Audi France Media
Communiqué de presse
Nouvelle Audi RS 4 Avant : Le break puissant fait son retour >>
(01/10/19)
Communiqué de presse
Des véhicules compacts et puissants : Audi RS Q3 et Audi RS Q3 Sportback >>
(25/09/19)
Communiqué de presse
Le tout-terrain du futur – l’Audi AI:TRAIL quattro >>
(10/09/19)
Communiqué de presse
Des véhicules compacts et puissants : Audi RS Q3 et Audi RS Q3 Sportback >>
(25/09/19)
Le tout-terrain du futur – l’Audi AI:TRAIL quattro >>
(10/09/19)
Communiqué de presse
Feuille de route E : Audi à l’ère de la mobilité électrique >>
(08/10/19)
ACTUALITÉS
Communiqué de presse (16/10/19)

L’Audi 100 Coupé S à l’affiche du nouvel opus de la série « Portraits de passionnés »

• Ce nouvel épisode intitulé « Chevauchée allemande » nous invite dans le bocage normand au volant de l’Audi 100 Coupé S de Frédéric Ansart, cavalier émérite et passionné de modèles historiques • Un retour aux sources très « seventies » du design sportif Audi : ligne fastback, habitacle raffiné, finition hors-pair • Un film diffusé sur les réseaux sociaux Audi France dès le 16 octobre

  • Ce nouvel épisode intitulé « Chevauchée allemande »nous invite dans le bocage normand au volant de l’Audi 100 Coupé S de Frédéric Ansart, cavalier émérite et passionné de modèles historiques
  • Un retour aux sources très « seventies » du design sportif Audi : ligne fastback, habitacle raffiné, finition hors-pair
  • Un film diffusé sur les réseaux sociaux Audi France dès le 16 octobre

 

Roissy en France, le 16 octobre – Après les deux premiers épisodes à succès, Le Mythe fondateur et Du Bleu dans les veines, dédiés à l’Audi Sport quattro et l’Audi RS 2, Audi France propose une nouvelle incursion dans l’histoire d’un modèle iconique à travers les yeux de son propriétaire.

C’est sur les routes sinueuses du bocage normand que nous conduit le nouvel épisode de la série « Portraits de passionnés ». Comme une saignée dans ce paysage de verdure, la silhouette aiguisée d’un coupé orange « Coral » nous invite dans son sillage. A son volant, Frédéric Ansart. Passionné d’équitation et d’automobile, le cavalier nous présente sa perle rare : une Audi 100 Coupé S de 1973.

Immédiatement, le charme « seventies » opère : des couleurs pop, l’orange de la carrosserie répondant au jaune des feux, des lignes claires et racées, une ligne fastback nette soulignée par des ouïes reptiliennes sur le panneau de custode, le vrombissement du quatre cylindres essence… A l’intérieur, des boiseries habillent les contre-portes, le tableau de bord et le volant, l’ensemble est rehaussé d’incrustations chromées du plus bel effet.

Des courbes parfaites, une élégance impériale et un dos puissant tout en fuite : pour le cavalier Frédéric Ansart, qui dit agir « en binôme » avec sa monture comme avec son Audi 100 coupé S, pas de doute, l’Allemande a beaucoup en commun avec le cheval.

Le pur-sang allemand est une véritable invitation à la balade. Malgré sa ligne de toit plongeante, l’Audi 100 Coupé S offre quatre vraies places et un grand coffre. Le moelleux des sièges mixtes velours et similicuir se conjugue à la souplesse de la suspension pour poser les bases d'une certaine idée du grand Tourisme façon Audi.

A l’instar de l’Audi Sport quattro et de l’Audi RS 2, l’Audi 100 Coupé S est un modèle pionnier dans l’histoire du design sportif Audi. Elle est la première Audi à arborer le sigle S, caractéristique des sportives de la marque aux quatre anneaux. De même, cette ligne « fastback », inspirée de modèles sportifs américains des années 1950, pourrait ne pas être étranger à la célèbre carrosserie Sportback Audi !

 

L’aventure de l’Audi 100 Coupé S de Frédéric Ansart est disponible sur les réseaux sociaux Audi France.

YouTube 

https://youtu.be/sxMdOC8TQbA

Facebook

https://www.facebook.com/audifrance/videos/697260864113063 

Twitter

https://twitter.com/AudiFrance/status/1184467068768456704

Linkedin

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6590240005245980672

 

- Fin -

Communiqué de presse (11/10/19)

Vers le tout électrique : la stratégie de mobilité d’Audi

• Plus de 30 modèles à transmission électrique d’ici 2025 • Quatre plateformes électriques avec des assemblages modulaires évolutifs pour couvrir tous les segments de véhicules • Très demandés, les hybrides rechargeables viendront étoffer le portefeuille du constructeur en 2019

Ingolstadt, le 11 Octobre  2019 - Audi procède à l’électrification progressive de sa gamme et se transforme peu à peu en un constructeur de voitures électriques au portefeuille vaste. Pour ce faire, l’entreprise s’appuie sur quatre plateformes de production afin de proposer des voitures électriques sur chaque segment. L’offre d’hybrides rechargeables fait, elle aussi, l’objet d’une expansion avec une initiative produit en 2019. Le constructeur promeut sa stratégie d’électrification avec fermeté et à un rythme soutenu dans les domaines de la stratégie de marque, de l’organisation des ventes, de la production et de la qualification du personnel.

« L’avenir est électrique. À nos yeux et aux yeux de nombreux clients déjà satisfaits, l’Audi e-tron* a fait un début électrisant. D’ici 2025, nous aurons lancé 30 modèles électriques, dont 20 tout électriques. Nous donnons l’exemple d’une mobilité électrique adaptée à une utilisation quotidienne », déclare Bram Schot, président du directoire d’AUDI AG.

Afin de réaliser ces ambitieux projets, Audi tire parti de synergies de groupe et développe la production de voitures électriques sur quatre assemblages modulaires. Premier modèle tout électrique, le SUV Audi e-tron* est basé sur une adaptation de la plateforme longitudinale modulaire (MLV Evo). Deuxième modèle, la voiture de sport Audi e-tron GT concept sera construite sur la plateforme de performance J1, en 2020, en étroite collaboration avec Porsche. En 2021, Audi lancera la Q4 e-tron concept via la plateforme d’électrification modulaire (MEB) en guise d’introduction au plan produit électrique. Audi lancera divers modèles compacts et de taille moyenne sur la plateforme MEB, imaginée par Volkswagen pour l’ensemble du groupe. Pour les modèles électriques de taille moyenne et de luxe, Audi utilise l’architecture PPE (Premium Platform Electric), dont la configuration technique par segment permet l’intégration de nombreuses fonctions high-tech.

Audi développe également son portefeuille de modèles hybrides avec sa transmission hybride rechargeable (PHEV, véhicule électrique rechargeable), composée d’un moteur TFSI combiné à un moteur électrique et à une batterie lithium-ion. Les modèles PHEV affichent une gestion de la transmission sophistiquée pour différents parcours électriques en ville et dans les zones résidentielles. Rien qu’en 2019, quatre nouveaux modèles hybrides rechargeables font leur arrivée au sein des lignes A7 Sportback, A8, Q5 et Q7. D’autres modèles viendront s’ajouter à l’offre PHEV en 2020.

Afin de promouvoir la mobilité durable et d’autres domaines d’innovation, Audi investira près de 14 milliards d’euros dans la mobilité électrique d’ici la fin 2023. En plus du développement et de la production de nouveaux modèles électriques, l’argent sera également destiné à la qualification du personnel et aux ventes.

L’entreprise s’est fixé comme objectif d’atteindre un bilan carbone neutre sur l’ensemble du cycle de vie de ses modèles : de l’extraction des matières premières à l’utilisation et à la transformation en énergie renouvelable en passant par la production. D’ici 2025, le bilan gaz à effet de serre de la flotte Audi devrait être 30 % inférieur à la valeur de référence de 2015. Audi entend également être neutre en émissions de carbone sur l’ensemble de ses sites dans le monde d’ici 2050 au plus tard, afin de révéler tout le potentiel de la mobilité durable.

– Fin –

Communiqué de presse (09/10/19)

Quatre plateformes pour tous les modèles électriques Audi

Roissy-en-France, le 09 Octobre 2019 - Audi adopte une approche cohérente pour aligner son portefeuille de produits sur la mobilité électrique, des véhicules compacts aux modèles ultra performants. Pour ce faire, le constructeur tire parti des synergies à l’échelle du groupe et s’appuie sur quatre plateformes pour le développement et la production. Le constructeur d’Ingolstadt est ainsi en mesure d’offrir à ses clients des solutions personnalisées pour chaque segment de véhicules.

Roissy-en-France, le 09 Octobre 2019 - Audi adopte une approche cohérente pour aligner son portefeuille de produits sur la mobilité électrique, des véhicules compacts aux modèles ultra performants. Pour ce faire, le constructeur tire parti des synergies à l’échelle du groupe et s’appuie sur quatre plateformes pour le développement et la production. Le constructeur d’Ingolstadt est ainsi en mesure d’offrir à ses clients des solutions personnalisées pour chaque segment de véhicules. Avec l’e-tron*, Audi a construit son premier SUV grand volume à partir d’une adaptation de la plateforme longitudinale modulaire (MLB Evo). La Gran Turismo e-tron GT concept 4 portes est basée sur la plateforme Porsche J1. Les voitures électriques plus compactes sont basées sur la plateforme d’électrification modulaire (MEB) polyvalente du groupe Volkswagen, tandis que les grands modèles électriques innovants emploient la nouvelle plateforme PPE (Premium Platform Electric).

La première Audi 100 % électrique basée sur la plateforme MLB Evo : l’Audi e-tron*

L’e-tron* marque les premiers pas d’Audi dans l’ère électrique. Le SUV est le premier véhicule à combiner la mobilité électrique et la qualité Audi avec un système de propulsion et de récupération sophistiqué, une transmission intégrale et un confort optimal. En résumé : « Vorsprung durch Technik ». L’e-tron* est basée sur une adaptation de la plateforme longitudinale modulaire (MLB Evo). Elle affiche une nouvelle carrosserie dotée de nombreux éléments structurels innovants sur la partie inférieure centrale et sur le toit.

Avec un empattement de 2 928 millimètres, l’e-tron* se place entre la Q5 et la Q7. Sa batterie haute tension stocke jusqu’à 95 kWh d’énergie pour assurer une autonomie de plus de 400 kilomètres selon le cycle WLTP, principalement grâce à son système de récupération innovant, qui récupère jusqu’à 30 % de l’énergie utilisée pendant le freinage. Les deux moteurs asynchrones du SUV grand modèle produisent une puissance maximale de 300 kW et, combinés à la transmission électrique intégrale, qui peut être ajustée très rapidement, ils offrent des performances stables et sportives sur tout terrain. L’Audi e-tron*, qui peut être chargée en courant continu ou alternatif, est le premier véhicule produit en série disposant d’une capacité de charge de jusqu’à 150 kW, qu’elle doit à son système de gestion thermique très efficace.

La plateforme de performance J1 : la première e-tron GT concept

Audi a présenté le show car e-tron GT concept au Salon de l’automobile de Los Angeles 2018, offrant un aperçu proche de la phase de production de la future Gran Turismo haute performance. L’e-tron GT concept est une « voiture signature » du design Audi, qui illustre à quel point la mobilité électrique peut être chargée en émotion. Elle suscite l’enthousiasme des clients avec son design sportif et émouvant, et offre une expérience technologique fascinante. Audi utilise la plateforme de performance J1 mise au point par Porsche comme base technique.

L’Audi e-tron GT concept est équipée de deux moteurs synchrones à aimants permanents offrant des performances de 434 kW (590 ch) et 830 Nm de couple. La GT quatre portes passe de 0 à 100 km/h en 3,5 secondes, atteint les 200 km/h en un peu plus de 12 secondes et affiche une vitesse maximale de 240 km/h. Si nécessaire, l’Audi e-tron GT concept peut être chargée en peu de temps. Son système haute tension est conçu pour une technologie de 800 volts et permet à la batterie de se recharger à 80 % en 20 minutes environ sur une borne CC d’une puissance de 350 kW. Selon la norme WLTP, l’Audi e-tron GT concept affiche une autonomie de plus de 400 kilomètres avec une seule charge de batterie.

La batterie, dont la capacité énergétique est supérieure à 90 kWh, est installée dans le soubassement, entre les essieux. Son boîtier a été pensé avec des cavités afin de laisser de la place pour les pieds à l’arrière, garantissant le confort de tous les passagers. Cet aménagement spécial permet d’intégrer la batterie dans le plancher du véhicule malgré la faible hauteur de carrosserie des voitures de sport, créant ainsi un centre de gravité du véhicule très bas et une assise à l’ergonomie confortable.

Sa carrosserie légère et son toit en polymère renforcé de fibres de carbone (CFRP) sont fabriqués conformément au principe de la construction multi matières. Longue de 4,96 mètres, large de 1,96 mètre et haute de 1,38 mètre, l’Audi e-tron GT concept proche de la phase de production affiche les proportions typiques d’une Gran Turismo.

Associée au centre de gravité bas, la transmission quattro, équipée d’un moteur électrique sur les essieux avant et arrière, offre des conditions idéales pour une voiture de sport.

La gestion de la transmission répartit le couple des moteurs électriques entre les essieux en fonction des besoins et régule séparément les roues. La configuration de la technologie permet de nombreuses fonctions de performance et de suspension, telles que la direction dynamique intégrale des quatre roues motrices ou un différentiel sport, offrant une excellente traction et une dynamique formidable.

Des moteurs électriques à la puissance variable et des modules de batterie de différentes capacités seront utilisés pour la production en série.

Premiers pas dans le monde de l’alimentation électrique avec Audi : l’Audi Q4 e-tron concept basée sur la plateforme MEB

La plateforme d’électrification modulaire (MEB) sera aux modèles Audi tout électriques ce que la plateforme transversal modulaire (MQB) est aux modèles dotés d’un moteur à combustion. La plateforme MEB fournit les bases techniques des futurs modèles compacts et de taille moyenne d’Audi. Elle offre ainsi un point d’entrée dans le portefeuille des modèles électriques d’Ingolstadt.

En utilisant la plateforme MEB du groupe, le constructeur peut proposer à ses clients des modèles électriques abordables, mais sophistiqués sur le plan technique, et dotés de l’ADN caractéristique d’Audi. Un design fascinant, un intérieur démontrant un grand savoir-faire et un système d’exploitation haut de gamme. En tirant parti d’un maximum de synergies de plateforme au sein du groupe, le constructeur attise l’intérêt de nombreux nouveaux clients en matière de mobilité électrique sur le segment des compactes. La plateforme de propulsion électrique modulaire du groupe Volkswagen a été conçue pour être très polyvalente et adaptable. Sa matrice s’étend des SUV et crossovers jusqu’aux berlines.

