Audi France Media
Communiqué de presse
Les modèles Audi S5 désormais dotés d’un moteur TDI >>
(17/04/19)
Communiqué de presse
La mobilité dans les mégapoles : l’Audi AI:ME >>
(15/04/19)
Communiqué de presse
Une agilité long-courrier : les Audi S6 et S7 maintenant équipées d’un TDI avec compresseur électrique >>
(11/04/19)
Communiqué de presse
La mobilité dans les mégapoles : l’Audi AI:ME >>
(15/04/19)
Une agilité long-courrier : les Audi S6 et S7 maintenant équipées d’un TDI avec compresseur électrique >>
(11/04/19)
Communiqué de presse
Ouverture des commandes de la plus puissante des Audi : la nouvelle Audi R8 >>
(27/03/19)
ACTUALITÉS
Communiqué de presse (23/04/19)

Formule E à Paris : un championnat plus palpitant que jamais

• Daniel Abt, Lucas di Grassi et Audi Sport ABT Schaeffler dans la course au titre • C’est le championnat le plus palpitant de l’histoire de la Formule E Le samedi 27 Avril, Paris accueillera la seconde étape du championnat européen de Formule E. Avec sept vainqueurs sur sept courses et des écarts de temps extrêmement réduits, le championnat n’a jamais été si férocement contesté. Pour la manche organisée dans la capitale française, Daniel Abt, Lucas di Grassi et Audi Sport ABT Schaeffler se préparent à retourner sur le podium.

Seulement 21 points séparent Daniel Abt, qui est en dixième position, du leader. Lors des quatre saisons précédentes de Formule E, le classement n’a jamais été aussi serré après sept courses. Les écarts de points du top 10 étaient bien plus importants : 65 points dans la Saison 1, 94 dans la Saison 2, 99 dans la Saison 3 et 87 dans la Saison 4. Lucas di Grassi, à la cinquième place, n’est qu’à sept points de la première, et dans le classement des équipes, Audi Sport ABT Schaeffler est à l’affût avec un écart de 14 points. La huitième des treize courses à Paris ce week-end est l’étape cruciale dans la bataille des points.

«Cette saison, nous avons constaté que notre voiture et notre équipe ont les capacités d'être à l'avant du peloton – marquant notre 1000ème point en Formule E lors de la dernière course à Rome. Cependant, avec son niveau extrêmement élevé et ses courses compétitives, la Formule E ne pardonne même pas la moindre erreur », a déclaré le directeur de l’équipe, Allan McNish. «Sept vainqueurs en sept courses, les six premiers du championnat des pilotes sont groupés sous dix points, la différence exacte entre terminer premier ou troisième samedi : nous sommes sous tension, mais il faut une journée parfaite pour gagner en Formule E. Nous nous concentrons tous sur la réussite de cette journée à Paris. ”

Le cadre à Paris est unique pour un événement de Formule E. La veille de la course de Formule E dans la capitale française, des bus de tourisme circulent toujours dans la voie des stands. Le circuit de 1.920 kilomètre est situé autour des Invalides, où se trouve la tombe de Napoléon. La tour Eiffel, l'avenue des Champs-Élysées et la Seine sont à proximité - aucun autre emplacement ne pourrait être plus au cœur de la ville.

Lucas di Grassi a déjà inscrit son nom dans les livres d'histoire en décrochant la victoire en première position à Paris lors de sa saison 2016/2017. Depuis lors, la course en France a été une montagne russe émotionnelle : la victoire a été suivie par le retrait de la course l'année suivante, puis par un autre podium.

«Le championnat devient de plus en plus difficile : n'importe qui peut être en pôle et tout le monde peut gagner la course. Paris ne fera pas exception à la règle», explique Lucas di Grassi. “Donc, nous devons également travailler dur pour rester dans le match. Comme toujours, les qualifications joueront un rôle crucial. Je serai de nouveau dans le premier groupe, ce qui n’est sans doute pas un avantage - mais même à partir de là, il est possible d’être en Super Pôle et c’est même notre objectif principal, pour que nous puissions avoir une position de départ optimale pour la course. "

Après avoir terminé six courses consécutives dans les points, Daniel Abt, pour des raisons techniques lors de la dernière course à Rome, est rentré à la maison les mains vides pour la première fois de la saison. «Cela a été considéré comme une expérience. Vous avez des jours comme ceux-ci dans la formule E ; Parfois, ce n’est tout simplement pas de notre ressort », déclare Daniel Abt, qui anticipe : « Nous savons que nous avons ce qu’il faut et que nous devons simplement faire mieux à Paris. La course est très serrée et tout est encore ouvert dans le championnat. Pour moi, cette course est l'un des points forts : un endroit magnifique au cœur de la ville. C’est exactement ce qui rend la Formule E si spéciale !"

Outre l'équipe Audi Sport ABT Schaeffler, les clients d'Envision Virgin Racing avec Sam Bird et Robin Frijns courent avec l'e-tron FE05, développée conjointement par Audi et son partenaire technologique Schaeffler. L’équipe britannique est actuellement en deuxième position du classement des équipes.

La huitième manche de la saison de Formule E débutera à Paris le Samedi 27 Avril à 16 heures, heure locale, et durera, comme d'habitude, 45 minutes plus un tour. Comme toujours, Eurosport assurera une diffusion en direct de la course. Toutes les chaînes internationales, y compris les horaires de diffusion, sont disponibles en ligne sur www.fiaformulae.com.

Communiqué de presse (18/04/19)

L’Audi A7 est élue la « Voiture de Luxe de l’Année 2019 »

• Audi remporte un prix prestigieux • Le dixième prix Voiture de l’Année pour le constructeur d’Ingolstadt • Membre du Comité de Direction du Développement Technique d’Audi AG, Hans-Joachim Rothenpieler : « C’est un grand honneur pour Audi de gagner le prix « Voiture de Luxe de l’Année » deux fois d’affilée. » L’Audi A7 Sportback est élue « Voiture de Luxe de l’Année 2019 ». L’A7 Sportback est la seconde Audi à remporter ce prix après la victoire de l’Audi A8 l’année dernière. Les prix étaient décernés hier au Salon Automobile International de New York.

Le jury, composé de 86 membres de 24 pays, ont voté pour élire l’Audi A7 Sportback comme la meilleure voiture de luxe sur le marché international. C’est la dixième victoire pour Audi dans l’une des catégories Voiture de l’Année.

« C’est un grand honneur pour Audi de gagner le prix « Voiture de Luxe de l’Année » deux fois d’affilée, » déclare Hans-Joachim Rothenpieler, Membre du Comité de Direction du Développement Technique d’Audi AG. « Nous sommes très fiers de ce prix car il démontre la capacité d’Audi à développer les meilleures voitures premium dans plusieurs catégories. »

Le design d’un coupé, la taille d’une berline, et la polyvalence d’une Avant – la nouvelle Audi A7 Sportback combine le meilleur de ces 3 aspects. C’est un nouveau style de Gran Turismo, offrant une digitalisation systématique, une expérience de conduite dynamique, et un concept d’espace qui répond à un large éventail d’exigences de la clientèle.

Les victoires d’Audi

2005

Audi A6

Meilleure Voiture de l’Année

2007

Audi RS4

Audi TT

Meilleure Sportive

Meilleur Design

2008

Audi R8

Audi R8

Meilleure Sportive

Meilleur Design

2010

Audi R8 V10

Meilleure Sportive

2014

Audi A3

Meilleure Voiture de l’Année

2016

Audi R8

Meilleure Sportive

2018

Audi A8

Meilleure Voiture de Luxe

2019

Audi A7 Sportback

Meilleure Voiture de Luxe

 

Données de consommation :

Audi A7

Consommation mixte combinée en l/100km : 4,4-7,3 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 122-167 ; Les chiffres sur la consommation et les émissions de CO2 varient selon le type de combinaison jantes/pneus.

Audi A8

Consommation mixte combinée en l/100km : 5,6 –7,9; émissions de CO2 combinées en g/km : 148-181 ; Les chiffres sur la consommation et les émissions de CO2 varient selon le type de combinaison jantes/pneus.

La consommation de carburant et les émissions de CO2 dépendent des pneus/roues utilisés ainsi que de l’équipement choisi.

- Fin -

Communiqué de presse (17/04/19)

Les modèles Audi S5 désormais dotés d’un moteur TDI

• Puissant moteur 3.0 TDI avec 255 kW (347 ch) de puissance et 700 Nm de couple • Technologie hybride légère 48 volts et compresseur électrique • Une combinaison idéale d’efficience et de sportivité Pour la toute première fois, l’Audi S5 est dotée d’un moteur V6 diesel sous le capot. Le moteur 3.0 TDI de la S5 Coupé TDI et de la S5 Sportback TDI (Consommation de carburant combinée en L/100 km pour les deux modèles : 6,2* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 161-163 g/km*) produit 255 kW (347 ch) de puissance et délivre jusqu’à 700 Nm de couple au vilebrequin. Un compresseur électrique assure d’excellentes performances dès le démarrage, tandis qu’un système hybride léger améliore l’efficience. Cette combinaison de puissance, de couple et d’efficacité fait de la S5 un modèle unique sur son segment.

Le moteur 3.0 TDI : un couple impressionnant

Le moteur 3.0 TDI des modèles S5 est la version la plus puissante de la gamme de moteurs Audi V6 diesel. Il affiche une combinaison de performance et d’efficience unique sur ce segment. La puissance est de 255 kW (347 ch) et le couple de 700 Nm est disponible entre 2 500 et 3 100 tr/min. Malgré des performances significativement meilleures, la consommation NEDC dérivée des valeurs WLTP de la S5 Coupé TDI et de la S5 Sportback TDI est seulement de 6,2 litres de diesel aux 100 kilomètres, avec un équivalent de 161 grammes de CO2 par kilomètre. Les nouveaux modèles S consomment en moyenne 19% de carburant en moins que leurs devancières à moteur essence, tout en produisant beaucoup plus de couple.

Le moteur diesel six cylindres permet à la S5 Coupé de réaliser le 0 à 100 km/h en 4,8 secondes, contre 4,9 secondes pour la S5 Sportback. La vitesse maximale limitée électroniquement est de 250 km/h. Avec ces caractéristiques, le moteur V6 diesel est l’unité de puissance idéale pour une agilité et une spontanéité optimales, une faible consommation de carburant et une grande autonomie. De plus, il est très doux tout en produisant un son sportif.

Le moteur des modèles S TDI est doté du compresseur électrique et de la technologie hybride légère d’Audi (MHEV). Les deux systèmes sont intégrés au système électrique principal de 48 volts standard. Pour la première fois, un S5 TDI est doté d’un puissant alterno-démarreur 48 volts, qui constitue le cœur du système hybride léger avec une puissance maximale de récupération de jusqu’à 8 kW. Un convertisseur DC/DC permet d’abaisser cette tension pour les composants du système électrique 12 volts. Une batterie compacte au lithium-ion à refroidissement par air, d’une capacité de 0,5 kW et située sous le coffre, fait office de centrale de gestion de l’énergie.

