicule et les autres usagers de la route. Divers éléments d’intelligence artificielle jouent également un rôle, à la fois dans le développement de nouveaux systèmes intelligents et empathiques, et dans leur utilisation ultérieure. À cet égard, Audi envisage diverses méthodes et approches de l’apprentissage automatique.

Conduite automatisée : des fonctions d’assistance à l’autonomie

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle n’en est encore qu’au seuil de la faisabilité dans le transport automobile. Audi est à l’avant-garde en la matière, et la nouvelle génération de son A8 est le premier modèle au monde produit en série développé pour la conduite automatisée conditionnelle de niveau 3.

À quoi correspond ce classement ? Une échelle à cinq niveaux a été mise au point dans le domaine de l’ingénierie automobile mondiale pour définir la conduite automatisée. Cette échelle a été élaborée par l’agence de normalisation américaine SAE International.

  • Niveau 1 : Assistance à la conduite Le système est capable de prendre en charge soit la surveillance longitudinale, soit la surveillance latérale du véhicule. Il aide le conducteur, qui reste néanmoins responsable et doit être prêt à reprendre le contrôle immédiatement, le cas échéant. Le régulateur de vitesse Adaptive Cruise Control (ACC) d’Audi est un exemple de système de niveau 1.
  • Niveau 2 : Automatisation partielle Dans certaines situations, le conducteur peut déléguer au système la surveillance longitudinale et latérale du véhicule de façon permanente, mais il doit garder un œil sur le système à tout moment et reprendre le contrôle lorsque cela est nécessaire. Le conducteur conserve donc la responsabilité. L’assistant embouteillages d’Audi en est un exemple : il prend en charge le freinage et l’accélération de la voiture en conditions de circulation lente jusqu’à 65 km/h, ainsi que la direction sur les meilleures routes.
  • Niveau 3 : Automatisation conditionnelle Le conducteur n’a plus besoin de surveiller en permanence les abords du véhicule et peut se lancer dans d’autres activités proposées par l’équipement embarqué. Le système reconnaît de façon autonome les limites, c’est-à-dire le moment où les conditions de circulation ne sont plus compatibles avec l’éventail de ses fonctions. Dans ces cas-là, le véhicule invite le conducteur à reprendre la conduite au moyen d’une alerte envoyée plusieurs secondes à l’avance. Le traffic jam pilot dans la nouvelle Audi A8 répondra à ces critères.
  • Niveau 4 : Forte automatisation Les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, mais leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple une autoroute ou un parc de stationnement. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite hautement automatisée. Si le conducteur ne réagit pas, le système adopte une position de sécurité, par exemple en s’arrêtant sur la bande d’arrêt d’urgence. Les taxis robot dans les centres-ville sont un autre exemple de ce système. Ils prennent en charge l’intégralité de la conduite sur une plage de vitesse restreinte et un trajet limité.
  • Niveau 5 : automatisation complète Le véhicule assume entièrement les contrôles latéraux et longitudinaux. Les systèmes de niveau 5 n’ont jamais besoin de l’aide du conducteur. Les éléments de contrôle comme le volant ou les pédales ne sont plus nécessaires.
  • Dans le domaine de la conduite pilotée et de la conduite automatisée conditionnelle, les développeurs Audi s’efforcent de systématiquement et rapidement étendre le champ d’application des niveaux 3 et 4. Leur objectif est d’offrir aux conducteurs autant de temps et de liberté que possible.

 


Téléchargez l'ensemble du dossier de presse en version PDF pour en savoir davantage sur les nouveautés Audi AI 2017.

MÉDIATHÈQUE