Pensée exclusivement pour les transmissions électriques, la plateforme MEB permet aux clients de profiter de tous les avantages des moteurs électriques compacts et des batteries lithium-ion de différentes tailles et capacités. Les systèmes de batterie, les moteurs électriques et le design des essieux créent une boîte à outils technologique de grande qualité. Par contraste avec les modèles actuels dotés d’un moteur à combustion, la face avant est bien plus petite. L’essieu et le pare-feu avant s’avancent, augmentant considérablement l’empattement et l’espace intérieur utilisable.

En mars 2019, Audi a annoncé la Q4 e-tron concept avec un show car proche de la phase de production au Salon de l’automobile de Genève. Ce sera la première Audi basée sur la plateforme MEB à quitter la chaîne de montage : un SUV compact appartenant au même segment que la Q3 à moteur conventionnel. Sa longueur extérieure de 4,59 mètres la place dans le tiers supérieur de la catégorie compacte, tandis que son empattement de 2,76 mètres place son intérieur dans la catégorie des véhicules de taille moyenne. En termes de longueur intérieure, chaque modèle MEB correspond ainsi à un véhicule actuel de la catégorie suivante. Si les dimensions extérieures de la Q4 e-tron concept sont comparables à celles de la Q3, son espace intérieur est semblable à celui de la Q5. L’architecture du tableau de bord offre également de nouvelles possibilités en matière de design.

Bien entendu, la plateforme MEB offre également plusieurs niveaux de performance et différentes configurations de la transmission. En plus de la transmission intégrale quattro avec moteur électrique sur les essieux avant et arrière, une variante avec un moteur monté à l’arrière et une propulsion arrière sera également proposée pour les modèles d’entrée de gamme.

La nouvelle architecture du luxe : la plateforme PPE (Premium Platform Electric)

Pour ses grands modèles et ses modèles de luxe, Audi exploite une quatrième plateforme : la PPE (Premium Platform Electric), qui a été imaginée et mise au point en coopération avec Porsche. Avec son architecture spéciale, elle fournit les conditions nécessaires à une technologie ultra moderne répondant aux exigences des clients sur les segments des grands modèles et des modèles de luxe.

La PPE assumera le rôle que la plateforme longitudinale modulaire occupe pour les véhicules avec moteur à combustion, mais pour les véhicules électriques. Elle se caractérise par une architecture high-tech hautement évolutive, qui permet la production de véhicules à plancher bas et haut. Audi développe actuellement plusieurs modèles de série sur la base de la PPE, allant des voitures moyennes supérieures aux modèles de luxe, en passant par les SUV, les Sportback, les Avant et les crossovers. Ce faisant, le constructeur étoffe également son portefeuille de modèles actuel sur les segments des grands modèles et des modèles de luxe en ajoutant de nombreuses variantes électriques.

Le pack technologique de la PPE est assez semblable à celui de la MEB ; il présente simplement un potentiel accru en termes de puissance et de performance. De série, les véhicules sont équipés d’un moteur électrique à l’arrière. Les modèles haut de gamme sont dotés d’un deuxième moteur électrique sur l’essieu avant (synchrone ou asynchrone), qui leur permet d’activer automatiquement la transmission intégrale lorsque cela est nécessaire. Il sera bien entendu possible de configurer différents niveaux de performance et capacités de batterie sur la plateforme PPE. Comme pour l’Audi e-tron GT concept, le niveau de charge est de 800 volts. Associé à une gestion thermique efficace, il offre une capacité de charge élevée de 350 kW.

Les modèles Audi à plancher bas basés sur la plateforme PPE afficheront des dimensions et des porte-à-faux légèrement plus petits que ceux des modèles actuels avec moteur à combustion basés sur la plateforme MLB, mais un intérieur plus long. Comme c’est généralement le cas sur les modèles électriques, ils seront dépourvus de transmission et de tunnels centraux. Et comme les modèles haut de gamme traditionnels, les modèles PPE pourront intégrer de nombreux équipements high-tech. Du côté de la propulsion, le contrôle du couple s’opère via une vectorisation, tandis que les fonctions de suspension pneumatique et de direction intégrale caractéristiques d’Audi sont assurées par les trains roulants.

– Fin –

Communiqué de presse (09/10/19)

Audi, la ville d'Ingolstadt et DeutscheTelekom coopèrent sur la technologie 5G

• Partenariat technologique pionnier entre AUDI AG, la ville d'Ingolstadt et Deutsche Telekom sur la technologie de réseau cellulaire 5G • Série de test 5G à partir de 2020 à Ingolstadt pour une mobilité sécurisée, numérique et connectée • La norme cellulaire 5G ouvre de nouvelles possibilités technologiques pour la mobilité du futur

  • Partenariat technologique pionnier entre AUDI AG, la ville d'Ingolstadt et Deutsche Telekom sur la technologie de réseau cellulaire 5G
  • Série de test 5G à partir de 2020 à Ingolstadt pour une mobilité sécurisée, numérique et connectée
  • La norme cellulaire 5G ouvre de nouvelles possibilités technologiques pour la mobilité du futur

 

Ingolstadt le 9 Octobre 2019, Audi et Deutsche Telekom concluent un partenariat technologique pionnier avec la ville d'Ingolstadt. Cela a été annoncé par les trois partenaires lors de la signature d'un protocole d'accord à Ingolstadt mercredi. L’objectif est d’utiliser la nouvelle technologie 5G pour rendre la mobilité urbaine plus sûre, plus numérique et plus durable.

Le protocole d’accord constitue la base du développement d’une infrastructure de transport numérique qui offrira aux citoyens une sécurité routière accrue, des flux de trafic améliorés et des services digitaux en temps réel. Le conseil municipal d'Ingolstadt avait déjà approuvé la coopération et une demande d'installation d'un pôle pilote 5G en juillet.

La 5G comme préalable technologique à la mobilité connectée.

La future norme de réseau cellulaire 5G permettra des largeurs de bande considérablement plus élevées et des réponses réseau pratiquement en temps réel. La 5G constitue donc une base technologique essentielle pour la communication entre différents usagers de la route, la conduite automatisée et les connexions à l'Internet des objets (Internet of things ou  IoT)

Une application 5G possible est la connexion des feux de circulation qui échangent des données de mouvement anonymes avec les voitures et les autres usagers de la route via le réseau 5G. Cela permettra aux conducteurs ou aux voitures elles-mêmes de réagir plus rapidement aux mouvements imprévus. Les appareils mobiles 5G des piétons et des cyclistes peuvent également être intégrés à la communication en temps réel entre l'infrastructure et les voitures, de sorte que tous les usagers de la route puissent être connectés de la manière la plus complète possible. En outre, les nouvelles technologies telles que la 5G peuvent réduire le temps consacré à la recherche d'espaces de stationnement, ce qui représente une part importante de l'augmentation du trafic dans les villes. Les places de stationnement gratuites seront communiquées aux conducteurs sous forme d'informations en temps réel afin qu'ils puissent y accéder directement.

Ingolstadt comme pôle d'innovation

La ville d'Ingolstadt soutiendra de manière globale, l'installation et le développement de l'infrastructure cellulaire de Deutsche Telekom, soutenant ainsi les développements orientés vers les applications du secteur de la mobilité, par exemple. Outre Audi, d’autres entreprises industrielles pourront utiliser l’infrastructure 5G locale.

Afin d'informer et d'impliquer activement la population locale, un événement public est prévu au cours duquel les trois partenaires fourniront des informations sur la technologie, les mesures à prendre et les domaines d'application spécifiques de l'initiative 5G.

«En tant que site technologique, Ingolstadt est une ville ouverte et accueillante aux innovations. Avec des entreprises et des scientifiques, nous sommes prêts à coopérer dans le cadre du test et du développement d'applications. Parce que si les nouvelles technologies promettent un avantage, nous devrions également les utiliser pour le bénéfice des populations. Nous considérons que la coopération sur le «site pilote d’Ingolstadt» contribue à la recherche d’emplois qualifiés dans notre ville et témoigne de nos efforts en tant que site de mobilité numérique. Comme pour toutes les innovations, toutefois, la population doit également être impliquée dans la 5G et activement informée de la technologie et des projets connexes », a déclaré le Dr Christian Lösel, maire d'Ingolstadt.

«En tant que leader technologique, Deutsche Telekom aide la ville d’Ingolstadt et Audi à mettre en œuvre leurs idées novatrices. Nous apportons la 5G non seulement à la population allemande, mais également à l’industrie du pays. À l’avenir, l’innovation et la 5G seront indissociables. Nous sommes donc ravis de collaborer avec Audi et la ville d’Ingolstadt », a déclaré Martin Knauer, responsable des ventes cellulaires pour les clients professionnels chez Telekom Deutschland.

«Toujours connecté - c’est notre objectif sur la voie de la mobilité de demain. Sur la base de la technologie 5G, Audi, en tant que constructeur automobile, peut contribuer à améliorer la mobilité dans les villes. Ensemble, nous développons des solutions intégrées pour la ville de demain », a déclaré Peter Steiner, directeur général d'Audi Electronics Venture GmbH.

Audi Electronics Venture GmbH (AEV) développe de nouvelles technologies pour les automobiles du constructeur Audi depuis octobre 2001. La filiale à 100% de AUDI AG travaille sur de nouvelles fonctions et de nouveaux logiciels, explore le monde à la recherche de technologies innovantes, investit dans des startups et coopère avec des entreprises d'autres industries. Afin de relever les défis d'un environnement de haute technologie dynamique, AEV se concentre sur la combinaison de ses propres forces avec celles de ses partenaires. De cette manière, AEV accélère ses cycles de développement et étend ainsi efficacement le « Vorsprung durch Technik ».

– Fin –

Communiqué de presse (08/10/19)

Feuille de route E : Audi à l’ère de la mobilité électrique

Roissy-en-France, le 08 octobre 2019 - Audi devient peu à peu un fournisseur de mobilité électrique et cette transformation implique toutes les facettes de l’entreprise. Le constructeur d’Ingolstadt prévoit en effet de mettre plus de 30 modèles électriques sur le marché d’ici 2025, ce qui représente 40 % du volume des ventes. Ce faisant, Audi poursuit dans la voie de la mobilité durable.

Roissy-en-France, le 08 octobre 2019 - Audi devient peu à peu un fournisseur de mobilité électrique et cette transformation implique toutes les facettes de l’entreprise. Le constructeur d’Ingolstadt prévoit en effet de mettre plus de 30 modèles électriques sur le marché d’ici 2025, ce qui représente 40 % du volume des ventes. Ce faisant, Audi poursuit dans la voie de la mobilité durable. En conséquence, les départements Achats et Production respectent eux aussi de plus en plus les critères en matière de développement durable. Les compétences et les leçons tirées du développement et de la production de l’Audi e-tron* seront intégrées aux projets futurs des modèles 100 % électriques. Formation et développement sont également au programme.

Une stratégie orientée vers la mobilité électrique

Audi est en passe de devenir un fournisseur de mobilité premium neutre en carbone, dont l’objectif est d’assumer un rôle de leader sur le marché. Pour ce faire, le constructeur a décidé d’accélérer son initiative d’électrification et de décarbonisation à l’échelle de l’entreprise. D’ici 2025, Audi prévoit de réduire l’empreinte carbone de sa flotte sur l’ensemble du cycle de vie des véhicules de 30 % par rapport à 2015. À l’avenir, le retour sur investissement comme principal paramètre de contrôle financier devrait également illustrer les performances de la marque aux anneaux en matière d’émissions de CO2, grâce à une gestion durable qui devrait leur permettre d’atteindre plus de 21 %.

Le groupe Volkswagen a décidé de donner la priorité à la mobilité électrique. Dans ce contexte, Audi a choisi d’adopter une approche ciblée consistant à aligner son portefeuille de produits aux profils spécifiques des clients haut de gamme. Présent en grande partie sur le segment des grands véhicules, présentant des besoins en alimentation spécifiques et fréquemment utilisés sur de longues distances, Audi a opté pour une propulsion hybride rechargeable en plus des véhicules tout électriques.

Une stratégie orientée client

Les clients haut de gamme modernes s’intéressent de plus en plus à la mobilité durable. Il était donc logique pour le constructeur de faire de la mobilité électrique l’une des clés de voûte de sa nouvelle stratégie de marque. À l’avenir, Audi réservera ainsi 50 % de son budget marketing aux sujets liés à la mobilité électrique. Avec cette nouvelle propulsion, l’entreprise souhaite offrir à ses clients une expérience émotionnelle forte, faire disparaître toute réserve et susciter l’enthousiasme. Le podcast du constructeur « The Future Is Electric » (L’avenir est électrique), qui en est déjà à sa deuxième saison et a récemment été récompensé du prix « World Media Award » dans la catégorie Automobile, illustre à merveille la réussite de cette approche. Audi a également ouvert un nouveau chapitre pour le lancement commercial de l’e-tron* début 2019, avec l’installation d’une météorite à l’aéroport de Munich. À cette occasion, les visiteurs ont eu la possibilité de découvrir spontanément le nouveau modèle et la marque Audi sur plus de 20 000 essais routiers.

Les partenaires commerciaux du constructeur dans le monde entier sont les ambassadeurs stratégiques de cette nouvelle technologie. Afin de se préparer à l’arrivée de l’e-tron*, les concessionnaires ont commencé il y a plusieurs mois à installer les infrastructures de charge correspondantes. Audi forme ainsi plus de 9 500 employés de concessionnaires dans le monde en vue de la mise sur le marché de l’Audi e-tron*. Et afin d’assurer un service optimal, la marque aux anneaux s’appuie sur une technologie de réalité virtuelle (VR) innovante : sur plus de 40 marchés, des techniciens de maintenance utilisent un module de formation en VR spécialement conçu pour se familiariser avec les détails de la batterie haute tension de l’Audi e-tron*.

En dehors du produit lui-même, connaître la marque est de plus en plus important pour les clients haut de gamme. C’est tout particulièrement vrai pour les modèles électriques, l’écosystème du véhicule jouant un rôle décisif. Le constructeur propose donc à ses clients le service de charge Audi e-tron. Il fournit un accès à près de 80 % des stations de charge en Europe, soit plus de 110 000 points de charge publics dans 20 pays de l’UE, opérés par 220 fournisseurs. Que ce soit pour utiliser des stations en courant continu ou alternatif, 11 kW ou 150 kW, une simple carte suffit à lancer le processus de charge. La facturation se fait ensuite automatiquement via le compte de l’utilisateur. Avec la nouvelle fonction Plug & Charge qui sera proposée prochainement, l’Audi e-tron* procède à sa propre autorisation sur le terminal de charge via des procédés cryptographiques automatiques avant d’activer la charge.

