Audi France Media
Communiqué de presse
Les éditions de lancement Audi Q2 Launch Edition et Launch Edition luxe >>
(23/11/16)
Communiqué de presse
Ouverture des commandes de la seconde génération de l’Audi Q5 >>
(21/11/16)
Communiqué de presse
Nouvelles Audi A5 & S5 Cabriolet – Pour un plaisir de conduite plus intense >>
(04/11/16)
Communiqué de presse
Ouverture des commandes de la seconde génération de l’Audi Q5 >>
(21/11/16)
Nouvelles Audi A5 & S5 Cabriolet – Pour un plaisir de conduite plus intense >>
(04/11/16)
Communiqué de presse
Le stationnement intelligent automatisé : Audi au congrès sur l’intelligence artificielle (NIPS) à Barcelone >>
(05/12/16)
ACTUALITÉS
Communiqué de presse (07/12/16)

Audi se connecte au réseau de feux de signalisation aux Etats-Unis

• Traffic Light Information est le premier service Vehicle-to-Infrastructure (V2I) développé par un constructeur automobile • Le service sera dans un premier temps disponible sur les Audi A4 et Q7 à Las Vegas • Le réseau est essentiel pour l’intégration de la conduite autonome en ville Lorsque l’on peut prévoir l’alternance des feux, la conduite est plus détendue et efficiente. Audi est le premier constructeur automobile à connecter ses véhicules à l’infrastructure des villes – une étape importante vers la conduite autonome. Dès aujourd’hui à Las Vegas, les Audi A4 et Q7 peuvent afficher directement dans la voiture l’alternance des feux de circulation. Le système sera progressivement intégré dans d’autres villes américaines ainsi qu’en Europe. Le système Traffic Light Information permet d’optimiser le trafic urbain, d’économiser un temps précieux et de réduire l’impact sur l’environnement.

Ingolstadt/Las Vegas, le 7 décembre 2016 – Lorsque l’on peut prévoir l’alternance des feux, la conduite est plus détendue et efficiente. Audi est le premier constructeur automobile à connecter ses véhicules à l’infrastructure des villes – une étape importante vers la conduite autonome. Dès aujourd’hui à Las Vegas, les Audi A4 et Q7 peuvent afficher directement dans la voiture l’alternance des feux de circulation. Le système sera progressivement intégré dans d’autres villes américaines ainsi qu’en Europe. Le système Traffic Light Information permet d’optimiser le trafic urbain, d’économiser un temps précieux et de réduire l’impact sur l’environnement.

Audi of America coopère avec plusieurs villes d’Amérique pour moderniser l’infrastructure afin de la rendre compatible à la technologie V2I. « Pour la première fois, nos véhicules échangent des informations avec l’infrastructure routière en temps réel. Les conducteurs peuvent adapter leur comportement de conduite à la situation et se déplacer dans le trafic urbain d’une manière beaucoup plus détendue et contrôlée » explique Andreas Reich, chef du pré-développement électronique chez AUDI AG. « En connectant nos modèles Audi à des villes intelligentes, nous améliorons l’efficacité énergétique. D’autres services V2I suivront, faisant de la voiture un appareil mobile interactif à part entière. Nous considérons la conduite autonome comme la phase finale de ce développement. »

Tous les modèles Audi A4 et Q7 produits pour le marché américain depuis juin 2016 comprenant les services Audi connect sont équipés de cette fonction. Aux Etats-Unis, les centres municipaux de gestion de trafic communiquent les données relatives aux feux de circulation au partenaire technique d’Audi sur ce projet, Traffic Technology Services TTS. Les données sont préparées et envoyées à l’ordinateur de bord du véhicule via une connexion internet rapide en temps réel.

La première fonction du système Traffic Light Information V2I est appelée Time-to-Green. Les informations affichées en temps réel sur l’Audi virtual cockpit ou l’affichage tête-haute, permettent aux conducteurs de savoir s’ils seront capables d’atteindre le feu suivant (au vert) dans les limitations de vitesse autorisées. Sinon, un compte à rebours affiche le temps restant jusqu’à la prochaine phase verte – les conducteurs peuvent ainsi lever le pied de l’accélérateur. Des projets pilotes en Europe ont montré que les conducteurs étaient plus prévoyants grâce à ce service. Cela a également un effet bénéfique global sur les flux de trafic. « Dans nos tests, le nombre de véhicules ayant dû freiner à l’arrêt a chuté de 20%. Cela a permis un gain de temps pour le conducteur ainsi qu’une économie d’environ 15% de carburant » déclare Michael Zweck, responsable du projet Audi Traffic Light Information.

Les clients Audi sont les premiers utilisateurs de ce service. Pour l’avenir, Audi investit dans un système de feu de signalisations qui bénéficiera également aux clients des autres constructeurs. La diffusion croissante des technologies aidera les planificateurs de la circulation urbaine à comprendre les causes des embouteillages et à optimiser les phases des feux de signalisation.

À l’avenir, les informations des feux de signalisation pourraient être reliées au système de navigation et utilisées pour les nouveaux systèmes de motorisations. Par exemple, des « ondes vertes » dans les séquences des feux de circulation pourraient être incorporées dans la planification des itinéraires. Il est également concevable que les modèles Audi e-tron aient une plus grand autonomie en profitant de la recharge gagnée lors des décélérations aux feux rouge.

Audi à l’intention d’introduire la technologie en Europe. Des projets pilotes ont été lancé à Berlin, Ingolstadt, Garmisch-Partenkirchen et Verone. À Berline, 700 feux de circulation du centre-ville ont été reliés au service. Cependant, il n’existe pas de normes de données ou d’infrastructure numériques unifiées à l’échelle européennes. « En Europe, une technologie de trafic très diversifiée est utilisée car l’infrastructure s’est développée localement. Nous travaillons sur l’harmonisation des données. Après cette étape, nous serons en mesure de connecter les feux de signalisation européen » a annoncé Michael Zweck.

