Audi France Media
Communiqué de presse
Un aperçu du futur : Le concept Audi Q4 e-tron >>
(05/03/19)
Communiqué de presse
Hommage aux 10 ans du moteur V10 : l’Audi R8 V10 Decennium >>
(28/02/19)
Communiqué de presse
Audi au Salon de Genève 2019 >>
(28/02/19)
Communiqué de presse
Hommage aux 10 ans du moteur V10 : l’Audi R8 V10 Decennium >>
(28/02/19)
Audi au Salon de Genève 2019 >>
(28/02/19)
Communiqué de presse
Nomination chez Audi France >>
(01/03/19)
ACTUALITÉS
Communiqué de presse (19/03/19)

Audi Sport ABT Schaeffler à fond dans la course au titre de Formule E

• Sixième épreuve du championnat de voitures électriques à Sanya, en Chine, samedi prochain • Audi Sport ABT Schaeffler dans le top 3 des classements des pilotes et des équipes • Eurosport retransmettra en direct Neubourg-sur-le-Danube – La Formule E est plus fascinante que jamais : avec cinq vainqueurs différents lors des cinq premières courses, les quatre leaders du classement général n’ont que trois points d’écart, et Lucas di Grassi est en troisième position. Samedi 23 mars, les séries se dérouleront pour la première fois dans la station balnéaire chinoise Sanya.

Cinq courses fascinantes décidées dans les derniers mètres, cinq différents vainqueurs et une bataille serrée et de très haut niveau : la saison de Formule E dépasse toutes les attentes. Le prochain round arrive dès samedi : après une victoire à Mexico et une deuxième place dans la dernière course, à Hong Kong, Lucas di Grassi vise la première place à Sanya. Le Brésilien n’est qu’à deux points du leader du championnat, Sam Bird.

Lucas di Grassi est de retour dans le groupe de tête, grâce à son 29ème podium lors de l’événement de Hong Kong. « Le fait que Daniel (Abt) et moi soyons en lice pour des coupes et des victoires est le résultat de tout le travail que toute l’équipe a fourni. C’est ce qui distingue notre équipe : nous révélons notre force lorsque les conditions sont difficiles et quand la pression est intense », explique di Grassi. « Nous nous sommes hissés sur le podium trois fois de suite et nous allons continuer sur notre lancée à Sanya. Cette saison, le championnat est plus disputé que jamais. »

En 2019, son coéquipier Daniel Abt, déjà monté sur le podium à Santiago du Chili, est l’un des deux seuls pilotes à avoir marqué des points dans toutes les courses de la saison. Cela a également un impact sur le classement des équipes, dans lequel Audi Sport ABT Schaeffler est aujourd’hui deuxième et peut encore revenir sur le leader après cinq courses sur treize.

« C’est forcément une très bonne chose d’être en position pour s’imposer dans les deux championnats », a déclaré Allan McNish, directeur de l’équipe. « Mais les positions dans le championnat n’ont d’intérêt qu’après la toute dernière course donc on se concentre sur la prochaine. Sanya est un nouveau parcours pour toutes les équipes et pour tous les pilotes, il est donc d’autant plus important que nous nous préparions bien. » Alors qu’ils auraient pu prendre de courtes vacances en Asie entre le round d’Hong Kong et celui de Sanya, Daniel Abt et Lucas di Grassi sont rentrés pour se préparer sur le simulateur.

Avec cette course à Sanya, la Formule E retourne en Chine continentale. Lors des deux premières saisons, Pékin accueillait une course, avant que la région administrative spéciale Hong Kong ne reprenne le flambeau asiatique. Sanya, située à Hainan, la province méridionale de Chine, est un lieu très prisé des vacanciers : environ 18 millions de touristes visitent la région chaque année. Le circuit de 2,236 kilomètres, avec trois épingles serrées, promet une nouvelle course fascinante avec de nombreuses manœuvres de dépassement. La course près du bord de mer est attendue avec impatience. « Une course en plein milieu d’une station balnéaire avec des plages de sable… la Formule E sait choisir des destinations exceptionnelles », selon Daniel Abt. « C’est génial d’avoir une nouvelle course en Chine continentale ; on a toujours reçu un accueil chaleureux et enthousiaste dans le pays. »

Outre l’équipe constructeur Audi Sport ABT Schaeffler, l’équipe Envision Virgin Racing avec Sam Bird et Robin Frijns aligne l’e-tron FE05, qui a été développée conjointement par Audi Sport ABT Schaeffler et son partenaire technologique Schaeffler. L’équipe britannique est actuellement en tête des classements des pilotes et des équipes.

Le sixième round de cette saison de Formule E à Sanya commence samedi à 15 h heure locale (8h heure d’Europe de l’Ouest) et, comme d’habitude dure 45 minutes plus un tour. Eurosport retransmettra la course en direct depuis la Chine. Toutes les chaînes internationales, ainsi que les programmes de diffusion, sont disponibles en ligne sur www.fiaformulae.com.

- Fin -

Communiqué de presse (14/03/19)

Après de considérables facteurs défavorables au cours de l’exercice 2018, Audi accélère son repositionnement

• Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels tombe à 4,7 milliards d’euros ; le taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels est de 7,9 % Base financière confirmée : flux net de trésorerie de 2,1 milliards d’euros ; liquidités nettes de 20,4 milliards d’euros • Le directoire présentera sa nouvelle stratégie lors de l’Assemblée générale annuelle 2019 • Bram Schot, président du directoire : « Audi doit redevenir efficace, agile et résistante aux pressions » • Alexander Seitz, directeur financier : « L’objectif du Plan de transformation d’Audi doit passer à environ 15 milliards d’euros, afin de générer la trésorerie nécessaire au financement de la mobilité électrique » • À long terme, le taux de rentabilité opérationnelle doit atteindre 9 à 11 % après la déconsolidation d’entreprises d’import multimarques • 2019, une année de transition avec l’initiative d’électrification et de multiples défis Ingolstadt - Le redémarrage d’Audi : dans le contexte de la transformation du secteur automobile et à la lumière de ses performances non satisfaisantes en 2018, la marque aux anneaux veut mettre son potentiel au service d’une nouvelle stratégie ciblée. Marqué en premier lieu par le passage à la norme WLTP, le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels est descendu à 4,7 milliards d’euros. Le taux de rentabilité opérationnelle correspondant était de 7,9 %, et ne rentre donc pas dans la fourchette cible. En comptant les éléments exceptionnels négatifs, à savoir les 1,2 milliard d’euros liés à la crise du diesel, le bénéfice d’exploitation était de 3,5 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un taux de rentabilité opérationnelle de 6 %. Avec son Plan de transformation d’Audi, le constructeur haut de gamme a pu compenser une partie de la charge financière élevée. Dans le contexte de la déconsolidation de société d’imports multimarques début 2019, l’entreprise a augmenté sa fourchette cible, espérant à long terme atteindre un taux de rentabilité opérationnelle d’entre 9 et 11 %. L’année financière en cours sera dominée par l’initiative d’électrification d’Audi. En raison de nombreux défis, 2019 devrait être une année de transition pour l’entreprise, avec un taux de rentabilité opérationnelle situé entre 7 et 8,5 %, ce qui reste sous la nouvelle cible à long terme. La marque aux anneaux espère enregistrer une hausse modérée de ses livraisons. D’après Audi, plusieurs éléments devraient peser sur son résultat : la gestion du passage à la norme WLTP, le coût élevé des lancements, les considérables dépenses d’investissement pour la mobilité électrique et l’environnement macroéconomique de plus en plus difficile.

« Nous ne pouvons pas nous satisfaire de nos performances. Audi a d’excellents produits sur le marché mais, si l’on parle business, nous n’avons pas su résister au test de pression ultime qu’a représenté le passage à la norme WLTP », a déclaré Bram Schot, président du directoire d’AUDI AG. « Les employés d’Audi ont fait preuve d’un très bon esprit dans cette situation difficile et nous ont permis d’obtenir les meilleurs résultats possible pour Audi en 2018. Nous nous efforçons de rester dans cet esprit pour faire redémarrer Audi tous ensemble. »

Avec 1 812 485 voitures Audi livrées en 2018, les ventes étaient 3,5 % inférieures à l’année précédente (2017 : 1 878 105). En Europe en particulier, la disponibilité restreinte des produits en lien avec le passage à la première étape du cycle de test WLTP a entraîné une chute importante. Le chiffre d’affaires du groupe Audi, qui s’est fixé à 59 248 millions d’euros, a presque atteint le niveau de l’année dernière (2017 : 59 789 millions d’euros), grâce notamment au lancement de l’Audi Q8 et aux volumes de ventes générés par le SUV Urus de Lamborghini.