Le compresseur électrique : une assistance rapide pour le turbocompresseur

Le compresseur électrique de l’Audi S5 TDI est une nouveauté sur ce segment. Il se trouve dans une dérivation en aval de l’intercooler, donc proche du moteur. De l’extérieur, le compresseur ressemble à un turbocompresseur conventionnel. Néanmoins, un moteur électrique compact remplace la turbine. Avec une puissance de 7 kW, il pousse la roue du compresseur à 65 000 tr/min en quelque 300 millisecondes. Il est actionné lorsque le conducteur a besoin de puissance, mais qu’il y a peu d’énergie disponible dans les gaz d’échappement pour actionner la roue du compresseur. Dans ce cas, la soupape de dérivation se ferme et dirige l’air d’admission vers le compresseur électrique. L’air comprimé circule directement vers la chambre de combustion. Cela permet au conducteur de bénéficier instantanément de toute la puissance du 3.0 TDI même à basse vitesse, que ce soit lors d’un dépassement ou pendant une accélération en sortie de virage. Étant donné que la technologie booste le couple à bas régime, elle permet au moteur de tourner moins vite et évite au conducteur d’avoir à rétrograder lors d’une conduite décontractée. Au démarrage, les nouveaux modèles S gagnent plusieurs mètres sur les véhicules comparables sans compresseur électrique.

Technologie MHEV : récupération ou roue libre

Le système hybride léger des modèles S, également intégré au nouveau système électrique de 48 volts, a la capacité de réduire la consommation de carburant de 0,4 litre aux 100 kilomètres. À l’extrémité du 3.0 TDI se trouve un alterno-démarreur à refroidissement liquide, relié au vilebrequin via une courroie Poly-V à charge élevée. L’alterno-démarreur génère une puissance de récupération jusqu’à 8 kW et 600 Nm de couple. Il interagit étroitement avec le moteur TDI qui, dans de nombreuses situations, peut être actionné au plus près de son point de charge idéal, augmentant ainsi l’efficience.

Si le conducteur lève le pied de l’accélérateur alors qu’il roule à une vitesse comprise entre 55 et 160 km/h, la voiture peut avancer en roue libre pendant 40 secondes maximum, le moteur complètement éteint. Pendant ce temps, la batterie au lithium-ion continue à fournir de l’électricité. Le système de gestion du moteur décide dans chaque situation si la voiture doit avancer en roue libre ou récupérer de l’énergie cinétique, selon ce qui est le plus efficient. Pour prendre cette décision, il utilise les informations du système de navigation et les capteurs à bord. L’énergie récupérée par l’alterno-démarreur pendant la circulation en roue libre et le freinage retourne dans l’unité de stockage de 48 volts ou directement dans les éléments qui consomment de l’énergie.

Le système hybride léger réduit la consommation de carburant, mais il offre également plus de confort et de commodité. Le démarreur conventionnel n’est utilisé que pour démarrer la voiture à froid, quand l’huile de moteur froide a besoin de beaucoup de force. Ensuite, quand le conducteur appuie sur la pédale d’accélérateur après une phase de roue libre ou d’arrêt, c’est l’alterno-démarreur qui redémarre le moteur à combustion de façon très douce ou très rapide, selon les souhaits du conducteur et la situation. La fonction start-stop s’active dès 22 km/h. Quand il est arrêté, le moteur redémarre dès que la voiture de devant commence à bouger, même si la pédale de frein est enfoncée.

Le moteur : généreux en couple et efficient

Le moteur 3.0 TDI est un moteur high-tech. Sa puissance est de 255 kW (347 ch) et son couple maximal de 700 Nm est disponible entre 2 500 et 3 100 tr/min. Son système d’injection directe à rampe commune injecte le carburant à une pression allant jusqu’à 2 500 bars. Le vilebrequin, les pistons, les bielles et la gestion de l’huile ont été conçus pour répondre à un besoin de haute performance, et des mesures sophistiquées ont été adoptées pour réduire la friction dans le vilebrequin et l’arbre à cames. Le système de gestion thermique comprend des circuits de refroidissement séparés pour le carter et les culasses, de sorte que l’huile de moteur chauffe rapidement après un démarrage à froid. Le liquide de refroidissement est distribué au refroidisseur d’huile, au liquide de refroidissement, à l’alterno-démarreur et au carter du turbocompresseur selon les besoins.

Le grand turbocompresseur génère jusqu’à 3,4 bars de pression de charge absolue. Sa géométrie de turbine variable est optimisée pour un débit avec peu de perte. Le système de recirculation des gaz d’échappement à faible pression externe draine les gaz d’échappement en aval du filtre à particules, de sorte que le flux de masse puisse alimenter le compresseur, augmentant significativement son efficience.

Sur de nombreux marchés en dehors de l’Europe, Audi propose les modèles S5 avec un moteur différent, le 3.0 TFSI. Le moteur turbo à essence à injection directe, qui n’est pas équipé du compresseur électrique, offre une puissance de 260 kW (354 ch) et produit 500 Nm de couple entre 1 370 et 4 500 tr/min. Ces modèles sont également dotés de la transmission quattro et d’une boîte tiptronic à 8 rapports.

La boîte tiptronic à 8 rapports : souple et ultra rapide

Le moteur 3.0 TDI transmet sa puissance à une boîte tiptronic à 8 rapports souple et ultra rapide. Les rapports inférieurs sont courts et sportifs, tandis que les rapports supérieurs sont longs afin de limiter le régime moteur et la consommation de carburant. Le conducteur peut laisser la transmission automatique du convertisseur de couple travailler de façon autonome ou la contrôler activement, auquel cas les commandes du conducteur sont transmises de façon électrique. La séquence de changement de rapport et la logique de connexion sont optimisées pour le développement rapide de la traction. Le système de contrôle de la transmission évite les changements de vitesse inutiles dans les situations de start and stop.

De nouvelles solutions améliorent les interactions entre la boîte tiptronic et le système hybride léger. Un embrayage dans la transmission centrale interrompt la puissance lorsque la voiture roule et que le moteur est peu sollicité ou éteint. Quand la voiture est en roue libre, une pompe à huile électrique indépendante du moteur à combustion permet d’activer le rapport requis lors du redémarrage. D’autres modules technologiques contribuent à l’efficience. L’amortisseur de torsion dans le convertisseur de la boîte tiptronic comprend un amortisseur qui s’adapte au régime, ce qui atténue considérablement les vibrations du moteur V6 diesel générées lorsque le moteur tourne très lentement.

Transmission intégrale quattro permanente avec différentiel central à verrouillage automatique

Le système de transmission intégrale quattro permanente transfère la puissance du moteur de la boîte tiptronic à 8 rapports aux roues. Au cœur de la transmission de l’Audi S5 Coupé TDI et de l’Audi S5 Sportback TDI se trouve un différentiel central à verrouillage automatique, qui répartit le couple selon un ratio de 40:60 entre les essieux avant et arrière. Si une roue n’offre plus de traction, le différentiel envoie la majorité de la puissance à l’essieu avec la meilleure adhérence ; à l’extrême, 70% du couple peuvent être orientés vers les roues avant et 85% vers les roues arrière.

Pendant la conduite sportive, le contrôle du couple au volant, une fonction logicielle du correcteur électronique de trajectoire (ESC), perfectionne la tenue de route : il fait ralentir les deux roues à la charge réduite à l’intérieur d’un virage, légèrement avant qu’elles commencent à patiner. La différence entre les forces de propulsion des roues fait que la voiture tourne très légèrement dans le virage, rendant la tenue de route encore plus précise, agile et stable.

quattro avec différentiel sport

Le différentiel sport en option améliore encore la tenue de route. Dans les virages dynamiques, le différentiel sport pousse littéralement la voiture dans le virage, évitant ainsi qu’elle ne sous-vire. Lorsque la voiture tourne ou accélère dans un virage, la majorité du couple est distribué à la roue arrière extérieure. Dans les virages sportifs, le différentiel sport veille à ce que les commandes de transmission soient exécutées de façon stable et précise, ce qui assure une agilité exceptionnelle. Son intégration dans le système de sélection du mode de conduite Audi drive select permet également au conducteur de choisir entre plusieurs configurations du différentiel sport.

Suspension sport : en option avec ou sans l’amortissement contrôlé à réaction rapide

La suspension sophistiquée contribue à la dynamique des modèles S. Les essieux avant et arrière sont des structures à cinq branches principalement fabriquées en aluminium. Deux sous-structures relient les maillons à la carrosserie. La voie est de 1 587 millimètres à l’avant et de 1 587 millimètres à l’arrière. La version Coupé affiche un empattement de 2 765 millimètres contre 2 825 millimètres pour la version Sportback.

Avec un rapport de 15,9:1, la direction est directe et comprend un système d’assistance spécifique aux modèles S. Elle filtre les éléments intrusifs de la route tout en transmettant des informations utiles au volant. Audi offre également la direction dynamique en option. Ce système utilise un dispositif de superposition pour faire varier son rapport jusqu’à 100 % selon la vitesse de la voiture et le mode sélectionné dans le système de sélection du mode de conduite Audi drive select. À la limite de braquage, la direction dynamique stabilise la voiture grâce à une réaction extrêmement rapide.

En option, Audi offre l’amortissement contrôlé, dans lequel des soupapes électromagnétiques régulent le flux d’huile. Peu gourmandes en énergie, les voitures ne développent une puissance élevée que si les soupapes sont fermées afin de renforcer les amortisseurs. Ainsi, la tenue de route oscille entre souple et ferme.

L’unité de contrôle électronique du châssis (ECP) intervient en quelques millisecondes sur les suspensions. L’unité de contrôle high-tech collecte des informations complètes sur le mouvement de la voiture et les données des systèmes de contrôle du châssis concernés. À partir de là, elle calcule rapidement et coordonne précisément le fonctionnement optimal de ces composants. Outre les amortisseurs contrôlés, la plateforme de châssis électronique contrôle également le différentiel sport. Ce dernier, ainsi que la direction dynamique, sont intégrés dans le système de sélection du mode de conduite Audi drive select, qui gère également le boîtier papillon, la boîte tiptronic, la direction assistée et d’autres modules technologiques. Le conducteur peut les régler en faisant son choix entre les modes « confort », « auto », « dynamique », « efficience » et « individuel » (uniquement avec le système de navigation MMI).

De série, la S5 Coupé et la S5 Sportback sont dotées de roues de 18 pouces et de pneus 245/40. En option, elles peuvent être équipées de roues de 19 pouces et de pneus 255/35. Audi sport, enfin, propose les plus grandes roues pour les deux modèles S5 TDI : des roues de 20 pouces et des pneus 265/30, accompagnés de freins également grands et puissants. Les disques ventilés de l’essieu avant mesurent 375 millimètres de diamètre. Ils sont enserrés par des étriers de freins à six pistons noirs (ou rouges, en option) ornés de logos S. Le correcteur électronique de trajectoire (ESC) est extrêmement précis et le conducteur peut le désactiver partiellement ou complètement.

Le design : sportif

De grandes surfaces, des bords aiguisés et un fascinant jeu de lumières et d’ombres : le design extérieur de la S5 est intégré dans l’identité stylistique innovante d’Audi. La ligne d’épaule continue qui, sur la S5 Coupé et la S5 Sportback, entoure les passages de roues de façon dynamique, évoque visuellement la transmission intégrale quattro permanente.

La calandre Singleframe, large et basse, comprend des lamelles en aluminium en trois dimensions et est entourée de phares LED de série. Le pare-choc avant est en trois dimensions et présente des contours très marqués. Des boucles en forme de U structurent les grandes admissions d’air pentagonales, qui sont partiellement remplies de grilles alvéolées. Des ouvertures séparées sur les côtés guident une partie de l’air vers les passages de roues, qui passe devant les roues pour une meilleure aérodynamique. Une lame horizontale aspect aluminium dans le pare-choc forme le bord inférieur de l’avant du véhicule.