– Fin –

Communiqué de presse (05/12/16)

Le stationnement intelligent automatisé : Audi au congrès sur l’intelligence artificielle (NIPS) à Barcelone

• Un modèle réduit de l’Audi Q2 maîtrise de façon autonome les situations complexes de stationnement • L’apprentissage automatique (machine learning) : une technologie cruciale pour la conduite autonome • Rencontre avec des spécialistes de l’intelligence artificielle et des responsables RH d’Audi

Ingolstadt, le 5 décembre 2016 – C’est l’un des congrès sur l’intelligence artificielle les plus importants au monde : tous les ans, les conférences et ateliers du NIPS (Neural Information Processing Systems) présentent les dernières avancées en matière de machine learning et neurosciences computationnelles. Pour la première fois, Audi présentera son expertise lors de ce congrès. Du 5 au 10 décembre 2016 à Barcelone, le constructeur premium démontre à l’aide d’un modèle réduit la façon dont un véhicule élabore des stratégies intelligentes de stationnement. Le constructeur automobile donnera également aux spécialistes et candidats potentiels des informations sur les emplois liés aux domaines innovants.

Les systèmes d’auto-apprentissage sont essentiels à la conduite autonome. C’est pourquoi Audi a déjà accumulé un savoir-faire considérable en ce domaine. L’entreprise est d’ailleurs le seul constructeur automobile présent au NIPS avec son propre stand et son animation. Un modèle réduit à échelle 1:8 baptisé « Audi Q2 deep learning concept » (concept-car de travail et d’apprentissage) assure la démonstration d’une manœuvre intelligente de stationnement. Sur une superficie de 3 x 3 mètres, il recherche seul une place de parking adéquate (matérialisée par un cadre métallique) et, une fois qu’il l’a trouvée, s’y gare de lui-même.

Son dispositif de détection se compose de deux mono-caméras dirigées vers l’avant et l’arrière, ainsi que de dix capteurs à ultrasons disposés tout autour du véhicule. Un ordinateur central embarqué convertit leurs données en signaux de commande envoyés à la direction et au moteur électrique. Sur l’espace de démonstration, le modèle réduit détermine d’abord sa position par rapport à la place de stationnement puis, dès qu’il l’a évaluée, calcule comment procéder pour atteindre en toute sécurité l’emplacement visé. Il effectue les manœuvres de braquage, de marche avant et marche arrière en fonction de la situation.

Si le modèle réduit parvient à se garer seul, c’est grâce à l’apprentissage par expérimentation (deep reinforcement learning en anglais). Autrement dit, le système apprend essentiellement au travers de ses essais et ses erreurs. Au début, le véhicule choisit sa trajectoire au hasard. Un algorithme identifie automatiquement les actions qui ont réussi, ce qui lui permet d’affiner constamment la stratégie de stationnement. Au final, le système est ainsi capable de résoudre seul les problèmes, même difficiles.

Le concept-car Audi Q2 « Deep reinforcement learning » est un projet de pré-développement d’Audi Electronics Venture (AEV), une filiale d’AUDI AG basée à Gaimersheim, en Allemagne. L’étape suivante consistera pour les développeurs à transposer le processus de recherche d’une place de stationnement à une vraie voiture.

Outre des instituts de recherche, le réseau mondial des Partenaires d’Audi comprend des sociétés implantées dans des pôles technologiques en Europe, en Israël et dans la Silicon Valley en Californie. Il compte notamment Mobileye, leader mondial de la reconnaissance d’image. Dans le cadre de ce partenariat, les deux entreprises ont allié leur expertise pour développer un logiciel d’apprentissage par renforcement profond destiné aux systèmes de perception de l’environnement. Audi l’utilisera pour la première fois en 2017 dans l’unité centrale de contrôle des systèmes d’aide à la conduite (zFAS), sur l’Audi A8 de nouvelle génération. Pour sa part, NVIDIA – l’un des leaders de l’informatique visuelle – a joué un rôle important dans la mise au point du zFAS en accompagnant son développement. Ces solutions techniques permettront aux clients de bénéficier de la conduite autonome dans les embouteillages, ainsi que du stationnement automatisé.

Audi intensifie actuellement ses collaborations avec des industries high-tech, en augmentant le degré d’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans ses composants. Ces formes d’intelligence artificielles sont importantes pour faire face aux situations difficiles telles que le trafic urbain par exemple. Elles permettent aux voitures autonomes d'évaluer leur environnement complexe et d'effectuer les manœuvres de conduite nécessaires.

Parmi les visiteurs du NIPS se trouveront des spécialistes de l’IA, venus s’informer sur toutes ces évolutions passionnantes. S’ils sont intéressés par un poste chez Audi dans les différents secteurs de l’innovation, des experts de ces domaines et des responsables des Ressources Humaines seront présents sur place afin de les renseigner sur les différentes opportunités de carrière au sein de l’entreprise. Chez Audi, les spécialistes auront la possibilité de contribuer au rôle de l'IA dans l'industrie automobile en appliquant leurs connaissances dans les domaines de machine learning, du cloud computing, de l'analyse de données et de l'architecture des véhicules.

– Fin –

Communiqué de presse (02/12/16)

L’Audi A3, Une success story – Deux décennies, trois générations

• La tête de liste de la catégorie « compacte premium » célèbre son anniversaire • Plus de 4 millions d'unités vendues depuis 1996 • De la 3 portes au cabriolet en passant par l’Audi RS 3 - 54 variantes disponibles Audi célèbre l'anniversaire de l'Audi A3. Le best-seller a fait ses débuts il y a 20 ans au Salon de Francfort (IAA). Aujourd'hui, cette « compacte premium » se décline en quatre types de carrosserie, quatre motorisations et trois finitions.