Le taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels de 7,9 % (2017 : 8,5 %) n’a pas été à la hauteur de l’ancien objectif à long terme, qui était d’entre 8 et 10 %. Pour 2018, Audi a estimé les éléments exceptionnels liés à la crise du diesel à 1,176 milliard d’euros (2017 : 387 millions d’euros). Outre l’ordonnance administrative légalement contraignante adoptée par le parquet de Munich, qui inflige une amende de 800 millions d’euros au constructeur, ces éléments exceptionnels comprennent les dépenses liées aux mesures techniques et aux mesures pour les clients, ainsi que les dépenses et provisions pour les risques juridiques. Après ces éléments exceptionnels, en 2018, le bénéfice opérationnel était de 3 529 millions d’euros (2017 : 4 671 millions d’euros) et le taux de rentabilité opérationnelle de 6 % (2017 : 7,8 %).

Avec le Plan de transformation d’Audi, l’entreprise a adopté des mesures pour un montant de 1,9 milliard d’euros en 2018. Sur le total, 1,1 milliard d’euros ont eu un impact positif sur le bénéfice opérationnel, pour ce qui a trait à la comparaison avec 2017. Grâce à une bonne maîtrise de ses frais de structure, le constructeur a pu partiellement contrebalancer les effets de la norme WLTP et les dépenses liées à la crise du diesel. Le programme de progression des bénéfices comprend des mesures de réduction des coûts, ainsi que des mesures de stimulation du chiffre d’affaires. « Le Plan de transformation contribue nettement à nous assurer un avenir radieux. Il est conçu pour nous permettre de transférer des ressources gigantesques vers des domaines de croissance et de générer la trésorerie nécessaire pour financer la mobilité électrique », a déclaré Alexander Seitz, membre du directoire pour les finances, la Chine, la conformité et l’intégrité. « En raison des avancées nécessaires, nous augmentons notre cible pour la période prévue à environ 15 milliards d’euros. » Audi a déjà décidé des mesures concrètes pour atteindre un résultat de plus de 10 milliards de dollars entre 2018 et 2022. Dans un nouveau module de travail du programme, Audi prévoit d’optimiser ses capitaux employés afin de booster la valeur de l’entreprise à long terme.

Le résultat financier a considérablement augmenté, passant à 831 millions d’euros en 2018 (2017 : 46 millions d’euros). Outre les développements positifs de l’activité en Chine, Audi a été impactée par l’adoption d’une nouvelle norme de comptabilité IFRS. Les effets financiers des opérations de couverture des opérations commerciales sont maintenant entièrement enregistrés sous le bénéfice opérationnel et non plus sous le résultat financier. Le résultat avant impôts de 4,361 milliards était 7,5 % en dessous de celui de 2017 (4,717 milliards).

En signe de reconnaissance pour leur engagement au cours de la très difficile année 2018, les employés d’Audi recevront une prime d’intéressement. Le bonus Audi pour un travailleur qualifié dans les usines d’Allemagne est fixé à 3 630 € (2017 : 4 770 €). Ce montant est fixé par l’accord précisé dans la convention collective. L’entreprise a ajusté le paiement pour l’exercice 2018 afin de compenser les effets de l’amende, qui a réduit les bénéfices, et ainsi augmenter le montant. Des règlements sur l’intéressement s’appliquent également dans les filiales d’Audi.

Malgré les conditions difficiles de 2018, le groupe Audi a maintenu sa condition financière robuste. À travers la réduction des coûts et sa discipline d’investissement, l’entreprise a généré un flux net de trésorerie de 2,141 milliards d’euros (2017 : 4,312 milliards d’euros) malgré les sorties de trésorerie générées par la crise du diesel et les avances de dépenses pour l’avenir. En 2017, la vente de parts minoritaires dans Volkswagen International Belgium S.A. a eu un impact positif important sur le flux net de trésorerie. Au 31 décembre 2018, les liquidités nettes représentaient un total de 20,442 milliards d’euros (2017 : 20,788 milliards d’euros), ce qui témoigne de la bonne solidité financière du groupe Audi.

Le directoire présentera le repositionnement de l’entreprise lors de l’Assemblée générale annuelle, qui se tiendra le 23 mai 2019. « Nous donnons un gros coup d’accélérateur au changement, car nous devons gérer une double transformation », indique Bram Schot. Il explique que l’objectif est qu’Audi redevienne efficace, agile et résistante aux pressions. Dans la transformation du secteur, l’entreprise veut établir de nouvelles références, en termes de technologies et de business models. « Nous allons beaucoup plus nous concentrer sur nos clients et moins sur nous-mêmes ; nous allons accorder plus d’importance aux éléments décisifs et mettre en œuvre les décisions de façon très cohérente et disciplinée. »

Dans le cadre du repositionnement, l’entreprise revoit également son modèle de création de valeur et espère ainsi stimuler nettement sa productivité. À l’avenir, le groupe Audi réduira l’intégration verticale et se concentrera sur son cœur de métier. En lien avec les représentants des salariés, l’entreprise définit l’allocation future des modèles Audi aux usines et, ainsi, la répartition des tâches et l’évolution de la capacité des usines dans le réseau de développement et de production international. Le regroupement des plateformes et des architectures des véhicules en production, ainsi qu’une flexibilisation accrue devraient permettre d’optimiser les dépenses et l’utilisation des capacités.

Afin d’augmenter la valeur à long terme de l’entreprise, sa force d’innovation et son attractivité en tant qu’employeur, le retour sur investissement deviendra un autre indicateur de réussite pour Audi. Pour le pilotage interne, l’impact des projets de véhicules sur les émissions de CO2 moyennes sera évalué sur le plan financier et compris dans cet indicateur. Dans le cadre de la restructuration progressive du portefeuille de modèles Audi, la marque aux anneaux tirera encore plus parti du potentiel de synergies au sein du groupe Volkswagen, par exemple avec l’évolution de la mobilité électrique via l’architecture haut de gamme PPE développée avec Porsche, et avec le kit d’électromobilité modulaire de Volkswagen (MEB). Bram Schot : « Les clients vont passer aux véhicules électriques plus rapidement et plus largement que nous l’avions imaginé. En témoigne notamment l’accueil extrêmement positif de l’Audi e-tron et du concept Q4 e-tron, que nous avons présentés la semaine dernière lors du Salon de Genève. Les économies d’échelle présentent des avantages considérables pour notre groupe. Nous avons déjà étendu notre feuille de route électrique et prévoyons de proposer environ 30 modèles électriques d’ici 2025. »

Audi va restructurer son portefeuille de produits afin de mieux répondre à l’évolution de la demande et l’enrichira encore, en particulier sur les segments haut de gamme supérieurs. D’ici 2025, la gamme de produits sur les segments des modèles milieu de gamme supérieurs et des grands véhicules comptera 15 modèles.

Sur la base du Plan de transformation d’Audi, toute l’entreprise va mettre en place un renforcement de son efficience et de sa durabilité. « Dans toutes les divisions, nous mettons l’accent sur notre efficience et sur l’orientation nécessaire des coûts, avec des systèmes de transparence et d’avertissement précoce efficaces », explique Alexander Seitz. « Cela implique que nous soyons plus ouverts aux partenariats qui, dans certains domaines, peuvent nous aider à atteindre nos objectifs plus rapidement et de façon plus efficace et efficiente. » De plus, Audi augmentera sa vitesse et son agilité en réduisant sa complexité organisationnelle et en rationalisant les processus et les structures de gestion.

Alors qu’il a adopté une nouvelle structure de reporting entrée en vigueur en janvier 2019, le groupe Audi est déjà en train de recentrer son organisation et de réduire la complexité. En raison de la comptabilisation de certaines entreprises d’import multimarques, les états financiers consolidés d’Audi incluaient jusqu’à présent les volumes et les données financières clés de la vente de voitures d’autres marques du groupe. Ces informations sont désormais comptabilisées au niveau du groupe Volkswagen. Cela a un impact sur les données clés du groupe Audi. Pour 2018, la nouvelle structure de reporting donnerait un chiffre d’affaires ajusté de 53,6 milliards d’euros au lieu des 59,2 milliards d’euros comptabilisés. Le bénéfice opérationnel resterait plus ou moins inchangé, tandis que le taux de rentabilité opérationnelle après éléments exceptionnels serait plus élevé de 0,6 point de pourcentage, soit de 6,6 %. Par conséquent, l’entreprise revoit à la hausse sa fourchette cible, espérant à long terme atteindre un taux de rentabilité opérationnelle d’entre 9 et 11 %.