Vus du côté, les rétroviseurs extérieurs, avec leurs boîtiers aluminium, et les bas de caisse aux contours marqués attirent particulièrement l’œil. La S5 Coupé et la S5 Sportback comprennent un spoiler intégré dans le hayon. Les phares arrière LED avec clignotants dynamiques sont de série. Le diffuseur noir titane encadre les deux sorties d’échappement chrome du système d’échappement. Neuf coloris de carrosserie sont disponibles, notamment gris Quantum, gris Daytona et bleu Turbo.

Le caractère sportif et cultivé des modèles S se retrouve également à l’intérieur, dont le design se caractérise par des lignes horizontales. Une large bande d’aérations, un élégant panneau de climatisation et une grande surface décorative définissent le tableau de bord. Avec les sièges arrière baissés, le coffre de l’Audi S5 Sportback TDI offre une capacité de jusqu’à  1300 litres. Les modèles S5 sont également disponibles avec un capteur électrique pour le hayon en option.

Du pavillon aux tapis, l’intérieur est dominé par le noir. La housse des sièges, en option avec des surpiqûres contrastantes, est disponible dans une combinaison cuir/Alcantara ou en nappa fin, le plus haut de gamme. Les clients peuvent faire leur choix entre du noir, du gris rotor et du rouge magma (uniquement pour le nappa fin). Les sièges sport avec logo S embossés sont de série. Des sièges sport aux contours marqués, avec appuie-têtes intégrés et fonction massage sont disponibles en option. L’écran MMI affiche un écran d’accueil avec un logo S5 lorsque le conducteur allume le moteur. Les bandes illuminées sur les bas de caisse, le volant en cuir sport multifonctions plus et le couvercle du levier de la boîte tiptronic portent le logo S avec un motif losange rouge. Les pédales et le repose-pied sont en acier inoxydable ; les appliques sont en aluminium brossé mat ou, en option, en carbone Atlas.

Commandes et infotainment : bien connectés et informés

Le système MMI à bord des modèles S5 offre une logique de contrôle ultra moderne. Avec ses hiérarchies plates, il rappelle les smartphones modernes, y compris avec la fonction de recherche avec saisie de texte libre intelligente. La fonction de commande vocale est capable de reconnaître les discours du quotidien. Le virtual cockpit d’Audi, en option (disponible en conjonction avec le MMI navigation plus), présente toutes les informations clés sur son écran de 12,3 pouces. Le conducteur peut faire son choix entre trois modes : en mode S, le compte-tours est au centre de la scène. L’affichage tête haute en option projette les informations importantes sur le pare-brise sous la forme de symboles et de chiffres.

Le système d’infotainment des modèles S est modulaire, avec MMI navigation plus doté de MMI touch, et un écran de 8,3 pouces pour le plus haut de gamme. Le bouton rotatif comprend un pavé tactile permettant de zoomer, de faire glisser et de saisir des caractères. Le système comprend le module Audi connect, qui relie la voiture à Internet via LTE et intègre un hotspot Wi-Fi. C’est lui qui délivre les nombreux services Internet Audi connect à la voiture, des informations sur la circulation aux fonctions distantes. L’application gratuite myAudi permet de connecter un smartphone à la voiture.

La phone box Audi, en option, connecte les smartphones à l’antenne embarquée grâce à un couplage de champ proche et les charge de façon inductive selon la norme Qi. Les fans de hi-fi particulièrement exigeants peuvent choisir le système de son Bang & Olufsen avec son 3D. L’interface pour smartphones d’Audi fait entrer Apple CarPlay et Android Auto dans la voiture, respectivement pour les téléphones iOS et Android.

Les systèmes d’assistance à la conduite : confort et sécurité

La S5 Coupé TDI et la S5 Sportback TDI rendent la conduite encore plus détendue et confortable, avec une large gamme de systèmes d’assistance à la conduite. Certaines des solutions sont des fonctions standard. Les systèmes en option peuvent être commandés seuls ou dans le cadre des packs « stationnement », « ville » et « route ». Parmi eux, on trouve l’adaptive cruise assist, qui comprend l’assistant d’embouteillage, l’assistant anticollision, l’assistant de virage et l’alerte de trafic transversal arrière.

Les modèles Audi S5 avec moteurs TDI seront disponibles sur le marché européen à partir de mai 2019. En Allemagne, le prix de départ de la S5 Coupé TDI et la S5 Sportback TDI est de 65 300 euros. De série, elles comprennent les options populaires de l’Audi A5, d’une valeur de quelque 7 000 euros : phares LED avec clignotants dynamiques, suspension S sport avec suspension et amortisseurs précis, roues de 18 pouces, sièges sport à commande électrique à l’avant en cuir Alcantara, avec logo S embossé et chauffage des sièges, et pare-chocs aux contours sportifs.

– Fin –

Les valeurs de consommation et d’émissions indiquées ont été déterminées selon les procédures de mesure prévues par la loi. Depuis le 1er septembre 2017, certains nouveaux véhicules sont déjà approuvés conformément à la Procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (WLTP), une procédure de tests pour l’évaluation de la consommation de carburant et d’émissions de CO2 plus réaliste. Depuis le 1er septembre 2018, la norme WLTP remplace progressivement le Nouveau cycle européen de conduite (NEDC). En raison de conditions de test plus réalistes, la mesure selon la norme WLTP donne une consommation de carburant et des émissions de CO2 plus élevées que celle effectuée selon le NEDC.  Vous trouverez plus d’informations sur les différences entre WLTP et NEDC sur www.audi.fr/wltp.

Pour l’instant, il est toujours obligatoire de fournir les valeurs NEDC. Dans le cas des nouveaux véhicules pour lesquels l’approbation a été réalisée en utilisant la norme WLTP, les valeurs NEDC sont dérivées des valeurs WLTP. Les valeurs WLTP peuvent être fournies sur la base du volontariat jusqu’à ce qu’elles deviennent obligatoires. Si les valeurs NEDC sont indiquées sous la forme d’une fourchette, elles ne font pas référence à un véhicule spécifique et ne constituent pas un élément de l’offre. Elles sont fournies simplement à des fins de comparaison entre les différents types de véhicules. D’autres équipements et accessoires (pièces détachées, tailles des pneus, etc.), peuvent modifier les paramètres du véhicule tels que le poids, la résistance de roulement et l’aérodynamique et, comme la météo, les conditions de circulation et le style de conduite, influencer la consommation électrique d’un véhicule, les émissions de CO2 et les chiffres de performances.

Pour en savoir plus sur les chiffres de consommation de carburant et les émissions de CO2 spécifiques officielles des nouvelles voitures de tourisme, vous pouvez consulter le « Guide sur les économies de carburant, les émissions de CO2 et la consommation énergétique des nouveaux modèles de véhicules de tourisme » [en anglais], disponible gratuitement chez tous les concessionnaires et auprès de la DAT Deutsche Automobil Treuhand GmbH, Hellmuth-Hirth-Str. 1, D-73760 Ostfildern, Allemagne et sur www.dat.de.

Communiqué de presse (15/04/19)

La mobilité dans les mégapoles : l’Audi AI:ME

• Vision de la citadine autonome du futur • Peu d’espace sur la route, beaucoup de confort • Un refuge high-tech aux heures de pointe Ingolstadt/Shanghai, le 16 avril 2019 - Au Salon de l’automobile de Shanghai 2019, Audi présente un concept de mobilité visionnaire imaginé pour les mégapoles du futur : le show car, baptisé Audi AI:ME, présente des dimensions compactes et un intérieur spacieux et futuriste. Il est doté d’un système de conduite autonome de niveau 4, si bien que ses occupants peuvent faire ce qu’ils veulent pendant leur temps à bord. L’Audi AI:ME offre un large éventail de fonctionnalités high-tech pour la communication, le divertissement ou tout simplement la relaxation.

Les lignes de l’Audi AI:ME sont la preuve qu’émotion et habitabilité peuvent créer une synthèse parfaite dans une voiture électrique compacte. Le nom AI:ME évoque la relation que le véhicule entretient avec l’Audi AIcon, le concept de voiture autonome pour les longues distances présenté en 2017. Le lien entre les lignes et le concept de ces deux véhicules deviendra évident à Shanghai, où l’AIcon sera installée aux côtés de la toute nouvelle voiture, présentée pour la première fois au stand Audi d’Auto Shanghai 2019.

Le concept : architecture compacte, transmission électrique

Avec une longueur de 4,30 mètres et une largeur de 1,90 mètre, l’Audi AI:ME prend à peu près le même espace sur la route qu’une voiture compacte actuelle. Néanmoins, son empattement de 2,77 mètres et sa hauteur de 1,52 mètre témoignent de dimensions intérieures dignes d’un véhicule de catégorie supérieure. Cela est rendu possible par l’architecture de la transmission électrique, dépourvue d’arbre de transmission, ce qui permet que les porte-à-faux soient courts et que l’intérieur soit spacieux. L’unité motrice, positionnée sur l’essieu arrière, offre 125 kW (170 ch).

Pour les occupants, le pack de transmission compact offre beaucoup d’espace disponible, de confort spatial et une grande polyvalence. L’Audi AI:ME est conçue comme une voiture à 2 places plus x, qui peut être aménagée selon diverses configurations pour laisser la place aux sièges ou au chargement. Les sièges individuels de l’avant seront utilisés pour la plupart des trajets, mais la voiture offre de l’espace pour jusqu’à quatre personnes à l’avant et sur la banquette arrière si nécessaire.

Audi AI : en route vers la mobilité automatisée

Audi AI:ME et Audi AIcon : deux concept cars dont le nom fait référence à la toute nouvelle abréviation en deux lettres sous laquelle Audi regroupe un ensemble complet de technologies mobiles innovantes. Audi AI est le code désignant un éventail de systèmes électroniques qui déchargent les conducteurs et leur offrent la possibilité d’occuper différemment leur temps en voiture. Pour cela, Audi AI utilise également des stratégies et des technologies issues du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique. Audi AI combine aussi l’intelligence artificielle pour l’automobile, qui permet la conduite autonome, et l’intelligence des interactions, qui transforme le véhicule en partenaire pour les occupants. Le nom Audi AI:ME fait donc déjà le lien entre l’intelligence artificielle (« AI » selon le sigle en anglais) et les utilisateurs.Les systèmes Audi AI sont capables d’apprendre et de réfléchir tout en étant proactifs et personnels. Grâce à Audi AI, à l’avenir, les modèles du constructeur d’Ingolstadt sauront faire preuve à la fois d’intelligence et d’empathie. Ils pourront continuer à interagir avec leur environnement et leurs passagers, et sauront ainsi s’adapter mieux que jamais aux contraintes des personnes se trouvant à bord.

Conduite automatisée de niveau 4 : parcourez la ville en toute tranquillité

Si la conduite automatisée est déjà bien établie dans le secteur du transport ferroviaire et de l’aviation, elle en est encore au seuil de la faisabilité dans le transport automobile avec la conduite autonome. L’Audi AI:ME est conçue pour être utilisée en ville et pour la conduite à ce que l’on appelle le niveau 4. C’est le deuxième niveau le plus haut sur une échelle internationale normalisée d’automatisation. Même si les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple les autoroutes ou les zones spécialement équipées dans les villes. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite autonome. À la différence de l’Audi AIcon,
un véhicule de niveau 5 entièrement autonome, l’Audi AI:ME est donc équipée du traditionnel volant et de pédales.

Cela signifie qu’à l’avenir, la voiture sera autonome dans une zone de trafic définie équipée de l’infrastructure correspondante. L’autorégulation et l’autocontrôle des flux de circulation permettent au véhicule de s’insérer dans le trafic de façon fluide et d’éviter les accélérations longitudinales ou latérales. Ainsi, les occupants de la voiture peuvent se détacher mentalement de la circulation autour d’eux.