Ingolstadt, le 2 décembre 2016 – Audi célèbre l'anniversaire de l'Audi A3. Le best-seller a fait ses débuts il y a 20 ans au Salon de Francfort (IAA). Aujourd'hui, cette « compacte premium » se décline en quatre types de carrosserie, quatre motorisations et trois finitions.

C’est en 1996 qu’Audi a lancé l’Audi A3 au Salon de l’auto de Francfort (IAA). Dès la toute première génération, l’Audi A3 revendiquait des innovations et des équipements dignes des catégories supérieures, créant ainsi le segment « compact premium ». Au début, elle n’existait qu’en berline trois portes, disponible en trois finitions et quatre motorisations essence ou diesel. En septembre 1998, Audi propose pour la première fois sur le segment des compactes, l’Audi A3 équipée de la transmission quattro. Une version cinq portes est venue étoffer la série en mars 1999.

Au printemps de la même année, le constructeur franchit une étape en lançant la première génération de l’Audi S3, un modèle particulièrement sportif animé par un quatre cylindres en ligne de 1,8 litre à turbocompresseur et cinq soupapes par cylindre, d’une puissance de 210 ch.

La calandre en deux parties qui équipait encore l’Audi A3 de seconde génération a été remplacée en 2005 par la calandre monobloc Singleframe, qui allait devenir l’élément stylistique identitaire de la firme d’Ingolstadt. Audi a également élargi la famille A3 avec le lancement en 2008 du premier cabriolet A3 arborant une capote en toile classique.

La troisième génération de l’Audi A3 propose maintenant une berline tricorps, une version présentée en première au Salon de Genève 2012. En 2016, toutes les variantes de la série ont bénéficié des dernières technologies avant-gardistes.

L’Audi RS 3 Sportback est le fleuron sportif de la famille. La première génération a vu le jour en 2011 avec un moteur cinq cylindres de 340 ch, suivie en 2015 d’une seconde édition de 367 ch.

Cette année au Mondial de l’Automobile de Paris, Audi a présenté la Berline RS 3 – première tricorps de la marque affichant le logo RS. Elle est propulsée par un 2.5 TFSI de 294 kW (400 ch), le cinq cylindres le plus puissant du marché.

Cockpit : de l’analogie au digital

Lors de leur lancement, les première et deuxième générations de l’Audi A3 possédaient un compteur et un compte-tours analogiques. La version actuelle peut quant à elle être équipée de l’Audi virtual cockpit proposé en option. Entièrement digitalisé, il affiche les informations de conduite sur un écran TFT haute définition de 12,3 pouces. Le conducteur passe d’un mode d’affichage à l’autre d’une simple pression sur le bouton « View » situé sur le volant multifonction. En mode Classic, les instruments de bord sont aussi grands que des cadrans analogiques classiques tandis qu’en mode Infotainment, la fenêtre centrale est prépondérante. Elle agrandit l’espace dédié à la carte de navigation, ou affiche de façon très lisibles les listes et fonctions du téléphone, de la radio et du système audio. Compteur et compte-tours sont alors affichés comme des petits cadrans sur les côtés.

Motorisation : du conventionnel à l’alternatif

Dans la gamme Audi, l’A3 fait également office de précurseur en matière de choix de motorisations. Aux côtés des huit groupes essence et diesel conventionnels, le modèle est en effet disponible depuis le lancement de la troisième génération avec deux motorisations alternatives : une version au gaz naturel et une hybride rechargeable.

Premier modèle hybride rechargeable de la marque, l’Audi A3 e-tron associe un bloc 1.4 TFSI et un moteur électrique. Le moteur thermique affiche une puissance de 150 ch et un couple de 250 Nm, des chiffres qui s’établissent respectivement à 75 kW et 330 Nm pour le moteur électrique. Avec une puissance cumulée de 204 ch, le système autorise une conduite sportive. Lorsqu’on branche le véhicule sur une prise triphasée de 380 Volts, il suffit d’à peine plus de deux heures pour recharger complètement la batterie au lithium (8,8 kWh).

La famille A3 offre une autre motorisation alternative avec l’A3 Sportback g-tron : variante au gaz naturel fossile, cette 5 portes compacte peut rouler à l’Audi e-gas, dont la production affiche un bilan climatique quasiment neutre. Emmenée par un groupe 1.4 TFSI développant 110 ch, l’A3 Sportback g-tron est un modèle de sobriété et d’économie, avec un coût de carburant d’environ 4 €/100 km. Grâce à la préparation bivalente du quatre cylindres, son autonomie dépasse les 400 km en cycle NEDC lorsqu’il fonctionne au gaz naturel, et peut gagner jusqu’à 900 kilomètres supplémentaires lorsqu’il marche à l’essence.

Boîte de vitesses : première boîte automatique à double embrayage

Dérivée de la compétition, la boîte de vitesses à double embrayage et commande électro-hydraulique a équipé une Audi de série, l’Audi A3 de deuxième génération. Grâce à ses changements de rapport ultra-rapides, elle favorisait une conduite sportive sans perte de puissance motrice. Aujourd’hui, la boîte à double embrayage S tronic est bien présente et disponible dans presque toutes les séries de la gamme.

Éclairage : de l'halogène au Matrix LED

L’Audi A3 illustre bien l’évolution de la technologie d’éclairage de ces vingt dernières années. Si la première génération était dotée de phares halogènes, la compacte premium bénéficie aujourd’hui de série de phares au xénon. Proposés en option, les phares Matrix LED éclairent la route d’une lumière très proche de celle du jour, sans éblouir les autres usagers.

Dans chaque phare Matrix LED, quinze diodes électroluminescentes produisent le faisceau longue portée à partir de trois réflecteurs. Une caméra installée sur le rétroviseur central fournit des informations au boîtier électronique. Selon les besoins, celui-ci allume individuellement les LED, les éteint ou module leur intensité sur une échelle de 64 niveaux. On obtient ainsi des millions de possibilités de répartition du faisceau lumineux. En présence de panneaux de signalisation très réfléchissants, la puissance d’illumination s’atténue de 30 % pour éviter d’aveugler le conducteur.