2019 sera une année de transition avec des défis uniques pour le groupe Audi, puisque c’est l’année de son repositionnement stratégique : « En 2019, nous allons suivre un cap stratégique important et travailler sérieusement sur nos structures de coûts. Sur le plan opérationnel, néanmoins, nous allons également devoir faire le ménage », affirme Alexander Seitz. « Nous sommes en train de réparer les séquelles de l’année charnière qu’a été 2018 et de retrouver notre équilibre, de la production à la commercialisation. Ces tâches auront, dans un premier temps, un impact négatif sur nos recettes. »

En 2019, Audi espère enregistrer une hausse modérée de ses livraisons et un chiffre d’affaires légèrement supérieur au montant ajusté de l’année dernière. Dans sa nouvelle structure de reporting, l’entreprise table sur un taux de rentabilité opérationnelle de 7 à 8,5 %. Le flux net de trésorerie devrait se monter entre 2,5 et 3 milliards d’euros.

Depuis le début de l’année, Audi resserre progressivement les écarts ouverts dans son offre de produits par le passage à la norme WLTP et crée les conditions d’une croissance des ventes. Au cours de l’année, la marque aux anneaux réduira les stocks renforcés en 2018 pour faciliter la gestion de l’approvisionnement pendant le passage à la WLTP. Par exemple, Audi avait déjà graduellement repris la production de variantes de moteurs/transmissions pour lesquelles l’entreprise prévoyait une approbation rapide afin de permettre aux clients de disposer de ces variantes peu de temps après les approbations officielles. Une fois les homologations requises reçues, le stock de ces véhicules préconfigurés va baisser progressivement. De plus, l’entreprise se prépare de façon intensive à la prochaine étape du cycle de test WLTP, qui entrera en vigueur le 1er septembre 2019 et imposera des règles encore plus strictes pour tous les véhicules. Audi a augmenté ses capacités de banc d’essai technique d’environ un tiers afin de rendre la mise en œuvre plus facile à gérer, et a ajouté environ 300 employés dans le service Développement technique pour l’homologation et le développement des motopropulseurs. L’entreprise a resserré son portefeuille de variantes de moteurs/transmissions d’environ 30 % conformément aux préférences du marché, réduisant ainsi la complexité.

Cette année encore, Audi aura un calendrier de lancements successifs bien rempli. Au total, en 2019, Audi présentera encore plus de 20 modèles nouveaux ou actualisés. La marque aux anneaux aiguise son image sportive avec neuf nouveaux modèles S, ainsi que quatre modèles R et RS particulièrement puissants. Le lancement de nombreux nouveaux produits a un coût considérable pour l’entreprise. Dans le cadre de l’initiative d’électrification, la nouvelle Audi e-tron sera suivie de l’e-tron Sportback, une première mondiale. 2019 verra aussi le lancement de la Q2 L e-tron, un modèle électrique réservé aux clients chinois. De plus, six modèles hybrides rechargeables viendront compléter la gamme de nouveaux produits cette année. D’ici fin 2020, Audi aura lancé un total de 12 véhicules électriques couvrant tous les segments. En 2019, l’entreprise réalisera des dépenses d’investissement considérables pour donner un coup de pouce à la mobilité électrique et à d’autres domaines d’avenir. Audi prévoit un rapport dépenses de recherche et développement/chiffre d’affaires légèrement au-dessus de la fourchette cible, qui a été revue à la hausse, passant de 6,5 à 7 % en raison des effets négatifs sur le chiffre d’affaires de la déconsolidation d’entreprises multimarques. En 2019, le rapport dépenses de capitaux/chiffres d’affaires devrait être dans sa fourchette cible de 5,5 à 6 %, qui a également été réévaluée.

En 2019, Audi sera confrontée aux défis que représentent les développements macroéconomiques et l’environnement monétaire et des matières premières. Pour y faire face, l’entreprise adoptera en permanence des contre-mesures, notamment le déploiement systématique du Plan de transformation d’Audi et d’autres mesures importantes. Alexander Seitz : « Dans l’ensemble, le test pour notre secteur est peut-être d’une ampleur inédite. Nos concurrents réagissent également avec des mesures à longue portée. De plus, chez Audi, nous avons nos propres tâches structurelles à mener. Nous devons donc agir de façon décisive dès maintenant et revoir notre positionnement dans de nombreux domaines afin de garantir notre compétitivité à long terme. »

Sélection de données clés du groupe Audi

 

2018

2017

Chiffre d’affaires du groupe Audi

en millions d’euros

1 812 485

1 878 105

Chiffre d’affaires du groupe Audi

en millions d’euros

59 248

59 789

Bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels du groupe Audi

en millions d’euros

4 705

5 058

Taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels du groupe Audi en %

7,9

8,5

 

 

 

Bénéfice d’exploitation du groupe Audi

en millions d’euros

3 529

4 671

Taux de rentabilité opérationnelle du groupe Audi en %

6,0

7,8

 

 

 

Flux net de trésorerie du groupe Audi en millions d’euros

2 141

4 312

Liquidités nettes du groupe Audi en millions d’euros

20 442

20 788

 

 

 

Retour sur investissement du groupe Audi en %

10,0

14,4

 

Téléchargez le rapport annuel d’Audi : www.audi.com/annual-report

Retrouvez les extraits de la conférence annuelle aux liens suivants :

https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4008

https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4010

Retrouvez les interviews de la conférence annuelle aux liens suivants :

Bram Schot : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4004

Peter Kössler : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4006

Alexander Seitz : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4007

- Fin -

Consommation de carburant des modèles mentionnés ci-dessus

(La consommation de carburant et les émissions de CO2 dépendent de l’équipement choisi)

Audi e-tron :

Consommation électrique combinée en kWh/100 km : 22,6-26,2 (WLTP) ; 23,7-24,6 (NEDC) ; émissions de CO2 combinées en g/km : 0

Audi Q8 :

Consommation de carburant combinée en L/100 km : 6,4-9,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 169-207

Lamborghini Urus :

Consommation de carburant combinée en L/100 km : 12,7 ;

Émissions de CO2 combinées en g/km : 325

Pour en savoir plus sur les chiffres de consommation de carburant et les émissions de CO2 spécifiques officielles des nouvelles voitures de tourisme, vous pouvez consulter le « Guide sur les économies de carburant, les émissions de CO2 et la consommation énergétique de tous les nouveaux modèles de véhicules de tourisme » [en anglais], disponible gratuitement chez tous les concessionnaires et auprès de la DAT Deutsche Automobil Treuhand GmbH, Hellmuth-Hirth-Str. 1, 73760 Ostfildern-Scharnhausen, Allemagne (www.dat.de).

 

Éléments associés

Choisir l'élément à télécharger

APC2019
(14/03/19)
photo
logo-(1)
(06/08/18)
photo
Communiqué de presse (08/03/19)

Dates anniversaires Audi 2019

Dans son booklet numérique « Anniversary Dates 2019 », Audi Tradition présente des informations sur les produits, records et jalons les plus importants de l’histoire d’Audi. Cette année, l’entreprise fêtera environ 25 anniversaires.

Dans son booklet numérique « Anniversary Dates 2019 », Audi Tradition présente des informations sur les produits, records et jalons les plus importants de l’histoire d’Audi. Cette année, l’entreprise fêtera environ 25 anniversaires.

Tout d’abord, l’histoire d’Audi a commencé il y a 70 ans, à Ingolstadt. Après la Seconde Guerre mondiale, les usines Auto Union AG de Saxe furent saisies sur les ordres de l’administration militaire russe et l’entreprise fut supprimée du registre des entreprises de Chemnitz en 1948. Néanmoins, ces ordres ne s’appliquaient pas dans les zones d’occupation de l’Ouest, ce qui permit la création d’Auto Union GmbH, l’ancêtre d’Audi, à Ingolstadt, le 3 septembre 1949. Dix ans plus tard, la jeune entreprise lançait l’une des usines de production de véhicules les plus modernes d’Europe. Et toujours en 1959, la première DKW Junior sortait de la chaîne de production.

Il y a 20 ans, AUDI AG participait pour la première fois aux 24 Heures du Mans. Depuis le début du millénaire, le constructeur a remporté un total de 13 victoires. En 1994, soit il y a 25 ans, la première Audi A4 quittait le site de production d’Ingolstadt. L’héritière de l’Audi 80 reste le modèle le plus vendu de la marque aux anneaux. Toujours en 1994, le constructeur lançait sur le marché son nouveau modèle phare, l’Audi A8, ainsi que l’Avant RS2, qui deviendrait la pierre angulaire de l’histoire des modèles haute performance d’Audi.

Il y a 35 ans, Stig Blomqvist arriva premier au classement des pilotes du Championnat du monde des rallyes et Audi prit la tête du classement des constructeurs. La même année, Harald Demuth, au volant de son Audi quattro, décrocha le titre du Championnat de rallye allemand et Audi présenta une voiture qui, aujourd’hui, remporte les plus grands prix : l’Audi Sport quattro.

Les anniversaires suivants sont également à noter : les 30 ans de l’Audi 90 IMSA GTO, les 30 ans de l’Audi turbo diesel à injection directe, les 50 ans de l’Audi 100 Coupé S, les 50 ans d’Audi NSU Auto Union AG, les 70 ans de la DKW Schnellaster et de la RT 125 W et les 80 ans de la victoire finale en Grand Prix pour Auto Union.