L’intérieur : un refuge de luxe et un centre de commande high-tech

Audi AI modifie fondamentalement la façon dont les automobiles sont utilisées et améliore considérablement le temps passé à bord. La voiture devient de plus en plus un « troisième espace de vie », en plus de nos foyers et de nos lieux de travail. Cela explique pourquoi les designers d’Audi n’ont pas subordonné l’intérieur de l’Audi AI:ME à la forme de la carrosserie. Ils ont même fait le contraire : ils ont accordé la priorité à l’intérieur et ont conçu le véhicule autour. Ici, l’accent est moins mis sur la connexion traditionnelle entre le conducteur et le véhicule (volant, instruments, pédales) et plus sur le temps passé dans le véhicule autonome. C’est pourquoi les éléments de commandes se rétractent dans une chorégraphie élégante et sophistiquée et sont ensuite presque complètement dissimulés par un compartiment de stockage avec une surface en noyer à pores ouverts.

De façon générale, l’espace de rangement deviendra plus important qu’avant dans les véhicules autonomes.
Dans l’Audi AI:ME, de grandes zones à la fois sur la surface du cockpit et entre les sièges avant dissimulent un autre détail innovant : des aimants font office de porte-gobelet et permettent de maintenir des gobelets ou des assiettes en place. Les occupants pourront ainsi profiter d’un repas tout en circulant à bord de l’Audi AI:ME automatisée.

Quoi qu’ils fassent, les passagers trouveront toujours une position confortable. Les sièges avant sont inspirés d’un fauteuil de salon classique et sont dotés d’un siège coussiné large et confortable, tapissé d’un textile dans des teintes de gris chaudes. Les dossiers sont conçus comme des coquilles courbées qui ne sont reliées au coussin du siège que par un support vertical. Quand le conducteur n’a pas besoin des pédales, il peut reposer ses pieds sur les supports situés sous le tableau de bord, comme sur une méridienne. Sur la banquette arrière, qui s’étend jusqu’aux sections latérales de la voiture, les occupants peuvent adapter la position de leur siège presque comme ils le veulent.

L’angle horizontal des grandes fenêtres est un élément important de la section latérale, récupéré de l’Audi AIcon. Il offre un avantage ergonomique évident pour les occupants : il favorise la liberté de mouvement du bras posé sur la porte et agrandit visuellement la taille de l’intérieur.

Le véhicule et les systèmes de communication et d’interaction sont opérés au moyen du suivi du regard, de la commande vocale et des champs tactiles dans le rail de porte. Ils sont parfaitement positionnés en termes d’ergonomie et sont normalement intégrés dans la surface, ce qui les rend invisibles. L’éclairage n’est activé qu’à l’approche et guide le regard de l’utilisateur vers les surfaces fonctionnelles.

Un écran OLED 3D multifonctions, qui s’étend sur toute la longueur sous le pare-brise, est utilisé principalement en dialogue avec la commande avec suivi du regard. Les menus avec fonctions codées terminologiquement, par exemple pour la navigation ou l’infotainment, peuvent être activés avec l’œil, puis s’ouvrir sur plusieurs niveaux.

Un masque de VR présent à bord permet de visualiser le système d’infotainment. Il transforme l’utilisation d’Internet, les films ou même le gaming interactif en une expérience fascinante pour les passagers. Audi a démontré les possibilités que réserve l’avenir avec son système Holoride au CES 2019, à Las Vegas. Ici, le mouvement du véhicule est détecté par un système de capteur, puis intégré de façon interactive dans l’action visuelle d’un jeu. Les passagers ont littéralement l’impression d’être au cœur de l’action.

Pour ses occupants, l’Audi AI:ME n’est pas qu’un simple moyen de transport, mais un lieu à l’ambiance luxueuse offrant de nombreuses fonctions high-tech. La voiture constitue aussi un filtre, qui tient le trafic tout autour à distance. En effet, le système audio de haute qualité est associé à une compensation des bruits, qui peut complètement supprimer le bruit extérieur grâce à un contrôle actif. Cela permet aux occupants de profiter d’un silence méditatif ou d’écouter de la musique avec un son d’une qualité digne d’un concert.

En termes de matières, les surfaces et structures sont inspirées de l’univers du foyer. Des textiles haute qualité, dont certains sont fabriqués en produits recyclés, du bois et du Corian, un matériau minéral composite sur les pavés tactiles des rails de portes, confèrent au véhicule éminemment technique une touche confortable et luxueuse. L’intérieur doit son ambiance spéciale à la tension entre les éléments naturels et technologiques. Les grandes vitres latérales et le toit rendent l’intérieur lumineux et transparent. La commande électrochromatique peut empêcher la lumière et la chaleur d’entrer, si nécessaire, et protéger l’intérieur avec les vitres teintées. Des baguettes en bois filigrané dans la zone du toit créent une pergola au-dessus de l’habitacle. 

La présence de véritables plantes à l’intérieur de l’automobile est une première. La végétation, que l’on trouve rarement dans les environnements urbains hostiles, donne aux occupants une impression de proximité avec la nature et contribue à améliorer la qualité de l’air dans la voiture. Une technologie de filtre sophistiquée empêche les odeurs de la circulation et de la ville d’entrer dans l’habitacle de
l’Audi AI:ME.

Des systèmes qui déterminent les niveaux de stress des paramètres vitaux contribuent également au bien-être des occupants. Des algorithmes intelligents permettent à l’Audi AI:ME de mieux connaître le conducteur et d’améliorer ses options de façon spécifique.

L’extérieur : un nouveau visage dans la foule

L’Audi AI:ME est immédiatement reconnaissable, même dans le rétroviseur : l’avant se caractérise par une calandre Singleframe hexagonale, à la forme et à la surface typiques d’une Audi électrique. L’architecture de la carrosserie est totalement nouvelle chez Audi. Néanmoins, lorsque l’on s’approche, on remarque des liens avec le concept car Audi AIcon présenté en 2017. Malgré les proportions complètement différentes, on repère clairement des similitudes dans la précision des graphismes et la longue arche de la ligne de toit. Mais le lien principal entre les deux véhicules autonomes est l’angle très marqué au niveau des vitres latérales.

L’extérieur diffère grandement de celui de ses principales concurrentes. L’Audi AI:ME affiche un design alternatif ciblé. Très affirmés, les passages de roues proéminents typiques et les formes surprenantes des vitres créent une forme générale très puissante émotionnellement. Prenant peu de place sur la route, avec sa longueur de 4,30 mètres et sa largeur de 1,90 mètre, l’Audi AI:ME correspond au segment des voitures compactes. Grâce à sa hauteur de 1,52 mètre les occupants peuvent facilement s’installer dans le véhicule et ont beaucoup d’espace au-dessus de la tête. Les grandes portes latérales, qui s’ouvrent dans des directions opposées et sont fixées à l’avant et à l’arrière, facilitent aussi l’entrée dans la voiture. Néanmoins, l’Audi AI:ME ne présente pas l’apparence d’un van cubique. Au contraire, elle dégage beaucoup de dynamisme, même à l’arrêt. De grandes roues de 23 pouces amplifient son style.

L’éclairage : voir et être vu

Avec les voitures autonomes du futur, les phares auront, au mieux, un travail à temps partiel, puisque le conducteur sera occupé à faire autre chose que conduire et aura rarement besoin que la route soit bien éclairée. C’est donc une autre fonction de l’éclairage qui prend un rôle important ici : communiquer avec les autres utilisateurs de la route. L’Audi AIcon a déjà montré comment les surfaces lumineuses à matrice digitale pouvaient utiliser les graphismes en mouvement pour envoyer des signaux faciles à comprendre selon les conditions de conduite et, bien sûr, pour marquer le véhicule en lui-même.

L’AI:ME entraîne cette approche un cran plus loin : quand les usagers de la route sont très proches les uns des autres, ce qui est souvent le cas en ville, les phares sont peu visibles dans leur position traditionnelle. C’est pour cela que les concepteurs de l’éclairage Audi ont intégré des éléments LED à un endroit inhabituellement haut dans la carrosserie, au-dessus des passages de roues, où ils sont visibles depuis tous les angles. Cette communication à 360 degrés est une fonctionnalité de sécurité supplémentaire importante pour les piétons ou les cyclistes.

Comme dans l’AIcon, les unités LED à l’avant et les micro projecteurs de matrice peuvent utiliser des symboles facilement identifiables pour indiquer aux piétons quand l’AI:ME les laisse traverser la route. Les graphismes sont alors projetés sur la route ou un mur. Cette fonction est également utilisable pour illuminer l’espace de la porte, afin que les occupants puissent entrer dans le véhicule ou en sortir en toute sécurité, mais aussi pour marquer le véhicule pour les autres usagers de la route. Les projecteurs de matrice constituent également une sécurité supplémentaire pour les autres usagers de la route, dont les phares sont moins puissants puisqu’ils illuminent automatiquement leur entourage.

L’Audi AI:ME comprend une autre innovation : elle peut interpréter des signaux d’autres véhicules et utiliser sa propre technologie d’éclairage pour les amplifier si cela est bénéfique pour les alentours. Exemple :
un véhicule situé devant signale un danger avec des feux de détresse faibles. L’AI:ME est alors capable de détecter ce signal et de l’amplifier avec des projections et les unités LED de la carrosserie pour qu’il soit clairement visible pour tous les usagers de la route

En tant que véhicule de niveau 4, l’Audi AI:ME est équipée de puissants phares LED et de feux de freinage parfaitement visibles dans toutes les situations dans lesquelles un occupant du véhicule prend le volant. En cas de conduite active, même dans le futur, il sera important de voir aussi bien de nuit que de jour.

L’architecture de traction : mobilité pendant des heures

Audi a adopté une approche spécifique pour adapter le cahier des charges de l’AI:ME aux utilisations d’une citadine. Cela signifie que les valeurs d’accélération extrêmes et les vitesses maximales sur autoroute sont aussi obsolètes que les virages rapides et qu’une autonomie adaptée aux longues distances. Une voiture comme l’AI:ME sera le plus souvent conduite entre 20 et 70 km/h et aura besoin de rester mobile pendant plusieurs heures sans être rechargée. Néanmoins, il est moins important qu’elle puisse parcourir de longues distances qu’elle soit capable d’optimiser son temps d’utilisation.

C’est pourquoi les ingénieurs l’ont dotée d’une configuration de base relativement simple et légère. Avec sa capacité de stockage de 65 kW, la batterie est suffisante pour répondre à ce besoin.
L’AI:ME est également dotée d’un moteur synchrone à excitation permanente situé dans la zone de l’essieu arrière, qui peut mobiliser jusqu’à 125 kW (170 ch) si besoin. Toutefois, seule une fraction de cette valeur suffit généralement pour s’intégrer dans la circulation urbaine. Grâce à la récupération de l’énergie de freinage et à son poids relativement faible, l’Audi AI:ME consomme extrêmement peu d’énergie, même dans le trafic en ville.

Les essieux et d’autres composants de la suspension se retrouvent dans certains des modèles compacts du portefeuille Audi. La combinaison testée et approuvée des amortisseurs adaptatifs et des faibles masses non suspendues assurent un bon confort en ville. La carrosserie est fabriquée dans un composé léger de plusieurs matériaux (acier, aluminium, composants plastiques high-tech), en particulier au niveau des détails.