Systèmes d’aide à la conduite : dernière ligne droite avant la conduite autonome

Les nombreux systèmes d’aide à la conduite de l’Audi A3 témoignent de la rapidité d’évolution de la marque en matière d’équipements électriques et électroniques. L’actuelle génération offre par exemple l’aide au maintien dans la voie de circulation Audi active lane assist, ou encore l’anticipation de collision avant Audi pre sense front avec détection des piétons.

Dispositif très novateur, l’aide à la conduite dans les embouteillages le traffic jam assist (en option) maintient une distance de sécurité avec le véhicule qui précède. Et si le conducteur choisit de la coupler avec la boîte de vitesses S tronic, l’Audi A3 se remet automatiquement en marche après un court arrêt. Enfin, jusqu’à 65 km/h et sur les bons revêtements, le système est même capable de prendre en charge brièvement la direction – une avancée décisive vers la conduite autonome.

Un modèle à succès : plus de 4 millions d'unités livrées depuis 1996

Les 20 ans de l’Audi A3 : pour la seule Allemagne, les différents choix de carrosserie, de motorisation, de boîte de vitesses et de transmission totalisent 54 variantes de cette compacte premium. Mais ce produit phare d’Ingolstadt est désormais d’envergure internationale puisqu’il a conquis les routes de plus de 100 marchés. Les modèles Audi A3, A3 Sportback, A3 Sportback e-tron et A3 Sportback g-tron sont tous produits sur le site d’Ingolstadt. En 2001, le Groupe Audi a délocalisé une partie de la production de l’A3 dans l’usine de Győr, en Hongrie. De sa ligne d’assemblage sortent aujourd’hui les Audi A3 Berline et Cabriolet. Quant aux A3 Sportback et A3 Berline destinées au marché chinois, elles sont construites dans l’usine Audi de Foshan. Depuis le lancement de l’A3 il y a 20 ans, sa production totale a dépassé les 4 millions d’exemplaires.

– Fin –

Communiqué de presse (01/12/16)

Les Part-Time Scientists et Audi lunar quattro prêts à conquérir la lune

• La mise au point du véhicule lunaire "Audi lunar quattro" est terminée • L'équipe spatiale allemande "Part-Time Scientists" signe un accord pour le lancement d'une fusée • De nombreux partenaires issus des entreprises et du secteur de la recherche mobilisés pour le projet Il a perdu huit kilos, tout en bénéficiant de la puissance Audi e-tron : après de nombreux essais le véhicule lunaire "Audi lunar quattro" est prêt à explorer la lune, l'un des sols les plus accidentés qu’il soit. Outre le développement du véhicule lunaire, la mission veut également atteindre un autre objectif : l'équipe spatiale allemande "Part-Time Scientists" a annoncé hier à l’Audi City à Berlin qu'elle compte bien parcourir les 385 000 km vers la Lune à fin 2017 à l'aide d'un lanceur réservé chez Spaceflight Inc. En tant que premier partenaire technologique et ambassadeur et soutien de l’équipe "Part-Time Scientists", Audi a permis de générer une large publicité pour le projet et a rassemblé autour de celui-ci d'autres partenaires éprouvés.

Berlin/Ingolstadt, le 30 novembre 2016 - Il a perdu huit kilos, tout en bénéficiant de la puissance Audi e-tron : après de nombreux essais le véhicule lunaire "Audi lunar quattro" est prêt à explorer la lune, l'un des sols les plus accidentés qu’il soit. Outre le développement du véhicule lunaire, la mission veut également atteindre un autre objectif : l'équipe spatiale allemande "Part-Time Scientists" a annoncé hier à l’Audi City à Berlin qu'elle compte bien parcourir les 385 000 km vers la Lune à fin 2017 à l'aide d'un lanceur réservé chez Spaceflight Inc. En tant que premier partenaire technologique et ambassadeur et soutien de l’équipe "Part-Time Scientists", Audi a permis de générer une large publicité pour le projet et a rassemblé autour de celui-ci d'autres partenaires éprouvés.

Audi et une équipe d’ingénieurs allemands ont annoncé leur partenariat début 2015. Leur objectif commun : mettre à profit l’expertise technologique des deux partenaires pour envoyer le véhicule lunaire de l’équipe « Part-Time Scientists » en partageant leur savoir-faire dans de nombreux domaines techniques, notamment pour optimiser le véhicule lunaire en vue de sa mission. Audi a en particulier apporté à l’équipe de Berlin la technologie quattro, ses connaissances et son expertise en matière de construction légère et de motorisation e-tron ainsi que son aide dans la conception même du robot.

« Nous sommes fiers d'avoir pu transférer au véhicule lunaire des aspects importants de notre ADN aux quatre anneaux : il s'agit d'un quattro équipé d'une batterie e-tron, capable d’avancer en mode autonome et d’une combinaison judicieuse de composants », a fait remarquer Michael Schöffmann, Directeur du Développement Transmission chez Audi et coordinateur du développement de l'Audi lunar quattro. « La coopération avec l’équipe Part-Time Scientists a également été très enrichissante pour nous : avec l’Audi lunar quattro, nous explorons de nouvelles voies technologiques et nous pouvons apprendre beaucoup sur la façon dont se comportent les composants automobiles dans des conditions extrêmes. »

Au cours des derniers mois, les experts Audi ont travaillé sur la répartition intelligente de la transmission intégrale, optimisant son système électronique haute performance et apportant leur expertise de de conduite autonome au processus de développement. Afin d'améliorer la stabilité et d'augmenter la surface de contact, les ingénieurs et les concepteurs ont élargi le véhicule lunaire et ses roues. Dans le même temps, ils ont réduit son poids de 38 à 30 kilos en optant pour une combinaison optimale de matériaux et en utilisant l'impression 3D en aluminium. Des essais poussés, par exemple dans la chambre de simulation à l’exposition solaire d’Audi, ont également concouru à simuler les conditions extrêmes sur la Lune et à évaluer l’aptitude des composants du véhicule lunaire.