Le booklet des anniversaires, disponible dans l’Audi MediaCenter, présente tous les événements marquants.

– Fin –

Communiqué de presse (07/03/19)

Audi installe des batteries au lithium-ion dans ses véhicules d’usine

• Le constructeur allemand utilise d’anciennes batteries de voitures électriques dans son usine de production • Test du concept de seconde utilisation sur le site d’Ingolstadt Ingolstadt - Une deuxième vie pour les batteries de voitures électriques : dans le cadre de tests, Audi utilise des véhicules d’usine équipés de batteries au lithium-ion dans son usine principale d’Ingolstadt. Comme tous les constructeurs automobiles, Audi est contrainte par la loi de reprendre les batteries après leur utilisation dans des voitures. Consciente qu’elles ont encore une grande part de leur capacité de charge d’origine, une équipe de projet interdisciplinaire cherche à réutiliser les batteries de véhicules de test, de l’Audi e-tron* par exemple, et de modèles hybrides comme l’Audi A3 e-tron et l’Audi Q7 e-tron. Plusieurs autres avantages se sont déjà présentés pendant la phase de test.

Les véhicules d’usine des ateliers d’Audi, tels que les chariots élévateurs et les tracteurs de remorquage, sont pour le moment alimentés par des batteries plomb-acide. Quand les batteries sont vides, les employés retirent les blocs-batteries de près de deux tonnes des véhicules et les relient à une station de charge pendant quelques heures. Les batteries au lithium-ion, quant à elles, peuvent être chargées directement là où les véhicules sont garés en dehors des périodes d’utilisation, entre les services par exemple. Cela permet de gagner de la place et élimine le gros effort manuel nécessaire pour changer les batteries. De plus, Audi économiserait des millions si elle adoptait les batteries au lithium-ion pour toute sa flotte de véhicules d’usine, sur ses 16 sites de production dans le monde entier.

« Chaque batterie au lithium-ion représente une forte consommation énergétique et des ressources précieuses qui doivent être utilisées le mieux possible », explique Peter Kössle, membre du directoire d’AUDI AG en charge de la production et de la logistique. « Pour nous, une stratégie de mobilité électrique durable doit intégrer un concept de seconde utilisation pour les batteries. » La capacité de charge restante d’une batterie au lithium-ion après utilisation dans une voiture est plus que suffisante pour les besoins des véhicules de transport, dont les capacités augmentent même considérablement avec cette utilisation : ils peuvent maintenir leur vitesse, y compris sur les rampes, ce que ne sont pas capables de faire les véhicules d’usine alimentés par des batteries plomb-acide. De plus, la charge régulière pendant les pauses évite les temps de latence pendant les heures de travail.

Par exemple, la batterie d’une Audi e-tron, qui se compose de 36 modules de batterie différents, se trouve sous l’habitacle du véhicule, entre les essieux, et présente la forme d’un large bloc plat. Une fois les batteries récupérées, l’équipe projet vérifie chaque module pour s’assurer qu’il peut encore être utilisé, puis elle installe 24 modules dans chaque nouveau support de batterie. Les nouveaux supports de batteries ont les mêmes poids et dimensions que les anciennes batteries plomb-acide des véhicules d’usine, si bien que le constructeur peut continuer à utiliser tous ces véhicules sans investissement majeur. À l’avenir, des employés spécialisés pourraient se charger d’assembler des batteries de seconde utilisation dans le centre de batteries de l’entreprise.

L’équipe projet, composée d’employés de la production, de la logistique et du développement, travaille sur cette seconde utilisation des modules de batterie depuis environ deux ans. Les premiers tests s’étant révélés concluants, elle teste maintenant les premiers véhicules d’usine convertis dans la production au quotidien. Ce projet innovant est l’une des nombreuses initiatives qui témoignent de l’engagement d’Audi en faveur de la réutilisation réfléchie et efficiente des batteries des voitures électriques. Il est aussi possible que les modules de batterie utilisés soient repris dans des conteneurs de charge mobiles pour les véhicules électriques ou dans des systèmes de stockage stationnaire d’énergie. Audi développe également des concepts de recyclage : à la fin du cycle de vie de la batterie, les éléments précieux qui la composent sont placés dans de nouveaux produits.

- Fin -

Consommation de carburant de l’Audi e-tron :

Consommation électrique combinée en kWh/100 km : 22,6-26,2 (WLTP) ; 23,7-24,6 (NEDC) ; émissions de CO2 combinées en g/km : 0

* La consommation de carburant et les émissions de CO2 dépendent des pneus/roues utilisés et de l’équipement choisi. Pour en savoir plus sur les chiffres de consommation de carburant et les émissions de CO2 spécifiques officielles des nouvelles voitures de tourisme, vous pouvez consulter le « Guide sur les économies de carburant, les émissions de CO2 et la consommation énergétique de tous les nouveaux modèles de véhicules de tourisme » [en anglais], disponible gratuitement chez tous les concessionnaires et auprès de la DAT Deutsche Automobil Treuhand GmbH, Hellmuth-Hirth-Str. 1, 73760 Ostfildern-Scharnhausen, Allemagne (www.dat.de).

 

Communiqué de presse (05/03/19)

Un aperçu du futur : Le concept Audi Q4 e-tron

• Le SUV électrique compact à transmission intégrale est présenté au Salon de Genève • Une autonomie de plus de 450 kilomètres grâce à des technologies efficientes et polyvalentes • La version de série qui sera lancée fin 2020 représente le cinquième modèle électrique du constructeur Audi Ingolstadt/Genève – Il y a à peu près un an, la première Audi de série 100% électrique faisait ses débuts exactement au même endroit. Et à ce moment précis, l’Audi e-tron* était encore recouverte d’un camouflage. A l'occasion de l'édition 2019 du Salon de Genève, le constructeur aux anneaux donne un aperçu d'une autre voiture à motorisation entièrement électrique : Le concept Audi Q4 e-tron. Il s'agit d'un SUV compact à quatre portes d'une longueur de 4,59 mètres dont la filiation avec l'Audi e-tron est évidente dès le premier regard.

Deux moteurs électriques fournissent une puissance de 225 kW au concept Q4 e-tron. Et comme souvent chez Audi, cette puissance est transmise à la route via la transmission intégrale quattro. De par son excellente motricité, il accélère de 0 à 100 km/h en seulement 6,3 secondes. Il atteint une vitesse maximale de 180 km/h qui est limitée électroniquement. La généreuse batterie d'une capacité de 82 kWh occupe la quasi-totalité de l'espace situé entre les essieux, dans la partie inférieure du châssis. L'autonomie de plus de 450 kilomètres, en cycle WLTP, le positionne comme la référence dans sa catégorie. La technologie du concept Q4 e-tron pilote la plate-forme d'électrification modulaire (MEB) qui sera intégrée dans de nombreux véhicules électriques produits par le Groupe Volkswagen à l'avenir, du modèle compact à la berline de catégorie supérieure.

Le concept Audi Q4 e-tron donne un aperçu de ce à quoi ressemblera celui qui sera déjà le cinquième véhicule électrique de série lancé par le constructeur d'ici la fin 2020. Les ventes de l'Audi e-tron ont déjà commencé et les premiers véhicules seront livrés aux clients avant la fin du mois de mars 2019. Plus tard cette année, Audi présentera l'Audi e-tron Sportback tandis que l'Audi Q2L e-tron, qui a été spécialement conçue pour le marché chinois, sortira des chaînes d’assemblage. La présentation de la version de série du coupé sportif quatre portes Audi e-tron GT, en cours de développement chez Audi Sport GmbH, est prévue pour le second semestre 2020. L'Audi Q4 e-tron compact sera lancée en version de série au même moment. Grâce à cette gamme, Audi couvre désormais tous les segments de marché importants avec des véhicules à propulsion tout électrique, du segment A à la berline, et ce un peu moins de deux ans après le lancement de sa première voiture électrique.

Compact à l'extérieur, spacieux à l'intérieur

4,59 mètres de long, 1,90 mètres de large, 1,61 mètres de haut : Avec ses dimensions, le concept Audi Q4 e-tron se situe dans le tiers supérieur de la catégorie compacte. Son encombrement fait donc du SUV électrique un véhicule polyvalent et agile qui est également adapté à la conduite en ville. En revanche, en termes d’espace intérieur, son empattement de 2,77 mètres lui confère une habitabilité digne de la catégorie supérieure. En l’absence de tunnel de transmission limitant l'espace, le concept Q4 e-tron offre un espace et un confort insoupçonnés, notamment au niveau des jambes, à l'avant comme à l'arrière.