Audi sur demande : des concepts d’offres innovants

Après l’Audi AIcon, qui a été présentée lors du Salon international de l’automobile de 2017, et le radical concept car Audi PB18, dévoilé à l’été 2018, l’Audi AI:ME est le troisième véhicule de la marque à présenter une offre pour une utilisation dans des zones clairement définies (« cas d’utilisation ») : l’Audi AIcon offre les qualités d’une voiture business pour les longs trajets, l’Audi PB18 est le véhicule parfait pour les virées occasionnelles sur la piste de course et l’Audi AI:ME est le compagnon idéal dans les zones urbaines. Un quatrième véhicule viendra compléter le quatuor des concepts lors de l’IAA de Francfort 2019.

Dans les spécifications pour ces véhicules tests, il est apparu qu’ils ne devraient pas être conçus comme des modèles polyvalents adaptés à une clientèle variée et pour une utilisation à long terme. Au contraire, ces véhicules ont vocation à être des voitures haut de gamme très spécialisées à commander pouvant être largement personnalisées dans le cadre d’une offre à la demande. Cette approche est basée sur les attentes de nombreux clients, en particulier dans les zones urbaines, qui traversent une transition. Les voitures doivent être disponibles et prêtes à être utilisées sur demande et devraient, dans l’idéal, être conçues sur mesure sans pour autant correspondre aux besoins d’une seule et unique personne de façon définitive. Néanmoins, les clients premium souhaitent toujours pouvoir commander leur voiture avec le plus de fonctionnalités uniques possible, et bien sûr avec le même niveau de qualité que celui auquel ils ont été habitués de la part d’Audi.

Ainsi, les clients qui réservent un véhicule auront non seulement le véhicule de leur choix, mais ils pourront également le faire configurer pour qu’il réponde au mieux à leurs attentes. La couleur, l’intérieur et les options techniques seront préconfigurés en ligne avec l’application ou via les détails du conducteur stockés dans le système myAudi. Quand le conducteur monte dans la voiture, le véhicule sélectionne même sa température intérieure préférée, l’ajustement des sièges qui lui convient parfaitement et sa bibliothèque musicale personnelle.

Cette offre est accessible et facile à utiliser via une application qui connecte le véhicule, les préférences de l’utilisateur et les nombreuses options qui peuvent être utilisées pendant la conduite. Les utilisateurs se servent de cette application pour commander leur Audi AI:ME et ont la possibilité de précommander la voiture avec deux sièges ou plus, et même un siège pour les enfants, sur demande. Ils trouveront l’AI:ME à l’heure et au lieu prévus, et pourront la garer n’importe où après l’avoir utilisée. Dans les zones équipées à cet effet, le véhicule peut même aller du dépôt à l’adresse du client sans conducteur.

L’application, accessible sur un smartphone ou dans la voiture elle-même, fait office d’assistant et d’intermédiaire pour de nombreux autres services, par exemple, pour communiquer de façon spontanée avec des amis sur Internet ou les réseaux sociaux. Les utilisateurs peuvent faire des selfies à bord et les partager sur les réseaux sociaux. Ils ont accès à tout Internet pour se divertir, faire des recherches et utiliser des services. De plus, ils ont la possibilité de commander de la nourriture et de faire une pause rapide et automatisée à un restaurant pour récupérer les plats, qu’ils dégusteront par exemple dans la voiture en route vers chez eux.

La connexion entre le réseau du domicile de l’utilisateur et l’Audi AI:ME permet même à l’utilisateur de continuer à regarder un film avec le masque de réalité virtuelle (VR) dans la voiture, en reprenant là où il s’était arrêté chez lui. Sur la route pour le travail, l’utilisateur est invité à femer les yeux, à profiter du silence à bord et à se détendre.

L’Audi AI:ME devient un point fixe dans l’environnement digital personnel de son utilisateur. L’ennuyeux trajet quotidien de A à B devient un trajet agréable avec du temps libre.  Une fois arrivés à destination, les utilisateurs sortent de la voiture détendus et de bonne humeur, et n’ont même pas besoin de chercher une place de stationnement ou une station de charge. L’Audi AI:ME trouvera son chemin pour retourner au dépôt.

« Audi on demand » est disponible dans des métropoles de plusieurs continents et est déjà l’exemple parfait de la transformation future d’Audi en un prestataire de services de mobilité mondial. Avec l’expansion et la spécialisation simultanées de la flotte de véhicules, ce programme va devenir de plus en plus intéressant pour les clients ayant des attentes élevées à l’avenir. L’offre de véhicules haut de gamme et l’intégration digitale de l’automobile et de l’environnement de vie donneront à Audi un avantage sur les autres sur ce segment aussi : « Vorsprung durch Technik ».

  – Fin –

 

Communiqué de presse (11/04/19)

Une agilité long-courrier : les Audi S6 et S7 maintenant équipées d’un TDI avec compresseur électrique

• Performance, caractère et confort : S6 Berline, S6 Avant et S7 Sportback • Un couple impressionnant de 700 Nm grâce à la combinaison du compresseur électrique, du système électrique 48 volts et d’un moteur V6 TDI • Design S : look sportif et pedigree sophistiqué La sportivité rencontre l’efficience : les nouvelles Audi S6 et S7 font leur entrée avec des moteurs V6 TDI généreux en couple, offrant aux clients européens des performances idéales pour les longues distances. Pour la première fois, Audi a combiné un compresseur électrique et un système électrique primaire de 48 volts. La suspension S sport avec amortissement contrôlé, la direction dynamique des quatre roues motrices et le système de freins en céramique cochent toutes les cases pour des virages et une décélération dynamiques. Le design flamboyant, avec les détails sophistiqués d’un modèle S, confère à ces grands véhicules sportifs une présence toute particulière.

Un couple puissant : compresseur électrique et 700 Nm de couple

L’impressionnant couple culminant à 700 Nm, constamment disponible à la demande dans une fourchette de 2 500 à 3 100 tr/min, est la base idéale pour les clients européens en quête de performances. Les modèles S TDI offrent une dynamique et une efficience exceptionnelles, ce qui est particulièrement intéressant sur les longues distances. Avec les modèles S6 et S7 TDI (consommation de carburant combinée en L/100 km : 7,6 – 7,2* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 199 - 189*), Audi entraîne le concept de conduite réussi de la SQ7 TDI (consommation de carburant combinée en L/100 km : 7,2 - 7,6* ; émissions de CO2 combinées en g/km : 189 - 199*) vers de nouveaux sommets. Pour la première fois, les ingénieurs Audi ont associé un compresseur électrique et un système électrique primaire de 48 volts. Cela porte la puissance totale du V6 TDI 3 litres à 257 kW (349 ch). La transmission est gérée par la transmission automatique de la boîte tiptronic à 8 rapports, qui fonctionne toujours en tandem avec la transmission intégrale quattro permanente.

Aide spontanée : le compresseur électrique 

Le compresseur électrique offre d’excellentes performances au démarrage. Il assure une fonction de suralimentation reproductible lors de l’accélération en éliminant les latences du turbo, garantissant une réaction instantanée et une accélération puissante dans toutes les situations de conduite.

 Le délai de réponse du compresseur électrique est de moins de 250 millièmes de seconde, sa puissance de pointe est de 7 kilowatts et son régime maximal est de 70 000 tr/min. La fonction de suralimentation du turbocompresseur électrique se prolonge jusqu’à un régime moteur de 1 650 tr/min. Grâce à la double suralimentation, c’est-à-dire à l’association du compresseur électrique et du turbocompresseur de gaz d’échappement, les grandes Audi S atteignent un couple constant de 700 Nm à 2 500 à 3 100 tr/min. Le compresseur électrique soutient le turbocompresseur du TDI lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’énergie dans les gaz d’échappement pour une accumulation de couple spontanée lors du démarrage ou l’accélération à faible charge, à partir d’un régime moteur bas.

Le compresseur électrique, qui ressemble à un turbocompresseur conventionnel, est directement fixé sur le moteur, sur le chemin du flux d’air entrant, derrière l’intercooler. Dans la plupart des scénarios, il est détourné par une dérivation. Néanmoins, si la charge requise par l’accélérateur est élevée et que l’énergie disponible côté turbine est faible, la soupape de dérivation se ferme, guidant l’admission dans le compresseur électrique. L’air comprimé circule directement vers la chambre de combustion.

Il en résulte une réponse spontanée et une impressionnante puissance de traction lors de l’accélération, des dépassements et des changements de charge. Ainsi, toute la puissance du moteur 3.0 TDI est immédiatement à la disposition du conducteur lorsqu’il en a besoin. Dans les situations de conduite du quotidien, la technologie permet d’éviter les rétrogradations fréquentes. 

Le compresseur électrique est à l’origine de performances de démarrage impressionnantes. Le V6 TDI, combiné au compresseur électrique, propulse la nouvelle S6 Berline de 0 à 100 km/h en 5 secondes ; pour l’Audi S6 Avant et l’Audi S7 Sportback, il faut compter un dixième de seconde de plus. La vitesse maximale, limitée électroniquement, est de 250 km/h.

« Puissance propre » : roue libre pendant 40 secondes maximum avec le système hybride léger de 48 volts
Si le compresseur électrique booste les performances, le système hybride léger contribue à améliorer l’efficience du carburant. Le système hybride léger de 48 volts comprend un alterno-démarreur et une batterie au lithium-ion avec une capacité de 10 Ah située dans le sol du véhicule, sous le coffre. L’alterno-démarreur est relié au vilebrequin. Pendant la décélération, il peut récupérer jusqu’à 8 kW de puissance, ensuite stockée dans la batterie au lithium-ion.

Quand le conducteur accélère à nouveau, l’alterno-démarreur redémarre le moteur instantanément. La technologie MHEV permet d’actionner la fonction start-stop à partir de 22 km/h. Grâce notamment à l’intégration du système hybride léger et des capteurs du véhicule, les modèles S économisent jusqu’à 0,4 litre de carburant dans les conditions de conduite réelle et peuvent circuler en roue libre pendant 40 secondes maximum avec le moteur à combustion désactivé. 

Sur cette base, les modèles S TDI combinent une dynamique de conduite impressionnante, une grande efficience, une faible consommation de carburant et de faibles émissions. Tous les modèles S TDI sont conformes à la norme européenne d’émission Euro 6d-TEMP.  Pour l’Audi S6 Berline, les valeurs de la norme WLTP correspondent à une consommation de carburant (NEDC) de 6,2 ou 6,3 litres de diesel aux 100 kilomètres et à des émissions de CO2 de 164-165 grammes par kilomètre. Pour l’Audi S6 Avant, les chiffres sont les suivants : 6,5 litres aux 100 kilomètres et 171 grammes de CO2 par kilomètre. Pour l’Audi S7 Sportback, ils sont de 6,5 litres aux 100 kilomètres et 170 grammes de CO2 par kilomètre.

Concentré de haute technologie : le moteur
Le moteur 3.0 TDI se caractérise par une puissance harmonieuse et une grande efficience. Son déplacement de 2 967 cm3 développe 257 kW (349 ch) de puissance. Sa puissance spécifique est de 117,9 ch par litre de cylindrée et son couple spécifique est de 235,9 Nm par litre.

Le moteur V6 TDI pèse environ 190 kilogrammes et est riche en haute technologie. Son système de rampes courant injecte le carburant à une pression de jusqu’à 2 500 bars. Le vilebrequin, les pistons, les bielles et la gestion de l’huile répondent à un besoin de haute performance, et des mesures sophistiquées ont été adoptées pour réduire la friction dans le vilebrequin et l’arbre à cames. Les circuits de refroidissement du carter et des culasses sont séparés pour que l’huile du moteur chauffe rapidement au démarrage (les culasses ont des chemises d’eau en deux parties). Le liquide de refroidissement est distribué au refroidisseur d’huile, à l’EPC, à l’alterno-démarreur et au carter du turbocompresseur selon les besoins.