Sur la lune, l’Audi lunar quattro sera équipé de quatre caméras pour le guider. Ces caméras lui permettront par ailleurs d’examiner des objets et de prendre des photos 3D à 360°. Le cliché le plus attendu sera sans nul doute celui du module lunaire de la mission Apollo 17, qui se trouve toujours dans la vallée de Taurus-Littrow. Le module de l’équipe Part-Time Scientists, Alina, atterrira près du point d'alunissage de la mission de 1972 avec deux Audi lunar quattro à son bord. La sonde se dirigera vers la Lune grâce à un lanceur Falcon 9, ayant une capacité de transport totale de 100 kilos. En plus des deux véhicules lunaires, l’équipe « Part-Time Scientists » pourra également envoyer du matériel de recherche pour d’autres partenaires. Dans ce contexte, les partenaires du projet tels que l’Agence Spatiale Américaine NASA, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et Wikipedia se sont engagés en raison de leur intérêt scientifique pour la mission.

L’équipe « Part-Time Scientists » a prévu le vol lunaire dès la fin 2017. Avant cela, elle doit encore mener des tests approfondis de résistance sur les deux véhicules Audi quattro lunaire ainsi que sur la sonde d'atterrissage. A cette fin, dès que les derniers réglages seront effectués, l'équipe procédera au cours des prochains mois à un test grandeur nature de l’ensemble de la mission au Moyen-Orient.

L’équipe « Part-Time Scientists » a vu le jour fin 2008 à l'initiative de l’expert IT Robert Böhme. Basée à Berlin, cette équipe est aujourd'hui composée de 35 ingénieurs de trois continents. En coopérant avec des spécialistes de l'espace, leur objectif est de faire de la mission lunaire une réalité en vue de recueillir autant de connaissances que possible an vue de promouvoir le développement technologique et faire avancer les progrès scientifiques.

Le Google Lunar XPRIZE est une compétition de l’espace qui s’adresse aux ingénieurs et entrepreneurs du monde entier, dont le premier prix est d’une valeur de 30 millions de dollars. Pour le gagner, une équipe privée doit envoyer un robot sur la lune, lui faire parcourir au moins 500 mètres et envoyer à la Terre des photos haute résolution. Sur les 30 équipes sélectionnées au départ, seules cinq sont encore en lice pour conquérir la Lune. Les Part-Time Scientists sont la seule équipe allemande.

– Fin –

Communiqué de presse (30/11/16)

« The extra hour » une installation conjointe Audi et Lego® au Design Miami/

• « The extra hour » symbolise le temps gagné grâce à la conduite autonome • Une Audi RS 7 piloted driving concept présentée au centre d’une horloge géante • Audi est partenaire du Design Miami/ depuis 2006 Gagner du temps au quotidien permet de s’offrir plus de liberté : les avantages de la conduite autonome sont mis à l’honneur lors d’une exposition se tenant du 30 novembre au 4 décembre 2016 au Design Miami/. Audi a travaillé en collaboration avec le Groupe LEGO afin de développer une installation inédite nommée « The extra hour ».

Miami/Ingolstadt, le 30 novembre 2016 – Gagner du temps au quotidien permet de s’offrir plus de liberté : les avantages de la conduite autonome sont mis à l’honneur lors d’une exposition se tenant du 30 novembre au 4 décembre 2016 au Design Miami/. Audi a travaillé en collaboration avec le Groupe LEGO afin de développer une installation inédite nommée « The extra hour ».

La conduite autonome permet de soulager le conducteur de la pression de la conduite tout en lui faisant gagner un temps précieux. Ses mains et son esprit sont libérés, ce qui lui permet de faire d’autres choses pendant son trajet. En conséquence, l’Audi de demain deviendra une véritable extension du lieu de travail, de détente et un terrain d’expérience. Pour Audi, ce gain de temps est symbolisé par le gain d’une 25ème heure de temps au cours d’une journée – « The extra hour ». Au Design Miami/, Audi s’est associé au Groupe LEGO afin de représenter visuellement le concept. Une Audi RS 7 piloted driving concept, placée au centre d’une horloge géante, est le point focal de la présentation. Un chiffre 25 géant, entièrement conçu en LEGO, complète l’installation.  

« Audi et le Groupe LEGO partagent la même passion pour l’innovation et l’inventivité » déclare Nils Wollny, responsable de la stratégie commerciale digitale et de l’expérience client pour AUDI AG. « Cette passion est particulièrement utile pour le développement de nouveaux produits et de nouvelles technologies liées à la conduite autonome ». William Thorogood, directeur de l’innovation chez LEGO Creative Play Lab, ajoute : « Nous espérons insuffler de l’imagination et de la créativité aux visiteurs de l’exposition et les encourager à se permettre la rupture offerte par l’acquisition d’une 25ème heure dans leur quotidien. »

L’exposition se tiendra au Design Miami/ du 30 novembre au 4 décembre à Miami en Floride. Considéré comme un forum mondial du design, il attire chaque année les collectionneurs d’art, galeristes, concepteurs, commissaires et critiques les plus influents du monde. Audi est le partenaire automobile exclusif de l’exposition depuis 2006.

 Plus d’informations concernant le Design Miami/ sur www.audi-mediacenter.com/en/design-exhibitions-4524  

– Fin –

Communiqué de presse (29/11/16)

Une success story qui se poursuit sous une nouvelle dénomination : quattro GmbH devient Audi Sport GmbH

• Audi Sport GmbH : une filiale basée à Neckarsulm qui produit pour le monde entier • L’activité principale est la fabrication des modèles Audi R8 et RS quattro GmbH, située à Neckarsulm depuis 1983, se nomme désormais Audi Sport GmbH. Sous la direction de Stephan Winkelmann, cette filiale à 100% d'AUDI AG emploie aujourd’hui environ 1 200 personnes.

