Audi France Media
Audi GroupProductionRessources HumainesCommerceCommunicationEnvironnementRéseauAudi fleet solutionAudi Occasion Plus
Communiqué de presse (14/03/19)

Après de considérables facteurs défavorables au cours de l’exercice 2018, Audi accélère son repositionnement

• Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels tombe à 4,7 milliards d’euros ; le taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels est de 7,9 % Base financière confirmée : flux net de trésorerie de 2,1 milliards d’euros ; liquidités nettes de 20,4 milliards d’euros • Le directoire présentera sa nouvelle stratégie lors de l’Assemblée générale annuelle 2019 • Bram Schot, président du directoire : « Audi doit redevenir efficace, agile et résistante aux pressions » • Alexander Seitz, directeur financier : « L’objectif du Plan de transformation d’Audi doit passer à environ 15 milliards d’euros, afin de générer la trésorerie nécessaire au financement de la mobilité électrique » • À long terme, le taux de rentabilité opérationnelle doit atteindre 9 à 11 % après la déconsolidation d’entreprises d’import multimarques • 2019, une année de transition avec l’initiative d’électrification et de multiples défis Ingolstadt - Le redémarrage d’Audi : dans le contexte de la transformation du secteur automobile et à la lumière de ses performances non satisfaisantes en 2018, la marque aux anneaux veut mettre son potentiel au service d’une nouvelle stratégie ciblée. Marqué en premier lieu par le passage à la norme WLTP, le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels est descendu à 4,7 milliards d’euros. Le taux de rentabilité opérationnelle correspondant était de 7,9 %, et ne rentre donc pas dans la fourchette cible. En comptant les éléments exceptionnels négatifs, à savoir les 1,2 milliard d’euros liés à la crise du diesel, le bénéfice d’exploitation était de 3,5 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un taux de rentabilité opérationnelle de 6 %. Avec son Plan de transformation d’Audi, le constructeur haut de gamme a pu compenser une partie de la charge financière élevée. Dans le contexte de la déconsolidation de société d’imports multimarques début 2019, l’entreprise a augmenté sa fourchette cible, espérant à long terme atteindre un taux de rentabilité opérationnelle d’entre 9 et 11 %. L’année financière en cours sera dominée par l’initiative d’électrification d’Audi. En raison de nombreux défis, 2019 devrait être une année de transition pour l’entreprise, avec un taux de rentabilité opérationnelle situé entre 7 et 8,5 %, ce qui reste sous la nouvelle cible à long terme. La marque aux anneaux espère enregistrer une hausse modérée de ses livraisons. D’après Audi, plusieurs éléments devraient peser sur son résultat : la gestion du passage à la norme WLTP, le coût élevé des lancements, les considérables dépenses d’investissement pour la mobilité électrique et l’environnement macroéconomique de plus en plus difficile.

« Nous ne pouvons pas nous satisfaire de nos performances. Audi a d’excellents produits sur le marché mais, si l’on parle business, nous n’avons pas su résister au test de pression ultime qu’a représenté le passage à la norme WLTP », a déclaré Bram Schot, président du directoire d’AUDI AG. « Les employés d’Audi ont fait preuve d’un très bon esprit dans cette situation difficile et nous ont permis d’obtenir les meilleurs résultats possible pour Audi en 2018. Nous nous efforçons de rester dans cet esprit pour faire redémarrer Audi tous ensemble. »

Avec 1 812 485 voitures Audi livrées en 2018, les ventes étaient 3,5 % inférieures à l’année précédente (2017 : 1 878 105). En Europe en particulier, la disponibilité restreinte des produits en lien avec le passage à la première étape du cycle de test WLTP a entraîné une chute importante. Le chiffre d’affaires du groupe Audi, qui s’est fixé à 59 248 millions d’euros, a presque atteint le niveau de l’année dernière (2017 : 59 789 millions d’euros), grâce notamment au lancement de l’Audi Q8 et aux volumes de ventes générés par le SUV Urus de Lamborghini.