La sensation d'espace est soulignée par l'agencement des couleurs. Des couleurs claires et chaudes dominent la partie supérieure de l'habitacle, qui contrastent avec la moquette foncée au niveau du plancher. Le ciel de toit, les montants de fenêtre, la partie supérieure des portières et du tableau de bord sont en textiles de microfibre blanche et beige. Avec le concept Audi e-tron, le développement durable n'est pas seulement la priorité absolue en termes de propulsion électrique : Le revêtement de sol est composé de matériaux recyclés. Les surfaces sont recouvertes d'une peinture multicouche de haute qualité en lieu et place des inserts décoratifs en métal chromé. Des éléments en plexiglas dépoli peint créent un effet de profondeur intense. Les quatre sièges avec appuie-tête intégrés sont habillés d'un Alcantara confortable et fabriqué avec une finition exquise. Les doubles surpiqures en fil épais ornent la garniture. 

L'écran du Virtual Cockpit est situé derrière le volant. Il met en avant les éléments les plus importants avec l’indication de la vitesse, du niveau de charge et la navigation. L'affichage tête haute grand format qui intègre une fonction de réalité augmentée, est une nouveauté. Il peut afficher des informations graphiques importantes, telles que des flèches directionnelles qui indiquent où tourner, directement sur le tracé de la route.

Les instruments de commande sont conçus comme des éléments tactiles. Ils prennent place sur les branches du volant et permettent de sélectionner les fonctions les plus fréquemment utilisées. Un écran tactile de 12,3 pouces qui affiche et commande les fonctions d'infodivertissement et du véhicule, est intégré au centre de la planche de bord et au-dessus de la console centrale. Il est incliné vers le conducteur pour une plus grande facilité d'utilisation. Une rangée de boutons se trouve en dessous qui regroupe les commandes de la climatisation. La console centrale étant dépourvue des éléments fonctionnels traditionnels tels qu'un levier de vitesses ou le frein à main, elle fait office de compartiment de rangement spacieux qui comprend un socle de chargement pour smartphone. Une zone horizontale de haute qualité intègre le bouton de sélection du mode de transmission, et permet également de recouvrir la partie avant de la console. En plus du compartiment de rangement inférieur conventionnel, les portières offrent désormais la possibilité de ranger des bouteilles dans la partie supérieure qui a été spécialement moulée à cet effet. De sorte qu'elles soient facilement accessibles.

Visiblement Audi, visiblement e-tron : l'extérieur

Le concept Q4 e-tron est identifiable comme une Audi au premier regard avec la calandre Singleframe qui arbore les quatre anneaux. Et il n’y aura pas besoin d’y regarder à deux fois pour se rendre compte qu’il s’agit d'une Audi e-tron électrique : Tout comme le premier modèle Audi de série à propulsion électrique, le nouveau concept présente également une surface fermée structurée à l'intérieur d'un large cadre octogonal presque vertical. Ce dernier remplace la traditionnelle calandre de radiateur. L'alimentation en air s'effectue par de grandes entrées d'air qui s'étendent du dessous des deux phares matrix LED jusqu'au tablier avant.

Les passages de roues sont une autre attribut classique du design Audi qui distingue ses productions. Les dimensions élargies du concept Q4 e-tron sont étudiées pour être très organiques et fluides. Elles ajoutent ainsi une note originale à la vue latérale. L'accentuation de la zone du bas de caisse entre les essieux, là où se trouve la batterie et donc le coeur énergétique de ce SUV, est une caractéristique typique de l'e-tron. Les grandes jantes de 22 pouces ne laissent aucun doute sur le potentiel du concept Audi e-tron. Sa ligne de toit s'incline légèrement vers l'arrière, donnant à la silhouette un aspect particulièrement dynamique.

Le large bandeau lumineux qui relie les deux blocs optiques à l'arrière de l'Audi Q4 e-tron, a été incorporé pour refléter un élément de l'Audi e-tron. Le lien de parenté au sein de la famille e-tron devient clairement visible, y compris ici. Et cela s'applique également à l'intérieur des phares, où le balayage important des segments à LED rappelle aussi un élément de son grand frère.

Enfin, la peinture "Solar Sky » de la carrosserie, une nuance de bleu qui varie en fonction de l'angle de la lumière, est une innovation durable à plus d’un titre : La peinture, développée spécialement pour le concept Audi Q4 e-tron et produite dans des conditions respectueuses de l'environnement, reflète efficacement une fraction d'onde courte de la lumière du soleil, près du spectre infrarouge. En résulte une réduction considérable de l'accumulation de chaleur à la surface de la carrosserie et à l'intérieur de la voiture. Cela favorise le bien-être subjectif des occupants tout en réduisant l'apport d'énergie nécessaire à la climatisation. Celle-ci n’est plus indispensable pour refroidir l'habitacle du véhicule par temps chaud. Une manière supplémentaire d'améliorer l’autonomie et l'empreinte carbone globale du concept Q4 e-tron.

Performant et efficace : système de propulsion et suspension

La plate-forme d'électrification modulaire (MEB) offre un large éventail de variantes de groupes motopropulseurs et de niveaux de puissance. La version haute performance du moteur électrique est installée dans le concept Audi Q4 e-tron. Les essieux avant et arrière sont chacun animés par un moteur électrique - le Q4 est une quattro. Il n'y a pas de liaison mécanique entre les essieux. Au lieu de cela, une commande électronique assure une coordination optimale de la répartition du couple, et ce, en quelques fractions de seconde. Cela permet au SUV électrique d'obtenir une motricité optimale dans toutes les conditions météorologiques et sur tout type de surface.

La plupart du temps, le concept Audi Q4 e-tron utilise principalement son moteur électrique arrière, un moteur synchrone à excitation permanente, afin d'obtenir le meilleur rendement. Pour des raisons d'efficacité, le couple est généralement réparti en mettant l’accent sur l'essieu arrière. Si le conducteur a besoin de plus de puissance que ce que le moteur électrique arrière peut fournir, la transmission intégrale électrique utilise le moteur asynchrone avant pour redistribuer le couple nécessaire à l'essieu avant. Elle intervient également de manière prévisible avant même que le dérapage ne se produise sur route verglacée, en virage rapide, ou si la voiture sous-vire ou sur-vire.

Le moteur électrique à l'arrière a une puissance de 150 kW et développe un couple de 310 Newton mètres ; le moteur avant alimente les roues avant jusqu'à 75 kW et 150 Newton mètres. La puissance du système est de 225 kW. La batterie située dans le plancher du véhicule offre une capacité 82 kilowattheures, ce qui se traduit par une autonomie de plus de 450 kilomètres sur le cycle WLTP. La batterie est chargée avec un maximum de 125 kilowatts. En conséquence, il ne faut guère plus de 30 minutes pour retrouver 80% de la capacité totale.

Cependant, le secret de cette excellente autonomie ne se résume pas à une simple batterie de grande capacité. Tout comme le premier membre de la famille, l'Audi e-tron, le concept Audi Q4 e-tron est aussi un artiste polyvalent en matière d'efficacité. De la faible traînée aérodynamique de la carrosserie, qui affiche un Cx est de 0,28, à la stratégie de récupération d’énergie sophistiquée, le SUV compact profite de chaque occasion pour optimiser son autonomie. La gestion thermique complexe du moteur et de la batterie, qui implique une pompe à chaleur CO2, y contribue également.

Une conduite sportive et précise

Les composants du groupe motopropulseur sont installés en position basse et centrale, un facteur clé pour le caractère sportif et le comportement dynamique exceptionnel. Le système de batterie à haute tension qui se trouve entre les essieux sous la forme d'un large bloc plat sous l’habitacle, est parfaitement adapté aux dimensions de l'Audi Q4 e-tron. Celui-ci pèse 510 kilos. Le centre de gravité du concept Audi Q4 e-tron se situe donc à un niveau similaire à celui d'une berline avec une motorisation conventionnelle. La répartition de la charge entre les essieux est parfaitement équilibrée à presque 50:50. Les roues avant du concept Q4 e-tron sont montées sur un axe MacPherson avec des amortisseurs adaptatifs. A l’arrière prend place un essieu multi-bras avec des ressorts séparés et des amortisseurs adaptatifs.

La plate-forme d'électrification modulaire MEB : la base

MLB, MQB - plate-forme longitudinale modulaire et plate-forme transversale modulaire : Ces systèmes de composants destinés au développement de véhicules représentent un grand succès sur tous les segments d'Audi et du Groupe Volkswagen. Les plates-formes précédentes étaient principalement conçues pour l'utilisation de moteurs à combustion. La plate-forme d'électrification modulaire est différente et innovante : elle a été conçue spécifiquement et exclusivement pour les véhicules à propulsion électrique. Les essieux, les groupes motopropulseurs, les empattements et l'interaction entre tous les composants sont sélectionnés et adaptés spécifiquement pour la mobilité électrique. L'emplacement et la géométrie des batteries de grande taille peuvent être optimisés sans avoir à faire de concessions par rapport à d'autres concepts de motorisations, contrairement aux plates-formes MLB et MQB.