Le turbocompresseur de gaz d’échappement, doté d’une turbine de 50 millimètres de diamètre, génère une pression de suralimentation relative de 2,4 bars. Sa géométrie de turbine variable est optimisée pour un débit avec peu de perte. La recirculation des gaz d’échappement à faible pression externe ne draine les gaz d’échappement qu’après le filtre à particules, de sorte que le flux de masse puisse alimenter le compresseur, augmentant significativement son efficacité. Le fonctionnement du 3.0 TDI est ainsi ultra efficace.

Virages dynamiques et agilité : pour la première fois, un modèle S est doté de la direction dynamique des quatre roues motrices
Comme tous les modèles S d’Audi, la transmission intégrale quattro permanente est de série. Dans les conditions de conduite normales, son différentiel central à verrouillage automatique distribue le couple entre les essieux avant et arrière selon un rapport de 40:60. Si une roue dérape, une grande partie du couple est dirigée vers l’essieu présentant la meilleure traction.

À l’extrême, 70% du couple peuvent être orientés vers les roues avant et 85% vers les roues arrière. Pour la conduite sportive, le contrôle du couple au volant améliore la tenue de route : il fait ralentir les deux roues à la charge réduite à l’intérieur d’un virage, légèrement avant la perte d’adhérence. Dans sa configuration de base, la direction assistée progressive de série est déjà configurée selon des rapports sportifs ; plus la butée est grande, plus la direction est directe. Son assistance électromécanique, spécifique aux modèles S, supprime les secousses désagréables, mais communique des informations utiles au conducteur.

Par rapport aux modèles précédents, les nouveaux grands modèles S offrent une dynamique encore meilleure dans les virages. Sur demande, Audi peut proposer la direction dynamique des quatre roues motrices, qui combine la direction dynamique avec un rapport variable de 9,5:1 et de 16,5:1 sur l’essieu avant et un système de direction avec entraînement de broche et des tiges de voie sur l’essieu arrière. Jusqu’à 60 km/h, les roues arrière contrebraquent à 5°. Cela réduit le diamètre de braquage de jusqu’à 1,1 mètre. À partir de 60 km/h, les roues arrière tournent dans la même direction que les roues avant à 2°. Cela rend les modèles S bien plus maniables et agiles à basse vitesse, et offre plus de stabilité directionnelle à grande vitesse et lors des changements de voie.

La suspension S sport, développée spécialement pour les nouveaux modèles S, est dotée, de série, de l’amortissement contrôlé, soulignant le caractère sportif de ces véhicules. Elle abaisse la carrosserie de la S6 de 20 millimètres et celle de la S7 de 10 millimètres, plaçant les deux modèles S à la même hauteur. La suspension pneumatique adaptative, la version à suspension pneumatique avec amortissement ajustable, fait ses débuts sur les modèles S. Cette alternative pensée pour le confort peut être configurée sur trois modes et comprend une position « lift » pour les routes en mauvais état et une adaptation automatique du niveau. En mode « auto », la carrosserie est abaissée de 10 millimètres supplémentaires à partir de 120 km/h, tandis qu’en mode « dynamique », le véhicule reste toujours bas. 

Pour une tenue de route encore plus sportive, la transmission quattro peut être associée au différentiel sportif sur l’essieu arrière. Dans les courbes prises de façon dynamique, le différentiel sport pousse littéralement la voiture dans le virage, offrant beaucoup d’agilité. Le conducteur peut adapter la stratégie de contrôle du différentiel sport via l’Audi drive select.

Le comportement sportif sur la route est également permis par le design à cinq maillons sur les essieux, qui sont principalement fabriqués en aluminium. Deux sous-structures relient les maillons au berceau du véhicule (les silent blocs sont fermement réglées).

Tous les composants du châssis sont contrôlés par la plateforme de châssis électronique (ECP), qui coordonne l’action des amortisseurs à des intervalles de quelques millisecondes. La plateforme de châssis électronique collecte des informations complètes sur le mouvement de la voiture et les données des systèmes de contrôle du châssis concernés. À partir de là, elle calcule et coordonne précisément le fonctionnement optimal de ces composants dans un contrôleur de conduite intégré. Les conducteurs des nouvelles Audi S profitent de la tenue de route précise et de l’excellente dynamique dans les virages qu’offre ce système.

Outre les amortisseurs, la plateforme de châssis électronique contrôle la direction dynamique des quatre roues motrices et le différentiel sport. Le conducteur peut configurer les réglages de ces modules dans le système de sélection du mode de conduite Audi drive select, qui propose une configuration spécifique aux modèles S, ainsi que les modes « confort », « auto », « dynamique », « efficience » et « individuel ».

Soutien fort : le système de freins en céramique en option

Les étriers de freins à six pistons des nouveaux modèles S sont ultra performants. Fabriqués en aluminium, ils sont peints en noir (ou en rouge, en option) et ornés de logos S. Six pistons sur chaque roue serrent des disques en acier de 400 millimètres de diamètre à l’avant et de 350 millimètres à l’arrière. En option, Audi peut installer un système de freins à six pistons fabriqués en céramique renforcée de fibre de carbone légère et résistante à l’abrasion, avec des disques de 400 millimètres à l’avant et de 370 millimètres à l’arrière. Le système de freins en céramique pèse 9kg de moins que celui avec freins en acier, il réduit significativement les masses non suspendues, améliorant encore la dynamique de conduite, notamment dans les virages. Le correcteur électronique de trajectoire (ESC) offre un contrôle encore plus précis que sur le modèle précédent. Le conducteur peut opter pour le mode Sport ou l’éteindre complètement. 

Les nouvelles Audi S6 Berline, S6 Avant et S7 Sportback sont dotées de roues de 20 pouces avec des pneus 255/40 de série. Des versions de 21 pouces sont disponibles en option. Des absorbeurs en forme de tore (des protections en mousse collées dans les pneus) éliminent les bourdonnements indésirables, de sorte que ces pneus offrent un grand confort acoustique malgré leur taille. Étant donné la gamme de roues disponibles chez Audi Sport GmbH, des pneus Performance de 20 pouces peuvent être commandés pour une traction et une tenue de route encore meilleures.

Présence : le design des modèles S

Les modèles S se caractérisent par un design et une sophistication avancés, à l’extérieur comme à l’intérieur. La nouvelle identité stylistique d’Audi amplifie encore leur look déjà plus sportif. Le style dynamique de la bordure avant, des larges bas de caisse et du large diffuseur arrière avec quatre bordures de pot d’échappement confèrent aux modèles S une formidable présence sur la route. Des éléments caractéristiques des modèles S en chrome foncé et aluminium sur les lamelles de la grille du radiateur, la lame avant, les admissions d’air latérales, les rétroviseurs extérieurs et le diffuseur arrière témoignent des qualités sportives de ces véhicules.

Sur l’Audi S6, le diffuseur horizontal en aluminium crée une impression de largeur à l’avant. Il relie les deux admissions d’air et s’achève avec les deux winglets au niveau des conduits d’air. À l’arrière, la S6 comprend un spoiler intégré qui rejoint le couvercle de coffre, mettant subtilement en avant son caractère sportif. Des applications en aluminium dans le diffuseur relient les quatre bordures de pot d’échappement spécifiques aux modèles S. Elles soulignent également la largeur du véhicule.

Sur l’Audi S7, la calandre Singleframe, large et basse, comprend des lamelles en aluminium de série et des détails en chrome foncé mat. Les grosses admissions d’air, aux contours très marqués, et leur grille alvéolée sont en noir titane. La lame qui les traverse est de couleur aluminium, tout comme les boîtiers des rétroviseurs extérieurs. Le coupé quatre portes se distingue des modèles S6 par les entonnoirs dans les admissions d’air et les bandes anguleuses des bas de caisse.

Sur les côtés, le style sportif des trois voitures est appuyé par les grandes roues, des caractéristiques typiques des modèles S. Un diffuseur en chrome foncé noir apporte une touche de finition à l’extrémité inférieure basse. Les quatre bordures de pot d’échappement sont en chrome brillant.

« Loft de designer » : un design intérieur à l’esthétique sportive et sophistiquée

À l’intérieur, un design typique des modèles S attend le conducteur : un intérieur noir, des appliques sportives et sophistiquées, des surpiqûres contrastantes ainsi que des détails spécifiques aux modèles qui amplifient encore l’expérience de conduite.

Les différents sièges mettent aussi en valeur l’allure sportive des voitures. Outre les sièges sport avec logo S embossé, les clients recherchant un style ouvertement sportif peuvent choisir des sièges S sport aux contours marqués avec des appuie-têtes intégrés, un logo S embossé et un motif en losanges. Pour un confort optimal, Audi propose, en option, des sièges multi-ajustables aux contours customisés et avec fonction ventilation et massage. La sellerie, toujours agrémentée de surpiqûres contrastantes, est disponible dans une combinaison de cuir et d’Alcantara ou en Valcona très haut de gamme. Les clients peuvent faire leur choix entre du noir, du gris rotor et du rouge Arras. Divers packs cuir sont disponibles pour personnaliser encore plus l’intérieur. En remplacement des appliques en aluminium brossé standard, des appliques fine grain ash sont disponibles en option. Parmi les autres détails spécifiques aux modèles S, on trouve une configuration graphique dédiée du virtual cockpit d’Audi avec le compte-tours au centre. Une autre option est un volant à méplat. Le repose-pied et les pédales sont fabriqués en acier inoxydable, et lorsque le conducteur monte dans la voiture, il est accueilli par des bas de caisse en aluminium illuminés ornés du logo S. 

Équipement tout confort, l’idéal pour les longues distances

Avec la S6 Berline, la S6 Avant et la S7 Sportback, Audi propose un grand modèle sportif adapté à toutes les situations : la berline classique, le break pratique et le coupé quatre portes.  Tous les modèles offrent un confort complet, une bonne connectivité et des équipements d’assistance à la conduite, ce qui en fait des voitures au style sportif parfaites pour les longues distances.

Les modèles S sont livrés avec de nombreux équipements de série : des jantes de 20 pouces spécifiques aux modèles S, le système de navigation MMI navigation plus avec le cockpit virtuel d’Audi sur un écran de 12,3 pouces. De série, la S6 comprend également des sièges sport en Alcantara et la S7 est équipée de sièges super sport.

La climatisation automatique quatre zones complète le cahier des charges standard.

Les nouveaux modèles Audi S sont d’excellentes voitures pour les longues distances, notamment du fait de la structure de leur carrosserie qui supprime largement les interférences, de leur aérodynamique et leur aéroacoustique avancées, ainsi que de leur intérieur et leur coffre spacieux. Selon la version de la carrosserie, ce dernier présente un volume de 530 litres (S6 Berline), jusqu’à 1 390 litres (S7 Sportback) et jusqu’à 1 680 litres (S6 Avant).

Les nouveaux grands modèles S arriveront sur les marchés européens durant l’été 2019. En Allemagne, le prix de départ est de 76 500 EUR pour la S6 Berline, de 79 000 EUR pour la S6 Avant et de 82 750 EUR pour la S7 Sportback.

Pour les États-Unis, l’Asie et le Moyen-Orient : les S6 et S7 avec moteur  2.9 TFSI
Sur les marchés étrangers, conformément aux préférences et aux profils de conduites des clients locaux, la S6 et la S7 seront disponibles avec un moteur 2.9 TFSI avec 450 ch de puissance et 600 Nm de couple. Comme les modèles TDI, la version essence du V6 sera équipée d’un compresseur électrique et du système hybride léger pour des performances et une efficience accrues.