Neckarsulm, le 29 novembre 2016 - quattro GmbH, située à Neckarsulm depuis 1983, se nomme désormais Audi Sport GmbH. Sous la direction de Stephan Winkelmann, cette filiale à 100% d'AUDI AG emploie aujourd’hui environ 1 200 personnes.

Depuis 1983, quattro GmbH, dont le siège social se trouve à Neckarsulm, construit des voitures de sport hautes performances et propose des concepts automobiles de haute technologie. Aujourd’hui, la filiale d'Audi s’appelle Audi Sport GmbH et construit des voitures pour quatre marchés. En plus de développer et de fabriquer les modèles Audi R8 et Audi RS, elle intervient dans la compétition réservée aux clients - Audi Sport customer racing. Les autres domaines d'activité comprennent des solutions de personnalisation de véhicule via le programme exclusif Audi, ainsi que des produits lifestyle commercialisés sous le nom de Collection Audi Sport.

Le nom d’Audi Sport s'inspire d'une longue tradition dans le sport automobile. Dès les années 1930, les légendaires modèles "Silver Arrow" d'Auto Union étaient la référence ultime sur les circuits du monde entier. Dans les années 1980, l'Audi quattro avec transmission intégrale permanente a démontré ses qualités exceptionnelles en rallye. Aujourd'hui, Audi concourt en DTM, en Formule E, en compétitions GT et en catégorie TCR. Les jeunes talents du sport automobile prennent leur marque avec l’Audi Sport TT Cup. Les modèles de production bénéficient des développements et des technologies utilisées pour la première fois dans le sport automobile. L'Audi R8 et les modèles Audi RS représentent l'avant-garde sportive de la marque, alliant hautes performances avec exclusivité et prestige.

L'abréviation RS correspond à la version la plus puissante d'un modèle Audi, affichant des performances dynamiques impressionnantes, une sophistication raffinée associée à une utilisation au quotidien et une transmission intégrale quattro permanente. L’appellation RS a vu le jour en 1994 avec le lancement de l'Audi RS 2 Avant.

C'était une pionnière - une vraie voiture de sport hautes performances avec cinq sièges et un grand coffre. Depuis lors, quattro GmbH a constamment étendu sa gamme de modèles RS, qui va de la compacte Audi RS 3 Sportback à l'Audi RS 6 Avant ou Audi RS 7 Sportback, véhicules du segment supérieur. L'objectif d’Audi Sport GmbH est de créer les modèles les plus prestigieux de AUDI AG.

L'Audi R8 est le summum de la gamme. La première génération a été lancée sur le marché en 2007 avec un concept de véhicule innovant : moteur central, construction légère avec technologie Audi Space Frame et une transmission intégrale quattro. La voiture de sport hautes performances offre une expérience de conduite exclusive, et, de plus, elle est parfaitement adaptée à la compétition grâce à son rapport puissance / poids optimal.

Les ventes ont doublé au cours des cinq dernières années. Au cours des 18 prochains mois, Audi Sport GmbH lancera huit nouveaux modèles, ce qui renforcera sa position sur le marché. Aujourd’hui, le nombre de Partenaires Audi Sport spécialisés est de 370 et ce chiffre passera à environ 600 à la fin 2017.

Stephan Winkelmann est Directeur Général depuis le 15 mars 2016. Audi Sport GmbH emploie environ 1 200 personnes à Neckarsulm et Ingolstadt.

La gamme de produits d’Audi Sport GmbH comprend actuellement les modèles suivants :

  • Audi RS 3 Berline
  • Audi RS Q3, Audi RS Q3 performance
  • Audi RS 6 Avant, Audi RS 6 Avant performance
  • Audi RS 7 Sportback, Audi RS 7 Sportback performance
  • Audi TT RS Coupé, Audi TT RS Roadster
  • Audi R8 Coupé, Audi R8 Spyder
  • Audi S8 plus

 

– Fin –

Dossier de presse (28/11/16)

Week-end des Musiques à l'Image

Pour la seconde année, la Philharmonie de Paris et Audi talents awards s’associent afin de proposer un week-end dédié aux musiques à l’image les 3 et 4 décembre prochains. Au programme de cette cinquième édition du Week-end des Musiques à l’Image : - The movie music of Spike Lee & Terence Blanchard : Première française, Terence Blanchard, célèbre compositeur et trompettiste jazz, revisite en musiques et images 25 ans de complicité créative avec le réalisateur de Malcolm X. Avec Angélique Kidjo, Dianne Reeves et China Moises - Jim Jarmusch revisited : Création exceptionnelle, Jim Jarmusch revisited est un spectacle hommage fascinant réalisé par David Coulter Avec Mulatu Astatke, Alex Kapranos (Franz Ferdinand),Camille O’Sullivan, Jolie Holland, Sam Amidon… - Des rencontres animées par Stéphane Lerouge avec Bertrand Tavernier, Terence Blanchard et David Coulter - De nombreux ateliers et conférences à destination de toute la famille

Audi talents awards et la Philharmonie de Paris proposent une nouvelle édition du Week-end des Musiques à l’Image, une coproduction dédiée aux musiques à l’image. Au programme : un regard sur deux maîtres du cinéma avec un hommage à Jim Jarmusch orchestré par le directeur musical David Coulter et une soirée dédiée à Spike Lee avec la présence exceptionnelle de Terence Blanchard. Pour la première fois en France, le compositeur et trompettiste jazz, accompagné de l’orchestre du Britten Sinfonia et de nombreux invités, revisitera en musiques et images 25 ans de complicité créative avec le réalisateur de Malcom X. Ce Week-end des Musiques à l’Image sera complété un cycle de masterclass mais également par de nombreux ateliers, rencontres et conférences à destination de toute la famille.