Dans le même temps, la plate-forme MEB permet de réaliser d'énormes perspectives de synergie. Celle-ci sert principalement de base aux voitures électriques dans le segment A qui représente les plus gros volumes. Elle permet de développer conjointement la meilleure technologie disponible, quelle que soit la marque, et d’être utilisée dans de nombreuses voitures électriques différentes. En particulier, la plate-forme MEB contribue également à rentabiliser la mobilité électrique dans le segment des compactes qui est particulièrement sensible au prix.

Offensive électrique : douze modèles à motorisation entièrement électrique d'ici 2025

Le constructeur d'Ingolstadt a lancé son offensive électrique avec la première mondiale du SUV Audi e-tron entièrement électrique en septembre 2018. D'ici 2025, Audi proposera douze voitures à motorisation 100% électrique sur les marchés les plus importants du monde, et réalisera environ un tiers de ses ventes avec des modèles électrifiés. Parmi les SUV de cette gamme, on trouve les modèles e-tron et e-tron Sportback, dont le lancement est prévu en 2019. De plus, des modèles classiques tels que les Avant et Sportback seront proposés. La gamme couvrira tous les segments de marché pertinents, de la compacte à la berline de luxe.

Le showcar Audi e-tron GT, un coupé très dynamique à plancher bas, a été dévoilé au Los Angeles Auto Show fin 2018. La technologie de cette voiture a été développée en collaboration avec Porsche, tandis que le design et le style du concept e-tron GT fait la part belle à l'ADN unique d’Audi. Le concept sera développé pour devenir un modèle de série d'ici la fin 2020.

La Premium Platform Electric (PPE) est un projet commun spécial entre les départements de développement d'Audi et de Porsche. Il constituera la base de plusieurs gammes de modèles Audi à motorisation entièrement électrique couvrant les segments B à D à gros volumes.

  – Fin –

Consommation de carburant des modèles cités ci-dessus

(Les plages de valeurs de consommation de carburant et d'émissions de CO2 indiquées dépendent de l'équipement choisi)

Audi e-tron:

Consommation électrique mixte en kWh/100 km : 26,2-22,6 (WLTP) ; 24,6-23,7 (NEDC)

Émissions de CO2 combinées en g/km : 0

Communiqué de presse (01/03/19)

160 000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques : une production neutre en émission de gaz à effet de serre pour Audi Hungaria

• Projet conjoint d’Audi et E.ON en Hongrie : le plus grand système photovoltaïque d’Europe sera installé sur le toit de l’usine Audi Hungaria • Environ 9,5 gigawatts-heure d’énergie renouvelable par an à compter de 2020 • Peter Kössler, membre du directoire en charge de la production : « Nous voulons que toutes les usines de production soient climatiquement neutres d’ici 2030 » Ingolstadt/Győr – En collaboration avec E.ON, Audi construit un parc d’énergie solaire d’une surface d’environ 160 000 mètres carrés sur le toit des deux centres logistiques de son usine Audi Hungaria, à Győr. Cette installation, qui sera le plus grand système photovoltaïque sur un bâtiment d’Europe, aura une puissance de pointe de 12 mégawatts. Les travaux de construction débuteront en août 2019 et la production d’énergie renouvelable sera lancée au début de l’année prochaine.

• Projet conjoint d’Audi et E.ON en Hongrie : le plus grand système photovoltaïque d’Europe sera installé sur le toit de l’usine Audi Hungaria
• Environ 9,5 gigawatts-heure d’énergie renouvelable par an à compter de 2020
• Peter Kössler, membre du directoire en charge de la production : « Nous voulons que toutes les usines de production soient climatiquement neutres d’ici 2030 »

En collaboration avec E.ON, Audi construit un parc d’énergie solaire d’une surface d’environ 160 000 mètres carrés sur le toit des deux centres logistiques de son usine Audi Hungaria, à Győr. Cette installation, qui sera le plus grand système photovoltaïque sur un bâtiment d’Europe, aura une puissance de pointe de 12 mégawatts. Les travaux de construction débuteront en août 2019 et la production d’énergie renouvelable sera lancée au début de l’année prochaine.

« Nous nous efforçons d’économiser les ressources afin de limiter au maximum l’impact de notre production sur l’environnement. Environ 70 % des besoins calorifiques d’Audi Hungaria sont déjà couverts par l’énergie géothermique, climatiquement neutre. Notre objectif est qu’à l’avenir notre centrale soit totalement neutre en CO2. Avec la construction du parc de cellules solaires, nous faisons un pas en avant vers la réalisation de cet objectif en matière d’alimentation électrique », a déclaré Achim Heinfling, président du directoire d’Audi Hungaria Zrt.

Dans le cadre du projet commun avec E.ON Hungaria, Audi fournit le toit des deux centres logistiques, chacun d’environ 80 000 mètres carrés, pour la construction du parc à énergie solaire, qui deviendra la plus grande centrale solaire sur un toit d’Europe. E.ON, quant à elle, exploitera le parc, composé de 35 000 cellules solaires, avec l’objectif d’atteindre 9,5 gigawatts-heure (GWh) d’électricité produite par an, ce qui correspond aux besoins énergétiques annuels de 5 000 foyers. Grâce à l’électricité verte issue de sources régénératives, l’usine émettra environ 6 000 tonnes de dioxyde de carbone en moins chaque année.

« Nous œuvrons en permanence pour améliorer la durabilité sur toute la chaîne de valeur », a déclaré Peter Kössler, membre du directoire d’AUDI AG en charge de la production et la logistique. « Nous voulons que toutes les usines de production soient climatiquement neutres d’ici 2030. Cela implique que nous tirions parti des énergies renouvelables. »

Karsten Wildberger, membre du directoire d’EON, a ajouté : « Les entreprises qui souhaitent atteindre leurs objectifs de développement durable doivent mettre en place une gestion intelligente de l’énergie. Nous aidons des clients comme Audi à associer la protection de l’environnement et leur activité, afin de créer de la valeur pour leurs clients et la société dans son ensemble. »

En outre, AUDI AG et ses partenaires s’engagent à intégrer les ressources dans des cycles fermés et à les réutiliser autant que possible. « En 2014, nous avons été le premier constructeur haut de gamme à mesurer et à certifier notre empreinte CO2. Depuis, nous nous efforçons de la réduire encore », a déclaré Rüdiger Recknagel, responsable de la protection de l’environnement chez AUDI AG. « Nous installons également de nouvelles technologies dans toutes nos usines pour réduire notre consommation d’eau, éviter la pollution de l’air et améliorer le recyclage. »

- Fin -

 

Communiqué de presse (01/03/19)

Avec Audi Tradition sur le Classic Car Tour 2019

• Lancement de la saison 2019 au salon « Techno Classica » à Essen • Audi à Ingolstadt depuis 70 ans Cette année encore, Audi Tradition participera à plus d’une dizaine d’événements en Allemagne et à l’étranger pour fêter plusieurs anniversaires. Il y a exactement 70 ans, le prédécesseur d’Audi, Auto Union GmbH, a été créé à Ingolstadt. Les classiques du calendrier des événements sont le Festival of Speed de Goodwood, les Classic Days du château de Dyck et le Donau Classic qui, cette année, accueillera la DKW Schnellaster, la première automobile produite à Ingolstadt.

• Lancement de la saison 2019 au salon « Techno Classica » à Essen
• Audi à Ingolstadt depuis 70 ans

Cette année encore, Audi Tradition participera à plus d’une dizaine d’événements en Allemagne et à l’étranger pour fêter plusieurs anniversaires. Il y a exactement 70 ans, le prédécesseur d’Audi, Auto Union GmbH, a été créé à Ingolstadt. Les classiques du calendrier des événements sont le Festival of Speed de Goodwood, les Classic Days du château de Dyck et le Donau Classic qui, cette année, accueillera la DKW Schnellaster, la première automobile produite à Ingolstadt.