Pour recharger leur véhicule chez eux, les clients Audi peuvent alimenter leur domicile et leur garage en électricité « Volkswagen Naturstrom », générée à 100 % à partir de sources d’énergie renouvelables. Si les clients le souhaitent, leur prestataire de services Audi local enverra un électricien pour vérifier l’alimentation électrique de leur garage et installer un point de charge.

Le point de charge en option, qui permet de recharger entièrement la batterie de l’Audi e-tron* en un peu plus de quatre heures seulement, offre des fonctions intelligentes associées à un système de gestion de l’énergie du foyer. L’Audi e-tron* peut être chargée avec la puissance maximale disponible, en tenant compte de l’utilisation des autres membres du foyer pour éviter de surcharger l’alimentation électrique globale. Les clients peuvent également définir leurs priorités. Ils ont par exemple la possibilité de charger leur véhicule pendant les heures creuses. Si le domicile est équipé d’un système photovoltaïque, la voiture peut essentiellement être chargée grâce à l’électricité générée par le système, et la charge prend même en compte les périodes d’ensoleillement prévues.

Objectif multimarque : une infrastructure de charge globale

Du garage du client à l’ensemble du réseau électrique en passant par la coentreprise Ionity : en partenariat avec Audi, Porsche, BMW, Daimler et Ford en 2017, le groupe Volkswagen a fondé le réseau européen de charge rapide directe Ionity. D’ici 2020, il comptera 400 stations de charge haute puissance dans 25 pays, séparées les unes des autres par 120 kilomètres au plus. En plus de son implication dans le groupe Ionity, Audi procède également à de premiers tests de modèles de développement et de partenariat avec des sociétés énergétiques et des entreprises de services publics afin de proposer à ses clients en quête d’un véhicule électrique avec batterie une offre de mobilité fiable et complète alimentée en énergie verte. Une gestion de la charge tenant compte du réseau local sans le surcharger constitue un élément important de l’écosystème de mobilité électrique d’Audi. En collaboration avec des fournisseurs d’électricité et des fournisseurs de services énergétiques, le constructeur étudie le potentiel de « smart grids » et de réseaux intelligents à domicile, qui feront des modèles e-tron* des acteurs dans le domaine de la transition énergétique. Un test de modèle initial a déjà donné des résultats prometteurs, notamment au niveau du calcul des coûts pour le client.

Durabilité tout au long de la chaîne de valeur

Avec son initiative de développement durable à l’échelle de l’entreprise, Audi s’est fixé comme objectif de décarboniser progressivement l’intégralité du cycle de vie des véhicules, de la chaîne d’approvisionnement à l’utilisation des modèles Audi en passant par la production.

Par ailleurs, Audi s’est donné pour mission d’atteindre la neutralité en matière d’émissions carbone à l’échelle de l’entreprise d’ici 2050.

La chaîne d’approvisionnement joue un rôle crucial dans la feuille de route d’Audi vers la mobilité, notamment dans le domaine des voitures électriques. L’entreprise cherche ainsi à intensifier ses efforts et à dialoguer avec ses partenaires dans le but de réduire conjointement et considérablement les émissions de CO2 tout au long de la chaîne de valeur. Fin 2018, Audi a lancé le programme CO2 au sein du département Achats et, depuis, plus de 30 ateliers CO2 ont été organisés avec les fournisseurs. Les premiers résultats montrent que les partenaires sont capables de réduire leurs émissions, notamment en fermant les cycles des matériaux et en utilisant de l’électricité verte et une plus grande quantité de matériaux secondaires et recyclés. L’accent a d’abord été mis sur les pièces dont la production est particulièrement gourmande en énergie, telles que les batteries HV et les composants en aluminium. Audi exige ainsi d’ores et déjà que ses fournisseurs d’éléments de batterie emploient de l’électricité verte dans la production de piles et a inscrit cette condition dans son cahier des charges.

Le constructeur premium fait également campagne pour le traitement durable de l’aluminium. Audi est le premier constructeur automobile a avoir reçu la certification « Performance Standard » de l’Aluminium Stewardship Initiative, à l’origine d’une norme de durabilité complète, en octobre 2018. Cette certification confirme que les composants en aluminium du boîtier des batteries de l’Audi e-tron sont produits et installés conformément aux exigences de durabilité de l’ASI. Audi entend également établir des coopérations ciblées avec des partenaires certifiés par l’ASI. Par exemple, le fabricant d’aluminium Hydro fournit déjà de l’aluminium durable et certifié ASI pour le boîtier de batterie du premier modèle Audi entièrement électrique depuis juillet 2019. Fin 2019, Hydro fournira uniquement des feuilles d’aluminium certifiées par l’ASI pour l’Audi e-tron*.

Par ailleurs, Audi réduit ses émissions de CO2 en réutilisant l’aluminium, conformément au principe de l’économie circulaire. L’entreprise a déjà mis en place un « circuit fermé de l’aluminium » dans son usine de Neckarsulm en 2017. Les chutes des feuilles d’aluminium produites à l’atelier de presse sont renvoyées directement au fournisseur, qui les recycle. Audi réutilise ensuite ces feuilles d’aluminium retraité dans son processus de production. Ce faisant, Audi a économisé 90 000 tonnes de CO2 en 2018 seulement, soit 30 % de plus que les années précédentes. À partir de 2020, Audi déploiera progressivement son « circuit fermé de l’aluminium » dans ses autres usines.

Afin de garantir encore plus la durabilité dans la chaîne d’approvisionnement, la marque aux anneaux a déjà introduit un système d’évaluation de la durabilité en 2017, qui permet de déterminer si un fournisseur respecte les normes sociales et environnementales. En plus de favoriser la transparence, cette évaluation permet également de réaliser des vérifications sur place et, depuis juillet 2019, elle inclut une vérification de la conformité. Cette évaluation est désormais un critère systématique d’attribution des contrats. Ainsi, les fournisseurs ne se verront attribuer une commande que s’ils respectent certaines normes sociales, environnementales et de conformité, preuves à l’appui. Ce système d’évaluation sera mis en œuvre dans l’ensemble du groupe Volkswagen.

Audi participe également à diverses initiatives et fait ainsi campagne pour la protection des droits humains et environnementaux dans la chaîne d’approvisionnement, en partenariat avec d’autres fournisseurs. Le constructeur est notamment membre de la Global Battery Alliance, qui œuvre pour la protection des droits humains et des normes sociales régissant l’extraction des matières premières pour les batteries, et développe des solutions pour la réutilisation des batteries au lithium-ion.

Une production neutre en carbone

Audi considère également la production neutre en carbone des voitures électriques comme un aspect clé de la mobilité durable. Le site de Bruxelles joue un rôle pionnier à cet égard, puisqu’il affiche un bilan carbone neutre depuis le début de la production de l’Audi e-tron*. Un résultat qu’il a pu obtenir en passant à l’électricité verte, une mesure prise en 2012, et en installant le plus grand système photovoltaïque de la région. L’usine Audi de Bruxelles respecte les exigences en matière de chauffage avec des certificats de biogaz. Dans l’ensemble, l’usine réduit ses émissions de CO2 de jusqu’à 40 000 tonnes chaque année en utilisant des sources d’énergie renouvelables. L’ensemble des mesures prises par l’usine inclut des projets de compensation des émissions qui ne peuvent pas encore être évitées. Audi procède actuellement à la mise en œuvre de cette stratégie à l’échelle du groupe : d’ici 2025, toutes les usines du constructeur devraient être neutres en carbone.

Réutilisation et recyclage des batteries

Audi et Volkswagen travaillent déjà au développement de concepts pour le traitement des batteries haute tension usagées. Si une batterie a perdu un certain pourcentage de sa capacité de charge au cours de plusieurs années, elle peut encore être utilisée à l’arrêt. Parmi les nombreuses options disponibles, Audi en teste actuellement deux dans le cadre de projets pilotes : une utilisation des batteries dans les chariots élévateurs et les véhicules tracteurs de l’usine principale d’Ingolstadt, et une utilisation des batteries comme système de stockage stationnaire de l’énergie sur un campus à Berlin.

La première phase d’un partenariat de recherche stratégique, dans le cadre duquel Audi et Umicore, spécialiste belge de la technologie des matériaux et du recyclage ont mis au point un circuit fermé pour les éléments des batteries HV, a déjà été menée à bien. L’objectif est de récupérer les matériaux de valeur, tels que le cobalt et le nickel, pour les utiliser dans de nouvelles batteries HV.

Flexibilité maximum pour la production des modèles électriques

La marque aux anneaux est entrée dans l’ère électrique avec le lancement de la production de l’Audi e-tron* dans son usine de Bruxelles. Ce site de production ancré dans la tradition a d’abord fait l’objet d’une vaste modernisation et est aujourd’hui l’usine de production de modèles électriques la plus moderne d’Europe. Les propulseurs électriques sont fournis par la propre usine de production de moteurs d’Audi à Győr, tandis que l’usine de Bruxelles a ouvert sa propre usine de production de batteries. De nombreux enseignements tirés de la production de l’e-tron* à Bruxelles sont désormais pris en compte lors du lancement de nouveaux projets BEV et de la création de nouveaux sites de production de véhicules électriques.

Pour la production de ses futurs modèles électriques, Audi compte sur un haut niveau de flexibilité et de précieuses synergies au sein du groupe : la plateforme PPE (Premium Platform Electric, plateforme électrique premium) pour les grands véhicules électriques, par exemple, a été mise au point en coopération avec Porsche. L’objectif est de produire les modèles PPE sur les sites existants. Le concept des véhicules est fondé sur des structures d’usine standardisées et peut rapidement être transféré à d’autres usines.

Audi fait également confiance aux effets de synergie pour les plus petits modèles et se base sur la plateforme MEB (plateforme d’électrification modulaire) : le modèle de production de l’Audi Q4 e-tron, un SUV électrique du segment A, sortira de la chaîne de montage de l’usine Volkswagen à Zwickau, aux côtés de modèles VW et Seat. Le regroupement des plateformes de production permettra ainsi de produire les futurs modèles électriques en grandes quantités, et ce avec une grande efficacité. Les pièces les plus importantes des modèles MEB sont fabriquées au sein des usines de composants du groupe, principalement à Kassel (modules de propulsion), Salzgitter (moteurs électriques) et Brunswick (batteries et suspension).

La préparation du modèle de production de l’Audi e-tron GT, qui quittera la chaîne de montage à Böllinger Höfe près de Neckarsulm aux côtés de l’Audi R8 fin 2020, a également commencé. Si la fabrication de la voiture de sport haute performance avec moteur à combustion se fait toujours principalement à la main, la production du modèle électrique Gran Turismo devrait être davantage automatisée à l’atelier. Les deux modèles passent par le même module de montage, auquel 20 cycles sont actuellement en train d’être ajoutés pour atteindre un total de 36 cycles, ainsi qu’un convoyeur aérien. Les composants électriques du véhicule, tels que la batterie, le propulseur ou le système de gestion thermique, sont préparés dans le cadre de pré-assemblages spéciaux et installés sur la ligne de montagne sous la forme d’un module fini.

Les hybrides rechargeables sont produits sur les mêmes sites que leurs lignes de produits respectives : l’Audi Q5 TFSI e*, par exemple, est produite à San José Chiapa (Mexique), et l’Audi A7 TFSI e* à Neckarsulm. Audi travaille actuellement à la fabrication de deux modèles électriques, produits localement en Chine : l’A6 L e-tron et la Q2 L e-tron. L’Audi e-tron suivra en 2020.

Suivre le courant : emmener les employés sur le chemin de la e-mobilité

Audi réalise également des investissements de taille dans la mobilité électrique au sein du département des Ressources humaines. L’entreprise fait appel à de nouveaux spécialistes tout en élargissant son expertise interne et en préparant ses employés à ce sujet d’avenir. Le budget formation, par exemple, a été augmenté d’un tiers, passant de 60 millions à 80 millions d’euros par an.

En partenariat avec la Technische Hochschule Ingolstadt (Université technique d’Ingolstadt, THI), Audi a élaboré un module de formation sur la mobilité électrique à l’intention des développeurs de motopropulseurs. Les ingénieurs Audi approfondissent leurs connaissances dans le domaine de la mobilité électrique à l’auditorium de la THI, où ils cherchent à affûter leurs compétences techniques et stratégiques. Spécialistes et experts en formation du constructeur automobile se sont associés aux professeurs de la THI et ont adapté les qualifications en service aux exigences spécifiques de l’entreprise. Des séances de formation sur site et des phases d’auto-formation se succéderont sur une période de trois mois et demi. Le programme pour les développeurs de motopropulseurs Audi inclut des modules du type « moteurs électriques et électronique de performance » ou « concepts de véhicules électriques et stockage de l’énergie ». Les premiers participants au développement de motopropulseurs ont terminé la formation début 2017.

Audi poursuit également sa transition vers la mobilité électrique dans ses programmes de jeunes talents. Le constructeur ne cesse d’adapter ses modules de formation aux progrès technologiques et de créer de nouveaux profils de poste lorsque cela est nécessaire. Le profil de poste « Électricien qualifié spécialisé dans les technologies système et haute tension » a ainsi fait son apparition en 2014. Depuis, près de 700 jeunes hommes et femmes ont commencé ou terminé ce stage de trois ans sur les sites d’Ingolstadt et de Neckarsulm. Une fois leur stage terminé, ils travaillent généralement dans différents domaines de la production, tels que l’analyse des données, ou mettent leurs compétences en application au sein de l’un des ateliers du Centre de pré-série et de développement technique. La nouvelle qualification « Électricien qualifié en technologie de batterie » a vu le jour en 2018 et met l’accent sur la production et le contrôle qualité des batteries haute tension. Qu’il s’agisse d’un stage ou d’une formation complémentaire sur la mobilité électrique, les sites Audi du monde entier sont toujours d’accord, et les offres de développement et de formation adaptées aux caractéristiques de chaque pays.