Le taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels de 7,9 % (2017 : 8,5 %) n’a pas été à la hauteur de l’ancien objectif à long terme, qui était d’entre 8 et 10 %. Pour 2018, Audi a estimé les éléments exceptionnels liés à la crise du diesel à 1,176 milliard d’euros (2017 : 387 millions d’euros). Outre l’ordonnance administrative légalement contraignante adoptée par le parquet de Munich, qui inflige une amende de 800 millions d’euros au constructeur, ces éléments exceptionnels comprennent les dépenses liées aux mesures techniques et aux mesures pour les clients, ainsi que les dépenses et provisions pour les risques juridiques. Après ces éléments exceptionnels, en 2018, le bénéfice opérationnel était de 3 529 millions d’euros (2017 : 4 671 millions d’euros) et le taux de rentabilité opérationnelle de 6 % (2017 : 7,8 %).

Avec le Plan de transformation d’Audi, l’entreprise a adopté des mesures pour un montant de 1,9 milliard d’euros en 2018. Sur le total, 1,1 milliard d’euros ont eu un impact positif sur le bénéfice opérationnel, pour ce qui a trait à la comparaison avec 2017. Grâce à une bonne maîtrise de ses frais de structure, le constructeur a pu partiellement contrebalancer les effets de la norme WLTP et les dépenses liées à la crise du diesel. Le programme de progression des bénéfices comprend des mesures de réduction des coûts, ainsi que des mesures de stimulation du chiffre d’affaires. « Le Plan de transformation contribue nettement à nous assurer un avenir radieux. Il est conçu pour nous permettre de transférer des ressources gigantesques vers des domaines de croissance et de générer la trésorerie nécessaire pour financer la mobilité électrique », a déclaré Alexander Seitz, membre du directoire pour les finances, la Chine, la conformité et l’intégrité. « En raison des avancées nécessaires, nous augmentons notre cible pour la période prévue à environ 15 milliards d’euros. » Audi a déjà décidé des mesures concrètes pour atteindre un résultat de plus de 10 milliards de dollars entre 2018 et 2022. Dans un nouveau module de travail du programme, Audi prévoit d’optimiser ses capitaux employés afin de booster la valeur de l’entreprise à long terme.

Le résultat financier a considérablement augmenté, passant à 831 millions d’euros en 2018 (2017 : 46 millions d’euros). Outre les développements positifs de l’activité en Chine, Audi a été impactée par l’adoption d’une nouvelle norme de comptabilité IFRS. Les effets financiers des opérations de couverture des opérations commerciales sont maintenant entièrement enregistrés sous le bénéfice opérationnel et non plus sous le résultat financier. Le résultat avant impôts de 4,361 milliards était 7,5 % en dessous de celui de 2017 (4,717 milliards).

En signe de reconnaissance pour leur engagement au cours de la très difficile année 2018, les employés d’Audi recevront une prime d’intéressement. Le bonus Audi pour un travailleur qualifié dans les usines d’Allemagne est fixé à 3 630 € (2017 : 4 770 €). Ce montant est fixé par l’accord précisé dans la convention collective. L’entreprise a ajusté le paiement pour l’exercice 2018 afin de compenser les effets de l’amende, qui a réduit les bénéfices, et ainsi augmenter le montant. Des règlements sur l’intéressement s’appliquent également dans les filiales d’Audi.

Malgré les conditions difficiles de 2018, le groupe Audi a maintenu sa condition financière robuste. À travers la réduction des coûts et sa discipline d’investissement, l’entreprise a généré un flux net de trésorerie de 2,141 milliards d’euros (2017 : 4,312 milliards d’euros) malgré les sorties de trésorerie générées par la crise du diesel et les avances de dépenses pour l’avenir. En 2017, la vente de parts minoritaires dans Volkswagen International Belgium S.A. a eu un impact positif important sur le flux net de trésorerie. Au 31 décembre 2018, les liquidités nettes représentaient un total de 20,442 milliards d’euros (2017 : 20,788 milliards d’euros), ce qui témoigne de la bonne solidité financière du groupe Audi.