Focus sur deux maîtres du cinéma ;

  • JIM JARMUSCH REVISITED

Samedi 3 décembre à 20h30 & Dimanche 4 décembre à 16h00 à la Cité de la musique

Avec : Mulatu Astatke, Alex Kapranos (Franz Ferdinand), Camille O’Sullivan, Jolie Holland…

Considéré comme le cinéaste le plus musical de la planète, Jim Jarmusch n’a cessé d’invoquer la musique dans ses films, considérant qu’elle en était la source d’inspiration.

C’est cet univers sonore, où se côtoient John Lurie, Mulatu Astatke, Tom Waits ou encore Sqürl, que David Coulter a choisi d’explorer. Après avoir réalisé la direction artistique des spectacles hommage à John Lennon ou David Lynch (joué lors du Week-end des Musiques à l’Image en 2015 à la Philharmonie de Paris), le multi-instrumentaliste britannique embarque ici de nombreux invités pour célébrer et explorer l’univers du plus original des cinéastes indépendants américains.

  • THE MOVIE MUSIC OF SPIKE LEE & TERENCE BLANCHARD

Dimanche 4 décembre à 19h00 à la Philharmonie de Paris

Avec : Dianne Reeves, Angélique Kidjo, China Moses …

Première française, « The Movie Music of Spike Lee & Terence Blanchard » célèbre la collaboration entre le réalisateur américain Spike Lee (Malcom XMo' Better BluesDo The Right Thing...) et le compositeur et trompettiste jazz Terence Blanchard.

Entouré de son quintette et des forces orchestrales du Britten Sinfonia, le musicien, accompagné de nombreux invités, revisite en musiques et images 25 ans de complicité créative avec un cinéaste majeur et emblématique de la culture afro-américaine.

Communiqué de presse (28/11/16)

Exposition - En attendant Mars - Bertrand Dezoteux, lauréat Art contemporain 2015

• Exposition de Bertrand Dezoteux, résultat de son année d’accompagnement avec le programme Audi talents awards et de sa résidence d’un an à l'Observatoire de l'Espace du CNES • En attendant Mars, restitution d’une expérience scientifique réalisée en 2010, entre théâtre filmé et réalité documentée • Commissariat : Gaël Charbau Suite à son année d’accompagnement avec le programme de mécénat culturel et à sa résidence d'un an à l'Observatoire de l'Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES, Bertrand Dezoteux, lauréat Art contemporain Audi talents awards 2015, expose En attendant Mars au sein de la Galerie Audi talents, du 11 janvier au 5 février 2017. Inspiré par l’histoire vraie d’une expérience scientifique russe simulant un voyage sur Mars, l’artiste propose sa propre vision de cette aventure, en mêlant le théâtre filmé aux divers documents qui retracent cette expérience. Une incroyable plongée entre imaginaire et réalité où art et sciences s’entremêlent.

Paris, le 14/11/2016 – Suite à son année d’accompagnement avec le programme de mécénat culturel et à sa résidence d'un an à l'Observatoire de l'Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES, Bertrand Dezoteux, lauréat Art contemporain Audi talents awards 2015, expose En attendant Mars au sein de la Galerie Audi talents, du 11 janvier au 5 février 2017. Inspiré par l’histoire vraie d’une expérience scientifique russe simulant un voyage sur Mars, l’artiste propose sa propre vision de cette aventure, en mêlant le théâtre filmé aux divers documents qui retracent cette expérience. Une incroyable plongée entre imaginaire et réalité où art et sciences s’entremêlent.

Mars 500, une simulation d’un séjour sur Mars

De 2010 à 2011, une expérience scientifique intitulée Mars 500 a conduit un équipage international - composé de six hommes - à vivre 520 jours coupés du monde, dans un habitacle de navette spatiale situé dans la banlieue de Moscou. Ce voyage immobile avait pour but d’étudier les répercussions psychologiques et physiologiques d’une expédition sur la planète rouge en conditions réelles (hormis les radiations et l’apesanteur). En résulte l’étrange spectacle d’une communauté masculine privée de ciel, pacifiée, devenue adepte des loisirs créatifs pour conjurer l’ennui.

En attendant Mars du 11 janvier au 5 février 2017

Inspiré par cette aventure, Bertrand Dezoteux s’intéresse aux représentations qui découlent de cette simulation inédite et élabore le projet de restituer poétiquement cette aventure. En mêlant le théâtre filmé à la réalité documentée de cette expérience, En attendant Mars retrace le quotidien et l’existence des participants au moyen de marionnettes, de maquettes, de témoignages et de documents. En rejouant librement des éléments de cette expérience menée en Russie, l’exposition circonscrit un imaginaire spatial alternatif, nouveau rêve de conquête et d’exploration, souvent loin des clichés d’héroïsme spatial, véhiculés par la NASA.

L’exposition proposée au public débute par la diffusion d’un film regroupant des extraits vidéos de la mission Mars 500 et des images inédites tournées par l’équipage durant les 520 jours d’immersion. Elle se poursuit avec la projection du film d’animation réalisé par Bertrand Dezoteux, au moyen de marionnettes et de modules de la fausse navette spatiale. A l’intérieur de ces décors faits en carton, évoluent les marionnettes, représentations de ces apprentis astronautes, dans leur quotidien réinventé. Véritable plongée dans cette reconstitution, les marionnettes et les décors – dont les chambres, la cuisine et le salon de la maquette de Mars 500 – seront exposés au sein de la Galerie Audi talents.