 

– Fin –

 

Communiqué de presse (08/10/19)

Audi publie une étude des utilisateurs de la conduite autonome et en dévoile le paysage émotionnel

• 21 000 personnes ont été interviewées à propos de la conduite autonome dans le cadre de l’initiative « & Audi » • Cinq types d’utilisateurs montrent les liens entre l’attitude envers les voitures autonomes et le mode de vie • Euphorie chez les Chinois, les jeunes et les hauts revenus, marge d’amélioration en matière de connaissance

Ingolstadt, le 08 octobre 2019 - Du conducteur méfiant au passager féru de technologie : dans l’étude en ligne représentative « Le pouls de la conduite autonome », Audi a établi une typologie des utilisateurs de la conduite autonome. Dans le cadre de l’initiative « & Audi », l’entreprise de mobilité Audi, en coopération avec l’institut d’études Ipsos, a interrogé 21 000 personnes dans neuf pays1 sur trois continents. Leurs réponses montrent que les « avant-gardistes » et les « passagers férus de technologie », jeunes, bien rémunérés et éduqués, sont ceux qui aspirent le plus à la conduite autonome. Le scepticisme est dominant parmi les « conducteurs méfiants », qui ont tendance à être plus âgés et à avoir un niveau de revenu et d’éducation moins élevé. Les « réticents soucieux de la sécurité » n’utiliseront la conduite autonome que lorsque d’autres auront acquis une expérience de la technologie. Le groupe d’utilisateurs le plus important est constitué par les « copilotes à l’esprit ouvert », qui sont fondamentalement ouverts à la conduite autonome, à condition qu’ils puissent prendre le contrôle à tout moment.

« Cette étude vient considérablement enrichir notre connaissance du phénomène de la conduite autonome », déclare le Luciano Floridi, professeur de philosophie et d’éthique de l’information et directeur du Digital Ethics Lab de l’Université d’Oxford, et membre du réseau scientifique de l’initiative « & Audi ». « Il s’agit d’une étape nécessaire en amont de toute décision politique et législative, ainsi qu’en vue de toute stratégie de R&D et commerciale qui se veut proactive et informée pour créer un monde meilleur. » Depuis 2015, Audi s’intéresse à l’acceptation sociale de la conduite autonome. Dans cette étude, l’initiative examine la manière dont les arguments rationnels, les émotions, les valeurs et les modes de vie façonnent les attitudes à l’égard de la conduite autonome. Le résultat est une triade composée d’un paysage émotionnel, d’un indice de préparation humaine et d’une typologie des utilisateurs.

Grande curiosité, mais aussi inquiétude à propos des voitures autonomes

Le paysage émotionnel de la conduite autonome offre une image contrastée. D’une part, sur le plan international, la conduite autonome suscite un vif intérêt (82 %) et de la curiosité (62 %). Dans cette nouvelle technologie, les répondants voient un potentiel pour l’individu et la société allant d’un accès plus facile à la mobilité (76 %) à davantage de sécurité (59 %) en passant par un plus grand confort (72 %). Plus de la moitié des personnes interrogées souhaiteraient tester la conduite autonome. D’autre part, il existe également des préoccupations claires, notamment la crainte d’une perte de contrôle (70 %) et des risques résiduels inévitables (66 %). 41 % des sondés se méfient de la technologie et environ un tiers (38 %) sont anxieux. C’est pour le stationnement autonome et les embouteillages sur les autoroutes que les sondés souhaitent le plus laisser la main. Le niveau de connaissance de la conduite autonome semble faible : seuls 8 % des personnes affirment pouvoir expliquer de quoi il s’agit.

Euphorie chez les Chinois, les jeunes et les hauts revenus

L’indice de préparation humaine (HRI – Human Readiness Index) donne un aperçu du lien entre la perception de la conduite autonome et les données sociodémographiques. Les résultats montrent que plus les personnes interrogées sont jeunes et leur niveau d’éducation et leur revenu élevés, plus leur attitude à l’égard de la conduite autonome est positive. Des différences sont également apparentes entre les pays étudiés. Les Chinois (HRI +5,1) sont euphoriques et les Sud-Coréens (HRI +1,2) ont également une vision de la technologie supérieure à la moyenne. En Europe, les Espagnols et les Italiens sont en tête (tous deux avec un HRI +0,7). Les Allemands et les Français sont relativement réservés (HRI -0,7), de même que les Américains, les Japonais et les Britanniques (HRI -0,9). Le HRI combine la connaissance, l’intérêt, les émotions et la disposition à utiliser des voitures autonomes pour produire un indicateur numérique entre -10 et +10.

La perception de la conduite autonome est liée au mode de vie

Si l’on examine les attitudes à l’égard de la conduite autonome dans le contexte de la vie des personnes, la typologie des utilisateurs montre que des différences significatives existent. Cette analyse aboutit à cinq types d’utilisateurs. Le « conducteur méfiant » aime s’en tenir à ce qui existe déjà et n’utiliserait la conduite autonome que si elle était pleinement établie. Les « réticents soucieux de la sécurité » ont également une attitude largement réservée vis-à-vis de la conduite autonome. Ils pensent que les voitures autonomes devraient d’abord être testées pendant des années avant d’être autorisées sur la route. Le « copilote à l’esprit ouvert » voit les avantages de la technologie et souhaite que les entreprises, les scientifiques et les politiques prennent des mesures pour mettre les voitures sur les routes en toute sécurité. Les « faiseurs de tendances axés sur le statut » sont enthousiastes à l’égard des voitures autonomes, car ils peuvent ainsi démontrer leur style de vie avant-gardiste. Les « passagers férus de technologie » font confiance à la technologie et souhaitent l’introduire dans tous les domaines.

« La conduite automatisée et autonome a le potentiel d’améliorer considérablement notre mobilité », déclare Thomas Müller, responsable de la conduite autonome chez Audi. « Mais cela implique que, parallèlement au développement technique, nous soyons capables de convaincre. L’étude nous fournit des informations différenciées sur la position des personnes par rapport à la conduite autonome et sur la manière dont nous pouvons établir des attentes appropriées vis-à-vis de la nouvelle technologie dans la société. »

 

Pour plus d’informations sur l’étude « Le pouls de la conduite autonome », consultez le site www.audi.com/pulse-of-autonomous-driving.

- Fin -

Communiqué de presse (01/10/19)

Nouvelle Audi RS 4 Avant : Le break puissant fait son retour

• Nouvelle identité stylistique pour une différenciation visuelle encore plus marquée • Puissance et efficience : le moteur V6 bi-turbo délivre 331 kW (450 ch) et 600 Nm de couple • MMI touch : nouveau système d’exploitation tactile et affichage propre à la RS

  • Nouvelle identité stylistique pour une différenciation visuelle encore plus marquée
  • Puissance et efficience : le moteur V6 bi-turbo délivre 331 kW (450 ch) et 600 Nm de couple
  • MMI touch : nouveau système d’exploitation tactile et affichage propre à la RS

 

Ingolstadt, le 2 octobre 2019 - Audi Sport GmbH a affiné de nombreux détails de l’Audi RS 4 Avant (consommation de carburant combinée en L/100 km : 9,2 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 211-210) qui avait été lancée en septembre 2017. Le design de la face avant a été repensé et l’intérieur sportif est doté du nouveau système d’exploitation MMI touch, soulignant les aspirations esthétiques du modèle à succès, qui compte une lignée de prédécesseurs légendaires. Le moteur V6 bi-turbo, qui produit une puissance de 331 kW (450 ch), développe un couple impressionnant de 600 Nm entre 1 900 et 5 000 tr/min. La RS 4 Avant fera ses débuts lors de la finale du DTM à Hockenheimring du 4 au 6 octobre 2019. Les ventes en Allemagne commenceront en octobre 2019. La Nouvelle Audi RS 4 Avant arrivera chez les concessionnaires en décembre 2019 et sera proposée à partir de 81 400 EUR en Allemagne.

« L’idée d’associer caractère sportif et praticité maximale au quotidien peut sembler farfelue à certains, mais à nos yeux, l’Avant haute performance est l’un des meilleurs concepts que nous ayons proposés en 25 ans d’histoire », affirme Oliver Hoffmann, directeur général d’Audi Sport GmbH. « Best-seller de longue date, l’Audi RS 4 Avant contribue grandement à la réussite d’Audi Sport GmbH ».

 

Le design extérieur : musclé

La face avant de la nouvelle Audi RS 4 Avant a été complètement repensée. La RS 4 Avant est sensiblement différente de l’A4 Avant. La calandre Singleframe est plus large et plus plate par rapport au modèle de base.

À l’instar de ses grandes sœurs RS, la RS 6 Avant (consommation de carburant combinée en L/100 km : 11,5-11,7 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 268-283) et la RS 7 Sportback (consommation de carburant combinée en L/100 km : 11,4-11,6 : émissions de CO2 combinées en g/km : 261-265), la RS 4 Avant affiche également une structure alvéolée en trois dimensions en noir brillant, caractéristique de la gamme RS. Pour lui donner un aspect soigné, la calandre Singleframe a été conçue sans cadre. La nouvelle grille alvéolée, agrémentée de l’emblème RS 4, est insérée directement dans le pare-chocs, doté de grandes admissions d’air latérales et de clapets verticaux.

La forme des phares LED de la RS 4 Avant a également été repensée. Avec leur lunette foncée, les phares Matrix LED en option viennent compléter la nouvelle esthétique haute performance de l’Audi RS 4 Avant et la distinguent du reste de la famille A4. Les passages de roues, surmontées de blisters quattro, sont 30 millimètres plus larges à l’avant et à l’arrière par rapport à l’Audi A4 Avant. Des éléments de design en noir brillant, placés juste à côté des phares, amplifient l’effet de largeur de la nouvelle RS 4 Avant.

Les packs de design noir brillant, aluminium mat et carbone incluent des ajouts spécifiques aux appliques de bas de caisse, aux boîtiers des rétroviseurs extérieurs et aux pare-chocs avant et arrière. En option, les anneaux Audi et le logo RS en noir à l’avant et à l’arrière peuvent être inclus dans les packs de design noir brillant et carbone. Les badges RS peuvent être retirés pour un look plus sobre. De série, les barres de toit sont déclinées en aluminium mat. Le spoiler RS et le diffuseur ainsi que les pots chromés du système d’échappement RS apportent une touche de finition unique au véhicule. Le système d’échappement RS sport en option, avec contours de sorties d’échappement noirs, crée une expérience sonore très sportive. Le conducteur peut opter pour un son sportif ou feutré grâce au système de sélection du mode de conduite Audi drive select.

La transmission : une puissance de traction complète

Avec le V6 2.9 TFSI bi-turbo, Audi Sport GmbH s’inspire du légendaire V6 2.7 de la première RS 4 Avant de 1999. À l’époque, le V6 bi-turbo délivrait une puissance de 279 kW (380 ch), tandis que la nouvelle RS 4 Avant produit 331 kW (450ch). L’Audi RS 4 Avant est ainsi capable de passer de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes seulement. Le moteur TFSI ne pèse que 182 kg, soit 31 kg de moins que le V8 du modèle précédent de 2012, ce qui profite au poids brut et à la répartition de la charge entre les essieux, deux prérequis pour des performances imposantes. Le moteur V6 bi-turbo développe un couple impressionnant de 600 Nm entre 1 900 et 5 000 tr/min.
Avec le pack dynamique RS en option, la vitesse maximale, contrôlée électroniquement, passe de 250 à 280 km/h.

Chacun des deux turbocompresseurs du 2.9 TFSI est monté sur une rangée de cylindres et génère jusqu’à 1,5 bar de pression de charge. Comme pour tous les moteurs V6 et V8 Audi, les turbocompresseurs sont installés dans le V intérieur à 90 degrés des rangées de cylindres, de sorte que l’échappement des culasses se trouve à l’intérieur, tandis que l’admission se trouve à l’extérieur du moteur. Cette configuration crée une structure compacte et raccourcit les voies d’échappement de gaz avec des pertes de débit réduites, ce qui permet au 2.9 TFSI de réagir spontanément au mouvement de la pédale d’accélération.

Le V6 impressionne non seulement par ses performances, mais aussi par son efficience. Selon le nouveau cycle WLTP, il ne consomme que 9,2 litres aux 100 kilomètres, soit 211 grammes de CO2 par kilomètre, ce qui constitue une réduction de la consommation de 17 % par rapport au modèle précédent. Le nouveau processus de combustion TFSI d’Audi, connu sous le nom de cycle Miller, y est pour beaucoup. Il a été spécialement conçu pour les charges partielles qui sont le mode d’opération principal dans le cadre d’une utilisation normale. Avec des charges plus importantes ou à régime moteur élevé, le système Audi valvelift retarde la fermeture des soupapes d’admission, étendant la durée d’ouverture de rotation du vilebrequin jusqu’à 200 degrés. Dans le même temps, la levée des soupapes passe de 6 à 10 millimètres. Le remplissage des cylindres augmente proportionnellement ; le moteur vrombit et délivre une puissance importante.

Sportive, la boite tiptronic à 8 rapports transfère la puissance du 2.9 TFSI au système de transmission intégrale permanente quattro. En conduite normale, le système délivre plus de puissance sur l’essieu arrière. Son différentiel central purement mécanique envoie 60 % du couple sur l’essieu arrière et 40 % sur l’essieu avant. En cas de glissement indésirable sur un essieu, la majorité de la puissance est automatiquement et rapidement reportée sur l’autre (jusqu’à 70 % à l’avant et 85 % à l’arrière). Grâce à des valeurs de verrouillage élevées, le véhicule bénéficie d’une distribution de couple bien définie et d’une interaction ultra précise avec les systèmes de contrôle du correcteur électronique de trajectoire (ESC) et de contrôle du couple au volant.

Le contrôle du couple au volant est actif sur toutes les surfaces. En cas de conduite sportive, il freine très légèrement les roues à l’intérieur du virage via le correcteur électronique de trajectoire (ESC), augmentant le couple au niveau des roues à l’extérieur du virage, dont la charge est supérieure. La différence de couple pousse la voiture dans le virage, ce qui lui permet de suivre précisément l’angle de braquage. Le résultat est une conduite neutre, agile et précise. Le différentiel sportif quattro avec réglage RS spécifique en option assure une réponse encore plus dynamique lors des accélérations dans les virages. Il répartit le couple entre les roues arrière de façon active et ciblée, améliorant ainsi la traction, la stabilité et la dynamique. Lorsque le conducteur tourne ou accélère dans un virage, le couple est principalement dirigé vers la roue arrière située à l’extérieur de la courbe : la voiture est littéralement pressée dans la courbe, éliminant tout risque, même minime, de sous-virage. Si le véhicule survire, le différentiel sport le stabilise en transférant le couple vers la roue de l’intérieur de la courbe.

La suspension : un réglage sportif

Le concept d’essieux de la suspension avec cinq bras à l’avant et à l’arrière permet une absorption optimale des forces longitudinales et latérales. Avec la suspension RS sport standard, l’Audi RS 4 Avant est sept millimètres plus basse que le modèle de base S4 doté de la suspension sport.