Le directoire présentera le repositionnement de l’entreprise lors de l’Assemblée générale annuelle, qui se tiendra le 23 mai 2019. « Nous donnons un gros coup d’accélérateur au changement, car nous devons gérer une double transformation », indique Bram Schot. Il explique que l’objectif est qu’Audi redevienne efficace, agile et résistante aux pressions. Dans la transformation du secteur, l’entreprise veut établir de nouvelles références, en termes de technologies et de business models. « Nous allons beaucoup plus nous concentrer sur nos clients et moins sur nous-mêmes ; nous allons accorder plus d’importance aux éléments décisifs et mettre en œuvre les décisions de façon très cohérente et disciplinée. »

Dans le cadre du repositionnement, l’entreprise revoit également son modèle de création de valeur et espère ainsi stimuler nettement sa productivité. À l’avenir, le groupe Audi réduira l’intégration verticale et se concentrera sur son cœur de métier. En lien avec les représentants des salariés, l’entreprise définit l’allocation future des modèles Audi aux usines et, ainsi, la répartition des tâches et l’évolution de la capacité des usines dans le réseau de développement et de production international. Le regroupement des plateformes et des architectures des véhicules en production, ainsi qu’une flexibilisation accrue devraient permettre d’optimiser les dépenses et l’utilisation des capacités.

Afin d’augmenter la valeur à long terme de l’entreprise, sa force d’innovation et son attractivité en tant qu’employeur, le retour sur investissement deviendra un autre indicateur de réussite pour Audi. Pour le pilotage interne, l’impact des projets de véhicules sur les émissions de CO2 moyennes sera évalué sur le plan financier et compris dans cet indicateur. Dans le cadre de la restructuration progressive du portefeuille de modèles Audi, la marque aux anneaux tirera encore plus parti du potentiel de synergies au sein du groupe Volkswagen, par exemple avec l’évolution de la mobilité électrique via l’architecture haut de gamme PPE développée avec Porsche, et avec le kit d’électromobilité modulaire de Volkswagen (MEB). Bram Schot : « Les clients vont passer aux véhicules électriques plus rapidement et plus largement que nous l’avions imaginé. En témoigne notamment l’accueil extrêmement positif de l’Audi e-tron et du concept Q4 e-tron, que nous avons présentés la semaine dernière lors du Salon de Genève. Les économies d’échelle présentent des avantages considérables pour notre groupe. Nous avons déjà étendu notre feuille de route électrique et prévoyons de proposer environ 30 modèles électriques d’ici 2025. »

Audi va restructurer son portefeuille de produits afin de mieux répondre à l’évolution de la demande et l’enrichira encore, en particulier sur les segments haut de gamme supérieurs. D’ici 2025, la gamme de produits sur les segments des modèles milieu de gamme supérieurs et des grands véhicules comptera 15 modèles.

Sur la base du Plan de transformation d’Audi, toute l’entreprise va mettre en place un renforcement de son efficience et de sa durabilité. « Dans toutes les divisions, nous mettons l’accent sur notre efficience et sur l’orientation nécessaire des coûts, avec des systèmes de transparence et d’avertissement précoce efficaces », explique Alexander Seitz. « Cela implique que nous soyons plus ouverts aux partenariats qui, dans certains domaines, peuvent nous aider à atteindre nos objectifs plus rapidement et de façon plus efficace et efficiente. » De plus, Audi augmentera sa vitesse et son agilité en réduisant sa complexité organisationnelle et en rationalisant les processus et les structures de gestion.