Même si Audi Tradition exposera une voiture au salon Retro Classic de Stuttgart (du 7 au 10 mars), le salon « Techno Classica » d’Essen (du 10 au 14 avril) donnera toujours le coup d’envoi traditionnel des événements historiques. Audi Tradition participera à la plus grande exposition d’automobiles de collection du monde, mais pour la première fois cette année, ce sera dans le nouveau Hall 4. Audi sera présent au salon de l’automobile sous le slogan : « Le miracle de l’espace - de la Schnellaster à l’Avant ». Des breaks représentant de nombreuses périodes de l’histoire de l’entreprise seront au centre de l’attention.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Auto Union semblait mal en point. Expropriée par la puissance occupante soviétique dans sa base originelle de Saxe et retirée du registre du commerce de Chemnitz en 1948, la société n’avait apparemment plus d’avenir. Néanmoins, cet avenir se poursuivrait dans la zone d’occupation américaine. Rétablie en 1949 avec des débuts modestes dans d’anciens bâtiments militaires d’Ingolstadt, en Haute-Bavière, Auto Union GmbH s’est développée en 70 ans pour devenir AUDI AG, un anniversaire qu’Audi Tradition fêtera aux Classic Days du château de Dyck et au Donau Classic. Les premiers modèles produits en 1949 sont la DKW Schnellaster et la moto DKW RT 125 W, dont le « W » signifiait West (ouest). Des Schnellaster participeront au Donau Classic (du 27 au 29 juin), tandis qu’une RT 125 W sera présente à Castle Dyck (du 2 au 4 août).

Le Festival of Speed de Goodwood, en Angleterre, est un classique du calendrier annuel des événements. Il y a trente ans, en 1989, à l’occasion du championnat américain IMSA GTO, Audi avait engagé l’Audi 90, l’une des plus spectaculaires voitures de course jamais conçue par Audi pour le circuit. La célèbre Audi 90 IMSA GTO roulera à Goodwood avec sa devancière, l’Audi 200 quattro Trans Am et une moto DKW UL 500 restaurée.

Parmi les autres classiques d’Audi Tradition, citons l’Heidelberg Historic (du 11 au 13 juillet) et le Sachsen Classic (du 22 au 24 août). Le constructeur montrera également ses vraies couleurs au Bodensee Klassik (du 2 au 4 mai) et au Sauerland Klassik (du 2 au 5 octobre). Pour la première fois, Audi Tradition participera au Grand Prix Zoute à Knokke, en Belgique (du 10 au 13 octobre), et au Kampenwand Historic Motocycle à Aschau (les 13 et 14 juillet). Les bourses de miniatures aux forums Audi de Neckarsulm (3 novembre) et d’Ingolstadt (1er décembre) concluront la saison 2019.

- Fin -

Communiqué de presse (01/03/19)

Nomination chez Audi France

• Sabrina NICOLAS est nommée Responsable presse Audi Sport, Lifestyle & Influenceurs au 1er Mars 2019 • Sabrina NICOLAS prend en charge les relations influenceurs & blogueurs • Elle reporte directement à Guillaume JOLIT, Chef du Service Presse et Relations Publiques Sabrina NICOLAS est nommée Responsable Audi Sport, Lifestyle & Influenceurs à compter du 1er Mars 2019 et succède à Déborah BARBE qui devient Responsable partenariats et expérientiel pour Audi France.

• Sabrina NICOLAS est nommée Responsable presse Audi Sport, Lifestyle & Influenceurs au 1er Mars 2019
• Sabrina NICOLAS prend en charge les relations influenceurs & blogueurs
• Elle reporte directement à Guillaume JOLIT, Chef du Service Presse et Relations Publiques


Sabrina NICOLAS est nommée Responsable Audi Sport, Lifestyle & Influenceurs à compter du 1er Mars 2019 et succède à Déborah BARBE qui devient Responsable partenariats et expérientiel pour Audi France.

Diplômée d’un Master en marketing et management des Industries du Luxe à l’ISC Paris, Sabrina NICOLAS a débuté sa carrière dans l’automobile en 2008 en tant que webmaster pour Saab et Maserati. Elle a ensuite rejoint l’équipe Citroën France pour assurer le déploiement des sites e-commerce et des plateformes digitales.

Sabrina NICOLAS a rejoint Audi France en 2013 en tant que Responsable marketing digital en charge des sites internet Audi, du brand-content ainsi que des réseaux sociaux de la Marque et du déploiement de l’influence marketing.

Voici ses coordonnées :

Tel : 03 23 73 81 68 -  sabrina.nicolas@audi.fr

- Fin -

 

Communiqué de presse (28/02/19)

Hommage aux 10 ans du moteur V10 : l’Audi R8 V10 Decennium

• Limitée à 222 unités, numérotées individuellement • Une R8 Coupé avec détails de design exclusifs • Cette édition limitée est lancée en même temps que la nouvelle Audi R8 Un moteur V10 de 456 kW (620 ch), des détails bronze à l’intérieur et à l’extérieur, et une édition très limitée : Audi célèbre la success-story du moteur V10 avec l’Audi R8 V10 Decennium (consommation de carburant combinée en L/100 km : 13,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 297*). La commercialisation de ce modèle limité à 222 unités, dont 7 pour le marché français, coïncide avec le lancement de la Nouvelle Audi R8. Le nom Decennium, dérivé du latin « décennie », fait référence à dix années de fascination sur la route et de réussite dans le sport automobile.

• Limitée à 222 unités, numérotées individuellement
• Une R8 Coupé avec détails de design exclusifs
• Cette édition limitée est lancée en même temps que la nouvelle Audi R8

Un moteur V10 de 456 kW (620 ch), des détails bronze à l’intérieur et à l’extérieur, et une édition très limitée : Audi célèbre la success-story du moteur V10 avec l’Audi R8 V10 Decennium (consommation de carburant combinée en L/100 km : 13,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 297*). La commercialisation de ce modèle limité à 222 unités, dont 7 pour le marché français, coïncide avec le lancement de la Nouvelle Audi R8. Le nom Decennium, dérivé du latin « décennie », fait référence à dix années de fascination sur la route et de réussite dans le sport automobile.

L’aspect extérieur de l’Audi R8 V10 Decennium donne le ton. Cette série limitée est disponible sous la forme d’un coupé et peint en gris Daytona avec effet mat. Les roues dentées de 20 pouces et le collecteur d’admission du moteur 5.2 FSI affichent une finition bronze mate. Le spoiler avant, les bas de caisse et le diffuseur sont peints en noir brillant et surmontés des anneaux Audi noirs et de badges V10 de la même couleur. Les baguettes latérales et les boîtiers des rétroviseurs extérieurs sont fabriqués en fibre de carbone brillante. En option, le client pourra choisir entre du gris Daytona effet nacré, du gris Suzuka métallisé, de l’argenté Fleuret métallisé, du noir Mythic métallisé, du bleu Ascari métallisé et du gris Kemora métallisé.

L’intérieur de l’Audi R8 V10 Decennium est entièrement fini en noir et agrémenté d’appliques en fibre de carbone brillante. Les sièges sport à motif matelassé à losanges affichent des finitions noir brillant et des surpiqûres contrastantes en cuivre brillant. La commande de boîte de vitesses et le volant (en Alcantara et marque noire à 12h) sont ornés de surpiqûres cuivre, tout comme l’accoudoir central, l’accoudoir latéral et les garnitures de porte.

Un logo « Decennium » orne la console centrale, les portes, les appliques des bas de caisse en fibre de carbone brillante, ainsi que le projecteur LED dans les portières. Le badge de la console centrale se détache visuellement de la fibre de carbone brillante à la finition partiellement mate réalisée selon un procédé breveté par Audi. Le matériau de la surface est rendu légèrement rugueux sur quelques millièmes de millimètre à l’aide d’une poudre spéciale. La lumière de la porte projette sur le sol le logo « Decennium », ainsi que le numéro du véhicule parmi l’édition limitée. Comme pour toutes les variantes de la R8, le virtual cockpit d’Audi et MMI navigation plus sont de série.

Le moteur FSI 5.2 atmosphérique le plus puissant forme le cœur de la R8 V10 Decennium. Avec 456 kW (620 ch) de puissance et un couple maximal de 580 nm, il catapulte la voiture de 0 à 100 km/h en 3,1 secondes et lui permet d’atteindre 331 km/h. L’Audi R8 V10 Decennium sera disponible à partir du printemps 2019 au prix de 222 000 euros en Allemagne, et sera livrée avec une housse de protection ornée d’une broderie « Decennium » bronze.

La nouvelle Audi R8 sera commercialisée en même temps que la série limitée. La voiture de sport haute performance présente un design extérieur encore plus affûté, tandis que la suspension et les performances ont encore une fois été améliorées : les deux moteurs à aspiration naturelle disponibles pour le modèle de série développent désormais 419 kW (570 ch) et 456 kW (620 ch). Enfin, des modifications apportées aux équipements intérieurs viennent compléter la gamme d’options. En Allemagne la R8 Coupé V10 quattro est proposée au prix de 166 000 euros, contre 179 000 euros pour la R8 Spyder V10 quattro, avec des versions performances à 200 000 euros pour la version Coupé et 213 000 euros pour la version Spyder.

Dix ans de succès : le moteur V10 de l’Audi R8


Les deux versions du moteur V10 à aspiration naturelle se sont imposées pour l’Audi R8 début 2009.