– Fin –

 

Communiqué de presse (04/04/19)

Nominations chez Audi France

• Charles HERVET est nommé Responsable Communication Marketing à compter du 15 Avril 2019 et succède à Nathalie HOFFET qui a pris en charge la Direction Marketing au 1er Février 2019 • Thomas LAINE est nommé Directeur Régional à compter du 1er Mai 2019, en remplacement de Charles HERVET Charles HERVET est nommé Responsable Communication Marketing à compter du 15 Avril 2019. Il succède à Nathalie HOFFET qui a pris en charge la Direction Marketing au 1er Février 2019. Thomas LAINE est nommé Directeur Régional à compter du 15 Avril en remplacement de Charles HERVET.

Charles HERVET entre chez VOLKSWAGEN Group France en 2005 en tant que Chef de Produit pour la marque VOLKSWAGEN. Il occupe ensuite les postes de Chef de District en 2008 puis de Chef de Service Promotion des Ventes toujours au sien de VOLKSWAGEN. En 2016, il rejoint la direction Audi France en tant que Directeur Régional VN.

Charles HERVET est nommé Chef de Service Communication Marketing pour Audi au 15 Avril 2019 et reportera à Nathalie HOFFET, Directrice Marketing Audi France.

Thomas LAINE a commencé sa carrière dans l’automobile chez ARVAL en 2004. Il rejoint le groupe Fiat-Iveco en 2005 en tant que Responsable Grand Compte. En 2011, il intègre VOLKSWAGEN Group France au poste de Key Account Manager puis évolue au poste de Chef de Service Fleet et VO au sein de la direction ŠKODA France jusqu’en Avril 2019.

Thomas LAINE est nommé Directeur Régional Audi France à compter du 1er Mai 2019 et reportera à Arnaud GUILLET, Directeur des Ventes Audi France.

- Fin -

 

Communiqué de presse (03/04/19)

Audi AI:ME (2019)

Audi AI:ME est le nom d’une nouvelle étude de design que le constructeur allemand présentera au Shanghai Motor Show le 15 Avril 2019. Le concept car illustre la vision d’une voiture compacte autonome pour les mégalopoles de demain.

Communiqué de presse (27/03/19)

Ouverture des commandes de la plus puissante des Audi : la nouvelle Audi R8

• La nouvelle Audi R8 est disponible à la commande dès aujourd’hui en France • Encore plus rapide : 0 à 100 km/h en 3,1 secondes • L’édition limité Decennium célèbre les 10 ans du mélodieux V10 Roissy-En-France – 10 ans après la première R8 V10, Audi lance une nouvelle version perfectionnée de la sportive allemande. Les commandes s’ouvrent dès aujourd’hui en France dans le réseau Audi Sport, à partir de 174 900 €.

La nouvelle Audi R8 est plus rapide que jamais. Elle allie des performances à couper le souffle et des sensations démultipliées. Son moteur 5,2 FSI à injection directe fournit désormais 570ch pour la version Coupé et Spyder V10 quattro, et 620ch pour la variante Performance quattro, permettant d’abattre le 0 à 100 k/h en 3,1s , avec une vitesse de pointe de 331 km/h.

Pour les 10 ans du moteur V10, le design de la nouvelle R8 se veut encore plus sportif, notamment au niveau de la face avant. De nouvelles jantes 20 pouces en aluminium fraisé viennent également compléter le catalogue. La suspension offre encore plus de stabilité à haute vitesse et la direction recalibrée est plus précise, que ce soit la direction assistée électromécanique de série ou la direction dynamique optionnelle.  

La version V10 Performance adopte de série des freins céramique, le système de son premium Bang et Olufsen, le pack extérieur en carbone noir brillant Audi exclusive, le capot moteur ainsi que les sideblades en carbone brillant, les sièges baquets R8 ou encore le pédalier et repose-pied en acier inoxidable.

Deux versions sont disponibles : V10 quattro 570 ch (174 900€) et V10 Performance quattro (209 600€). Leurs versions Spyder seront respectivement disponibles à partir de 189 300€ et 224 000€.

La nouvelle Audi R8 est disponible sur le configurateur du site Audi.fr  et sera visible chez votre partenaire Audi Sport fin 

– Fin –

 

Communiqué de presse (19/03/19)

Audi Sport ABT Schaeffler à fond dans la course au titre de Formule E

• Sixième épreuve du championnat de voitures électriques à Sanya, en Chine, samedi prochain • Audi Sport ABT Schaeffler dans le top 3 des classements des pilotes et des équipes • Eurosport retransmettra en direct Neubourg-sur-le-Danube – La Formule E est plus fascinante que jamais : avec cinq vainqueurs différents lors des cinq premières courses, les quatre leaders du classement général n’ont que trois points d’écart, et Lucas di Grassi est en troisième position. Samedi 23 mars, les séries se dérouleront pour la première fois dans la station balnéaire chinoise Sanya.

Cinq courses fascinantes décidées dans les derniers mètres, cinq différents vainqueurs et une bataille serrée et de très haut niveau : la saison de Formule E dépasse toutes les attentes. Le prochain round arrive dès samedi : après une victoire à Mexico et une deuxième place dans la dernière course, à Hong Kong, Lucas di Grassi vise la première place à Sanya. Le Brésilien n’est qu’à deux points du leader du championnat, Sam Bird.

Lucas di Grassi est de retour dans le groupe de tête, grâce à son 29ème podium lors de l’événement de Hong Kong. « Le fait que Daniel (Abt) et moi soyons en lice pour des coupes et des victoires est le résultat de tout le travail que toute l’équipe a fourni. C’est ce qui distingue notre équipe : nous révélons notre force lorsque les conditions sont difficiles et quand la pression est intense », explique di Grassi. « Nous nous sommes hissés sur le podium trois fois de suite et nous allons continuer sur notre lancée à Sanya. Cette saison, le championnat est plus disputé que jamais. »

En 2019, son coéquipier Daniel Abt, déjà monté sur le podium à Santiago du Chili, est l’un des deux seuls pilotes à avoir marqué des points dans toutes les courses de la saison. Cela a également un impact sur le classement des équipes, dans lequel Audi Sport ABT Schaeffler est aujourd’hui deuxième et peut encore revenir sur le leader après cinq courses sur treize.

« C’est forcément une très bonne chose d’être en position pour s’imposer dans les deux championnats », a déclaré Allan McNish, directeur de l’équipe. « Mais les positions dans le championnat n’ont d’intérêt qu’après la toute dernière course donc on se concentre sur la prochaine. Sanya est un nouveau parcours pour toutes les équipes et pour tous les pilotes, il est donc d’autant plus important que nous nous préparions bien. » Alors qu’ils auraient pu prendre de courtes vacances en Asie entre le round d’Hong Kong et celui de Sanya, Daniel Abt et Lucas di Grassi sont rentrés pour se préparer sur le simulateur.

Avec cette course à Sanya, la Formule E retourne en Chine continentale. Lors des deux premières saisons, Pékin accueillait une course, avant que la région administrative spéciale Hong Kong ne reprenne le flambeau asiatique. Sanya, située à Hainan, la province méridionale de Chine, est un lieu très prisé des vacanciers : environ 18 millions de touristes visitent la région chaque année. Le circuit de 2,236 kilomètres, avec trois épingles serrées, promet une nouvelle course fascinante avec de nombreuses manœuvres de dépassement. La course près du bord de mer est attendue avec impatience. « Une course en plein milieu d’une station balnéaire avec des plages de sable… la Formule E sait choisir des destinations exceptionnelles », selon Daniel Abt. « C’est génial d’avoir une nouvelle course en Chine continentale ; on a toujours reçu un accueil chaleureux et enthousiaste dans le pays. »

Outre l’équipe constructeur Audi Sport ABT Schaeffler, l’équipe Envision Virgin Racing avec Sam Bird et Robin Frijns aligne l’e-tron FE05, qui a été développée conjointement par Audi Sport ABT Schaeffler et son partenaire technologique Schaeffler. L’équipe britannique est actuellement en tête des classements des pilotes et des équipes.

Le sixième round de cette saison de Formule E à Sanya commence samedi à 15 h heure locale (8h heure d’Europe de l’Ouest) et, comme d’habitude dure 45 minutes plus un tour. Eurosport retransmettra la course en direct depuis la Chine. Toutes les chaînes internationales, ainsi que les programmes de diffusion, sont disponibles en ligne sur www.fiaformulae.com.

- Fin -

Communiqué de presse (05/03/19)

Un aperçu du futur : Le concept Audi Q4 e-tron

• Le SUV électrique compact à transmission intégrale est présenté au Salon de Genève • Une autonomie de plus de 450 kilomètres grâce à des technologies efficientes et polyvalentes • La version de série qui sera lancée fin 2020 représente le cinquième modèle électrique du constructeur Audi Ingolstadt/Genève – Il y a à peu près un an, la première Audi de série 100% électrique faisait ses débuts exactement au même endroit. Et à ce moment précis, l’Audi e-tron* était encore recouverte d’un camouflage. A l'occasion de l'édition 2019 du Salon de Genève, le constructeur aux anneaux donne un aperçu d'une autre voiture à motorisation entièrement électrique : Le concept Audi Q4 e-tron. Il s'agit d'un SUV compact à quatre portes d'une longueur de 4,59 mètres dont la filiation avec l'Audi e-tron est évidente dès le premier regard.

Deux moteurs électriques fournissent une puissance de 225 kW au concept Q4 e-tron. Et comme souvent chez Audi, cette puissance est transmise à la route via la transmission intégrale quattro. De par son excellente motricité, il accélère de 0 à 100 km/h en seulement 6,3 secondes. Il atteint une vitesse maximale de 180 km/h qui est limitée électroniquement. La généreuse batterie d'une capacité de 82 kWh occupe la quasi-totalité de l'espace situé entre les essieux, dans la partie inférieure du châssis. L'autonomie de plus de 450 kilomètres, en cycle WLTP, le positionne comme la référence dans sa catégorie. La technologie du concept Q4 e-tron pilote la plate-forme d'électrification modulaire (MEB) qui sera intégrée dans de nombreux véhicules électriques produits par le Groupe Volkswagen à l'avenir, du modèle compact à la berline de catégorie supérieure.

Le concept Audi Q4 e-tron donne un aperçu de ce à quoi ressemblera celui qui sera déjà le cinquième véhicule électrique de série lancé par le constructeur d'ici la fin 2020. Les ventes de l'Audi e-tron ont déjà commencé et les premiers véhicules seront livrés aux clients avant la fin du mois de mars 2019. Plus tard cette année, Audi présentera l'Audi e-tron Sportback tandis que l'Audi Q2L e-tron, qui a été spécialement conçue pour le marché chinois, sortira des chaînes d’assemblage. La présentation de la version de série du coupé sportif quatre portes Audi e-tron GT, en cours de développement chez Audi Sport GmbH, est prévue pour le second semestre 2020. L'Audi Q4 e-tron compact sera lancée en version de série au même moment. Grâce à cette gamme, Audi couvre désormais tous les segments de marché importants avec des véhicules à propulsion tout électrique, du segment A à la berline, et ce un peu moins de deux ans après le lancement de sa première voiture électrique.