Alors qu’il a adopté une nouvelle structure de reporting entrée en vigueur en janvier 2019, le groupe Audi est déjà en train de recentrer son organisation et de réduire la complexité. En raison de la comptabilisation de certaines entreprises d’import multimarques, les états financiers consolidés d’Audi incluaient jusqu’à présent les volumes et les données financières clés de la vente de voitures d’autres marques du groupe. Ces informations sont désormais comptabilisées au niveau du groupe Volkswagen. Cela a un impact sur les données clés du groupe Audi. Pour 2018, la nouvelle structure de reporting donnerait un chiffre d’affaires ajusté de 53,6 milliards d’euros au lieu des 59,2 milliards d’euros comptabilisés. Le bénéfice opérationnel resterait plus ou moins inchangé, tandis que le taux de rentabilité opérationnelle après éléments exceptionnels serait plus élevé de 0,6 point de pourcentage, soit de 6,6 %. Par conséquent, l’entreprise revoit à la hausse sa fourchette cible, espérant à long terme atteindre un taux de rentabilité opérationnelle d’entre 9 et 11 %.

2019 sera une année de transition avec des défis uniques pour le groupe Audi, puisque c’est l’année de son repositionnement stratégique : « En 2019, nous allons suivre un cap stratégique important et travailler sérieusement sur nos structures de coûts. Sur le plan opérationnel, néanmoins, nous allons également devoir faire le ménage », affirme Alexander Seitz. « Nous sommes en train de réparer les séquelles de l’année charnière qu’a été 2018 et de retrouver notre équilibre, de la production à la commercialisation. Ces tâches auront, dans un premier temps, un impact négatif sur nos recettes. »

En 2019, Audi espère enregistrer une hausse modérée de ses livraisons et un chiffre d’affaires légèrement supérieur au montant ajusté de l’année dernière. Dans sa nouvelle structure de reporting, l’entreprise table sur un taux de rentabilité opérationnelle de 7 à 8,5 %. Le flux net de trésorerie devrait se monter entre 2,5 et 3 milliards d’euros.

Depuis le début de l’année, Audi resserre progressivement les écarts ouverts dans son offre de produits par le passage à la norme WLTP et crée les conditions d’une croissance des ventes. Au cours de l’année, la marque aux anneaux réduira les stocks renforcés en 2018 pour faciliter la gestion de l’approvisionnement pendant le passage à la WLTP. Par exemple, Audi avait déjà graduellement repris la production de variantes de moteurs/transmissions pour lesquelles l’entreprise prévoyait une approbation rapide afin de permettre aux clients de disposer de ces variantes peu de temps après les approbations officielles. Une fois les homologations requises reçues, le stock de ces véhicules préconfigurés va baisser progressivement. De plus, l’entreprise se prépare de façon intensive à la prochaine étape du cycle de test WLTP, qui entrera en vigueur le 1er septembre 2019 et imposera des règles encore plus strictes pour tous les véhicules. Audi a augmenté ses capacités de banc d’essai technique d’environ un tiers afin de rendre la mise en œuvre plus facile à gérer, et a ajouté environ 300 employés dans le service Développement technique pour l’homologation et le développement des motopropulseurs. L’entreprise a resserré son portefeuille de variantes de moteurs/transmissions d’environ 30 % conformément aux préférences du marché, réduisant ainsi la complexité.