La suspension RS sport plus avec système d’amortissement dynamique Dynamic Ride Control (DRC) est proposée, en option, pour une tenue de route plus agile. Ce système de stabilisation intégrée en cas de roulis et de tangage consiste en un système d’amortissement spécial, qui contrecarre les mouvements de la carrosserie sans délai et sans avoir recours à l’électronique. Dans les virages, l’amortissement est altéré de façon à ce que les mouvements de la voiture le long de l’axe longitudinal (roulis) et de l’axe transversal (tangage) soient considérablement réduits. Les amortisseurs sont reliés en diagonale à une soupape centrale via deux conduits d’huile distincts. Les soupapes assurent un ajustement du volume de compensation selon les besoins par le biais de pistons à gaz à l’intérieur. Lorsque le véhicule aborde ou prend un virage, de l’huile circule entre les amortisseurs diagonalement opposés via la valve centrale, créant une force d’amortissement supplémentaire. Si un côté est amorti, les caractéristiques d’amortissement sont modifiées de façon à presque éliminer les mouvements de roulis et de tangage. Grâce à ce système d’amortissement ultra réactif, les modèles RS sont particulièrement précis dans les virages.

Avec l’aide du système de sélection du mode de conduite Audi drive select, le conducteur peut agir sur l’amortissement à trois niveaux et ainsi personnaliser son expérience de conduite. La nouvelle génération d’amortisseurs à valve intégrée est plus légère et compacte. De plus, ce système permet de répartir encore plus les forces d’amortissement entre les modes confort et dynamique, et d’ajuster plus précisément la suspension pour un amortissement élevé, notamment dans le cas de virages pris à grande vitesse. Le résultat : la suspension RS sport avec système d’amortissement dynamique (DRC) garantit un roulement confortable en mode « confort ». En mode « dynamique », elle offre une précision extraordinaire pour une conduite tendue, y compris dans le cas de virages pris à grande vitesse.

Une direction dynamique propre à la RS est disponible comme alternative à la direction assistée électromécanique standard. La direction dynamique fait varier le rapport de démultiplication de jusqu’à 100 % en fonction de la vitesse de conduite, de l’angle de braquage et du mode de conduite choisi avec l’Audi drive select. À une faible vitesse, par exemple en ville ou lors de manœuvres, la direction dynamique fonctionne de façon très directe ; il suffit de deux tours complets de volant pour aller d’une butée à une autre. Le niveau d’assistance électrique est également élevé, faisant des manœuvres de stationnement un véritable jeu d’enfant. Sur les routes de campagne, le caractère direct de la réponse et l’assistance électrique sont progressivement réduits. À haute vitesse sur l’autoroute, le rapport de transmission indirecte et le faible niveau d’assistance électrique lissent les mouvements de volant saccadés et contribuent à la stabilité directionnelle. La direction dynamique fonctionne en étroite collaboration avec le programme de correction électronique de trajectoire (ESC) pour une tenue de route sportive et une conduite sûre. Le cas échéant, elle contre-braque légèrement ; ces petites corrections, dont la plupart sont imperceptibles, réduisent le sous-virage et le survirage dus à la modification de la charge dans la grande majorité des cas. Lors du freinage sur des surfaces routières aux coefficients de friction différents, le système stabilise les corrections de trajectoire.

Le conducteur peut créer sa propre expérience de conduite en utilisant le système de sélection du mode de conduite Audi drive select. Cinq profils sont disponibles : confort, auto, dynamique et les modes personnalisables RS1 et RS2. Le système de sélection du mode de conduite Audi drive select permet de régler la gestion du moteur et de la transmission, la direction, la suspension, la direction dynamique, le différentiel sport quattro, le son du moteur et les caractéristiques de la climatisation automatique. Le mode RS2 personnalisable est spécialement conçu pour actionner le correcteur électronique de trajectoire (ESC) sur simple pression d’un bouton.

De série, la nouvelle Audi RS 4 Avant est équipée de roues 265/35 en aluminium forgé de 19 pouces. Divers modèles de 20 pouces sont disponibles en option, y compris un nouveau modèle à cinq branches entièrement polies et peintes en bronze mat. Elle est livrée avec des pneus 275/35. De puissants freins en acier dotés de disques composites perforés garantissent un freinage en toute confiance. Ces freins présentent un diamètre de 375 millimètres à l’avant et de 330 millimètres à l’arrière. De série, les étriers de freins à six pistons ornés du logo RS sont peints en noir, ou en rouge en option. L’essieu avant peut être équipé, en option, de freins en céramique RS résistants à l’usure. Les étriers sont disponibles en rouge, gris ou bleu avec un disque perforé de 400 millimètres.

Cockpit connecté : l’intérieur

La nouvelle Audi RS 4 Avant (consommation de carburant combinée en L/100 km : 9,2 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 211-210) affiche un intérieur noir. Des lumières LED soulignent les contours des portes ainsi que la console centrale et le pack éclairage d’ambiance, de série, propose jusqu’à 30 couleurs différentes. L’alignement horizontal du tableau de bord crée une impression d’espace. Le conducteur et le passager avant sont accueillis par les bas de caisse illuminés et revêtus du logo RS 4. En option, le pack design RS permet d’ajouter de la couleur à l’intérieur et le logo RS sur la console centrale, les accoudoirs, les ceintures de sécurité et les tapis. Le volant, le levier de vitesse et les protège-genoux sont recouverts d’Alcantara avec des coutures rouges contrastantes. En plus du rouge, le pack de design RS étendu propose désormais des éléments en gris. Nouveauté du pack de design RS en rouge, les ancrages des sièges dans le dossier sont également disponibles dans la même couleur.

L’écran MMI touch de 10,1 pouces est le centre de commandes du nouveau système d’exploitation. Il est situé au centre du tableau de bord et légèrement incliné vers le conducteur. L’écran tactile accueille le conducteur avec une animation graphique haute résolution de la RS 4 Avant. L’écran MMI touch fournit un retour haptique et remplace l’ancien bouton rotatif sur la commande centrale. Le conducteur peut utiliser l’écran RS pour afficher différents éléments : températures, forces centrifuges en  « g » et informations relatives à la pression et à la température des pneus. Dans le virtual cockpit d’Audi, des affichages RS spécifiques fournissent des informations sur la pression des pneus, le couple, la puissance, la température de l’huile moteur, le temps par tour, les mesures d’accélération et les forces centrifuges en « g ». L’affichage lumineux de changement de vitesse rappelle au conducteur de changer de vitesse lorsque le régime maximal est atteint. L’affichage tête haute en option fournit également des informations RS spécifiques, dont l’affichage lumineux de changement de vitesse.

Avec sa nouvelle hiérarchie, la structure du menu du nouveau système d’exploitation est conçue pour répondre aux attentes de l’utilisateur et pensée pour une utilisation facile. La commande vocale basée sur le langage naturel comprend également de nombreuses phrases du langage courant et les traduit rapidement en commandes. Désormais, la navigation à bord de la nouvelle RS 4 Avant est encore plus polyvalente et conviviale. Le portefeuille Audi connect et Audi connect plus comprend un éventail de services en ligne, tels que les services Car-to-X, qui s’appuient sur l’intelligence combinée de la flotte Audi.

Le conducteur peut activer les deux modes RS1 et RS2 dans Audi drive select directement via un nouveau bouton « RS MODE » sur le volant plat multifonctions en cuir RS sport. Une pression sur ce bouton ouvre automatiquement les écrans spécifiques aux modèles RS dans le cockpit virtuel d’Audi. Les nouvelles palettes de changement de vitesse en aluminium sont bien plus grandes que sur les modèles précédents. En plus du volant et des bas de caisse illuminés, les sièges RS sport à motif alvéolé en option et le levier de vitesse portent également l’emblème RS.

L’équipement : polyvalent

L’Audi RS 4 Avant offre le même niveau de praticité au quotidien que le modèle de base A4 Avant. Le coffre affiche une capacité de 495 litres, qui passe à 1 495 litres lorsque les sièges arrière sont abaissés et une cargaison est chargée sur le toit. De série, le hayon et la plage arrière sont à commande électrique. Un capteur permet d’ouvrir et de fermer le hayon, et, en option, un attelage remorque avec déverrouillage électrique sur simple pression d’un bouton est également disponible.

La RS 4 Avant aide le conducteur dans de nombreuses situations : plus de 30 systèmes d’assistance à la conduite mettent en évidence le caractère complet de l’Avant haute performance. Les différents équipements sont réunis dans les packs city (de série) et/ou route (en option), pack route qui inclue, par exemple, l’adaptive cruise assist avec fonction stop & go permettant le contrôle automatique à distance, l’assistant de croisement et l’assistant de maintien dans la voie et en courbe.

Les clients de la RS 4 Avant peuvent choisir parmi huit couleurs de peinture, dont le nouveau bleu Turbo uni et le nouveau rouge Tango métallique. Le programme Audi exclusive inclut également de nombreuses autres finitions, comme le bleu Nogaro effet perlé. Une couleur qui caractérisait déjà la RS 2 Avant, ancêtre légendaire de tous les modèles RS en 1994.

 

L’histoire : légendaire

Mieux qu’aucun autre modèle, la nouvelle RS 4 Avant symbolise l’alliance de la haute performance et de la praticité au quotidien. Ses prédécesseurs datent d’il y a 25 ans, lorsque la légendaire RS 2 Avant a été lancée en 1994.

1994 - Audi RS 2 Avant : une pionnière

En 1994, Audi instaure une forte tendance avec la RS 2 Avant, la première voiture de sport haute performance à être dotée de cinq sièges et d’un grand coffre. Son design extérieur distinctif et son intérieur bicolore raffiné, doté de sièges en Alcantara bleu, contribuent également à façonner l’esthétique du modèle. Le moteur turbo à cinq cylindres génère 232 kW (315 ch) avec déplacement de 2,2 litres, permettant à l’Audi RS 2 Avant de passer de 0 à 100 km/h en 5,4 secondes et d’atteindre une vitesse maximale de 262 km/h. Partenaire de développement et de production, Porsche AG fournit certaines pièces telles que les freins et les roues.

1999 - Déplacement compact et haute performance pour la première génération
Cosworth Technology Ltd, qui a été intégrée à l’entreprise peu de temps avant, devient partenaire de coopération sur la première RS 4 Avant. Avec quattro GmbH, la société anglaise rend le 2.7 V6 bi-turbo de 279 kW (380 ch) encore plus puissant et généreux en couple. Les soupapes d’admission et d’échappement sont revues conformément à la hausse des performances, le profil des conduits d’air côté admission et échappement est augmenté, ainsi que les dimensions des turbocompresseurs. On note une amélioration considérable de l’efficience grâce à de plus grands refroidisseurs, optimisés en cas de perte de pression. La RS 4 est ainsi conçue comme un modèle ultra sportif sans pour autant perdre sa praticité au quotidien. La demande est tellement forte qu’Audi double la production initialement prévue.

2005 - Audi RS 4 : trois variantes dynamiques

La deuxième génération de la RS 4 est lancée en 2005, d’abord en version berline et Avant, puis en version cabriolet. Côté transmission, elle est équipée du moteur V8 4,2 litres, à haut régime récemment mis au point. Le moteur à injection directe délivre une puissance de 309 kW (420 ch). C’est la première fois qu’un constructeur s’aventure à associer la technologie de l’injection directe essence et le concept de régime moteur élevé, dérivé du sport automobile, ce qui permet au véhicule d’atteindre des vitesses de jusqu’à 8 250 tr/min. Par ailleurs, ce modèle est doté de la transmission quattro avec distribution de couple asymétrique dynamique (40 % vers l’essieu avant, 60 % vers l’essieu arrière), une nouveauté à l’époque, et de freins en céramique renforcée de fibre de carbone.

2012 - Audi RS 4 Avant : le véhicule tout-terrain dynamique

En février 2012, quattro GmbH présente la troisième génération de la RS 4, proposée uniquement en version Avant, au Salon de l’automobile de Genève. Tout comme son prédécesseur, le modèle est équipé d’un moteur V8 4.2 L, mais avec une puissance supérieure de 331 kW (450 ch).

–  Fin –

Communiqué de presse (25/09/19)

Des véhicules compacts et puissants : Audi RS Q3 et Audi RS Q3 Sportback

• Des performances exceptionnelles : SUV et SUV coupé d’Audi Sport • Une silhouette de coupé : pour la première fois, l’Audi RS Q3 est aussi disponible en Sportback • Un moteur cinq cylindres primé : le 2.5 TFSI est encore plus puissant

Ingolstadt, le 26 septembre 2019 – Audi Sport présente la nouvelle édition de la RS Q3 (consommation de carburant combinée en L/100km : 8,9 –  8,8 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 203 – 202) et, avec la RS Q3 Sportback (consommation de carburant combinée en L/100km : 8,9 –  8,8 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 204 – 202), étend sa gamme de produits pour inclure un tout nouveau modèle. Les deux modèles compacts offrent des performances exceptionnelles, un design sportif et sont parfaits au quotidien. Ils seront disponibles chez les concessionnaires allemands et d’autres pays européens au cours du premier trimestre 2020.

« La première Audi RS Q3 a créé son propre segment. Nous souhaitons poursuivre sa success story avec la nouvelle génération du SUV haute performance compact », explique Oliver Hoffmann, directeur général d’Audi Sport GmbH. « Avec la toute nouvelle Audi RS Q3 Sportback, un innovant SUV coupé crossover, nous lançons une tendance et tirons pleinement parti de l’impressionnant potentiel de croissance d’Audi Sport. »

Sportif : l’extérieur

L’Audi RS Q3 et l’Audi RS Q3 Sportback sont synonymes de force et de performances exceptionnelles, des qualités que l’on retrouve dans son design. La calandre Singleframe sans contour contrastant du SUV compact crée une impression de précision encore plus grande.

La calandre noire brillante à la structure alvéolée en trois dimensions, intégrée plus profondément et directement dans le pare-chocs RS, est dotée de grandes admissions d’air latérales. Les impressionnantes lames en forme de boomerang du pare-chocs sont exclusivement conçues pour la RS Q3. On repère également les gènes RS dans les fentes plates situées au-dessus de la calandre Singleframe.

Avec sa ligne de toit orientée vers le bas, qui rappelle un coupé, la RS Q3 Sportback affiche une hauteur de 1 557 millimètres, soit 45 millimètres de moins que la RS Q3. La ligne d’épaule montante de la Sportback se trouve plus bas que sur sa consœur, ce qui abaisse le centre de gravité optique de la carrosserie, qui semble ainsi encore plus musculaire, avec des roues plus larges. Les deux voitures sportives haute performance d’Audi Sport affichent leurs aspirations en matière de performances, avec des muscles prononcés au-dessus des passages de roues, qui ont été élargis de 10 millimètres.