Compact à l'extérieur, spacieux à l'intérieur

4,59 mètres de long, 1,90 mètres de large, 1,61 mètres de haut : Avec ses dimensions, le concept Audi Q4 e-tron se situe dans le tiers supérieur de la catégorie compacte. Son encombrement fait donc du SUV électrique un véhicule polyvalent et agile qui est également adapté à la conduite en ville. En revanche, en termes d’espace intérieur, son empattement de 2,77 mètres lui confère une habitabilité digne de la catégorie supérieure. En l’absence de tunnel de transmission limitant l'espace, le concept Q4 e-tron offre un espace et un confort insoupçonnés, notamment au niveau des jambes, à l'avant comme à l'arrière.

La sensation d'espace est soulignée par l'agencement des couleurs. Des couleurs claires et chaudes dominent la partie supérieure de l'habitacle, qui contrastent avec la moquette foncée au niveau du plancher. Le ciel de toit, les montants de fenêtre, la partie supérieure des portières et du tableau de bord sont en textiles de microfibre blanche et beige. Avec le concept Audi e-tron, le développement durable n'est pas seulement la priorité absolue en termes de propulsion électrique : Le revêtement de sol est composé de matériaux recyclés. Les surfaces sont recouvertes d'une peinture multicouche de haute qualité en lieu et place des inserts décoratifs en métal chromé. Des éléments en plexiglas dépoli peint créent un effet de profondeur intense. Les quatre sièges avec appuie-tête intégrés sont habillés d'un Alcantara confortable et fabriqué avec une finition exquise. Les doubles surpiqures en fil épais ornent la garniture. 

L'écran du Virtual Cockpit est situé derrière le volant. Il met en avant les éléments les plus importants avec l’indication de la vitesse, du niveau de charge et la navigation. L'affichage tête haute grand format qui intègre une fonction de réalité augmentée, est une nouveauté. Il peut afficher des informations graphiques importantes, telles que des flèches directionnelles qui indiquent où tourner, directement sur le tracé de la route.

Les instruments de commande sont conçus comme des éléments tactiles. Ils prennent place sur les branches du volant et permettent de sélectionner les fonctions les plus fréquemment utilisées. Un écran tactile de 12,3 pouces qui affiche et commande les fonctions d'infodivertissement et du véhicule, est intégré au centre de la planche de bord et au-dessus de la console centrale. Il est incliné vers le conducteur pour une plus grande facilité d'utilisation. Une rangée de boutons se trouve en dessous qui regroupe les commandes de la climatisation. La console centrale étant dépourvue des éléments fonctionnels traditionnels tels qu'un levier de vitesses ou le frein à main, elle fait office de compartiment de rangement spacieux qui comprend un socle de chargement pour smartphone. Une zone horizontale de haute qualité intègre le bouton de sélection du mode de transmission, et permet également de recouvrir la partie avant de la console. En plus du compartiment de rangement inférieur conventionnel, les portières offrent désormais la possibilité de ranger des bouteilles dans la partie supérieure qui a été spécialement moulée à cet effet. De sorte qu'elles soient facilement accessibles.

Visiblement Audi, visiblement e-tron : l'extérieur

Le concept Q4 e-tron est identifiable comme une Audi au premier regard avec la calandre Singleframe qui arbore les quatre anneaux. Et il n’y aura pas besoin d’y regarder à deux fois pour se rendre compte qu’il s’agit d'une Audi e-tron électrique : Tout comme le premier modèle Audi de série à propulsion électrique, le nouveau concept présente également une surface fermée structurée à l'intérieur d'un large cadre octogonal presque vertical. Ce dernier remplace la traditionnelle calandre de radiateur. L'alimentation en air s'effectue par de grandes entrées d'air qui s'étendent du dessous des deux phares matrix LED jusqu'au tablier avant.

Les passages de roues sont une autre attribut classique du design Audi qui distingue ses productions. Les dimensions élargies du concept Q4 e-tron sont étudiées pour être très organiques et fluides. Elles ajoutent ainsi une note originale à la vue latérale. L'accentuation de la zone du bas de caisse entre les essieux, là où se trouve la batterie et donc le coeur énergétique de ce SUV, est une caractéristique typique de l'e-tron. Les grandes jantes de 22 pouces ne laissent aucun doute sur le potentiel du concept Audi e-tron. Sa ligne de toit s'incline légèrement vers l'arrière, donnant à la silhouette un aspect particulièrement dynamique.

Le large bandeau lumineux qui relie les deux blocs optiques à l'arrière de l'Audi Q4 e-tron, a été incorporé pour refléter un élément de l'Audi e-tron. Le lien de parenté au sein de la famille e-tron devient clairement visible, y compris ici. Et cela s'applique également à l'intérieur des phares, où le balayage important des segments à LED rappelle aussi un élément de son grand frère.

Enfin, la peinture "Solar Sky » de la carrosserie, une nuance de bleu qui varie en fonction de l'angle de la lumière, est une innovation durable à plus d’un titre : La peinture, développée spécialement pour le concept Audi Q4 e-tron et produite dans des conditions respectueuses de l'environnement, reflète efficacement une fraction d'onde courte de la lumière du soleil, près du spectre infrarouge. En résulte une réduction considérable de l'accumulation de chaleur à la surface de la carrosserie et à l'intérieur de la voiture. Cela favorise le bien-être subjectif des occupants tout en réduisant l'apport d'énergie nécessaire à la climatisation. Celle-ci n’est plus indispensable pour refroidir l'habitacle du véhicule par temps chaud. Une manière supplémentaire d'améliorer l’autonomie et l'empreinte carbone globale du concept Q4 e-tron.

Performant et efficace : système de propulsion et suspension

La plate-forme d'électrification modulaire (MEB) offre un large éventail de variantes de groupes motopropulseurs et de niveaux de puissance. La version haute performance du moteur électrique est installée dans le concept Audi Q4 e-tron. Les essieux avant et arrière sont chacun animés par un moteur électrique - le Q4 est une quattro. Il n'y a pas de liaison mécanique entre les essieux. Au lieu de cela, une commande électronique assure une coordination optimale de la répartition du couple, et ce, en quelques fractions de seconde. Cela permet au SUV électrique d'obtenir une motricité optimale dans toutes les conditions météorologiques et sur tout type de surface.

La plupart du temps, le concept Audi Q4 e-tron utilise principalement son moteur électrique arrière, un moteur synchrone à excitation permanente, afin d'obtenir le meilleur rendement. Pour des raisons d'efficacité, le couple est généralement réparti en mettant l’accent sur l'essieu arrière. Si le conducteur a besoin de plus de puissance que ce que le moteur électrique arrière peut fournir, la transmission intégrale électrique utilise le moteur asynchrone avant pour redistribuer le couple nécessaire à l'essieu avant. Elle intervient également de manière prévisible avant même que le dérapage ne se produise sur route verglacée, en virage rapide, ou si la voiture sous-vire ou sur-vire.

Le moteur électrique à l'arrière a une puissance de 150 kW et développe un couple de 310 Newton mètres ; le moteur avant alimente les roues avant jusqu'à 75 kW et 150 Newton mètres. La puissance du système est de 225 kW. La batterie située dans le plancher du véhicule offre une capacité 82 kilowattheures, ce qui se traduit par une autonomie de plus de 450 kilomètres sur le cycle WLTP. La batterie est chargée avec un maximum de 125 kilowatts. En conséquence, il ne faut guère plus de 30 minutes pour retrouver 80% de la capacité totale.

Cependant, le secret de cette excellente autonomie ne se résume pas à une simple batterie de grande capacité. Tout comme le premier membre de la famille, l'Audi e-tron, le concept Audi Q4 e-tron est aussi un artiste polyvalent en matière d'efficacité. De la faible traînée aérodynamique de la carrosserie, qui affiche un Cx est de 0,28, à la stratégie de récupération d’énergie sophistiquée, le SUV compact profite de chaque occasion pour optimiser son autonomie. La gestion thermique complexe du moteur et de la batterie, qui implique une pompe à chaleur CO2, y contribue également.

Une conduite sportive et précise

Les composants du groupe motopropulseur sont installés en position basse et centrale, un facteur clé pour le caractère sportif et le comportement dynamique exceptionnel. Le système de batterie à haute tension qui se trouve entre les essieux sous la forme d'un large bloc plat sous l’habitacle, est parfaitement adapté aux dimensions de l'Audi Q4 e-tron. Celui-ci pèse 510 kilos. Le centre de gravité du concept Audi Q4 e-tron se situe donc à un niveau similaire à celui d'une berline avec une motorisation conventionnelle. La répartition de la charge entre les essieux est parfaitement équilibrée à presque 50:50. Les roues avant du concept Q4 e-tron sont montées sur un axe MacPherson avec des amortisseurs adaptatifs. A l’arrière prend place un essieu multi-bras avec des ressorts séparés et des amortisseurs adaptatifs.

La plate-forme d'électrification modulaire MEB : la base

MLB, MQB - plate-forme longitudinale modulaire et plate-forme transversale modulaire : Ces systèmes de composants destinés au développement de véhicules représentent un grand succès sur tous les segments d'Audi et du Groupe Volkswagen. Les plates-formes précédentes étaient principalement conçues pour l'utilisation de moteurs à combustion. La plate-forme d'électrification modulaire est différente et innovante : elle a été conçue spécifiquement et exclusivement pour les véhicules à propulsion électrique. Les essieux, les groupes motopropulseurs, les empattements et l'interaction entre tous les composants sont sélectionnés et adaptés spécifiquement pour la mobilité électrique. L'emplacement et la géométrie des batteries de grande taille peuvent être optimisés sans avoir à faire de concessions par rapport à d'autres concepts de motorisations, contrairement aux plates-formes MLB et MQB.

Dans le même temps, la plate-forme MEB permet de réaliser d'énormes perspectives de synergie. Celle-ci sert principalement de base aux voitures électriques dans le segment A qui représente les plus gros volumes. Elle permet de développer conjointement la meilleure technologie disponible, quelle que soit la marque, et d’être utilisée dans de nombreuses voitures électriques différentes. En particulier, la plate-forme MEB contribue également à rentabiliser la mobilité électrique dans le segment des compactes qui est particulièrement sensible au prix.

Offensive électrique : douze modèles à motorisation entièrement électrique d'ici 2025

Le constructeur d'Ingolstadt a lancé son offensive électrique avec la première mondiale du SUV Audi e-tron entièrement électrique en septembre 2018. D'ici 2025, Audi proposera douze voitures à motorisation 100% électrique sur les marchés les plus importants du monde, et réalisera environ un tiers de ses ventes avec des modèles électrifiés. Parmi les SUV de cette gamme, on trouve les modèles e-tron et e-tron Sportback, dont le lancement est prévu en 2019. De plus, des modèles classiques tels que les Avant et Sportback seront proposés. La gamme couvrira tous les segments de marché pertinents, de la compacte à la berline de luxe.

Le showcar Audi e-tron GT, un coupé très dynamique à plancher bas, a été dévoilé au Los Angeles Auto Show fin 2018. La technologie de cette voiture a été développée en collaboration avec Porsche, tandis que le design et le style du concept e-tron GT fait la part belle à l'ADN unique d’Audi. Le concept sera développé pour devenir un modèle de série d'ici la fin 2020.

La Premium Platform Electric (PPE) est un projet commun spécial entre les départements de développement d'Audi et de Porsche. Il constituera la base de plusieurs gammes de modèles Audi à motorisation entièrement électrique couvrant les segments B à D à gros volumes.

  – Fin –

Consommation de carburant des modèles cités ci-dessus

(Les plages de valeurs de consommation de carburant et d'émissions de CO2 indiquées dépendent de l'équipement choisi)

Audi e-tron:

Consommation électrique mixte en kWh/100 km : 26,2-22,6 (WLTP) ; 24,6-23,7 (NEDC)

Émissions de CO2 combinées en g/km : 0

MÉDIATHÈQUE