Cette année encore, Audi aura un calendrier de lancements successifs bien rempli. Au total, en 2019, Audi présentera encore plus de 20 modèles nouveaux ou actualisés. La marque aux anneaux aiguise son image sportive avec neuf nouveaux modèles S, ainsi que quatre modèles R et RS particulièrement puissants. Le lancement de nombreux nouveaux produits a un coût considérable pour l’entreprise. Dans le cadre de l’initiative d’électrification, la nouvelle Audi e-tron sera suivie de l’e-tron Sportback, une première mondiale. 2019 verra aussi le lancement de la Q2 L e-tron, un modèle électrique réservé aux clients chinois. De plus, six modèles hybrides rechargeables viendront compléter la gamme de nouveaux produits cette année. D’ici fin 2020, Audi aura lancé un total de 12 véhicules électriques couvrant tous les segments. En 2019, l’entreprise réalisera des dépenses d’investissement considérables pour donner un coup de pouce à la mobilité électrique et à d’autres domaines d’avenir. Audi prévoit un rapport dépenses de recherche et développement/chiffre d’affaires légèrement au-dessus de la fourchette cible, qui a été revue à la hausse, passant de 6,5 à 7 % en raison des effets négatifs sur le chiffre d’affaires de la déconsolidation d’entreprises multimarques. En 2019, le rapport dépenses de capitaux/chiffres d’affaires devrait être dans sa fourchette cible de 5,5 à 6 %, qui a également été réévaluée.

En 2019, Audi sera confrontée aux défis que représentent les développements macroéconomiques et l’environnement monétaire et des matières premières. Pour y faire face, l’entreprise adoptera en permanence des contre-mesures, notamment le déploiement systématique du Plan de transformation d’Audi et d’autres mesures importantes. Alexander Seitz : « Dans l’ensemble, le test pour notre secteur est peut-être d’une ampleur inédite. Nos concurrents réagissent également avec des mesures à longue portée. De plus, chez Audi, nous avons nos propres tâches structurelles à mener. Nous devons donc agir de façon décisive dès maintenant et revoir notre positionnement dans de nombreux domaines afin de garantir notre compétitivité à long terme. »

Sélection de données clés du groupe Audi

 

2018

2017

Chiffre d’affaires du groupe Audi

en millions d’euros

1 812 485

1 878 105

Chiffre d’affaires du groupe Audi

en millions d’euros

59 248

59 789

Bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels du groupe Audi

en millions d’euros

4 705

5 058

Taux de rentabilité opérationnelle avant éléments exceptionnels du groupe Audi en %

7,9

8,5

 

 

 

Bénéfice d’exploitation du groupe Audi

en millions d’euros

3 529

4 671

Taux de rentabilité opérationnelle du groupe Audi en %

6,0

7,8

 

 

 

Flux net de trésorerie du groupe Audi en millions d’euros

2 141

4 312

Liquidités nettes du groupe Audi en millions d’euros

20 442

20 788

 

 

 

Retour sur investissement du groupe Audi en %

10,0

14,4

 

Téléchargez le rapport annuel d’Audi : www.audi.com/annual-report

Retrouvez les extraits de la conférence annuelle aux liens suivants :

https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4008

https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4010

Retrouvez les interviews de la conférence annuelle aux liens suivants :

Bram Schot : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4004

Peter Kössler : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4006

Alexander Seitz : https://www.audi-mediacenter.com/en/amtv/videos/4007

- Fin -

Consommation de carburant des modèles mentionnés ci-dessus

(La consommation de carburant et les émissions de CO2 dépendent de l’équipement choisi)

Audi e-tron :

Consommation électrique combinée en kWh/100 km : 22,6-26,2 (WLTP) ; 23,7-24,6 (NEDC) ; émissions de CO2 combinées en g/km : 0

Audi Q8 :

Consommation de carburant combinée en L/100 km : 6,4-9,1 ; émissions de CO2 combinées en g/km : 169-207

Lamborghini Urus :

Consommation de carburant combinée en L/100 km : 12,7 ;

Émissions de CO2 combinées en g/km : 325

Pour en savoir plus sur les chiffres de consommation de carburant et les émissions de CO2 spécifiques officielles des nouvelles voitures de tourisme, vous pouvez consulter le « Guide sur les économies de carburant, les émissions de CO2 et la consommation énergétique de tous les nouveaux modèles de véhicules de tourisme » [en anglais], disponible gratuitement chez tous les concessionnaires et auprès de la DAT Deutsche Automobil Treuhand GmbH, Hellmuth-Hirth-Str. 1, 73760 Ostfildern-Scharnhausen, Allemagne (www.dat.de).