Focus sur Bertrand Dezoteux

Depuis la fin de son cursus au Fresnoy en 2008, Bertrand Dezoteux, 33 ans, a développé sa démarche autour de la réalisation de films expérimentaux. Extrayant des logiciels de modélisation 3D une puissance fabulatrice propice à la construction de récits contemporains, il a créé des mondes en mutation, peuplés de créatures hybrides soumises aux vitesses et aux dérèglements du programme.

-Fin-

Communiqué de presse (28/11/16)

"Musique meuble, Terrain de jeu graphique et sonore" de Florent & Romain Bodart, Lauréats Musique à l’image Audi talents awards 2015 - du 1er au 22 décembre 2016

• Première exposition de Florent et Romain Bodart suite à une année d’accompagnement et de production avec le programme Audi talents awards • Musique meuble, Terrain de jeu graphique et sonore, un parcours sonore et visuel participatif imaginé comme un terrain de jeu numérique • Florent et Romain Bodart, des artistes à la double dimension entre artisanat et technologie de pointe • Commissariat : Vincent Carry Paris, le 15/11/2016 – Suite à un an d’accompagnement avec le programme Audi talents awards, Florent et Romain Bodart présentent l’exposition Musique Meuble : terrain de jeu graphique et sonore, sous le commissariat de Vincent Carry (directeur d’Arty Farty, créateur de Nuits sonores à Lyon et membre du jury de l’édition 2015) à la Galerie Audi talents (23 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris) du 1er au 22 décembre 2016. Créateurs multidisciplinaires, Florent et Romain Bodart ont conçu un parcours sonore et visuel participatif dans lequel, ateliers et installations - mêlant nouvelles technologies, artisanat et divertissement - invitent le visiteur à explorer les liens étroits et poétiques entre la musique et l’image. A l’occasion de cette exposition, la Galerie Audi talents se transforme en un lieu dédié à l’exploration et la découverte sonore.

Musique Meuble, terrain de jeu graphique et sonore 
Du 1er au 22 décembre 2016

Telle une référence à Erik Satie à qui l’on doit le concept de musique d’ameublement, Musique Meuble, terrain de jeu sonore et graphique est une exposition interactive et participative à la découverte des sons, imaginée et réalisée par Florent et Romain Bodart, sous le commissariat de Vincent Carry.

Véritable terrain de jeu numérique, artistique et musical, Musique Meuble est une exposition multimédias faisant le lien entre image et son. Elle présente deux installations sonores manipulables (le Pianographe et l’Arbre à Cerveaux), deux films musicaux (Pandore et How to Disappear Completely) ainsi qu’un atelier de bruitage, Bullit. Ce parcours sonore interactif et ludique permet au public de se déplacer dans la galerie et de, chacun, vivre sa propre expérience dans ce monde singulier d’images et de sons.

Avec cette exposition qu’ils ont souhaité « participative, conviviale et ludique », Florent et Romain Bodart dévoilent au grand public la complexité des sons et l’éduquent au mix des disciplines artistiques comme le dessin, la musique et le design, sur fond de musique électro.

Communiqué de presse (23/11/16)

Les éditions de lancement Audi Q2 Launch Edition et Launch Edition luxe

Deux éditions exclusives de lancement pour l’Audi Q2 : Launch Edition et Launch Edition luxe qui soulignent le caractère offroad du SUV compact Une peinture exclusive en gris quantum et une longue liste d'équipements de série Les commandes sont ouvertes depuis le 27 octobre 2016

Roissy en France, 23 novembre 2016 - Audi place la barre très haut avec son nouveau SUV
compact, un modèle particulièrement sportif. Pour une identité encore plus marquée, L’Audi
Q2 est proposée en Launch Edition et Launch Edition luxe avec une teinte extérieure
exclusive gris quantum contrastant avec les éléments noirs et gris Manhattan. S’ajoute à
cette ligne #untaggable une longue liste d’équipements de série dont des jantes de 19
pouces.

L’Audi Q2 Launch Edition est proposée avec un pack extérieur S line comprenant des pare-chocs
et des bas de caisse sport ainsi qu’un diffuseur distinctif. Une édition unique par la présence
d’éléments en partie basse déclinés en gris Manhattan soulignant le caractère robuste et sportif
de ce SUV compact. Les blades noires ornés des quatre anneaux en blanc, et les coques de
rétroviseurs noires sont d’autres caractéristiques exclusives de cette édition spéciale. Il en va de
même pour la nouvelle teinte gris quantum aux multiples reflets.
Le pack Audi exclusif noir met l’accent sur la calandre Singleframe et les pare-chocs. Les jantes
19 pouces 5 branches, noires et anthracites, au design rotor, font référence à Audi Sport. Les
phares et les feux arrière à LED de série avec les clignotants dynamiques complètent le look
technologique haut de gamme de l’Audi Q2.
L’intérieur et ses détails soignés, comme les sièges sport en cuir Milano noir avec surpiqûres gris
roche complètent le look musclé de cette version. La nuit, le pack éclairage d’ambiance souligne
harmonieusement l’intérieur. La lumière LED participe au rétro-éclairage des baguettes
Novembre 2016
décoratives sculptées présentes sur le tableau de bord et sur la console centrale. Cela permet
d’obtenir une lumière subtile et homogène avec un choix de dix couleurs que le client peut
configurer, selon son humeur, dans le MMI.
La version Launch Edition Luxe, quant à elle, adopte les mêmes attributs esthétiques et se voit
dotée de nombreux équipements de série, comme le MMI navigation, l’Advanced key ou encore
la caméra de recul.
L’Audi Q2 Launch Edition et Launch Edition luxe avec toutes les versions de moteur :
- 1.4 TFSI COD 150 ch BVM 6
- 1.4 TFSI COD 150 ch S tronic 7
- 1.6 TDI 116 ch BVM 6
- 2.0 TDI 150 ch quattro S tronic 7
- 2.0 TDI 190 ch Quattro S tronic 7
Disponible à partir de 38 760€.

– Fin –

MÉDIATHÈQUE