Le design de la poupe est également très puissant. Avec sa lunette arrière basse et son spoiler noir brillant, la RS Q3 Sportback semble encore plus large que sa consœur. La ligne de toit abaissée culmine au niveau des montants de custode puissants et plats. Le long spoiler RS de la RS Q3 souligne la dynamique prononcée vers l’avant du SUV haute performance et assure un meilleur aérodynamisme. Pour la première fois, la nouvelle génération de la RS Q3 est dotée d’un système d’échappement RS à deux sorties avec de grands embouts d’échappement ovales de chaque côté et des bordures chromées. Ce système d’échappement se situe dans le pare-chocs RS avec diffuseur arrière et lamelles horizontales en noir brillant. Le diffuseur et les lamelles arrière sont disponibles en aluminium mat en option.

De série, les SUV haute performance sont livrés avec des phares LED. Les phares Matrix LED avec clignotants dynamiques et bordures foncées RS sont disponibles en option. Les feux arrière sont également dotés de la technologie LED.

Formidable : la transmission

Dans la famille Audi Q3, la RS Q3 et la RS Q3 Sportback sont les véhicules sportifs phares. Les chiffres de performance des moteurs compacts sont impressionnants : cinq cylindres, 294 kW (400 ch), 480 Nm de couple, transmission intégrale quattro. Le moteur cinq cylindres est un classique moderne. L’an dernier, Audi Sport a reçu le convoité « Prix du moteur international de l’année » pour le moteur 2.5 TFSI pour la neuvième année consécutive.

Le moteur cinq cylindres aux multiples récompenses gagne 17 % de puissance avec une cylindrée inchangée de 2 480 cm3. Le couple maximum du moteur est disponible entre 1 950 et 5 850 tr/min, soit une fourchette très large. La RS Q3 et la RS Q3 Sportback font le 0 à 100 km/h en seulement 4,5 secondes et atteignent une vitesse maximale régulée de 250 km/h, ou de 280 km/h en option.

D’une longueur de moins de 50 cm, le moteur 2.5 TFSI est extrêmement compact. Il est aussi relativement léger puisqu’il pèse 26 kg de moins que le modèle précédent. Son carter est fabriqué en aluminium, ce qui l’allège de 18 kg. Des mesures élaborées réduisent la friction intérieure tout en augmentant la puissance. Les surfaces de glissement des cylindres ont subi un traitement plasma atmosphérique et les diamètres de paliers du vilebrequin présentent un diamètre de six millimètres inférieur. Le vilebrequin avec un axe creux est 1 kg plus léger tandis que les pistons en aluminium comprennent des canaux pour le refroidissement de l’huile. Lors de la courte phase de chauffe au démarrage, la pompe à eau à commutation ne fait pas circuler le liquide de refroidissement dans la culasse si bien que le moteur 2.5 TFSI atteint sa température de fonctionnement plus rapidement. Cela réduit le coefficient de friction et diminue la consommation de carburant.

La séquence d’allumage des cylindres de 1-2-4-5-3 alterne entre les cylindres adjacents et les cylindres éloignés. Cette séquence spéciale et le nombre impair de cylindres créent un rythme et un son de moteur uniques. Le système d’échappement RS à deux sorties souligne le son caractéristique de la séquence d’allumage des cinq cylindres. Le système d’échappement RS sport avec bordures de sorties d’échappement noires, en option, accentue encore plus le son inimitable.

La puissance du moteur cinq cylindres passe par une boite S tronic à 7 rapports avec la transmission intégrale quattro permanente qui, en fonction des besoins, distribue la puissance entre les essieux via un embrayage multidisques. Le contrôle du couple sur chaque roue contribue à la tenue de route sûre et agile.

Le système de sélection du mode de conduite Audi drive select influence la transmission quattro ainsi que d’autres composants tels que la direction, la suspension, la boîte S tronic, les caractéristiques et le son du moteur. En fonction de la variante d’équipements sélectionnée, cinq ou six modes sont disponibles : « confort », « auto », « dynamique », « efficience » et « individuel » ou, comme alternative au mode « individuel », les deux nouveaux modes RS1 et RS2 personnalisables. Dans le MMI, le conducteur peut régler et enregistrer les deux modes RS de façon individuelle. Une simple pression sur le bouton RS MODE sur le volant permet d’y accéder rapidement et de passer d’un mode à l’autre.

 

Sportive partout, tout le temps : la suspension

La suspension sport RS de série abaisse la carrosserie de 10 millimètres par rapport aux versions Q3 et Q3 Sportback classiques. Son réglage sportif permet aux deux voitures compactes sportives de répondre aux attentes en matière de tenue de route. La direction assistée progressive à réglage RS offre également une bonne adhérence avec la route même dans les virages rapides.

Sur l’essieu avant, nous retrouvons une architecture type MacPherson avec des triangles de suspensions inférieures abaissées et une largeur de voie de 1 590 millimètres. À l’arrière, l’architecture à 4 bras donne une largeur de voie de 1 583 millimètres. Pour la première fois sur un SUV haute performance compact, Audi Sport propose des roues de 21 pouces avec différents types de design. Derrière les roues de 20 pouces (de série) ou de 21 pouces (en option), le tout nouveau système de freinage comprend à l’avant des étriers de freins six pistons RS, couplés à des disques en acier ventilés et perforés de 375 millimètres (à l’avant) et 310 millimètres (à l’arrière, non perforés). De série, leurs étriers sont peints en noir mais ils sont également disponibles en rouge en option. Les étriers des tout nouveaux freins céramiques RS sont proposés en gris, rouge et bleu (en option). Avec les freins céramiques en option à l’avant, la puissance de freinage est générée par des étriers monoblocs en aluminium récemment développés et des disques de freins de 380 millimètres de diamètre. À l’arrière, des étriers flottants et des disques en acier de 310 mm de diamètre assurent la décélération nécessaire.

En option, les nouvelles RS Q3 et RS Q3 Sportback sont disponibles avec la suspension sportive RS plus avec contrôle dynamique du châssis Dynamic Chassis Control (DCC), un système dans lequel une électrovanne pilotée électriquement régule la circulation de l’huile dans chaque amortisseur. Le système de sélection du mode de conduite Audi drive select agit également sur le réglage de la suspension sport RS plus, disponible en option, à l’aide de capteurs qui mesurent en permanence les mouvements de la carrosserie du véhicule. Les amortisseurs à réglage RS sont ensuite ajustés en fonction des conditions de la surface de la route et de la situation de conduite. La suspension fournit le niveau d’amortissement optimal pour chaque amortisseur en quelques millièmes de secondes : plus souple pour les fortes bosses, plus ferme pour maintenir la carrosserie dans les virages rapides ou lors du freinage. Il en résulte une meilleure dynamique de conduite, une stabilité précise et une tenue de route agile avec un confort encore plus grand.

Pensé pour le conducteur : l’intérieur

Le design sportif de l’extérieur trouve un écho à l’intérieur du véhicule. L’emphase mise sur les lignes horizontales crée une impression d’espace. L’unité de contrôle de la climatisation, la console centrale et l’écran MMI touch sont orientés de 10° vers le conducteur. D’ailleurs, tout le cockpit est conçu avec le conducteur à l’esprit. Le moteur peut être allumé avec le bouton start-stop doté d’un anneau rouge (en option).

L’architecture du tableau de bord avec le virtual cockpit d’Audi dans le design RS est en parfaite harmonie avec le concept opérationnel. L’écran MMI touch, qui ressemble à une grande vitre noire brillante, s’intègre à merveille comme un autre élément central. En option, le conducteur peut choisir le plus grand virtual cockpit plus d’Audi avec affichage lumineux de changement de vitesse qui rappelle au conducteur de changer de vitesse lorsque la vitesse maximale du moteur est atteinte. Des affichages RS spécifiques dans le virtual cockpit plus fournissent également des informations sur la pression des pneus, le couple, la puissance, le temps par tour, les forces centrifuges en « g » et les mesures d’accélération.

Des sièges sport en cuir noir/Alcantara avec embossage RS expriment le caractère sportif de la RS Q3 et de la RS Q3 Sportback. Des sièges RS sport en cuir Nappa fin avec motif alvéolé RS et appuie-têtes intégrés sont pour la première fois disponibles dans la famille Q3. Leurs surpiqûres contrastantes sont déclinées en noir brillant (de série), en rouge et en bleu (en option). Lorsque le client choisit l’un des deux packs RS rouge ou bleu, les appliques sur le volant, les ceintures, les tapis et le levier de vitesses sont colorés tandis que le volant et le pommeau du levier de vitesses sont en Alcantara. Avec les packs design RS étendu, les panneaux et les accoudoirs latéraux sont bordés en Alcantara rouge ou bleu. Des appliques en aluminium anthracite, en option avec finition piano, noire ou carbone viennent compléter l’intérieur sportif. Pour la première fois, l’intérieur peut également être entièrement fini en noir.

L’éclairage d’entrée avec projection Audi Sport dans les portes accueille le conducteur et le passager avant. Des logos RS ornent l’intérieur du volant et les bas de caisse avant illuminés. Le volant en cuir RS sport aplati à la base est doté de nouvelles palettes de changement de vitesses ainsi que de boutons multifonctions qui permettent au conducteur de contrôler les deux modes RS en option dans le système de sélection du mode de conduite Audi drive select. Les affichages RS s’ouvrent automatiquement dans le virtual cockpit plus d’Audi.

Généreux : le concept d’espace et l’équipement

Les nouvelles RS Q3 et RS Q3 Sportback sont de véritables modèles cinq places parfaits pour le quotidien malgré leur caractère très sportif. De série, les sièges arrière peuvent être avancés de 150 millimètres sur la RS Q3 et de 130 millimètres sur la RS Q3 Sportback ; les dossiers en trois parties peuvent être inclinés, avec sept positions différentes. Le coffre de 530 litres présente un volume de 1 525 litres lorsque les dossiers sont abaissés (Sportback : 1 400 litres).

Les nouvelles RS Q3 et RS Q3 Sportback sont proposées en huit couleurs, notamment les couleurs RS vert Kyalami et gris Nardo. Sur demande, les clients peuvent les commander dans des coloris personnalisés Audi exclusive. Le pack noir brillant de série souligne les lamelles, les bordures des vitres, les rails de toit (RS Q3 uniquement), le diffuseur arrière et l’applique des bas de caisse. Le client peut également commander ces éléments en aluminium, en option. En combinaison avec le pack noir brillant, les anneaux Audi et les logos RS sont proposés en noir à l’avant et à l’arrière.

La RS Q3 et la RS Q3 Sportback seront en vente chez les concessionnaires allemands et d’autres pays européens au cours du premier trimestre 2020.

 

Consommation de carburant des modèles mentionnés ci-dessus :

* La consommation de carburant et les émissions de CO2 dépendent des roues/pneus utilisés et du niveau d’équipement choisi.

 

Audi RS Q3

Consommation de carburant combinée en L/100 km* : 8.9 - 8.8

Émissions de CO2 combinées en g/km* : 203 - 202

 

Audi RS Q3 Sportback

Consommation de carburant combinée en L/100 km* : 8.9 - 8.8

Émissions de CO2 combinées en g/km* : 204 - 202

 

–  Fin –

Communiqué de presse (13/09/19)

Le Grand Tourisme parmi les hybrides rechargeables : l’Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro

• 367 ch, 500 Nm de couple et transmission quattro • Autonomie électrique de plus de 40 km jusqu’à 135 km/h • Équipement sportif : S line, vitres surteintées et suspension sport • Charge pratique avec le service de charge de l’Audi e tron et l’application myAudi

  • 367 ch, 500 Nm de couple et transmission quattro
  • Autonomie électrique de plus de 40 km jusqu’à 135 km/h
  • Équipement sportif : S line, vitres surteintées et suspension sport
  • Charge pratique avec le service de charge de l’Audi e‑tron et l’application myAudi

 

Ingolstadt, le 9 septembre 2019 – Audi poursuit sa stratégie d’électrification de façon systématique et offre maintenant son grand coupé quatre portes en version véhicule électrique hybride rechargeable puissant et efficient. La gestion intelligente de la conduite, qui intègre une stratégie prédictive, permet une grande autonomie électrique, une faible consommation de carburant et des performances dynamiques. La nouvelle Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro associe toutes ces caractéristiques à une puissance de 270 kW (367 ch) (consommation de carburant combinée en L/100 km* : 1,9-2,1 ; consommation électrique combinée en kWh/100 km*: 17,5-18,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km* : 44-48). Une longue liste d’équipements de série avec le pack S line extérieur et la suspension sport complètent le design sportif.

 

La transmission de la nouvelle hybride rechargeable Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro comprend un moteur essence turbo quatre cylindres 2.0 qui délivre 185 kW (252 ch) et 370 Nm de couple, ainsi qu’un moteur électrique (consommation de carburant combinée en L/100 km* : 1,9-2,1 ; consommation électrique combinée en kWh/100 km*: 17,5-18,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km* : 44-48). Le moteur synchrone à excitation permanente développe une puissance maximale de 105 kW et un couple maximal de 350 Nm. Ce moteur et l’embrayage séparateur sont intégrés dans la boîte S tronic à 7 rapports, qui utilise la technologie ultra pour transférer le couple à la transmission quattro ultra. La puissance totale du système est de 270 kW (367 ch) et le couple de 500 Nm est disponible à seulement 1 250 tr/min. Le véhicule électrique hybride rechargeable réalise l’accélération standard en 5,7 secondes et atteint une vitesse maximale de 250 km/h.

En tant que voiture d’entreprise, l’hybride rechargeable est soumis à des taxes plus faibles en Allemagne en raison du fait que son autonomie électrique selon le cycle WLTP est supérieure à 40 kilomètres. L’A7 Sportback peut rouler à une vitesse maximale de 135 km/h en mode tout électrique, ce qui permet de rouler sans émissions sur l’autoroute.

Dotée de 104 cellules de type poche, la batterie au lithium-ion stocke 14,1 kWh d’énergie à une tension nominale de 381 volts sous le sol du coffre. Pour un contrôle optimal de la température, sa boucle de refroidissement est reliée à la fois à la boucle de refroidissement du système de réglage de la température et à la boucle de refroidissement basse température dans laquelle le moteur électrique et le module électronique de puissance sont également intégrés.

La batterie au lithium-ion est intégrée dans l’arrière du véhicule, sous le sol du coffre, de sorte que le coffre est plat. Grâce à cette configuration, avec les sièges arrière baissés, le coffre présente un volume de 1 235 litres.

 

Transmission intégrale quattro dans un hybride rechargeable

En bonne Audi, l’A7 Sportback 55 TFSI e** est également équipée de la transmission intégrale quattro avec technologie ultra. L’essieu arrière est activé à la vitesse de l’éclair et de façon prédictive, quand c’est nécessaire. La récupération de l’énergie électrique se fait toujours via l’essieu avant. Le concept de transmission intégrale quattro et le concept global du véhicule électrique hybride rechargeable A7 offrent donc à la fois performance et efficience. Avec ce Gran Turismo quatre portes, Audi est le seul constructeur haut de gamme de son environnement concurrentiel direct à offrir un hybride rechargeable à transmission intégrale.