 

Éléments associés

Choisir l'élément à télécharger

APC2019
(14/03/19)
photo
logo-(1)
(06/08/18)
photo
Communiqué de presse (08/03/19)

Dates anniversaires Audi 2019

Dans son booklet numérique « Anniversary Dates 2019 », Audi Tradition présente des informations sur les produits, records et jalons les plus importants de l’histoire d’Audi. Cette année, l’entreprise fêtera environ 25 anniversaires.

Dans son booklet numérique « Anniversary Dates 2019 », Audi Tradition présente des informations sur les produits, records et jalons les plus importants de l’histoire d’Audi. Cette année, l’entreprise fêtera environ 25 anniversaires.

Tout d’abord, l’histoire d’Audi a commencé il y a 70 ans, à Ingolstadt. Après la Seconde Guerre mondiale, les usines Auto Union AG de Saxe furent saisies sur les ordres de l’administration militaire russe et l’entreprise fut supprimée du registre des entreprises de Chemnitz en 1948. Néanmoins, ces ordres ne s’appliquaient pas dans les zones d’occupation de l’Ouest, ce qui permit la création d’Auto Union GmbH, l’ancêtre d’Audi, à Ingolstadt, le 3 septembre 1949. Dix ans plus tard, la jeune entreprise lançait l’une des usines de production de véhicules les plus modernes d’Europe. Et toujours en 1959, la première DKW Junior sortait de la chaîne de production.

Il y a 20 ans, AUDI AG participait pour la première fois aux 24 Heures du Mans. Depuis le début du millénaire, le constructeur a remporté un total de 13 victoires. En 1994, soit il y a 25 ans, la première Audi A4 quittait le site de production d’Ingolstadt. L’héritière de l’Audi 80 reste le modèle le plus vendu de la marque aux anneaux. Toujours en 1994, le constructeur lançait sur le marché son nouveau modèle phare, l’Audi A8, ainsi que l’Avant RS2, qui deviendrait la pierre angulaire de l’histoire des modèles haute performance d’Audi.

Il y a 35 ans, Stig Blomqvist arriva premier au classement des pilotes du Championnat du monde des rallyes et Audi prit la tête du classement des constructeurs. La même année, Harald Demuth, au volant de son Audi quattro, décrocha le titre du Championnat de rallye allemand et Audi présenta une voiture qui, aujourd’hui, remporte les plus grands prix : l’Audi Sport quattro.

Les anniversaires suivants sont également à noter : les 30 ans de l’Audi 90 IMSA GTO, les 30 ans de l’Audi turbo diesel à injection directe, les 50 ans de l’Audi 100 Coupé S, les 50 ans d’Audi NSU Auto Union AG, les 70 ans de la DKW Schnellaster et de la RT 125 W et les 80 ans de la victoire finale en Grand Prix pour Auto Union.

Le booklet des anniversaires, disponible dans l’Audi MediaCenter, présente tous les événements marquants.

– Fin –

Communiqué de presse (15/01/19)

Nomination de Guillaume Jolit au poste de Chef du Service Presse et Relations Publiques pour Audi France

• Guillaume Jolit est nommé Chef du Service Presse et Relations Publiques pour Audi France • Il prendra ses nouvelles fonctions à compter du 1er février 2019 • Fayçal Elasri quitte Audi France, il est nommé Chef de Département Presse et Relations Publiques pour Porsche France Guillaume Jolit est nommé Chef du Service Presse et Relations Publiques du constructeur Audi France à compter du 1er février 2019. Il aura notamment en charge les activités Communication Presse et Relations Publiques du constructeur en France. Il reporte directement à Lahouari Bennaoum, Directeur Général Audi France.