2008/2009 - première génération : Audi R8 5.2 FSI quattro

Dans l’édition R8 GT lancée en 2010, le moteur 10 cylindres produisait 412 kW (560 ch), tandis que le R8 V10 (à partir de 2012) produisait 404 kW (550 ch).

Audi a largement remanié le 5.2 FSI pour la R8 deuxième génération, qui a été commercialisée à partir de 2015 : l’ajout d’une injection directe dans le collecteur d’admission a amélioré les caractéristiques d’échappement et un système de cylindre à la demande (COD) a permis de désactiver cinq cylindres en cas de charge partielle, augmentant ainsi l’efficience. Le potentiel de fascination a également progressé : le 5.2 FSI est encore plus alerte et accélère encore plus fort. Lors du lancement, deux versions étaient disponibles, l’une avec 397 kW (540 ch), l’autre avec 449 kW (610 ch). La nouvelle mise à jour augmente encore la puissance, avec des niveaux records de 419 kW (570 ch) et 456 kW (620 ch).

2015 - deuxième génération : Audi R8 V10 plus

Le moteur V10 doit ses caractéristiques principales au sport automobile, notamment son concept de régime élevé jusqu’à 8 700 tr/min et son système de lubrification par carter sec qui permet une installation basse. Les bancs de cylindres du moteur V10 sont installées selon un angle à 90°. Le vilebrequin, qui a été forgé comme un arbre d’équilibrage normal, alterne les intervalles d’allumage entre 54 et 90°. La séquence d’allumage des cylindres de 1 - 6 - 5 - 10 - 2 - 7 - 3 - 8 - 4 - 9 crée une pulsation unique et un son reconnaissable entre tous. Avec une vitesse maximale de 8 700 tr/min, les pistons parcourent une distance moyenne de 26,9 mètres par seconde, dépassant les chiffres de la Formule 1 d’aujourd’hui. À cette vitesse, les pistons connaissent une accélération équivalente à une charge d’environ deux tonnes aux points de renversement.

Le cœur de l’Audi R8 : le moteur V10 à aspiration naturelle

Le moteur haute performance, qui a aussi connu de grands succès sur circuit, a fait ses débuts en GT3 Sport dans l’Audi R8 LMS en 2009. La R8 LMS ultra a suivi en 2012, avant la deuxième génération de R8 LMS (2015), qui a été renouvelée à l’automne 2018. Début 2018, la R8 LMS GT4 a rejoint le programme compétition-client d’Audi Sport. Dans les deux catégories GT, le 5.2 FSI est très similaire au moteur de série, si ce n’est qu’il présente une double injection, qu’il comprend une bride d’admission et que les caractéristiques de la carte de l’unité de commande et les coussinets de paliers ont été modifiés. Avec des intervalles d’entretien de 10 000 kilomètres et 20 000 kilomètres avant la première révision, le 5.2 FSI établit de nouvelles normes en matière de sport automobile. De nombreuses équipes l’utilisent même pour des cycles supplémentaires.

Fin 2018, les pilotes de l’Audi R8 LMS GT3 avaient remporté 62 titres au classement pilotes et 78 autres titres dans les classements d’autres catégories. Les pilotes Audi ont également remporté 11 victoires dans des courses de 24 heures. Sept victoires dans des courses 12 heures et trois victoires dans des courses de 25 heures viennent compléter le palmarès décennal de la voiture de sport GT3.

- Fin -

Communiqué de presse (28/02/19)

Audi au Salon de Genève 2019

• Conférence de presse Audi Mardi 5 mars 2019 à 8h00 (heure de Paris) • Stand composé uniquement de véhicules électriques • L’offre de modèles plug-in hybride largement étoffée Audi poursuit son offensive électrique. Au salon de Genève 2019, le constructeur exposera quatre véhicules à propulsion entièrement électrique, dont les versions de série arriveront sur nos routes d'ici à fin 2020. En outre, quatre nouveaux modèles plug-in hybrides seront exposés en première mondiale sur le stand Audi ainsi que la voiture engagée en championnat Formula-e, l’Audi e-tron FE05. L’Audi Q4 e-tron concept et la première européenne de l’Audi e-tron GT concept seront présentées lors de la conférence de presse qui se tiendra sur le stand Audi dans le Hall 1. Elle débutera mardi 5 mars 2019 à 8h00.

• Conférence de presse Audi Mardi 5 mars 2019 à 8h00 (heure de Paris)
• Stand composé uniquement de véhicules électriques
• L’offre de modèles plug-in hybride largement étoffée

Audi poursuit son offensive électrique. Au salon de Genève 2019, le constructeur exposera quatre véhicules à propulsion entièrement électrique, dont les versions de série arriveront sur nos routes d'ici à fin 2020. En outre, quatre nouveaux modèles plug-in hybrides seront exposés en première mondiale sur le stand Audi ainsi que la voiture engagée en championnat Formula-e, l’Audi e-tron FE05. L’Audi Q4 e-tron concept et la première européenne de l’Audi e-tron GT concept seront présentées lors de la conférence de presse qui se tiendra sur le stand Audi dans le Hall 1. Elle débutera mardi 5 mars 2019 à 8h00.

Bram Schot, PDG de AUDI AG, a déclaré: «Nous nous sommes fixé un objectif clair: une Audi sur trois vendue en 2025 sera électrifiée. Notre objectif est clair, nous nous engageons à une mobilité sans émissions. "

Le premier membre de ce nouveau quatuor de véhicules électriques, l'Audi e-tron *, est déjà disponible pour nos clients. Audi présentera la version de série de son pendant coupé, l'Audi

e-tron Sportback, d’ici fin 2019. Un autre modèle électrique sera présenté dans quelques semaines en Chine: l'Audi Q2 L e-tron, dont les premières livraisons auront lieu dans le courant de l'année 2019. Deux autres modèles de série suivront en 2020: Audi e-tron GT et  Audi Q4       e-tron. Les concept-cars présents sur le stand à Genève donnent un aperçu de ces deux futures automobiles.

En outre, toujours en 2019, une offensive de véhicules « plug-in hybride » impliquant pratiquement tous les segments du marché aura lieu. Les nouveautés de la gamme sont les versions hybrides des produits à volume tels que l’Audi A6, A7, A8 et Q5. Elles font également leurs débuts publics au Salon de Genève. Les deux versions plug-in établies de l'Audi A3 et de l'Audi Q7 pourront bientôt être disponibles à la commande - avec une nouvelle technologie - en 2019.

À l’avenir, quatre plates-formes techniques et familles de produits constitueront la base de l’offre de véhicules électriques dans tous les segments, de A à D. Une étroite collaboration entre le développement technique d’autres constructeurs du groupe permet de tirer parti des synergies requises pour la mise en place d’une large gamme mondiale.

Les Audi e-tron et e-tron Sportback utilisent des composants de la plate-forme longitudinale modulaire d’Audi. Ces technologies innovantes, principalement dans le domaine des systèmes de transmission, donnent naissance à une famille de SUV électriques à transmission intégrale quattro électrique. Une charge rapide jusqu’à 150 kW et une gamme adaptée aux voyages sur de longues distances garantissent une utilisation quotidienne.

Audi avait déjà présenté le premier membre de cette plate-forme électronique en 2018 : le concept-car Audi e-tron GT, un coupé très dynamique à plancher bas, qui a fait ses débuts au salon de Los Angeles. La technologie de ce modèle a été développée en collaboration avec Porsche; Le design et le caractère du concept e-tron GT représentent l’ADN Audi.

Un autre projet commun des départements de développement d’Audi et de Porsche est le PPE (Premium Platform Electric). Ce projet sera à la base de plusieurs gammes Audi intégralement électriques couvrant les segments B à D. Les concepts de carrosserie classique et de SUV sont conçus ici avec un plancher de véhicule bas. L’un des principaux atouts de PPE est qu’elle a été développée exclusivement pour la propulsion électrique. Ceci offre des avantages en ce qui concerne le poids, la carrosserie et les proportions.

Plusieurs constructeurs du groupe Volkswagen collaborent au développement de la plate-forme d'électrification modulaire (MEB), qui sert de base à une série de modèles Audi-e, en particulier dans le segment A à forts volumes.

AUDI AG élargira également considérablement sa gamme de véhicules hybrides rechargeables. «À l'avenir, pratiquement tous les segments du marché comprendront des modèles fonctionnant à la fois avec un moteur électrique et un moteur à combustion et pouvant être rechargés sur une prise électrique», a déclaré le président, Bram Schot.

– Fin –

Consommations des modèles présentés :

(Les informations sur les consommations et émissions de CO2 dépendent des équipements présents sur le véhicule)

Audi e-tron:

Consommation mini/maxi en cycle mixte (kWh/100 km) : 22.6-26.1 (Cycle WLTP); 23.7-24.6 (Cycle NEDC);

Emission CO2 (g/km) : 0

 

MÉDIATHÈQUE