 

Utilisation facile avec trois modes de conduite

Le concept d’entraînement de l’A7 Sportback 55 TFSI e quattro est conçu de façon à ce que les clients puissent réaliser la majorité de leurs déplacements à l’électrique, que ce soit des trajets locaux sans émission ou des longs trajets. La combinaison du moteur électrique et du moteur à combustion interne assure une expérience de conduite sportive et dynamique. Avec ses trois modes de conduite différents, l’hybride rechargeable est facile à utiliser au quotidien.

Par défaut, l’électrique hybride rechargeable A7 démarre en mode EV. Cela signifie que la voiture fonctionne en tout électrique tant que le conducteur n’appuie pas sur l’accélérateur plus que jusqu’à un point de pression perceptible variable. Le mode EV est le paramètre de base au moment du démarrage. Dans le deuxième mode de conduite, le mode Battery Hold, le système de gestion de la conduite maintient la capacité de la batterie au niveau actuel pour qu’une distance définie puisse être couverte entièrement de façon électrique par exemple.

Le mode hybride est automatiquement activé avec le guidage dans le système de navigation ou par le conducteur à l’aide du bouton de réglage des modes. Dans ce mode, l’A7 utilise l’interaction entre le moteur électrique et le moteur à combustion intérieur
pour réaliser autant de segments que possible de façon électrique pour que la consommation de carburant pendant le trajet soit la plus faible possible. Par exemple, dans la circulation urbaine, la voiture peut fonctionner à l’électrique la plupart du temps. Selon la situation, le système choisit entre la circulation en roue libre avec le moteur éteint ou la récupération de l’énergie cinétique, qui permet de récupérer jusqu’à 35 kW. Le moteur électrique est responsable des freinages légers de jusqu’à 0,1 g, c’est-à-dire de la majorité des freinages du quotidien. Un maximum de 80 kW d’énergie cinétique peut être généré via la récupération lors des freinages de jusqu’à 0,2 g.

 

Stratégie prédictive et efficiency assist prédictif

Pour une efficience maximale, l’A7 utilise la gestion prédictive de la conduite, la stratégie prédictive. Elle utilise des informations de l’efficiency assist prédictif, que l’on trouve également dans d’autres modèles Audi moyens et grands, pour contrôler le moteur électrique, la batterie au lithium-ion et le moteur à combustion interne.

Si le guidage est actif dans le système MMI navigation, la stratégie prédictive contrôle la transmission de façon à ce que la voiture effectue le dernier segment urbain de l’itinéraire en tout électrique et arrive à destination avec la batterie presque vide. Si l’A7 Sportback TFSI e s’approche d’une ville, la gestion de la conduite recharge la batterie pour que la dernière partie en ville soit effectuée avec le moteur électrique. Le conducteur peut ainsi utiliser toute l’énergie électrique pour ne produire aucune émission lors de l’arrivée en ville.

La gestion de la conduite repose sur une grande quantité de données, réparties entre les informations de champ proche et les informations d’itinéraire pour une planification globale et de précision de l’itinéraire. La planification globale repose sur les informations de circulation obtenues en ligne, le profil de l’itinéraire choisi, des informations précises sur les environs immédiats issues des données de navigation (limitations de vitesse, types de routes, pentes montantes et descendantes) et les dernières données des capteurs embarqués. La planification globale du contrôleur de conduite est ainsi principalement basée sur les informations d’itinéraire telles que la circulation, la topographie et le type de route. La planification de précision, avec laquelle l’A7 gère le contrôleur de conduite dans la situation de conduite actuelle, est réalisée par l’efficiency assist prédictif que l’on trouve également dans d’autres modèles Audi moyens et grands.

L’efficiency assist prédictif adapte le comportement de récupération en roue libre en fonction de la situation de conduite. Il utilise les données d’itinéraire de la base de données de navigation et surveille la distance par rapport au véhicule précédent en utilisant les signaux de la caméra et du radar.

Selon la situation, le système décide si la voiture doit avancer en roue libre avec le moteur éteint ou récupérer de l’énergie cinétique pour la convertir en énergie électrique. Quand l’adaptive cruise control est actif, l’efficiency assist prédictif assiste le conducteur en freinant et accélérant automatiquement afin d’améliorer l’efficience et le confort.

Une réaction haptique de la pédale d’accélérateur active et un signal optique dans le système d’information du conducteur, ainsi qu’un affichage tête haute en option, offrent une assistance supplémentaire pour la plus haute efficience possible. La pédale d’accélérateur active comprend à la fois un point de pression haptique qui signale la fin de la conduite tout électrique et une réaction haptique qui indique au conducteur qu’il peut retirer son pied de l’accélérateur.

 

Pratique : charge rapide

Le système de charge Compact est livré de série sur l’Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro**. En option, le client peut commander un câble Mode 3 avec une prise Type 2 pour une utilisation aux stations de charge publiques. Le système de charge Compact comprend des câbles pour une utilisation à domicile et sur des prises industrielles, ainsi qu’une unité de contrôle. Le système comprend un indicateur de charge LED et des fonctions de sécurité telles que le contrôle de la température et du courant résiduel. En option, Audi offre le clip de charge, un support verrouillable à fixer au mur pour le système de charge.

Une charge complète sur une prise industrielle CEE à 400 volts et 16 ampères par phase prend seulement 2,5 heures. Le véhicule se charge à un maximum de 7,4 kW. Avec une prise domestique de 230 volts, une batterie vide peut être chargée complètement pendant la nuit, en sept heures environ. La charge est également possible sur la route grâce à l’e-tron Charging Service d’Audi, qui donne accès à plus de 100 000 points de charge en Europe. Pour charger son véhicule, le client n’a besoin que d’une carte, quel que soit le fournisseur.

 

Toujours un œil sur l’état de la charge : l’application myAudi

L’application myAudi permet aux clients d’utiliser les services du portefeuille Audi connect depuis leur smartphone, ce qui est particulièrement pratique pour les modèles électriques. À l’aide de l’application, le client peut contrôler le niveau de batterie et l’autonomie de son véhicule, lancer le processus de charge et le programmateur de charge, et consulter les statistiques de charge et de consommation. De plus, la planification des itinéraires dans l’application et le système MMI navigation de la voiture affichent les stations de charge.

L’application myAudi permet également de prérégler la température avant même le démarrage. Le compresseur de la climatisation et le chauffage auxiliaire de la voiture sont alimentés de façon électrique et le client peut définir la température exacte pendant le chargement de la batterie. Selon les équipements en option choisis, il en va de même pour le chauffage des sièges et du volant, du pare-brise, de la lunette arrière et des rétroviseurs, et pour la ventilation des sièges.

 

Un système de gestion thermique intelligent

La climatisation s’associe à une pompe à chaleur très efficiente, ce qui permet à la voiture de bien utiliser la chaleur résiduelle du moteur électrique. Ce système particulièrement économique permet non seulement de chauffer ou de rafraîchir l’intérieur rapidement mais aussi de parcourir de longues distances en tout électrique même lorsque la température extérieure est très haute ou très basse.

 

Apparence sportive et équipement complet

L’Audi A7 Sportback 55 TFSI e** marque des points face à ses concurrents directs grâce à ses performances sportives, mais aussi grâce à son pack de style dynamique et à sa longue liste d’équipements de série. Le pack S line extérieur de série, le pack noir et les glaces assombries soulignent l’aspect général sportif du Gran Turismo quatre portes même lorsqu’il est à l’arrêt.

Les phares LED Audi Matrix HD, les sièges sport, la climatisation quatre zones automatique, la clé, le virtual cockpit d’Audi, les affichages spécifiques aux modèles électriques hybrides rechargeables et les étriers de freins rouges à l’avant et à l’arrière sont de série.

Audi accepte maintenant les commandes de l’Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro**, au prix de base de 77 850 EUR en Allemagne. Les livraisons commenceront au troisième trimestre 2019.

– Fin –

Communiqué de presse (10/09/19)

Le tout-terrain du futur – l’Audi AI:TRAIL quattro

• Conduite sans émissions dans les grands espaces • Quatre moteurs électriques et transmission quattro • Aicon et les autres : Audi présente quatre véhicules visionnaires à l’IAA

  • Conduite sans émissions dans les grands espaces
  • Quatre moteurs électriques et transmission quattro
  • Aicon et les autres : Audi présente quatre véhicules visionnaires à l’IAA

 

Ingolstadt/Francfort, le 10 septembre 2019 – Audi complète son quatuor de véhicules visionnaires et sera à l’IAA 2019 pour présenter un véhicule tout-terrain électrique qui définira l’avenir du transport sur route : l’Audi AI:TRAIL quattro, un concept complet pour la mobilité durable en dehors des sentiers battus. Les quatre véhicules (Audi Aicon, AI:ME, AI:RACE et AI:TRAIL) seront présentés ensemble sur le stand Audi, dans le Hall 3, pendant toute la durée de l’IAA 2019.

 

L’Audi AI:TRAIL quattro, une voiture quatre places, associe les capacités requises pour la conduite autonome et de formidables qualités pour le tout-terrain. La vitre qui entoure la cabine va jusqu’au niveau du sol, assurant une visibilité unique sur tout le tour. L’impressionnante capacité de la batterie assure une autonomie suffisante pour les escapades en dehors des zones à forte densité de stations de charge.

La partie « Trail » du nom évoque l’idée d’explorer la nature. C’est pour cela que l’habitacle ne contient pas de grand écran permettant de regarder des séries ou de participer à des conférences vidéo et que de grandes surfaces vitrées permettent de regarder le paysage. Voici comment Marc Lichte, responsable du design chez Audi, décrit le scénario d’utilisation : « Avec l’AI:TRAIL, nous présentons un concept tout-terrain avec transmission électrique sans émissions afin de proposer une expérience de conduite innovante sur les sentiers. Dans cette optique, nous avons conçu une carrosserie monolithique basique avec de grandes vitres afin de créer une connexion intense avec l’environnement du véhicule. Un concept pour la mobilité durable à la demande. »

 

Les véhicules visionnaires d’Audi

L’Audi AI:TRAIL quattro est la quatrième de la série de concept cars avec système de transmission électrique, dont la première représentante était l’Audi Aicon, présentée lors de l’édition 2017 de l’IAA. Après ce véhicule de luxe imaginé pour une conduite largement automatisée sur les longues distances, une monoplace sans émissions conçue pour le circuit, l’Audi PB18 e-tron, a été introduite à Pebble Beach en 2018. Elle a été rebaptisée avant l’IAA 2019, afin que son nom comprenne le préfixe « AI », qui indique qu’elle fait aussi partie de la famille. Elle s’appelle maintenant l’AI:RACE, un nom qui ne laisse aucun doute sur la destination de la voiture de sport électrique.

La troisième de la série, l’Audi AI:ME, présentée lors du Salon de l’automobile de Shanghai 2019, est une voiture urbaine autonome conçue pour les mégalopoles du monde entier. Elle permet aux passagers de ne pas avoir à se soucier des embouteillages inévitables dans les zones urbaines, et leur offre une connectivité parfaite et une gamme complète de services d’infotainment, ce qui leur permet de passer un moment aussi tranquille que possible dans leur véhicule.

Enfin, avec l’AI:TRAIL, Audi commence à élargir ses véhicules visionnaires au tout-terrain. La voiture est équipée de quatre moteurs électriques, de systèmes de conduite autonome et assistée et, comme c’est la norme chez Audi, d’une transmission intégrale quattro permanente.

L’Aicon, l’AI:ME, l’AI:RACE et l’AI:TRAIL sont unies par plus que le simple concept de système de transmission durable et une carrosserie du futur. Elles incarnent également un tout nouveau concept de mobilité pour la marque aux anneaux. À la différence des voitures d’aujourd’hui, ces véhicules ne sont pas contraints de faire des compromis entre divers scénarios et utilisations. Au contraire, ces voitures de demain pourront être conçues pour des applications bien plus spécifiques. À l’avenir, les clients pourront commander n’importe lequel de ces modèles Audi spécialisés dans une flotte de véhicules Audi à la demande en fonction de leurs préférences et besoins personnels et les louer pour une période limitée.

Ainsi, ils ne passeront pas à côté du haut niveau de personnalisation qui est considéré comme normal sur le segment haut de gamme. Et cela sera rendu possible grâce à la prise en compte de toutes les données et préférences des utilisateurs lors de la configuration et de la préparation du véhicule loué. De ce fait, les clients qui réservent un véhicule auront non seulement le véhicule de leur choix, mais ils pourront également le faire configurer pour qu’il réponde au mieux à leurs attentes. La couleur, l’intérieur et les options techniques seront préconfigurés en ligne avec l’application ou via les détails du conducteur stockés dans le système myAudi. Quand le conducteur montera dans la voiture, le véhicule sélectionnera même sa température intérieure préférée, l’ajustement des sièges qui lui convient parfaitement et sa bibliothèque de musique personnelle.

Cette offre est accessible et facile à utiliser via une application qui connecte le véhicule, les préférences de l’utilisateur et les nombreuses options qui peuvent être utilisées sur la route.

 

Une technologie visible : l’extérieur

Avec une longueur de 4,15 mètres et une largeur de 2,15 mètres, l’Audi AI:TRAIL affiche fièrement son potentiel sur les sentiers. La hauteur de 1,67 mètre et les immenses roues de 22 pouces avec des pneus de 850 mm sont autant d’indices des excellentes capacités du véhicule même à l’arrêt. Avec une impressionnante garde au sol de 34 centimètres, l’AI:TRAIL peut passer dans des rivières de 50 centimètres de profondeur.

Sur les terrains rocheux, cette architecture offre beaucoup d’agilité sans que la batterie intégrée dans le soubassement entre en contact avec le sol.

L’habitacle, un espace largement vitré, est entouré de formes polygonales, et peut accueillir jusqu’à quatre personnes. Une fonction caractéristique, qui indique la parenté avec l’Aicon et l’AI:ME, est l’arête située à mi-hauteur des vitres latérales.  Cette ligne se poursuit à l’avant et à l’arrière et unit toute la carrosserie en un tout monolithique. Avec le système de transmission électrique organisé autour des essieux et la batterie dans le soubassement, il n’est pas nécessaire d’avoir des sections en saillie ou des accessoires séparés pour le moteur ou les batteries. À l’IAA 2019, les quatre véhicules visionnaires d’Audi montreront également que le design monolithique est en train de devenir le mètre étalon à l’ère du véhicule électrique.