  • Guillaume Jolit est nommé Chef du Service Presse et Relations Publiques pour Audi France
  • Il prendra ses nouvelles fonctions à compter du 1er février 2019
  • Fayçal Elasri quitte Audi France, il est nommé Chef de Département Presse et Relations Publiques pour Porsche France

 

Paris, 15 janvier 2019 – Guillaume Jolit est nommé Chef du Service Presse et Relations Publiques  du constructeur Audi France à compter du 1er février 2019. Il aura notamment en charge les activités Communication Presse et Relations Publiques du constructeur en France. Il reporte directement à Lahouari Bennaoum, Directeur Général Audi France.

Titulaire d’un Master 2 en Information et Communication obtenu à la Sorbonne, Guillaume Jolit a commencé sa carrière dans l’automobile en tant qu’Assistant presse chez Seat. Il a ensuite occupé la fonction d’Attaché de presse chez Audi France à partir de 2006 et dirigé une mission de 5 mois au Département des Relations Presse Corporate chez AUDI AG en 2010.

Entre novembre 2011 et novembre 2014, il a occupé la fonction de Responsable programme de fidélisation myAudi, du programme de mécénat Audi talents awards, des Partenariats et du Placement de Produits. Depuis le 1er novembre 2014, Guillaume Jolit occupait le poste de Chef du service Presse et Relations Publiques pour le constructeur ŠKODA.

Il succède à Fayçal Elasri qui devient lui Chef du Département Presse et Relations Publiques Porsche France.

– Fin –

Communiqué de presse (12/12/18)

Bram Schot sera le nouveau président du directoire AUDI AG

• Mandat à compter du 1er janvier 2019 • Le président du conseil de surveillance de Audi et de Volkswagen Herbert Diess : « Nous construisons les bases des orientations futures de Audi. » • Peter Mosch, vice-président du conseil de surveillance et président du conseil d’entreprise : « Les collaborateurs attendent un nouveau départ pour l’entreprise. » Le directoire AUDI AG nomme à sa tête son président par intérim depuis juin 2018, Bram Schot. Son mandat de président du directoire commencera le 1er janvier 2019. Bram Schot continuera à assumer temporairement sa responsabilité de membre du directoire en charge des ventes et du marketing en parallèle.

  • Mandat à compter du 1er janvier 2019
  • Le président du conseil de surveillance de Audi et de Volkswagen Herbert Diess : « Nous construisons les bases des orientations futures de Audi. »
  • Peter Mosch, vice-président du conseil de surveillance et président du conseil d’entreprise : « Les collaborateurs attendent un nouveau départ pour l’entreprise. »

 

Le directoire AUDI AG nomme à sa tête son président par intérim depuis juin 2018, Bram Schot. Son mandat de président du directoire commencera le 1er janvier 2019. Bram Schot continuera à assumer temporairement sa responsabilité de membre du directoire en charge des ventes et du marketing en parallèle.

« Avec la nomination d’un nouveau président du directoire, nous construisons les bases des futures orientations que prendra Audi. Ces derniers mois, pendant sa présidence intérimaire, Bram Shot a su convaincre en initiant un changement de culture dans les équipes et en prenant à bras le corps les défis auxquels nous devons faire face actuellement. Avec ce nouveau mandat complet, il va pouvoir accélérer notre processus de transformation et mener la firme d’Ingolstadt vers de nouvelles réussites », a déclaré le président du conseil de surveillance de Audi et de Volkswagen Herbert Diess.