La légèreté et la rigidité optimales de la carrosserie sont, bien entendu, des objectifs techniques importants pour les véhicules tout-terrain en particulier. C’est la raison pour laquelle la carrosserie de l’Audi AI:TRAIL est fabriquée dans un mélange d’acier, d’aluminium et de fibre de carbone high-tech. Par conséquent, la voiture ne pèse que 1 750 kilogrammes malgré sa batterie haute capacité.

Avec l’Audi AI:TRAIL, la forme suit la fonction. À l’intérieur, les arêtes des vitres latérales offrent beaucoup d’espace aux passagers là où ils en ont objectivement le plus besoin, c’est-à-dire au niveau des épaules et des coudes. Elles donnent aussi plus de place là où on le remarque le plus, puisque la façon dont les vitres se prolongent vers le bas ouvre le champ de vision vers le sol, même entre les roues. L’objectif des designers était de donner aux passagers la meilleure vue possible sur la nature et l’environnement du véhicule, et de briser les barrières entre l’intérieur et le monde autour. Quand la voiture roule, les occupants peuvent non seulement regarder le terrain qui se déroule devant eux mais aussi découvrir les petits détails des grands espaces qui les entourent. Dans l’AI:TRAIL, les passagers se détendent et profitent de la tranquillité du trajet sans même avoir à y pense

 

Visibilité panoramique de type hélicoptère

Le pare-brise enveloppe l’avant du véhicule comme le cockpit d’un hélicoptère. Les passagers bénéficient ainsi d’une vue imprenable sur la route ou le sentier, à l’avant et sur les côtés. Mais l’avant et les côtés ne sont pas les seuls à être transparents et vitrés. Presque tout le toit, du haut du pare-brise au spoiler arrière, permet de regarder le ciel et le paysage. Même la calandre Singleframe verticale est vitrée, avec seuls les quatre anneaux du logo dans leur position habituelle, au milieu d’un octogone vitré.

Le pare-brise et le hayon s’ouvrent en grand, ce qui permet d’accéder facilement à de grands compartiments de stockage, avec des sangles pour fixer les bagages pendant le trajet. À l’arrière, dans le pare-choc, se trouve un autre compartiment conçu pour accueillir les objets sales, comme des chaussures de randonnée, un équipement d’escalade ou des vêtements mouillés.

Les bas de caisse sous les portes font office de marchepieds rétractables, ce qui facilite le chargement et le déchargement du coffre de toit. À la place de passages de roues volumineux, Audi a installé des ailes horizontales au-dessus des quatre roues. Cela permet de voir la suspension en action depuis le cockpit, même pendant le trajet.

De gros maillons transverses et des suspensions MacPherson avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs adaptatifs offrent une robustesse adaptée et garantissent une stabilité sécurisée. Le design spécial des pneus se voit dès le premier coup d’œil puisque le profil semble dessiné du bas vers le haut jusqu’aux hauts flancs de pneus. Néanmoins, en dessous se trouve une structure de lames de soutiens, qui sont intégrées dans les chapes et à la surface. Ce design permet aux pneus eux-mêmes, en plus des lames de suspension, de contribuer à hauteur de 60 millimètres supplémentaires à la garde au sol. Outre des capacités tout-terrain améliorées, cela offre aux occupants un confort considérablement amélioré.

Les pneus comprennent aussi une régulation de la pression de l’air variable et contrôlée par des capteurs. Des capteurs optiques et le contrôle de stabilité ESC travaillent ensemble pour détecter la condition de la surface de la route et ajuster la pression des pneus en fonction. Pour favoriser la traction, il peut être utile de réduire la pression, notamment lors de la conduite sur le sable, afin d’augmenter la surface de contact des pneus. De la même manière, augmenter la pression à nouveau lorsque le véhicule retrouve l’asphalte améliore la stabilité.

 

Le minimalisme comme principe de style : l’intérieur

L’intérieur de l’Audi AI:TRAIL est ordonné et spacieux et ne comprend que quelques commandes visibles. Les deux coques de siège à l’aspect confortable, presque délicat, situées à l’avant sont toutes deux équipées de ceintures à quatre points. Des couleurs claires dominent le haut de l’intérieur, jusqu’au niveau du coussin des sièges et du bas du tableau de bord. L’ouverture sur le monde extérieur n’en est que plus présente ; l’œil de l’occupant est attiré vers les grandes zones vitrées de l’avant et des côtés et guidé jusqu’au toit presque entièrement vitré.

Plusieurs éléments permettent des interactions entre le conducteur et le véhicule : les pédales, un manche en guise de volant, quelques boutons et un smartphone fixé sur la colonne de direction faisant office de centre d’affichage et de commande pour les fonctions du véhicule et la navigation.

Tout le concept de couleurs, avec ses surfaces bleues et grises et ses tons naturels, souligne le lien entre l’intérieur et la nature environnante. Le sens du toucher ajoute à cette perception, avec des surfaces rugueuses et granuleuses indiquant des qualités fonctionnelles. Du feutre de laine douce dans le coffre crée un contraste confortable. Comme dans les précédents concept cars, les designers Audi ont utilisé des matériaux recyclés pour fabriquer l’AI:TRAIL. Le tapis est confectionné en laine retransformée et en cuir recyclé, tous deux durables, et offre d’excellentes propriétés acoustiques et climatiques.

L’espace de rangement entre les sièges ainsi que sous le pare-brise comporte des sangles maintenant les objets, lesquels peuvent également être rangés depuis l’extérieur via le pare-brise qui s’ouvre vers le haut. Des rétracteurs de ceinture de sécurité permettent que les sangles présentent une tension optimale.

À l’arrière, les sièges sont conçus comme des hamacs, une nouveauté. Lorsqu’ils sont tendus dans un cadre tubulaire transportable, des pans de tissu forment une assise et un dossier confortables, et le dossier enveloppant assure même un soutien latéral. Ces sièges permettront aux passagers de se détendre aussi bien dans le véhicule qu’en dehors, puisqu’ils peuvent être sortis de l’AI:TRAIL et utilisés comme des chaises extérieures mobiles.

 

Les yeux vers le ciel

La mobilité et la polyvalence caractérisent également les sources de lumière de l’Audi AI:TRAIL. Au lieu de phares conventionnels, des sources de lumière indépendantes sont situées sous les montants de pare-brise et peuvent éclairer vers l’extérieur ou vers l’intérieur. Ces éléments LED, dont l’intensité est réglable, peuvent être utilisés pour éclairer l’intérieur ou l’extérieur du véhicule. Il en va de même pour le feu arrière. Situé sur toute la largeur de l’arrière, cet élément peut être utilisé pour illuminer le coffre ou comme une signature lumineuse pour l’extérieur.

Au lieu de feux de croisement et de feux de route, l’Audi AI:TRAIL est équipée d’un total de cinq drones triangulaires sans rotor opérés électriquement et dotés d’éléments Matrix LED intégrés. Ces drones sont capables d’atterrir sur une galerie de toit ou directement sur le toit du véhicule et de se fixer sur les éléments de charge inductifs.

Ces objets volants sont des Audi Light Pathfinders, qui génèrent leur ascension de la même manière que des ventilateurs sans lames produisent de l’air. Grâce à leur design léger, ils peuvent survoler l’AI:TRAIL, en consommant relativement peu d’énergie, et illuminer le chemin de devant, remplaçant ainsi complètement les phares. Si le client le souhaite, des caméras placées à bord génèrent une image vidéo qui peut être transmise à l’écran devant le conducteur par Wi-Fi, ce qui fait des Pathfinders des yeux tournés vers le ciel.

Lorsque l’AI:TRAIL est à l’arrêt, des drones peuvent également illuminer les alentours depuis leur position sur le toit, par exemple lorsque les occupants pique-niquent près du véhicule. Ils ont aussi la possibilité d’éclairer l’intérieur à travers le toit panoramique transparent si les occupants préfèrent rester dans le véhicule.

Les drones, qui sont coordonnés de façon entièrement automatique par l’AI:TRAIL, volent généralement au moins à deux. Si nécessaire, ils peuvent aussi fournir plus d’intensité lumineuse ou éclairer les alentours du véhicule en se regroupant pour former des groupes de jusqu’à cinq drones. Pour ce faire, les occupants n’ont qu’à utiliser le logiciel de commande sur leur smartphone pour définir le scénario souhaité.

L’Audi Light Companion est tout aussi facile à utiliser. Il s’agit d’une source de lumière qui présente la forme d’une grosse lampe de poche mais offre des fonctions bien plus nombreuses. Il est généralement aimanté à l’avant du siège, où il crée une lumière d’ambiance. Néanmoins, vous pouvez aussi emporter le Light Companion avec vous quand vous quittez l’AI:TRAIL. C’est là qu’il vous montrera vraiment ce qu’il sait faire. Dans son boîtier se trouvent trois pieds constituant un trépied qui permettent de le poser près de vous telle une torche près d’un feu de camp ou d’un projecteur de faible portée. Le boîtier comprend aussi plusieurs caméras qui scannent le terrain de devant ou font des vidéos du paysage, qui sont ensuite directement téléchargeables sur les réseaux sociaux.

Et l’Audi Light Companion a d’autres talents. Quand il est intégré au système de navigation de l’AI:TRAIL, il est capable de projeter des symboles directionnels et même des informations écrites sur un itinéraire, aidant ainsi les utilisateurs de l’AI:TRAIL à retrouver leur chemin pendant une randonnée.

 

Audi AI : sur la route vers la mobilité intelligente

Audi AI:ME et Audi AIcon : deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. La famille compte maintenant un nouveau membre : l’AI:TRAIL. Audi AI est le code désignant un éventail de systèmes électroniques qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment leur temps en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique. Audi AI combine l’intelligence artificielle pour l’automobile, qui permet la conduite autonome, et l’intelligence des interactions, qui transforme le véhicule en partenaire pour les occupants.

Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, à l’avenir, les modèles du constructeur d’Ingolstadt sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

 

Conduite autonome sur la route, assistance à la conduite sur les sentiers

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle en est encore au seuil de la faisabilité dans le transport automobile avec la conduite autonome. L’Audi AI:TRAIL est conçue pour circuler sur des routes jusqu’au niveau 4.

C’est le deuxième niveau le plus haut sur une échelle internationale normalisée d’automatisation. Même si les systèmes de cette catégorie n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple les autoroutes ou les centres-villes spécialement équipés. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite autonome. L’Audi AI:TRAIL est ainsi équipée du volant et des pédales traditionnels.

Le conducteur en aura besoin au plus tard lorsqu’il rejoindra les sentiers. Après tout, même si les chemins de terre et les sentiers forestiers ont largement été cartographiés grâce à la cartographie digitale, l’érosion de ces surfaces les rend trop variables pour que leurs limites et leur relief soient digitalisés de façon suffisamment fiable pour la conduite autonome et pour une longue période. La conduite autonome de niveau 3, à basse vitesse, n’est ainsi possible sur les chemins de terre que dans des cas exceptionnels et lentement. Dans ces situations, le conducteur aura plusieurs secondes pour reprendre le contrôle.

Mais les capteurs et les systèmes d’assistance ne laissent pas le conducteur de l’AI:TRAIL seul, même en tout-terrain. Tout d’abord, le véhicule est évidemment équipé de l’ESP, le système de capteurs largement éprouvé. Les données des valeurs de friction et de glissement, ainsi que d’accélération longitudinale et latérale fournissent au système électronique tous les paramètres nécessaires pour optimiser la stabilité. Il y a également une large gamme de capteurs capables de détecter à la fois la surface de la route et les obstacles. Ces capteurs fonctionnent avec des systèmes optiques tels que des caméras et des lasers, ainsi qu’avec un ultrason et un radar. Les données qu’ils fournissent permettent au système d’assistance à la conduite central d’éviter les collisions en agissant sur le volant et les freins lorsque c’est nécessaire.

L’électronique assiste également le conducteur sur les chemins inégaux, par exemple lorsque le véhicule est en position inclinée ou sur des pentes particulièrement difficiles. Quand c’est nécessaire, les systèmes avertissent le conducteur lorsque des limites critiques sont sur le point d’être dépassées, telles que la garde au sol ou les angles d’incidence difficile à contrôler. Ils peuvent aussi maintenir le véhicule sur sa voie, dans les limites du système, à l’instar d’un assistant de maintien de trajectoire travaillant de concert avec un cruise control. Selon les circonstances, cela place le véhicule au niveau d’automatisation 2. Néanmoins, le conducteur doit rester attentif à tout moment. Les systèmes d’assistance intelligents offrent une aide efficace, améliorent considérablement la sécurité et soulagent beaucoup le conducteur.

 

Découvrir la vie à basse vitesse : le système de transmission

Les spécifications de performance de l’Audi AI:TRAIL sont très différentes de celles des véhicules conventionnels. Cela est lié au fait que le développement de la voiture ne visait pas à atteindre des valeurs d’accélération remarquables ou une vitesse maximale à couper le souffle.

Étant donné que l’AI:TRAIL est conçue pour être utilisée dans des zones avec peu d’infrastructures de charge, c’est à l’autonomie que la priorité a été accordée. La cible définie de sa batterie au lithium-ion est de 400 à 500 kilomètres sur les routes ou le tout-terrain simple (conformément à la norme WLTP). Sur les terrains accidentés, où le patinage des roues est presque permanent et la consommation d’énergie plus élevée, la limite est de 250 kilomètres, une valeur encore impressionnante.

Afin que cela soit possible, le véhicule est conçu pour ne pas dépasser 130 km/h sur la route. Le système électronique du véhicule contrôle en permanence le flux et la consommation d’énergie, assurant ainsi une économie optimale même en tout-terrain.

L’Audi AI:TRAIL est équipée de quatre moteurs électriques installés près des roues qui propulsent chacun une roue directement. Comme d’habitude chez Audi, le tout-terrain est un véritable quattro. La puissance du système est de 320 kW et le couple de 1 000 Nm. En général, seule une fraction de cette puissance est mobilisée ; la transmission d’un seul essieu est souvent suffisante.

En raison de la propulsion individuelle des roues, le véhicule peut fonctionner sans différentiels et blocages, qui consomment également de l’énergie. Grâce à la vitesse maximale modérée, le rapport de transmission peut être conçu de sorte que chaque roue dispose de suffisamment de couple même sans une transmission à plusieurs rapports.

L’électronique coordonne la stabilité et la traction. Si un glissement gourmand en énergie peut être évité, le système réduit le couple sur la roue concernée. Néanmoins, dans des situations dans lesquelles un glissement est utile, par exemple dans des montées avec peu d’adhérence, le système le permet automatiquement. La grande quantité de puissance de réserve de l’AI:TRAIL lui permet de conquérir des tronçons difficiles même dans des conditions difficiles, avec confiance, en toute sécurité et toujours sans émissions.

 

– Fin –

MÉDIATHÈQUE