Peter Mosch, vice-président du conseil de surveillance et président du conseil d’entreprise de Audi, a ajouté : « Les collaborateurs ont besoin de clarté à la direction du groupe. C’est pourquoi nous, les représentants du personnel, avons choisi de nommer Bram Schot en tant que président du directoire. Pendant sa période d’intérim, il a démontré qu’il avait la capacité de donner à l’entreprise un nouveau départ, que nous appelons aussi de nos vœux. Il doit poursuivre sur cette voie afin de remettre Audi au sommet. C’est ce que les employés attendent. »

Bram Schot deviendra président du directoire AUDI AG, qui comprend Ducati, Lamborghini et Italdesign Giugiaro, ainsi que le constructeur Audi, à compter du 1er janvier 2019. Il assumera temporairement sa responsabilité de membre du directoire en charge des ventes et du marketing en parallèle. Le Néerlandais Bram Schot, 57 ans, est membre du directoire en charge des ventes et du marketing AUDI AG depuis septembre 2017. Le 19 juin 2018, il a été nommé président du directoire par intérim du groupe.

Depuis 2012, Bram Schot est membre du directoire de la division Volkswagen utilitaires en charge du marketing et des ventes. En 2011, il a quitté son poste de PDG de Mercedes-Benz Italia pour rejoindre le groupe Volkswagen, où il a commencé comme responsable des projets stratégiques au sein de la division des ventes du groupe.

– Fin –

Communiqué de presse (09/11/18)

La situation exceptionnelle impacte les livraisons Audi également au mois d’octobre

• Octobre : moins 25,7%, de janvier à octobre : moins 0,9% • Croissance en Chine, effets exceptionnels négatifs en Europe • Bram Schot, président du directoire par intérim et responsable des ventes : «Nous avons quasiment doublé le nombre de modèles homologués le mois dernier»

  • Octobre : moins 25,7%, de janvier à octobre : moins 0,9%
  • Croissance en Chine, effets exceptionnels négatifs en Europe
  • Bram Schot, président du directoire par intérim et responsable des ventes : «Nous avons quasiment doublé le nombre de modèles homologués le mois dernier»

 

AUDI AG handed over approximately 117,600 automobiles to customers last month, a decrease of 25.7 percent compared with the prior-year period. In particular the exceptional situation in Europe continued to adversely affect deliveries. On the home continent, the company sold 52.7 percent fewer cars than in October 2017. In China, however, Audi achieved further growth of 5.4 percent last month. In North America, unit sales decreased by 14.9 percent due to upcoming model changes. Worldwide deliveries of 1,525,300 units in the first ten months of the year were at the level of the prior-year period.

X“We nearly doubled the number of our homologated models last month. By the end of the year, we expect to offer our customers an appropriate lineup in all model series,” states Bram Schot, Interim Chairman of the Board of Management and Board of Management Member for Sales and Marketing at AUDI AG. In its forecast for the full year, the company continues to anticipate deliveries at the prior-year level.

In Europe, Audi expects the exceptional situation to continue as a result of the ambitious phase-in and phase-out scenario in connection with the Audi model initiative as well as the changeover to the WLTP test procedure. Sales of approximately 32,150 units on the domestic continent in October were therefore 52.7 percent lower than in the same month of last year. Dealerships in Germany reported a fall of 57.8 percent last month.

In China,the company’s deliveries increased by 5.4 percent to 56,729 units in October. From January through October, Audi handed over 539,730 premium automobiles to customers in the Chinese market (+14.2%). One of the strongest growth drivers for Audi in China last month was the Audi A4, with an increase of 24.8 percent to 14,517 cars. The Audi A6 also posted sales growth in October: plus 14.4 percent to 13,702 units.

In the North America region, the company sold approximately 20,250 cars in October, a decrease of 14.9 percent. With 16,056 deliveries in the United States, Audi posted a decrease there of 17.3 percent. The market launch of important model-year 2019 cars such as the Audi A6, A7, A8 and Q8 is imminent. In the first ten months of the year, the company delivered a total of 183,476 automobiles to customers (+1.7%), which is slightly more than in the prior-year period. Strong demand from US customers was generated in October by the model Q5 (+15.4% to 6,252 units). In Canada, Audi delivered 3,005 cars to customers in October, a decrease of 1.9 percent. Overall growth for the North America region in the first ten months of this year was 2.2 percent.

– Fin –

MÉDIATHÈQUE